Apanage

Infos
Un apanage est une concession de fief, prise sur le domaine royal, faite par le souverain régnant aux fils puînés exclus de la succession. Le système de l'apanage a fortement influencé la construction territoriale de la France et explique le blason de plusieurs provinces de France. Le mot apanage ou appanage vient du bas-latin ad panem qui signifie « pour donner du pain » (panem).
Apanage

Un apanage est une concession de fief, prise sur le domaine royal, faite par le souverain régnant aux fils puînés exclus de la succession. Le système de l'apanage a fortement influencé la construction territoriale de la France et explique le blason de plusieurs provinces de France. Le mot apanage ou appanage vient du bas-latin ad panem qui signifie « pour donner du pain » (panem).

Le système d'apanage

Un apanage est une concession de fief par le souverain à ses plus jeunes fils, alors que le fils aîné devient roi à la mort de son père. C'est une portion du domaine royal donné au fils cadet du roi. L'apanage revient à la Couronne lorsqu'il n'y a plus d'héritier mâle, selon un arrêt du Parlement de 1283Robert Favreau, in , p 182. Les apanages ont été considérés comme la part d'héritage transmise aux plus jeunes fils. Ces terres ne pouvaient être vendues, ni hypothéquées, ni employées comme dot, et devaient revenir au domaine royal à l'extinction de la lignée princière. Les filles étaient exclues du système apanagiste. Le système d'apanage a été utilisé pour éviter les révoltes des fils cadets, qui se trouvaient sans héritage, tout en évitant un affaiblissement du royaume. En effet, selon la coutume franque, l'héritage se fait par partage entre les fils survivants. Le royaume étant considéré comme domaine familial, plusieurs partages ont donc eu lieu sous les Mérovingiens (le premier dès la mort de Clovis en 511), et plus tard les Carolingiens, dont le traité de Verdun de 843 qui a donné naissance à des territoires indépendants. Les conséquences de cette méthode (démembrement du royaume, guerres civiles, luttes entre héritiers...) ont conduit à l'adoption du système de l'apanage, qui a l'avantage de détourner les fils puînés de prétentions sur la couronne, qui va à l'aîné. De plus, à terme, le système apanagiste garantit l’unité du domaine royal. Le premier roi qui créa un apanage fut Henri Ier qui, en 1032, donna la Bourgogne à son demi-frère Robert I, dont la descendance conserve le duché jusqu'en 1361. Louis VIII et Louis IX créent aussi des apanages. Ce sont les rois de la dynastie de Valois, en particulier Jean II le Bon, qui usent le plus largement du système des apanages pour doter leurs fils cadets. Cependant, les provinces concédées en apanage avaient tendance à devenir indépendantes de fait (par exemple le duché de Bourgogne) et l'autorité du roi n'y était reconnue qu'avec peine. Théoriquement, les apanages pouvaient être réincorporés dans le domaine royal mais seulement si le dernier seigneur n'avait aucun héritier masculin (à partir de Philippe IV le Bel). Les rois ont tenté autant que possible de se débarrasser des apanages les plus puissants : par exemple, François I confisqua le Bourbonnais en 1531, le dernier apanage d'importance, à l'occasion de la trahison du connétable de Bourbon. À partir de Louis XII l'accession au trône de princes apanagistes (Louis XII, François Ier et Henri IV) permet le retour à la couronne de grands fiefs constitués au cours du Moyen Âge. L'article 1 de l'Édit de Moulins déclare que le domaine royal (défini dans l'article 2 en tant que tout domaine contrôlé par la couronne pendant plus de 10 années) ne pouvait pas être aliéné, excepté dans deux cas : par l'enclenchement, en cas d'urgence financière, avec une option perpétuelle pour racheter le domaine ; et pour former un apanage, qui doit retourner à la couronne à l'extinction de la ligne masculine en son état original. L'apanagiste ne peut donc pas se séparer de son apanage de quelque façon. Après Charles V, une distinction claire doit être faite entre les titres donnés comme noms aux enfants de France, et les apanages réels. À leur naissance les princes français recevaient un titre indépendamment d'un apanage de fiefs. Ainsi, le duc d'Anjou, petit-fils de Louis XIV, n'a jamais possédé l'Anjou et n'a jamais reçu un quelconque revenu de cette province. Le roi attendait que le prince ait atteint l'âge adulte et ait été sur le point de se marier avant de doter sa maison d'un apanage. Le but de l'apanage était alors de lui fournir un revenu suffisant pour tenir son rang. Le fief donné dans l'apanage pouvait ou non être celui correspondant au titre nominal du prince. Seulement sept apanages ont été donnés de 1515 à 1789. Les apanages ont été supprimés en 1792 avant la proclamation de la République. Les plus jeunes princes devaient désormais recevoir une allocation mais aucun territoire. Les apanages ont été rétablis par Napoléon Bonaparte et confirmés par le roi Louis XVIII. Le dernier des apanages, l'Orléanais, fut réincorporé à la couronne de la France quand le duc d'Orléans, Louis-Philippe Ier, devint roi des Français en 1830.

Créations d'apanages

- En 1032 Henri Ier donne à son demi-frère Robert I le duché de Bourgogne
- Louis VI concède le comté de Dreux à son fils Robert.
- En 1223, le roi Louis VIII donne le comté de Boulogne, le comté de Clermont, les seigneuries de Domfront, de Mortain et d'Aumale à son demi-frère Philippe Hurepel
- Louis VIII par son testament, en 1225 :
- le comté d'Artois à Robert,
- le comté de Poitiers, la Saintonge et une partie de l’Auvergne à Alphonse (réunis au domaine royal à la mort de celui-ci en 1271)
- le comté d'Anjou à Charles d'Anjou.
- Louis IX accorde le comté de Valois à Jean-Tristan, le comté d'Alençon à son fils Pierre et du Perche et le comté de Clermont.
- Philippe III dote :
- Charles du comté de Valois
- Louis du comté d'Évreux.
- Philippe le Bel donne :
- le comté-pairie de Poitiers à son fils Philippe, pour un temps bref (1315-1316), puisqu’il devient Philippe V le Long ;
- Philippe VI crée le duché d'Orléans pour Philippe d’Orléans.
- Jean II le Bon, à son départ en Angleterre, en 1360 donne :
- les comtés d'Anjou et du Maine à Louis — fondateur de la deuxième maison d'Anjou — ;
- les duchés de Berry et d'Auvergne et le comté de Poitiers à Jean.
- puis en 1363 il octroie à Philippe le Hardi, le duché de Bourgogne. .
- Charles VI accorde à son frère le duché d'Orléans en 1392.

Autre sens

Le mot apanage est encore employé en français mais dans un sens non historique : « avoir l'apanage de quelque chose » est utilisé, souvent dans un sens ironique et négatif, pour remettre en cause la possession exclusive de quelque chose. Par exemple « Les vaches n'ont pas l'apanage du prion ».

Notes

Catégorie:Formation territoriale de la France Catégorie:Capétien da:Apanage de:Apanage en:Appanage fi:Apanage-läänitys nl:Apanage no:Apanasje pl:Apanaż ru:Апанаж sv:Apanage
Sujets connexes
Alphonse de Poitiers   Aumale   Auvergne   Bourbonnais (duché)   Bourgogne   Carolingiens   Charles III de Bourbon   Charles VI de France   Charles V de France   Clermont (Oise)   Clovis Ier   Comté d'Anjou   Comté d'Artois   Comté d'Évreux   Comté de Boulogne   Comté de Clermont   Comté de Dreux   Comté de Poitiers   Comté de Valois   Comté du Maine   Comté du Perche   Domfront (Orne)   Dot   Duché de Berry   Duché de Bourgogne   Fief   François Ier de France   Henri IV de France   Henri Ier de France   Hypothèque   Héraldique   Jean II de France   Jean Ier de Berry   Louis-Philippe Ier   Louis IX de France   Louis Ier de Naples   Louis VIII de France   Louis VI de France   Louis XII de France   Louis XVIII de France   Mortain   Mérovingiens   Philippe III de France   Philippe II de Bourgogne   Philippe IV de France   Philippe VI de France   Philippe V de France   Philippe d'Orléans (1336-1375)   Poitou   Prion (protéine)   Robert Ier d'Artois   Robert Ier de Bourgogne   Robert Ier de Dreux   Saintonge   Traité de Verdun  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^