Al-Qaida

Infos
Al-Qaida (arabe Al-Qāʿida La Base) est un mouvement islamiste wahabite qui a été fondé par Oussama Ben Laden en 1987. Bien qu’Al-Qaida soit le nom le plus communément utilisé, le groupe s'est exprimé en 2003 sous le nom de Qaedat al-jihâd, « la base du jihâd » (, qāʿidat al-jihād). C'était dans un premier lieu un camp militaire, puis c'est ensuite devenu une organisation trans-nationnale contre la puissance occidental
Al-Qaida

Al-Qaida (arabe Al-Qāʿida La Base) est un mouvement islamiste wahabite qui a été fondé par Oussama Ben Laden en 1987. Bien qu’Al-Qaida soit le nom le plus communément utilisé, le groupe s'est exprimé en 2003 sous le nom de Qaedat al-jihâd, « la base du jihâd » (, qāʿidat al-jihād). C'était dans un premier lieu un camp militaire, puis c'est ensuite devenu une organisation trans-nationnale contre la puissance occidentale en 1988. Al-Qaida, dont l'inspiration religieuse prend ses racines dans l'idéologie de Sayyid Qotb et d'Abdel Salam Faraj, un activiste kharidjite, a en fait évolué à partir de l'organisation Maktab al-Khadamāt qui a été fondée dans les années 1980 par Oussama Ben Laden, grâce à de multiples dons en provenance des pays islamiques et du gouvernement des États-Unis. Ces pays souhaitaient financer, recruter et former des moudjahiddins dans le cadre de la première guerre d'Afghanistan, pour alimenter la résistance afghane contre les soviétiques jusqu'à leur retrait en 1989. Al-Qaida considère que les gouvernements occidentaux, avec à leur tête celui des États-Unis, interfèrent dans les affaires intérieures des nations islamiques et ce, dans l'intérêt des sociétés occidentales. Ce mouvement recourt donc au terrorisme pour faire entendre ses revendications. La plus retentissante opération terroriste attribuée à Al-Qaida est celle menée sur le sol américain le 11 septembre 2001. Viennent ensuite les Attentats du 16 mai 2003 à Casablanca, Attentats du 11 mars 2004 à Madrid, ceux du 7 juillet 2005 à Londres et ceux du 11 avril 2007 à Alger qui ont été revendiqués par l'Organisation Al-Qaïda au Maghreb islamique (anciennement GSPC).

Histoire d'Al-Qaida

Al-Qaida a évolué du Maktab al-Khadamāt (MAK), une organisation moudjahiddine de résistance contre les forces soviétiques en Afghanistan dans les années 1980. Elle a été fondée par Oussama Ben Laden avec le militant palestinien Abdoullah Azzam, et la caution du gouvernement américain qui déploie dans cette période une politique interventionniste dans tous les pays « menacés » par le communisme (notamment par l'établissement de régimes anti-communistes en Amérique Latine et Centrale, mais aussi en Grèce, une décennie auparavant). Vers la fin de l'occupation soviétique, beaucoup de moudjahiddins ont voulu étendre leur opérations pour inclure les luttes islamistes dans d'autres régions du monde. Un certain nombre d'organisations liées à Al-Qaida ont été formées dans ce but. Al-Qaida était l'une de celles-ci, fondée par Oussama Ben Laden en 1988. Le nom d'« Al-Qaida » ne vient pas du mouvement lui-même mais a été donné par le gouvernement des États-Unis d'après le nom d'un fichier sur l'ordinateur de Ben Laden qui listait les noms des contacts qu'il avait au sein du MAK. Ben Laden souhaitait étendre le conflit à des opérations non-militaires dans d'autres parties du monde ; Azzam, en revanche, voulait rester concentré sur les campagnes militaires. Après qu'Azzam a été tué en 1989, le MAK se divisa et une partie significative de ses membres rejoignirent l'organisation de Ben Laden. Puisque les autres parties du monde n'étaient souvent pas impliquées dans une guerre ouverte comme l'Afghanistan sous l'occupation soviétique, le passage du MAK à Al-Qaida a impliqué plus de formation dans les tactiques terroristes. D'autres organismes ont été formés, y compris par Oussama Ben Laden, pour effectuer divers types d'actions terroristes dans des pays différents. Après que l'Union soviétique eut quitté l'Afghanistan, Oussama Ben Laden retourna en Arabie saoudite pendant qu'Al-Qaida continuait ses opérations d'entraînement en Afghanistan. Il se prononça contre le gouvernement saoudien pendant la guerre du Koweit et fut encouragé à quitter le pays. En 1991, il s'installa au Soudan, alors que le gouvernement islamique du pays devait s'occuper d'une guerre civile. En 1996, il fut expulsé du Soudan après une possible participation à une tentative d'assassinat sur le président égyptien Hosni Moubarak. Oussama Ben Laden retourna alors en Afghanistan avec certains de ses employés soudanais. Les camps d'entraînement d'Al-Qaida ont formé des milliers d'islamistes militants à travers le monde; certains appliquèrent plus tard leur entraînement dans différents conflits dans le monde comme en Algérie, en Tchétchénie, aux Philippines, en Égypte, en Indonésie, au Tadjikistan, en Somalie, au Yémen, au Kosovo et en Bosnie-Herzégovine. Pour son financement, il a bénéficié d'appuis parfois étonnants comme celui de l'organisation "caritative" International Islamic Relief Organization. En février 1998, Ben Laden et Ayman al-Zawahiri du Jihad islamique égyptien ont publié un rapport intitulé « Le Front islamique mondial pour le Jihad contre les Juifs et les Croisés », proclamant que c'était le devoir de tout musulmans de tuer les citoyens américains, qu'ils soient civils ou militaires, et leurs alliés partout dans le monde. Le 10 juillet 2005, Abou Abd Al-Aziz, un lieutenant d'Al-Qaida a été arrêté à Bagdad, après un raid de l'armée américaine. Selon l'état-major américain, Abou Abd Al-Aziz était « un dirigeant d'une cellule terroriste à Bagdad ainsi qu'un responsable des opérations pour Al-Qaida en Irak ». Le 14 juillet 2005, Khamis Farhan Khalaf Abed Al-Fahdawi, alias Abou Saba, a été arrêté à Ramadi en Irak. Il faisait partie du réseau Al-Qaida en Irak. On le soupçonnait d'être responsable de l'assassinat de Ihab Al-Chérifet, chargé d'affaires égyptien, ainsi que d'un diplomate de Bahreïn. En janvier 2006, sa branche irakienne participe à la fondation du Conseil Consultatif des Moudjahedines en Irak. Le 7 juin 2006, le chef d'Al-Quaida en Irak Abou Moussab Zarqaoui est tué pendant un raid aérien américain. Cependant, il règne une grande confusion sur la nature même d'Al-Qaida. Tantôt dépeinte comme une organisation terroriste structurée dont Oussama Ben Laden serait le chef, tantôt comme une nébuleuse de mouvements djihadistes ou encore comme un réseau de cellules terroristes indépendantes, nul n'est en mesure de définir clairement la structure d'Al-Qaida. Jamais Oussama Ben Laden ou un de ses proches n'ont fait allusion au terme « Al-Qaida » lors de leurs interventions. Al-Qaida n'est pas une organisation réelle, c'est un nom qui a été donné et qui a été repris par la suite par le groupe de Ben Laden.

Actions terroristes supposées d'Al-Qaida

Al-Qaida est soupçonnée d'être responsable des attaques à la bombe sur les ambassades des États-Unis de Nairobi (Kenya) et Dar es Salaam (Tanzanie) en août 1998, tuant plus de 300 personnes et blessant plus de autres. Al-Qaida avait aussi projeté des attaques contre les touristes états-uniens et israéliens visitant la Jordanie lors des célébrations du millénaire ; toutefois les autorités jordaniennes ont contrecarré les attaques prévues et ont mis en examen 28 suspects. Al-Qaida a aussi tenté une attaque à la bombe à l’aéroport de Los Angeles pendant les vacances du millénaire, mais le porteur de la bombe a été arrêté à la frontière canadienne. Al-Qaida affirme avoir abattu des hélicoptères et des soldats états-uniens en Somalie en 1993, et revendique également avoir effectué trois bombardements ciblant des troupes états-uniennes à Aden (Yémen) en décembre 1992. Sans doute impliquée dans les attaques à la bombe du World Trade Center en 1993 et contre le personnel militaire à Dhahran (Arabie saoudite), elle est également soupçonnée d'être responsable de l’attentat à la bombe contre le destroyer états-unien USS Cole en octobre 2000. La plus destructrice des actions attribuées à Al-Qaida est la série d’attaques sur les États-Unis du 11 septembre 2001, une attaque que le porte-parole du groupe, Sulaiman Abu Ghaith aurait revendiquée sur une vidéo largement diffusée en octobre 2001. Le 6 janvier 1995, le plan opération Bojinka a été arrêté. Plusieurs attaques et tentatives d’attaques depuis le 11 septembre 2001 ont été attribuées à Al-Qaida, y compris l’attentat raté à la chaussure piégée par Richard Reid (qui s'est déclaré partisan d’Oussama Ben Laden), l’attentat contre la synagogue de Djerba en Tunisie, et des attentats manqués en Jordanie, en Indonésie, au Maroc et à Singapour. Le réseau a de plus été impliqué dans l’enlèvement et le meurtre du journaliste du Wall Street Journal Daniel Pearl et a été suspecté de complicité dans l’attentat à la bombe d'une boîte de nuit à Bali, en Indonésie. En septembre et octobre 2001, suite à la découverte d’un plan d'attaque terroriste de l'ambassade des USA à Paris des suspects ont été arrêtés. Le 23 décembre 2001, Richard Reid a essayé de faire exploser le vol 63 d'American Airlines. Il a été maîtrisé et arrêté. En 2002, les membres d'Al-Qaida ont bombardé le Limburg au Yémen. Al-Qaida a un réseau d'influence mondial, avec des cellules dans un certain nombre de pays et des liens étroits avec les réseaux extrémistes sunnites. Ben Laden et ses lieutenants ont trouvé refuge en Afghanistan sous le régime des Talibans dans les années 1990. Le groupe avait un grand nombre de camps d'entraînement là-bas, et à la fin des années 1990 les Talibans eux-mêmes devinrent effectivement subordonnés à Al-Qaida. Depuis l’attaque des États-Unis, des membres du groupe sont suspectés de fuir vers les zones tribales du Pakistan, dans la province Nord-Ouest et le Balouchistan. Al-Qaida entretient des relations très étroites avec nombre d'autres organisations terroristes islamiques comme le groupe indonésien extrémiste Jemaah Islamiyah. Les spécialistes de l’organisation affirment que la structure non hiérarchisée du réseau d’Al-Qaida est à la fois sa force et sa faiblesse. En effet, la structure décentralisée permet à Al-Qaida d’avoir une base mondiale ; cependant, les actions impliquant un haut degré d’organisation, comme les attaques du 11 septembre, prennent beaucoup de temps et d’efforts à mettre en œuvre. Les efforts des États-Unis pour perturber l’organisation d’Al-Qaida ont été des succès partiels. Les attaques menées par Al-Qaida depuis lors ont en effet été plus simples, impliquant moins de personnes. Le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé à l'unanimité le 16 janvier 2002 d’établir un embargo et de geler les capitaux d’Oussama Ben Laden et des Talibans restants.

Liste des attentats attribués à Al-Qaida ou à Abu Sayyaf

-26 février 1993 (États-Unis) : Un attentat à l'explosif au World Trade Center de New York fait six morts et un millier de blessés.
-13 novembre 1995 (Arabie saoudite) : Une voiture piégée explose à Riyad, devant un bâtiment de la Garde nationale saoudienne, tuant cinq soldats américains et deux Indiens.
-25 juin 1996 (Arabie saoudite) : Un camion piégé explose à l'entrée de la base américaine de Khobar, près de Dahran, faisant 19 morts (tous Américains) et près de 400 blessés.
-7 août 1998 (Kenya et Tanzanie) : Deux voitures piégées explosent près des ambassades américaines de Nairobi et de Dar es Salaam, faisant au total 224 morts (dont 12 Américains) et des milliers de blessés.
-12 octobre 2000 (Yémen) : 17 militaires américains tués et 38 blessés dans une attaque suicide contre le destroyer américain USS Cole à Aden (photo montrant les dégats sur la coque).
-11 septembre 2001 (États-Unis) : Quatre avions de ligne sont détournés. Deux sont lancés contre les tours jumelles du World Trade Center à New York et le troisième contre le Pentagone à Washington. Le quatrième avion s'écrase en Pennsylvanie avant d'atteindre sa cible. Le bilan de cette série d'attentats est d'environ morts.
- 2002
- 11 avril (Tunisie) : 21 personnes (dont 14 Allemands) sont tuées dans un attentat-suicide contre la synagogue de la Ghriba à Djerba.
- 8 mai (Pakistan) : Un attentat-suicide à la voiture piégée contre un autobus transportant des employés de la Direction des constructions navales (DCN) française fait 14 morts (dont 11 Français).
- 6 octobre (Yémen) : Un attentat au large du Yémen contre le pétrolier français le Limburg cause la mort d'un de ses membres d'équipage.
- 12 octobre (Indonésie) : Un attentat à la voiture piégée contre une discothèque à Bali fait 202 morts et 300 blessés, majoritairement des touristes australiens.
-28 novembre (Kenya) : 18 personnes sont tuées dans un attentat-suicide contre un hôtel de Mombasa. Le même jour, un avion israélien échappe au tir de deux missiles lors de son décollage de Mombasa.
- 2003
- 12 mai (Arabie saoudite) : Un triple attentat-suicide à Ryad, perpétré par 15 kamikazes dans un complexe résidentiel, fait 35 morts et 194 blessés.
- 16 mai (Maroc - Casablanca):une série d'attentats suicides par explosion proférés dans la plus grande ville du Maroc, tuant 26 personnes. (voir Attentat Casablanca)
- 5 août (Indonésie) : Un attentat-suicide au fourgon piégé contre l'hôtel américain Marriott à Jakarta fait 12 morts et 150 blessés.
- 8 novembre (Arabie saoudite) : Un attentat-suicide à la voiture piégée dans un complexe résidentiel de la banlieue ouest de Ryad fait 17 morts et une centaine de blessés.
- 12 novembre (Irak) : Un attentat au camion piégé contre une base militaire italienne à Nassiriyah fait 28 morts (dont 19 Italiens).
- 16 novembre (Turquie) : Un double attentat à la voiture piégée contre deux synagogues d'Istanbul fait 25 morts et plus de 300 blessés.
- 2004
-11 mars (Espagne) : Ce sont 191 personnes qui ont péri et qui ont été blessées à bord de trains de banlieue de la capitale Madrid, cette attaque constitue le plus important acte terroriste jamais survenu en Europe.
-28 mai (Arabie saoudite) : Vingt-deux morts après l'assaut donné contre des membres présumés d'Al-Qaida qui retenaient depuis la veille une cinquantaine de personnes en otage dans un immeuble d'un complexe résidentiel.
- 2005
- 7 juillet 2005 à Londres revendiqué au nom de la marque Al-Qaida mais son degré d'implication fait toujours l'objet d'une enquête alors qu'il existe de nombreux éléments de preuve indirects selon un rapport parlementaire britannique du 12 mai 2006 .
-23 juillet : Attentats à Charm el-Cheikh. Le bilan est de 88 morts.
-14 septembre : Al-Qaida revendique onze attentats, dans la même journée, à Bagdad pour venger les sunnites tués lors de la bataille de Tall Afar : 150 morts et 230 blessés.
- 2007
-11 avril (Algérie) : Al-Qaida revendique un double attentat suicide à Alger visant le palais du Gouvernement et le commissariat de Bab Ezzouar, qui ont fait 33 morts et 57 blessés.
-Dans la nuit du 8 au 9 septembre 2007, deux attentats frappent les localités algériennes Dellys et Batna et font au moins 52 morts et 147 blessés« Al-Qaida revendique les attentats de Dellys et Batna », dans Le Monde du 09-09-2007, . Ils sont revendiqués par Al-Qaida.

Liste des principaux chefs

- Abou Faraj al-Libbi, responsable des opérations extérieures, depuis avril 2004. Arrêté au Pakistan le 3 mai 2005.
- Abou Mohamed al-Masri, responsable de la propagande et donc de la réalisation et de la diffusion des messages audio et vidéo.
- Ahmed al-Hisawi, nom de guerre Cheikh Saïd, responsable des finances depuis 1998.
- Ayman al-Zawahiri, n° 2.
- Mehdat Mursi, nom de guerre Abou Khabab, responsable de la sécurité interne depuis 2002, il dirige la Force 55.
- Oussama ben Laden, n° 1.

Chefs régionaux ou émirs

- Abdelkrim al-Medjati pour l'Europe et le Maghreb.
- Aereef Sumarso pour l'Asie du Sud-Est, arreté en juin 2007 par la police indonésienne.
- Amin ul-Haq pour le sous-continent indien (région indo-pakistanaise).
- Fadel Nazzal al-Khalayleh, nom de guerre Abou Moussab al-Zarqaoui pour l'Irak, tué à Bakouba au cours d'un bombardement américain le 7 juin 2006. Il a été remplacé par Abou Hamza Al-Mouhajer.
- Habib Akdash pour le Grand-Orient (Syrie, Jordanie, Liban, Turquie).
- Moustapha Abou al-Yazid, alias « Saïd » pour l'Afghanistan.
- Salah al-Awadi pour le Moyen-Orient.
- Saoud al-Aouataybi pour le Golfe.
- Tohir Yo‘ldosh pour l'Asie centrale.

Anciens chefs

- Mohammed Atef, ancien n° 3, tué en Afghanistan au cours d'un bombardement américain fin 2001.
- Khalid Cheikh Mohammed, ancien n° 3, arrêté au Pakistan en février 2003.
- Abou Faraj al-Libbi, responsable des opérations extérieures, depuis avril 2004. Arrêté au Pakistan le 3 mai 2005.
- Abou Abd Al-Aziz, arrêté à Bagdad en juillet 2005
- Khamis Farhan Khalaf Abed Al-Fahdawi, alias Abou Saba, arrêté à Ramadi en juillet 2005.

Les États-Unis et Al-Qaida

Le terrorisme comme moyen de réponse

conflit a opposé au Waziristan, qui fait partie des régions tribales, des membres d'Al-Qaida et des Talibans contre l'armée régulière pakistanaise, alliée des États-Unis, entre 2004 et 2006. Achevée en septembre 2006, l'arrêt des hostilités a coïncidé avec une reprise des violences en Afghanistan, de l'autre côté de la frontière. Les adversaires des actions menées par les États-Unis et les pays occidentaux au Proche-Orient et dans le monde soutiennent que les actions du gouvernement américain (et de son allié israélien) ont provoqué une forte opposition parmi les peuples arabes et musulmans, et que le terrorisme est le stade ultime des réactions qui en résultent. Selon eux, ces actions sont notamment :
- le soutien des États-Unis à l'État d'Israël (en raison de son occupation de la Cisjordanie, du plateau du Golan en Syrie, et des fermes de Shebaa encore occupées au Liban) ;
- l'appui des États-Unis à certains dictateurs du Moyen-Orient, dont Saddam Hussein durant la guerre Iran-Irak entre 1980 et 1988 ;
- le bombardement apparemment erroné par les États-Unis d'une usine pharmaceutique au Soudan en 1997 suivi par un embargo sur des produits médicaux essentiels entraînant la mort de plusieurs milliers de personnes ;
- l'utilisation des bases saoudiennes par les forces alliées attaquant l'Irak en 1991 (à l'invitation de l'Arabie saoudite). Lieu de naissance de l'islam, la péninsule arabe est considérée comme Terre Sainte pour les musulmans dont certains estiment que la présence de non-croyants en ce lieu est contraire à l'islam;
- les bombardements de l'Irak, en vertu des résolutions des Nations unies, par les États-Unis et le Royaume-Uni entre 1991 et la guerre en Irak de 2003 et que beaucoup considèrent donc comme illégaux.

La thèse de la « création » d'Al-Qaida par les États-Unis

Des responsables politiques et journalistes, ainsi que certains citoyens, évoquent le fait que l’existence même d’Al-Qaida serait due au soutien des États-Unis et l'entraînement donné aux moudjahiddins afghans combattant l'invasion soviétique entre 1979 et 1989. Il est également à noter que lors de la guerre d'Afghanistan et de la guerre civile afghane, Le régime militaire pakistanais a servi d’intermédiaire pour la fourniture d'une partie de l'armement aux combattants afghans dont le commandant Massoud, mais également les islamistes talibans. Cet armement provenait en grande partie des États-Unis. Le Pakistan a par la suite continué à soutenir les Talibans, une fois ceux-ci au pouvoir en Afghanistan, pour avoir une profondeur stratégique face à l'Inde et infiltrer le Cachemire indien. De plus, l'idée a pu émerger que les États-Unis, peut-être portés par certains lobbies du complexe militaro-industriel, nostalgiques de la guerre froide, y ont vu un moyen de se redéfinir un ennemi, avec Al-Qaida (islamisme dans le rôle qu'occupait l'Union soviétique(communisme). Depuis le 11 Septembre 2001, et en l'attente de l'ouverture des archives, il peut y avoir un doute possible quant aux intérêts de la présidence américaine dans la "guerre contre la terreur". Ainsi, de nombreux reportages, articles de presse, documentaires de cinéma, ouvrages, sites internet, exposent les liens potentiels entre les activités du groupe Carlyle, dont sont membres de nombreuses personnalités américaines comme l'ancien président et père de l'actuel George Bush ou étrangères comme John Major, ancien premier ministre britannique, d'autres conglomérats de l'industrie pétrolière, tels Halliburton, les idées propagées par le Rebuilding America's Defenses rédigé par le think tank néoconservateur Project for the New American Century, et le gouvernement de George W. Bush. A l'heure actuelle, Ben Laden n'a toujours pas été arrêté... Pour des hypothèses "barbouzardes" : Selon Leonide Chebarchine, ancien directeur adjoint du KGB, Al-Qaida serait une création des États-Unis et Oussama Ben Laden n'aurait jamais cessé d'être un agent de la CIA . Selon Maloy Krishna Dhar, ancien directeur adjoint du renseignement indien, Al-Qaida aurait été organisé par l'ISI pakistanaise à la demande de la CIA et du MI6 Maloy Krishna Dhar, Fulcrum of Evil : ISI-CIA-Al Qaeda Nexus, Manas Publications, New Delhi, 2006, .. Ces deux aspects qui ne s'excluent pas sont au cœur des analyses menées par Nafeez Mosaddeq Ahmed et Webster G. TarpleyIl étudie en particulier cette question dans La Terreur fabriquée, Made in USA, éditions Demi-Lune, septembre 2006, 544 pages, .. Selon David Shayler, un ancien agent du MI6, les services secrets britanniques auraient eu recours aux hommes de Ben Laden pour effectuer certaines opérations. Al-Qaida aurait notamment été payé par la Couronne britannique pour assassiner Mouammar Kadhafi. Selon Seymour Hersh, journaliste juif travaillant pour The New Yorker et qui avait déjà fait éclater le scandale de la prison Abou Grahib, dans une conférence au Caire explique que : Dick Cheney, Elliott Abrams (déjà baigné dans le scandale de l'Iran Contra) et le prince saoudien Bandar Ben Saoud continuent de financer des membres du réseau Al-Qaida, dans des opérations secrètes au Liban et en Iran (deux pays à majorité chiite, le sunnisme n'est pas reconnu comme minorité religieuse en Iran), visant à déstabiliser ces deux pays en poussant à des luttes interconfessionnelles. Ils pousseraient également l'Iran à une manœuvre qui donnerait une raison à son attaque par les États-Unis .

Conséquences des actions d'Al-Qaida

Selon le géostratégiste Gérard Chaliand, le terrorisme islamique, n’est qu’un épiphénomène qui bien que mobilisant fortement les médias et l’opinion publique n’a pas de conséquences sur le cours de l’histoire. En effet, que ce soit par les pertes humaines occasionnées finalement minimes en comparaison avec des guerres entre États, des effectifs mobilisés ou des conséquences politiques (aucun régime arabe n’a évolué dans le sens voulu par Al-Qaida), son action n’a que des conséquences nulles ou quasi-nulles, à la manière des terroristes anarchistes de la fin du et du début du , aujourd’hui tombés dans l’oubli. Antoine Sfeir a une analyse proche, selon lui Ben Laden a déjà échoué et ne réussira pas dans son projet principal qui est de rassembler l’essentiel du monde musulman du Maghreb au Machrek dans un califat recréé regroupant tous les croyants. Les conséquences semblent plutôt indirectes et le fait des politiques sécuritaires ou des attitudes belliqueuses justifiées par la nécessité de lutter contre la "menace terroriste".

Voir aussi

Bibliographie

Études

- Nafeez Mosaddeq Ahmed, La Guerre contre la vérité, éditions Demi-lune, 2006, 512 pages,
- Alain Bauer, Xavier Raufer, L'énigme Al-Qaida, Editions Jean-Claude Lattès, 2005,
- François Burgat, L'Islamisme à l'heure d'Al-Qaida, La Découverte, 2005
- Guillaume Dasquié, Al-Qaida vaincra, Éditeur Éditions Privé, 2005,
- Jürgen Elsässer, Comment le Djihad est arrivé en Europe, Xenia, 2006,
- Roland Jacquard, Attame Tazaghart, Picollec,
Ben Laden, la destruction programmée de l'Occident'', 2004,
-Éric Laurent, La Face cachée du 11 septembre, éd. Plon, 2004
- Alain Rodier, Al-Qaïda : les connexions mondiales du terrorisme, Ellipses, 2006,
- Isabelle Sommier, Le terrorisme, Flammarion, coll. Dominos, 2000

Documents

- Farhad Khosrokhavar, Quand Al-Qaïda parle : Témoignages derrière les barreaux, Grasset, Paris, 2006,
- Al-Qaida dans le texte : écrits d'Oussama ben Laden, Abdallah Azzam, Ayman al-Zawahiri et Abou Moussab al-Zarqawi, Collectif, Presses universitaires de France, 2005, ===
Sujets connexes
Abdelkrim al-Medjati   Abou Faraj al-Libbi   Abou Hamza Al-Mouhajer   Abou Mohamed al-Masri   Abu Sayyaf   Aden   Aereef Sumarso   Affaire Iran-Contra   Afghanistan   Ahmed al-Hisawi   Al-Qaida   Alain Bauer   Algérie   Amin ul-Haq   Anarchisme   Années 1980   Années 1990   Antoine Sfeir   Arabe   Arabie   Arabie saoudite   As-Sahab   Attaque du Limburg   Attentats d'Alger du 11 avril 2007   Attentats du 11 mars 2004 à Madrid   Attentats du 16 mai 2003 à Casablanca   Attentats du 23 juillet 2005 à Charm el-Cheikh   Attentats du 7 juillet 2005 à Londres   Avril 2004   Ayman al-Zawahiri   Bagdad   Bahreïn   Bakouba   Bali   Balouchistan   Batna   Bombardement   Bosnie-Herzégovine   Cachemire   Califat   Canada   Casablanca   Cheikh Saïd   Chiisme   Cisjordanie   Communisme   Complexe militaro-industriel   Conseil de sécurité des Nations unies   DCNS   Daniel Pearl   David Shayler   Dellys   Destroyer   Dhahran   Dick Cheney   Djerba   Elliott Abrams   Espagne   Force 55   Février 2003   George W. Bush   Groupe Carlyle   Groupe salafiste pour la prédication et le combat   Guerre d'Afghanistan (1979)   Guerre du Golfe (1990-1991)   Guerre froide   Gérard Chaliand   Habib Akdash   Halliburton   Histoire   Inde   Indonésie   International Islamic Relief Organization   Irak   Iran   Islam   Islamisme   Israël   Italie   Jakarta   Jemaah Islamiyah   Jihad   Jihad islamique égyptien   John Major   Jordanie   Juillet 2005   Jürgen Elsässer   Kenya   Khalid Cheikh Mohammed   Khobar   Kosovo   Le Monde   Liban   Los Angeles   Machrek   Maghreb   Mai 2005   Maktab al-Khadamāt   Maroc   Mehdat Mursi   Mohammed Atef   Mohammed Hosni Moubarak   Mombasa   Mouammar Kadhafi   Moustapha Abou al-Yazid   Moyen-Orient   Nafeez Mosaddeq Ahmed   Nairobi   New York   Octobre 2001   Opération Bojinka   Organisation des Nations unies   Oussama Ben Laden   Pakistan   Palestine   Pennsylvanie   Philippines   Plan d'attaque terroriste de l'ambassade des USA à Paris   Presses universitaires de France   Proche-Orient   Project for the New American Century   Raid   Richard Reid   Riyad   Royaume-Uni   Réseau Voltaire   Saddam Hussein   Salah al-Awadi   Saoud al-Aouataybi   Septembre 2001   Septembre 2006   Seymour Hersh   Singapour   Somalie   Soudan   Sunnisme   Synagogue   Synagogue de la Ghriba   Tadjikistan   Taliban   Tanzanie   Tchétchénie   Terrorisme   Terrorisme islamiste   The New Yorker   Think tank   Tohir Yo‘ldosh   Tunisie   Turquie   USS Cole   Union des républiques socialistes soviétiques   Vol 63 d'American Airlines   Waziristan   Webster G. Tarpley   World Trade Center   Yémen  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^