Raymond Aron

Infos
Raymond Claude Ferdinand Aron, né le 14 mars 1905 à Paris et mort le 17 octobre 1983 à Paris, est un philosophe, sociologue, politiste et journaliste français, promoteur du libéralisme. D'abord ami et condisciple de Jean-Paul Sartre à l'École normale supérieure, il devient à partir de la montée des totalitarismes un promoteur ardent et rare du libéralisme, à contre-courant de son milieu intellectuel, pacifiste et de gauche. Il est pendant trente ans éditorialiste
Raymond Aron

Raymond Claude Ferdinand Aron, né le 14 mars 1905 à Paris et mort le 17 octobre 1983 à Paris, est un philosophe, sociologue, politiste et journaliste français, promoteur du libéralisme. D'abord ami et condisciple de Jean-Paul Sartre à l'École normale supérieure, il devient à partir de la montée des totalitarismes un promoteur ardent et rare du libéralisme, à contre-courant de son milieu intellectuel, pacifiste et de gauche. Il est pendant trente ans éditorialiste au quotidien Le Figaro, il cofonde avec Jean-Claude Casanova la revue Commentaire et travaille à la fin de sa vie à L'Express. Ses compétences multiples - économie, sociologie, philosophie, géopolitique- le distinguent et assoient sa réputation intellectuelle. Ses convictions libérales et atlantistes lui attirent de nombreuses critiques à gauche, mais également à droite. Raymond Aron dénonce dans L'Opium des intellectuels l'aveuglement et la bienveillance des intellectuels à l'égard des régimes communistes. Il garde néanmoins tout au long de sa vie un ton très modéré. Il est d'ailleurs un commentateur reconnu de Karl Marx qu'il estime, estime qu'il garde également pour Kojève et même Sartre.

Études

:Lycée Hoche à Versailles, Lycée Condorcet à Paris : baccalauréat en 1922. :1924 à 1928 : Étudie la philosophie à l'École normale supérieure à Paris. En 1927 il signe avec ses condisciples la pétition (parue le 15 avril dans la revue Europe (revue)) contre la loi sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre, qui abroge toute indépendance intellectuelle et toute liberté d’opinion. Son nom côtoie ceux de Alain, Lucien Descaves, Louis Guilloux, Henry Poulaille, Jules Romains, Séverine… :1928 : Agrégation de philosophie (1). :1930 à 1933 : Études en Allemagne. :1930 à 1931 : Études à l'université de Cologne. :1931 à 1933 : Études à Berlin.

Carrière professionnelle

:1933 à 1934 : professeur au lycée du Havre (Sartre a échangé sa place à Berlin). :1934 à 1940 : vit à Paris. :1934 à 1939 : Secrétaire du centre de Documentation sociale de l'École Normale Supérieure, et professeur à l'École Normale Supérieure d'enseignement primaire à Paris. :1938 : Docteur ès-Lettres, écrit une Introduction à la philosophie de l'histoire et un essai sur la théorie de l'histoire dans l'Allemagne contemporaine. :1939 : Maître de conférences en philosophie sociale à la Faculté des Lettres de Toulouse. :1939 à 1940 : sert dans l'armée française. :juin 1940 à 1945 : Exil à Londres, où il rencontre Charles de Gaulle. :1940 à 1944 : Brièvement engagé dans les Forces françaises libres, qu'il quitte pour devenir rédacteur en chef de la revue La France Libre (Londres), créée par André Labarthe. :1945 : s'installe à Paris. :1945 à 1947 : Professeur à l'École nationale d'administration de Paris. :1948 à 1954 : Professeur à l'Institut d'études politiques de Paris. :1945 à 1983 : journalisme. :1946 à 1947 : à Combat, avec Albert Camus. :1947 : fonde avec Sartre la revue Les Temps modernes. :1947 à 1977 : éditorialiste au Figaro. :::En 1965 et 1966 : président de la Société des Rédacteurs. :::1975 à 1976 : membre du Directoire de la société. :::1976 à 1977 : directeur politique du journal. :1977 à 1983 : président du comité directeur du journal L'Express. Parallèlement, il est chroniqueur à la radio Europe numéro 1 de 1968 à 1972 ; chargé d'enseignement dès 1955 puis, à partir de 1958, professeur à la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Paris ; directeur d'études à l'École pratique des hautes études de 1960 à 1983 ; professeur de sociologie de la culture moderne au Collège de France à Paris de 1970 à 1983.

L'engagement politique

Après son agrégation de philosophie, Aron qui séjourne à Berlin assiste aux autodafés organisés par le régime nazi en mai 1933 : cette catastrophe de la pensée lui inspire un profond mépris pour les régimes totalitaires. Ses convictions de gauche, pacifistes et socialistes, évoluent. En 1938, il participe au colloque Walter Lippmann, qui réunit des intellectuels et économistes libéraux venus débattre à Paris de l'avenir de la démocratie face au totalitarisme. Mobilisé en septembre 1939 dans un poste météorologique des Ardennes, il rejoint Bordeaux pendant la débâcle et embarque à Saint-Jean-de-Luz pour l'Angleterre, le 23 juin 1940. À Londres, il s'engage dans les Forces françaises libres. Il ne rejette pourtant pas Pétain, à qui il reconnaît le mérite d'avoir voulu éviter la catastrophe en refusant de continuer la guerre contre l'Allemagne, et n'accorde pas de soutien sans faille à de Gaulle, dont il craint le césarisme sous-jacent. Avant l'opération sur Dakar, André Labarthe l'incite à abandonner son unité, la compagnie des chars d'assaut, pour créer avec lui la revue La France libre, où il occupe la fonction de secrétaire de rédaction et publie sous le nom de René Avord. En 1943, l'article « L'ombre des Bonaparte », paru dans La France libre, est considéré comme une attaque contre le chef de la France combattanteMémoires, édition 1983 p.162-169 et 184. Dans ses Mémoiresédition 1983 p.212, il écrit « , j'étais le plus résolu dans l'anticommunisme, dans le libéralisme, mais ce n'est qu'après 1945 que je me libérai une fois pour toutes des préjugés de la gauche. » Le paradoxe est bien le maître-mot de cet intellectuel controversé qui a développé un sens critique toujours en éveil face au monde politique. À la Libération, il accepte néanmoins un poste au ministère de l'Information dirigé par son ami André Malraux. Par la suite, il s'engage au sein du RPF dès 1947 et anime la revue intellectuelle du Rassemblement, La Liberté de l'esprit. Dénonçant dans les années 1950-60 le conformisme marxisant de l'intelligentsia française, il est la figure du débat intellectuel de l'époque face à Sartre, qui symbolise l'intellectuel engagé à gauche. Ils se rejoindront bien plus tard, en 1979, pour déplorer le sort réservé aux boat people, qui fuient le régime communiste vietnamien. Il n'en reste pas moins un esprit libre et indépendant, n'hésitant pas à défendre l'idée d'une indépendance de l'Algérie avant 1962 ou à s'opposer à la politique anti-atlantiste du général de Gaulle après 1966. Il soutiendra par la suite, avec la même liberté d'esprit, Georges Pompidou, puis Valéry Giscard d'Estaing, et combattra François Mitterrand après 1981. Il reste pour certains le symbole de l'idéologie technocratique et la figure de la lutte contre le marxisme, tandis que pour d'autres son anti-marxisme et sa lucidité, en particulier lors des convulsions de 1968, illustrent la possibilité du libéralisme politique dans la France contemporaine. Il conçoit néanmoins pour le philosophe Karl Marx une admiration qui n'a d'égale que son mépris pour le courant marxiste-léniniste. Rédacteur dans les journaux La France libre, Combat, Les Temps Modernes, il fut éditorialiste du Figaro de 1947 à 1977, travailla à L'Express et pour la station radiophonique Europe numéro 1 et fut nommé au Collège de France. Un Centre d'Études de Philosophie Politique porte le nom de Centre Raymond Aron à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, boulevard Raspail à Paris (EHESS). En juin 1950, le Congrès pour la liberté de la culture est créé à l'initiative de Melvin J. Lasky. Jusqu'en 1967, année de la révélation du financement de cette organisation par la CIA, Aron sera membre suppléant de son comité exécutif. Dans ses Mémoires, il affirme l'avoir ignoré, ne pas le renier, et qu'il ne l'aurait probablement pas toléré s'il l'avait su. Sur ce sujet controversé, on pourra notamment consulter Intelligence de l'anticommunisme: le congrès pour la liberté de la culture à Paris 1950-1975 de Pierre Grémion (Fayard).

Aron, philosophe de l'histoire

- Connaissance historique : ni déterministe (Marx) ni relativiste (Nietzsche, Spengler)
- Histoire plurielle et hétérogène.
- Finalité de l’histoire = accomplissement de l’humanité (kantien).
- Mais conteste le rationalisme moniste du progrès, qui fait référence à une norme.
- Totalitarisme = régime de parti monopolistique excluant toute liberté formelle et réelle.
- Marxistes : rejettent libertés « formelles » au nom des libertés « réelles ».
- Droit à la vérité = le plus simple et le plus profond de tous les droits objectifs.
- La richesse n'est pas plus définitivement acquise que la faveur du destin ( dans Plaidoyer pour l'Europe décadente, pp.293)

Aron et Marx

Aron a longtemps étudié et enseigné, notamment à la Sorbonne, Karl Marx. Il l'estime, mais refute ses prophéties. Il ne croit pas à l'auto-destruction du capitalisme. Marxologue reconnu, il se qualifiait volontiers, non sans ironie, de "marxien". « Je suis arrivé à Tocqueville à partir du marxisme, de la philosophie allemande et de l'observation du monde présent... Je pense presque malgré moi à prendre plus d'intérêt aux mystères du Capital qu'à la prose limpide et triste de la Démocratie en Amérique. Mes conclusions appartiennent à l'école anglaise, ma formation vient de l'école allemande », a-t-il écrit. Tout cela parce que « j'ai lu et relu les livres de Marx depuis 35 ans » (Les Etapes de la pensée sociologique, Introduction) » Le marxisme est présenté par Aron succinctement dans Dix huit leçons sur la société industrielle, de manière un peu plus développée dans Les étapes de la pensée sociologique et enfin dans un ouvrage posthume : Le Marxisme de Marx.

Aron et le totalitarisme

Rejoignant la théorie d'Arendt sur le totalitarisme, il en propose la définition opératoire suivante : « Il me semble que les cinq éléments principaux sont les suivants :
- Le phénomène totalitaire intervient dans un régime qui accorde à un parti le monopole de l'activité politique.
- Le parti monopolistique est animé ou armé d'une idéologie à laquelle il confère une autorité absolue et qui, par suite, devient la vérité officielle de l'État.
- Pour répandre cette vérité officielle, l'État se réserve à son tour un double monopole, le monopole des moyens de force et celui des moyens de persuasion. L'ensemble des moyens de communication, radio, télévision, presse, est dirigé, commandé par l'État et ceux qui le représentent.
- La plupart des activités économiques et professionnelles sont soumises à l'État et deviennent, d'une certaine façon, partie de l'État lui-même. Comme l'État est inséparable de son idéologie, la plupart des activités économiques et professionnelles sont colorées par la vérité officielle.
- Tout étant désormais activité d'État et toute activité étant soumise à l'idéologie, une faute commise dans une activité économique ou professionnelle est simultanément une faute idéologique. D'où, au point d'arrivée, une politisation, une transfiguration idéologique de toutes les fautes possibles des individus et, en conclusion, une terreur à la fois policière et idéologique. (…) Le phénomène est parfait lorsque tous ces éléments sont réunis et pleinement accomplis. » R. Aron, Démocratie et Totalitarisme, Folio Essais, Gallimard, 1965.

Aron et les relations internationales

Aron est un théoricien des relations internationales. Il est fortement influencé par Clausewitz et Max Weber. Pour Aron, les relations internationales sont spécifiques et distinctes de la politique interne aux États. Dans les relations internationales, il y a « légitimité et légalité du recours à la force armée de la part des acteurs » : « Max Weber définissait l'État par le monopole de la violence légitime. Disons que la société internationale est caractérisée par l'absence d'une instance qui détienne le monopole de la violence légitime. » (Qu'est-ce qu'une théorie des relations Internationales ? RFSP 1967) Il considère qu'il ne peut y avoir de théorie générale des relations internationales, et refuse la conception causale (explicative) pour choisir une conception compréhensive à travers l'analyse sociologique des buts que peuvent poursuivre les États. C'est cette « praxéologie » des relations internationales qu'Aron tentera d'élaborer dans Paix et guerre entre les nations (1962). Chaque État peut recourir à la guerre pour 3 raisons :
- la puissance ;
- la sécurité ;
- la gloire. Aron définit les systèmes internationaux comme des « ensembles d'unités en interactions régulières susceptibles d'être impliquées dans une guerre générale ». « La caractéristique d'un système international est la configuration des rapports de force ». Il faut distinguer les systèmes multipolaire et bipolaire. Il faut distinguer les systèmes homogènes (ceux dans lesquels les États appartiennent au même type, obéissent à la même conception du politique), et les systèmes hétérogènes (ceux dans lesquels les États sont organisés selon des principes autres et se réclament de valeurs contradictoires). En effet, la conduite d'un État n'est pas commandée par le seul rapport de force. Les intérêts nationaux ne peuvent pas être définis sans tenir compte du régime intérieur d'un état, de son idéal politique. Le système international est déterminé par des valeurs qui existent au sein des états, et ces valeurs influencent la stabilité du système. Aron s'inscrit ici dans la tradition du réalisme "classique" en relations internationales, celui de Carr, Hans Morgenthau ou Kissinger. Cette orientation sera remise en cause lors de l'avènement des théories systémiques comme le néo-réalisme de Kenneth Waltz (Theory of international politics, 1979). La contribution de Raymond Aron à la théorie des relations internationales est originale. Si une interprétation conventionnelle de Paix et guerre entre les nations place Aron dans la catégorie des auteurs réalistes, avec Edward Hallett Carr, Hans Morgenthau, ou encore Henry Kissinger, il faut remarquer que sa conception des relations internationales est assez différente de celles de ces auteurs. En effet Aron s'inscrit dans une tradition libérale, et non dans la Realpolitik: il insiste sur l'importance des considérations morales dans les relations internationales. De plus, il n'adhère pas au matérialisme de l'école réaliste, puisqu'il souligne le rôle essentiel des valeurs et des normes, de l'idéologie (pour le réalisme classique, les relations internationales se caractérisent par l'anarchie, l'état de nature tel que décrit par Thomas Hobbes: un état pré-social ou il ne peut exister de valeurs ou de normes en l'absence d'arbitre souverain). Mais Aron n'est pas plus un libéral idéaliste qu'un réaliste classique: il critique en effet tout autant Morgenthau que l'idéalisme de l'entre-deux guerres. Il est donc difficile de classer Aron dans une école particulière, puisque sa pensée même est hostile à une telle catégorisation. Des similitudes remarquables existent cependant entre la pensée d'Aron et l'École Anglaise (représentée principalement par Hedley Bull): dans les deux cas, les institutions communes, les valeurs et les normes sont reconnues comme la marque de l'existence d'une « société internationale » qui bien qu'anarchique possède un certain degré de régulation dans les relations entre ses membres.

L'influence d'Aron

De nombreuses figures ont suivi son enseignement : Jean Baechler, Alain Besançon, Raymond Boudon, Pierre Bourdieu, Jean-Claude Casanova, Julien Freund, André Glucksmann, Pierre Hassner, Stanley Hoffmann, Henry Kissinger, Pierre Manent, Jean-Claude Michaud, Albert Palle, Kostas Papaioannou. D'autres figures ont été marquées par la pensée d'Aron : Raymond Barre, Nicolas Baverez, Yves Cannac, Luc Ferry, Marc Fumaroli, François Furet, Claude Imbert, Marcel Gauchet, Annie Kriegel, Henri Mendras, Jean-François Revel, Guy Sorman. La plupart de ces figures participent ou ont participé à la revue Commentaire, qui peut être qualifiée de revue aronienne. À travers elle, existe ainsi une école de pensée aronienne, d'un libéralisme tempéré, teinté de conservatisme, mais tourné vers le monde anglo-saxon.

Œuvres


- La Sociologie allemande contemporaine, Paris, Alcan, 1935.
- Introduction à la philosophie de l'histoire. Essai sur les limites de l'objectivité historique, Paris, Gallimard, 1938.
-Essai sur la théorie de l'histoire dans l'Allemagne contemporaine. La philosophie critique de l'histoire, Paris, Vrin, 1938.
- L'Homme contre les tyrans, New York, Éditions de la Maison française, 1944.
- De l'armistice à l'insurrection nationale, Paris, Gallimard, 1945.
- L'Âge des empires et l'Avenir de la France, Paris, Défense de la France, 1945.
- Le Grand Schisme, Paris, Gallimard, 1948.
- Les Guerres en chaîne, Paris, Gallimard, 1951.
- La Coexistence pacifique. Essai d'analyse, Paris, Éditions Monde nouveau, 1953, sous le pseudonyme François Houtisse, avec Boris Souvarine
- L'Opium des intellectuels, Paris, Calmann-Lévy, 1955.
- Polémiques, Paris, Gallimard, 1955.
- La Tragédie algérienne, Paris, Plon, 1957.
- Espoir et peur du siècle. Essais non partisans, Paris, Calmann-Lévy, 1957.
- L'Algérie et la République, Paris, Plon, 1958.
- La Société industrielle et la Guerre, suivi d'un Tableau de la diplomatie mondiale en 1958, Paris, Plon, 1959.
- Immuable et changeante. De la IV à la V République, Paris, Calmann-Lévy, 1959.
- Dimensions de la conscience historique, Paris, Plon, 1961.
- Paix et guerre entre les nations, Paris, Calmann-Lévy, 1962.
- Le Grand Débat. Initiation à la stratégie atomique, Paris, Calmann-Lévy, 1963.
- Dix-huit leçons sur la société industrielle, Paris, Gallimard, 1963
- La Lutte des classes, Paris, Gallimard, 1964
- Essai sur les libertés, 1965.
- Démocratie et totalitarisme, 1965.
- Trois essais sur l'âge industriel, Paris, Plon, 1966.
- Les Étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, (1967).
- De Gaulle, Israël et les Juifs, Paris, Plon, 1968.
- La Révolution introuvable. Réflexions sur les événements de mai, Paris, Fayard, 1968.
- Les Désillusions du progrès, Paris, Calmann-Lévy, 1969.
- D'une sainte famille à l'autre. Essai sur le marxisme imaginaire, Paris, Gallimard, 1969.
- De la condition historique du sociologue, Paris, 1971.
- Études politiques, Paris, 1972.
- République impériale. Les États-unis dans le monde (1945–1972), Paris, Calmann-Lévy, 1973.
- Histoire et dialectique de la violence, Paris, Gallimard, 1973.
- Penser la guerre, Clausewitz (1976).
- Plaidoyer pour l'Europe décadente, Paris, Laffont, 1977.
- Le Spectateur engagé (entretiens), Paris, Julliard, 1981.
- Mémoires. 50 ans de réflexion politique, 2 volumes, Paris, Julliard, 1983, 1082 p.
- Les dernières années du siècle, Paris, Julliard, 1984.
- Le Marxisme de Marx, Paris, Fallois, 2002 (ISBN 2877064239) et en livre de poche, Paris, 2004 (ISBN 2253108006).
- Raymond Aron, spectateur engagé. Entretiens avec Raymond Aron. Durée : 2H30 - DVD - Éditions Montparnasse, (2005).
- De Giscard à Mitterrand : 1977-1983 (éditoriaux parus dans L'Express), préface de Jean-Claude Casanova. Éditions de Fallois, Paris, octobre 2005. 895 pages. ISBN 2-87706-570-7.

Bibliographie

- Nicolas Baverez, Raymond Aron, un moraliste au temps des idéologies, Flammarion, 1993
- Luc Ferry, « Le Sans-faute de Raymond Aron », L'Express du 28 octobre 1993.
- Stephen Launay, La Pensée politique de Raymond Aron, préface de Philippe Raynaud, PUF, 1995.

Notes et références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Alain (philosophe)   Alain Besançon   Albert Camus   Albert Palle   Alexandre Kojève   André Glucksmann   André Labarthe   André Malraux   Angleterre   Annie Kriegel   Atlantisme   Autodafé   Bordeaux   Carl von Clausewitz   Charles de Gaulle   Claude Imbert   Colloque Walter Lippmann   Collège de France   Combat (journal)   Commentaire (revue)   Congrès pour la liberté de la culture   Dakar   Edward Hallett Carr   Europe (revue)   Europe 1   Faculté des lettres de Paris   Forces françaises libres   France   François Furet   François Mitterrand   Friedrich Nietzsche   Georges Pompidou   Guerre   Guy Sorman   Géopolitique   Hans Morgenthau   Henri Mendras   Henry Kissinger   Henry Poulaille   Institut d'études politiques de Paris   Introduction à la philosophie de l'histoire   Jean-Claude Casanova   Jean-François Revel   Jean-Paul Sartre   Jean Baechler   Journaliste   Jules Romains   Julien Freund   Karl Marx   Kenneth Waltz   L'Express   Le Figaro   Les Temps modernes (revue)   Libéralisme   Libéralisme politique   Londres   Louis Guilloux   Luc Ferry   Lucien Descaves   Lycée Condorcet   Lycée Hoche   Marc Fumaroli   Marcel Gauchet   Marxisme   Marxisme-léninisme   Marxologue   Matérialisme   Max Weber   Melvin J. Lasky   Nicolas Baverez   Oswald Spengler   Pacifisme   Paix et guerre entre les nations   Paris   Philosophe   Philosophie   Pierre Bourdieu   Pierre Hassner   Pierre Manent   Politique   Praxéologie   Rassemblement du peuple français   Raymond Barre   Raymond Boudon   Realpolitik   Saint-Jean-de-Luz   Sciences économiques   Sociologie   Stanley Hoffmann   Séverine   Totalitarisme   Université de Paris   Valéry Giscard d'Estaing  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^