Antoine Léonard Thomas

Infos
Antoine Léonard Thomas, né le 1732 à Clermont-Ferrand et mort le 17 septembre 1785 à Oullins, est un poète et critique français, surtout renommé en son temps pour sa grande éloquence.
Antoine Léonard Thomas

Antoine Léonard Thomas, né le 1732 à Clermont-Ferrand et mort le 17 septembre 1785 à Oullins, est un poète et critique français, surtout renommé en son temps pour sa grande éloquence.

Sa vie et son œuvre

Il est d'abord employé chez un procureur, puis devient professeur au collège de Beauvais à Paris. Ami de Marmontel, Delille, Chamfort et Ducis, il fréquente les salons de Marie-Thérèse Geoffrin, Germaine de Staël et Julie de Lespinasse. Il se fait connaître en 1759 par un poème en quatre chants, Jumonville. Il compose ensuite plusieurs éloges de grands hommes et une Ode sur le temps qui lui apportent la renommée et lui ouvrent les portes de l'Académie française en 1766. De santé délicate, il quitte l'enseignement de bonne heure et devient secrétaire du duc de Praslin, alors ministre des affaires étrangères, puis il est nommé secrétaire-interprète des cantons suisses. Parmi tous ses éloges, pour lesquels il remporte cinq fois le prix d'éloquence de l'Académie, celui du duc de Sully « eut un retentissement prodigieux. Les fermiers généraux se plaignirent, les courtisans murmurèrent : le parti philosophique adopta Thomas, et Grimm disait que « cet éloge méritait à lui seul plus de couronnes que les trois autres ensemble », en mêlant pourtant à sa louange quelques critiques fort justes contre ce qu'il appelle « la pompe puérile et pédantesque » de cette diction laborieuse.Joseph-Marie Quérard, La France littéraire, (1826-1842) » Thomas écrivait lui-même au sujet de ce genre dans lequel il excellait : « Voulez-vous savoir ce que peut le sentiment de la gloire ? ôtez-la de dessus la terre ; tout change : le regard de l'homme n'anime plus l'homme ; il est seul dans la foule ; le passé n'est rien ; le présent se resserre ; l'avenir disparoît ; l'instant qui s'écoule périt éternellement, sans être d'aucune utilité pour l'instant qui doit suivre.Préface de Essai sur les Éloges, paru pour la première fois à titre posthume en 1802. » L'ironie du sort a voulu que son vers le plus connu, « Ô Temps, suspends ton vol », qui se trouve dans la dernière strophe de son Ode sur le temps, couronnée par le prix de poésie de l'Académie française en 1762, n'est demeuré célèbre que pour avoir été plagié soixante ans plus tard par Lamartine Méditations poétiques : Le Lac (1820), alors même que le nom d'Antoine Léonard Thomas a été largement oublié. Son Essai sur le caractère, les mœurs et l'esprit des femmes, qui paraît en 1772 et déclenche une polémique à laquelle participeront Diderot et Louise d'Épinay, garde cependant, selon Élisabeth BadinterQu'est-ce qu'une femme ? P.O.L., Paris, 1989. Préface d'Élisabeth Badinter. Réunit : Essai sur le caractère, les mœurs et l'esprit des femmes dans les différents siècles d'Antoine Léonard Thomas, Sur les femmes de Diderot et Lettre de Madame d'Épinay à l'abbé Galiani sur le livre de Thomas., toute son actualité par les questions qu'il soulève. Thomas formule ainsi l'interrogation centrale de son essai : « Si aucune femme ne s'est mise à côté des hommes célèbres, est-ce la faute de l'éducation ou de la nature ? » Sans trancher nettement, sa réponse penche vers le traditionalisme. Thomas voit en la femme un être de nature foncièrement passive : « Peut-être leur imagination, quoique vive, ressemble-t-elle au miroir qui réfléchit tout, mais ne crée rien.Essai sur le caractère, les mœurs et l'esprit des femmes dans les différens siècles, pp. 74 et 76 (1772) »

L'Ode sur le temps

;Première et dernière strophes Le compas d'Uranie a mesuré l'espace. Ô Temps, être inconnu que l'âme seule embrasse, Invisible torrent des siècles et des jours, Tandis que ton pouvoir m'entraîne dans la tombe, J'ose, avant que j'y tombe, M'arrêter un moment pour contempler ton cours. Ô Temps, suspends ton vol, respecte ma jeunesse ; Que ma mère, longtemps témoin de ma tendresse, Reçoive mes tributs de respect et d'amour ; Et vous, Gloire, Vertu, déesses immortelles, Que vos brillantes ailes Sur mes cheveux blanchis se reposent un jour.

Notes et références

Principales publications

-Ode à Mr Moreau de Séchelles (1756)
-Mémoire sur la cause des tremblemens de terre, qui a remporté le prix Accessit au jugement de l'Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, le 3 août 1757 (1758)
-Jumonville, poème (1759)
-Éloge de Maurice, comte de Saxe (1759)
-Éloge de Henri François d'Aguesseau, chancelier de France (1760)
-Épitre au peuple, ouvrage présenté à l'Académie françoise, en 1760 (1761)
-Éloge de René Duguay-Trouin, lieutenant général des armées navales (1761)
-Ode sur le temps (1762)
-Éloge de Maximilien de Béthune, duc de Sully (1763)
-Éloge de René Descartes (1765)
-Éloge de Louis, dauphin de France (1766)
-Amphion, ballet, Paris, Académie royale de musique, 11 octobre 1767
-Essai sur le caractère, les mœurs et l'esprit des femmes dans les différens siècles (1772) Réédition : Lacour, Nîmes, 2001. Texte en ligne :
-Éloge de Marc-Aurèle (1775)
-Esprit, maximes et principes de Thomas (1788)
-Essai sur les éloges, ou Histoire de la littérature et de l'éloquence appliquées à ce genre d'ouvrage (2 volumes, 1812) Texte en ligne :
-Œuvres complètes de Thomas (6 volumes, 1822-25)

Lien externe


- Catégorie:Écrivain français du XVIIIe siècle Catégorie:Poète français Catégorie:Membre de l'Académie française Catégorie:Académie de Rouen Catégorie:Naissance en 1732 Catégorie:Décès en 1785 es:Antoine Léonard Thomas
Sujets connexes
Académie de Rouen   Académie française   Alphonse de Lamartine   Clermont-Ferrand   Critique   César Gabriel de Choiseul-Praslin   Denis Diderot   Ferdinando Galiani   France   Henri François d'Aguesseau   Jacques-Antoine-Hippolyte de Guibert   Jacques Delille   Jacques Hardion   Jean-François Ducis   Jean-François Marmontel   Jean Moreau de Séchelles   Joseph-Marie Quérard   Julie de Lespinasse   Le Lac   Louise d'Épinay   Madame de Staël   Marie-Thérèse Rodet Geoffrin   Maurice de Saxe (1696-1750)   Melchior Grimm   Oullins   Paris   Plagiat   Poète   René Descartes   René Duguay-Trouin   Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort   Uranie (Muse)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^