Occitan

Infos
L’occitan ou langue d’oc (en occitan : ') est une langue romane parlée dans la moitié sud de la France, dans les Vallées Occitanes (en Italie), au Val d'Aran (en Espagne) et dans le passé à Monaco. L’Occitanie est définie comme l'espace linguistique et culturel de l'occitan. L’occitan présente une richesse certaine (vocabulaire, expressivité, capacité d’évolution), une grande variabilité (diversité dialectale et accentuations) qui
Occitan

L’occitan ou langue d’oc (en occitan : ') est une langue romane parlée dans la moitié sud de la France, dans les Vallées Occitanes (en Italie), au Val d'Aran (en Espagne) et dans le passé à Monaco. L’Occitanie est définie comme l'espace linguistique et culturel de l'occitan. L’occitan présente une richesse certaine (vocabulaire, expressivité, capacité d’évolution), une grande variabilité (diversité dialectale et accentuations) qui n'empêche pas l’intercompréhension entre les locuteurs des différents dialectes. Il dispose d'une grande production culturelle et d'une littérature prestigieuseAntonio Viscardi, Le letterature d'Oc e d'Oil, Florence/Milan, 1967, p.6 et 7 : Sono, nella nuova Europa, i trovatori i «primi» che abbiano avuto il senso dell'arte pura, dell'arte per l'arte; i primi, insomma, che siano «letterati» nel senso moderno della parola. Per questo, appunto, conta il moto trobadorico: per il magistero artistico che i trovatori esercitano nei riguardi di tutta l'Europa romana e germanica. da essi muove tutta la tradizione letteraria dell'Europa moderna., anciennes et vivaces à la fois. Le terme « langue d’oc » apparaît chez Dante vers 1290 et le terme latin ', qui en dérive, apparaît aussitôt après au XIVe siècle dans des textes administratifs. « Langue d’oc » et « occitan » sont synonymes dans la linguistique romane, dans la quasi-totalité du mouvement culturel depuis le s. ainsi que dans les textes administratifs récents · L’occitan. Cette appellation a été retenue dans la nomenclature établie par la loi Deixonne. Les académies concernées par l’enseignement de l’occitan sont les suivantes : Nice, Grenoble, Aix-Marseille, Clermont Ferrand, Montpellier, Toulouse, Limoges, Bordeaux et, pour une faible partie, Poitiers. Cette langue est également parlée et enseignée en Espagne (au Val d’Aran où elle bénéficie d’un statut officiel) et dans un certain nombre de vallées italiennes des Alpes. Parmi les langues régionales, l’occitan se caractérise par son extension géographique, de loin la plus importante ramenée au territoire français, et par une production culturelle -en particulier littéraire- au prestige certain, à la fois très ancienne et vivace.". Le nombre de ses locuteurs fait l'objet de controverses, l'évaluation qui en est faite variant d'un demi-million à 12 millions de personnes - selon les sources (qui confondent souvent pratique active et connaissances passives). En 2005 elle serait toujours parlée par 2 millions de personnes selon Ethnologue.com. Mais certains chercheurs lui donnent jusqu’à 7 millions de locuteurs en France, en Italie et en Espagne Quid France 2004. D'autres vont jusqu'à 10 voir 14 millions . En France, un numéro récent de "Courrier International" donnait locuteurs, dont 2 millions parlaient auvergnat plus précisément. Cependant la version anglaise de Wikipédia considère aussi que l'estimation fournie par le SIL est très optimiste et que sans doute un demi million de locuteurs seulement subsisteraient en France d'après des estimations plus sages, généralement acceptées par la communauté des linguistes. Toutefois, toujours en France, ce sont environ 7 millions les personnes qui comprendraient l'occitan sans le pratiquer (connaissance passive). En réalité, il n'existe aucune enquête indépendante, globale et approfondie sur laquelle s'appuyer.. Son aire d’expansion géographique couvre 33 départements du sud de la France (39 en comptant les départements minoritairement occitans), 14 vallées Occitanes (dans les Alpes piémontaises en Italie), le Val d'Aran en Espagne et marginalement Monaco.

Noms de l’occitan

À l'époque moderne, on l’appelle parfois provençal sous l'influence considérable du mouvement littéraire Félibrige et de son Prix Nobel Frédéric Mistral. C’est aussi l’appellation que les Italiens donnaient à la langue au Moyen Âge, et c'est ainsi que l'on nomme encore couramment la langue en anglais ("provençal"). Toutefois cette appellation présente une ambiguïté car elle désigne également le dialecte provençal (que par ailleurs une minorité considère comme une langue distincte), d'autre part l'expression « langue d’oc » fait penser d'emblée au dialecte languedocien. Sans doute pour ces raisons le terme généralement considéré comme le plus clair est « occitan ». L’occitan fut appelé autrefois, lenga romana, roman aux et s. (terme utilisé au s. pour désigner l’ancien occitan), limousin au s., mondin ou raimondin, gascon au s., catalan, provençal aux et ; ou encore lingua occitana au s., langue d’oc (voire occitanique, occitanien). Les Occitans eux-mêmes disaient lo roma(n) (roman), lo lemozi(n) (limousin) ou lo proensal (provençal) au s. L'expression « langue d’oc » fut créée par Dante vers 1290 et l'expression lingua occitana (langue occitane) apparût presque aussitôt dans des textes administratifs en latin. Cependant, les termes « occitan » et « Occitanie » ne se sont généralisés que depuis le s. et davantage encore depuis la seconde moitié du s.. Les Occitans ont utilisé et utilisent toujours d’autres formules pour désigner leur langue, comme « la lenga nòstra » (notre langue) « parlam a nòstra mòda » (nous parlons à notre manière) ou encore en Gascogne « Que parli » (je parle). Dans certaines régions, les locuteurs utilisent le terme de patois (Larousse: parler local, rural et d'extension restreinte) pour désigner leur langue, mais ce terme est également rejeté de nos jours pour ses connotations ressenties comme péjoratives. Ailleurs, dans les régions à forte identité, le nom de la province sert à désigner la langue. On dit : « l’auvergnat, le limousin, le gascon, le béarnais, le provençal, le niçois... » (ces termes désignent en fait des dialectes et sous-dialectes occitans)

Régions occitanes

Géographie supra-dialectale de l'occitan Autre carte des dialectes occitans
- Aquitaine : sauf la partie bascophone des Pyrénées-Atlantiques à l’ouest du département et une petite partie de la Gironde et du Périgord en zone saintongeaise. Il faut noter que le district urbain de Biarritz, Anglet et Bayonne a longtemps parlé uniquement l'occitan ; cependant une importante population bascophone est apparue lors des migrations de l’époque de la révolution industrielle.
- Auvergne : il faut noter que le Forez et la Basse-Auvergne ont connu un recul de l’occitanophonie, à la différence du Cantal, de la Haute-Loire et de la Lozère où la langue est encore parlée par tous les gens de 35 ans et plus.
- Centre : une très petite zone en bordure sud de la région.
- Languedoc-Roussillon : à l’exception de la majeure partie des Pyrénées-Orientales, où l’on parle catalan (seuls les Fenouillèdes sont occitans). La langue est très affaiblie dans la plaine, mais se maintient dans les Cévennes gardoises (autour d'Alès) et en Lozère (avec le parlais gévaudannais).
- Limousin: L'occitan est parlé dans toute la région par les gens de plus de 40 ans, la langue trouve un nouveau souffle avec la formation de professeurs d'occitan.
- Midi-Pyrénées : la langue est très affaiblie dans la partie languedocienne, menacée dans la partie gasconne, mais beaucoup de jeunes Gascons la reprennent. Elle se maintient particulièrement bien en Haute-Guyenne (= Aveyron et moitié nord du Lot).
- Monaco : une forme d'occitan est parlée marginalement dans la Principauté, à côté du ligure monégasqueGéo (magazine France), juillet 2004, n° 305 - Occitanie au cœur du Grand Sud, propos de Louis Combes (Cantalausa), page 79.
- Piémont : région italienne dont seules les hautes vallées (Val de Suse...), dites vallées Occitanes sont restées occitanophones (nord-occitan). Le versant italien du col de Tende parle provençal. Dans la plus grande partie de la région, on parle cependant italien, piémontais ou lombard, des parlers gallo-italiques.
- les communes du Sud-Est du Poitou-Charentes qui faisaient partie de l'ancienne région du Limousin et ont été rattachées au départements de la Charente à sa création, la Charente Limousine.
- Provence-Alpes-Côte d'Azur, sauf les vallées de la Roya et de la Bévéra et quelques isolats ligures (figoun) dans le Var et les Alpes-Maritimes : Biot, Vallauris, Mons et Escragnoles. Le mentonasque a un statut intermédiaire.
- Rhône-Alpes : le sud de la région est occitanophone : l'Ardèche (dans sa quasi-totalité) et la plus grande partie de la Drôme. En revanche, le Lyonnais, le Forez et le Dauphiné septentrional qui étaient des zones de parlers intermédiaires entre l’occitan et le francoprovençal sont devenues francophones précocement. L’occitan fut la langue de la noblesse lyonnaise lors de l’apogée de la culture des troubadours.
- Val d'Aran : on y parle l'aranais, une forme du gascon qui y a un statut officiel. Le reste de la Catalogne parle catalan. Nota : on a volontairement écarté les régions catalanophones afin de se rapprocher de la définition la plus souvent admise de l’occitan.

L’occitan dans le monde

Des enclaves occitanophones ont été créées
- dans le sud de l’Italie à Guardia Piemontese ( ; Calabre)
- au Pays basque espagnol : Saint-Sébastien / Donostia (gascon aurait été parlé au centre de la ville jusqu’au début du XX siècle), Fontarabie, Pasajes
- en Allemagne (autour de Heilbronn dans le duché de Württemberg, jusque dans les années 1930 apparemment)
- en Argentine : notamment Pigüé (Province de Buenos Aires)
- au Chili
- en Uruguay
- au Mexique
- au Brésil
- aux États-Unis principalement dans des États de l’Ouest : Montpelier (Idaho), Oregon, Californie, mais aussi Valdese (Caroline du Nord) , Montpelier (Vermont), Monett (Missouri); ainsi qu’en Louisiane dans la région de Baton Rouge de Arnaudville et de Houma où l’on utilise un parler cajun occitan. Certaines de ces enclaves parlent encore aujourd'hui l'occitan ou utilisent un dialecte local mêlé à de l'occitan.

Famille linguistique

L'occitan constitue avec le catalan le groupe occitano-roman de la Romania occidentale: il fait la transition entre gallo-roman et ibéro-roman, d'après le linguiste Pierre Bec (Manuel pratique de philologie romane, Paris, Picard, 1970). L'occitan et le catalan sont proches linguistiquement et permettent l'intercompréhension. Le catalan est plus proche de l'occitan qu'il ne l'est de l'espagnol ou du portugais. De même, l'occitan est plus proche du catalan que du français ou que du francoprovençal. Certains romanistes comme A. Sanfeld, qui ne représentent cependant pas l'opinion majoritaire, vont même jusqu'à inclure ces deux langues sous la même dénomination linguistique d'occitan. Jules Ronjat a cherché à caractériser l’occitan en s’appuyant sur 19 critères principaux et parmi les plus généralisés. Onze critères sont phonétiques, cinq morphologiques, un syntaxique, et deux lexicaux. On peut ainsi noter la moindre fréquence des voyelles semi-fermées (en français standard : rose, jeûne). C’est une caractéristique des occitanophones grâce à laquelle on reconnaît leur accent « méridional » même quand ils parlent en français. Il existe aussi la non-utilisation du pronom personnel sujet (ex : canti/cante/chante/chanto je chante ; cantas/chantas tu chantes). On peut trouver encore d’autres traits discriminants. Mais, rien que sur les critères principaux, il existe sept différences avec l’espagnol, huit avec l’italien, douze avec le francoprovençal et seize sur dix-neuf avec le français.

Prononciation de l'occitan

-Voir aussi: Prononciation de l'occitan
-Voir aussi: Caractéristiques phonétiques de l'occitan La prononciation de l'occitan, selon la norme classique occitane, se fait selon des règles de lecture constantes et régulières, à part quelques exceptions. A partir de lettres de base, l'occitan utilise des symboles modificateurs qui changent la prononciation de certaines lettres ou simplement marquent une tonicité dans le langage, sans en changer la prononciation comme: l'accent fermé (´), l'accent ouvert (`) et la diérèse (¨). Résumé de la prononciation de l'occitan (languedocien):

Voyelles

-a:
- -a-, a- et à se prononcent .
- -a et á final se prononcent de même que -as et -an: a atone.
-e:
- e ou é se prononcent .
- è se prononce .
-i ou í se prononcent ou .
-o
- o ou ó se prononcent ou .
- ò se prononce .
-u se prononce ou en position semi-vocalique, excepté quand il est après une voyelle .

Consonnes

-b: /
-c: . devant "e" et "i". Quand il est double cc: .
-ch:
-ç:
-d: /
-f:
-g: / devant "a", "o", "u". devant "e" et "i". Quand il est final, il se prononce , dans certains mots . gu devant "e" et "i" se prononce /
-h: muet
-j:
-k:
-l: . Un double ll, se prononce .
-lh: , en final: .
-m: , final . En double mm, .
-n: . Muet en final. devant "p", "b" et "m". devant c/qu et g/gu. devant "f". nd et nt
-nh: . En position finale
-p:
-: devant "e" et "i"; autrement.
-
'r
: et . En position finale, il est muet dans la majorité de mots. rn et rm .
-s: . entre voyelles. ss donne .
-t: . tg/tj: . tl: . tn: . tm: . tz:
-v: /
-w: , /
-x: , devant une consonne.
-y: /
-z: , en position finale.
- élément 1
- élément 2
- élément 3

Les liens entre l’occitan et le catalan

À un stade ancien, le catalan et l'occitan ne pouvaient pas être catégoriquement différenciés. Le fait qu'on écrive quasi-exclusivement en latin à cette époque rend impossible toute catégorisation formelle. En tout cas, les premiers textes en langues vulgaires, bien que très semblables montrent déjà quelques différences. Lesquelles se sont accentuées à la moitié du XIIe siècle, dû à des pressions d'isolation politique et géographique. Le gascon, non isolé du reste de l'Occitanie a été considéré un dialecte occitan; tandis que le catalan, plus proche du languedocien d'un point de vue linguistique que d'autres dialectes occitans, a été considéré une langue différente. Les poètes catalans écrivirent en occitan jusqu'au XIVe siècle. Le premier écrivain qui écrivit toute son œuvre en catalan, ainsi qu'en occitan, fut le Valencien Ausiàs March. Dans l'oeuvre du philologue du XIX° siècle Friedrich Christian Diez le catalan est considéré comme une part intégrante de l'occitan, appelé encore "provençal"; cependant il en signale les différences. En 1931, le récent retour au statut d'autonomie de la Catalogne risquait d'être entravé par la défense de l'appartenance des catalans à un ensemble majoritairement non espagnol. Ce n’est qu’en 1934 que les intellectuels catalans ont proclamé solennellement que le catalan était distinct de l’occitan. L’occitan et le catalan se distinguent par la manière d’écrire la langue (graphie). Les Occitans d’aujourd’hui ont majoritairement choisi d’utiliser une graphie proche de la langue médiévale (et des origines latines), par exemple en ajoutant le -n final « caduque » prononcé en Provence. D’autres avaient préféré franciser leurs graphies (Provençaux Avignonnais, école linguistique Gaston-Phébus en Gascogne...). Les Catalans de leur côté ont choisi une graphie centrée sur leur manière de prononcer (pas de n final à català par exemple). La prononciation varie entre catalan et occitan, par exemple:
- Le "o"/"ó" se prononce toujours comme , sauf quand il a de l'accent grave "ò" : (pònt -pont-: /pɔnt/, onze: /'unze/, antropologia: /antrupulu'dʒiɔ/)
- Quand un mot termine avec -a, ou l'accent fermé, "á", celui-ci se prononce comme / (plaça: /plásɔ/, sentiái -jo sentia-: /sentj'ɔj/) sauf quand il a l'accent grave "-à" : .
- L'occitan évite la prononciation de deux consonnes de suite, souvent en ne prononçant pas la première et en renforçant la deuxième (abdiquer s'écrirait "addicà", "cc" se prononce "ts" en languedocien, occitan se prononce "utsità").
- Dans l'occitan la syllabe tonique des mots s'est rapprochée du français avec le temps, sous l'influence de ce dernier. La plupart des syllabes accentuées sur l'antépénultième en catalan changent dans l'occitan (MÚsica (cat) muSIca (oc), PÀgina (cat) paGIna (oc), boTÀnica (cat) botaNIca (oc), inDÚstria (cat) indusTRIa (oc)...). Seuls le niçois et le vivaro-alpin des vallées Occitanes ont maintenu la prononciation originale, proche du catalan. Pour les catalanophones, la graphie classique des occitans a l'avantage de ressembler assez à la catalane. Cela est dû pour une bonne part à ce que dans les travaux d'actualisation et de fixation de cette graphie, conduite par Loís Alibèrt en 1937, on a suivi des critères très semblables à ceux suivis par Pompeu Fabra pour le catalan. Les deux graphies se sont basés sur la graphie médiévale, formée quand les deux langues étaient plus proches de leurs origines communes et qu'en plus les contacts étaient plus intenses (la poésie en Catalogne a été faite principalement en occitan même au XIVe siècle). Malgré tout, il y a quelques différences dont il faut tenir compte pour lire avec la facilité les textes occitans :
- On conserve le "n" final des mots, bien que dans la plupart des dialectes occitan, il ne se prononce pas (les exceptions sont le provençal, et le gascon, qui inclut l'aranais). Exemples : "occitan", "concepcion".
- Le "h" ne s'écrit pas quand il ne se prononce pas (le "h" est mis en catalan) : i a un òme (cat: hi ha un home). Le "h" se met en gascon pour indiquer qu'il se prononce aspirée, lorsqu'il remplace habituellement le "f" des autres dialectes occitan et du catalan. Exemple : en gascon "hèsta", dans les autres dialectes "fèsta", en catalan "festa".
- Les digrammes "lh", "nh" et "sh" correspondent au catalan "ll", "ny" et "ix". Les digrammes "lh" et "nh" ont aussi été adoptés depuis le moyen-âge par les normes portugaises et de façon récente dans la graphie romane de la langue vietnamienne. L’aspect politique, culturel et religieux est important aussi. La Catalogne, contrairement à l’Occitanie a bénéficié longtemps d’une indépendance étatique alliée à un fort développement économique. De plus, l’espace occitan est globalement défini par son appartenance à la France, le catalan est majoritairement défini par son appartenance à l’Espagne. Encore récemment les langues continuent d’évoluer séparément : le catalan est un ensemble de dialectes qui ont tendance à s’hispaniser au contact du castillan ; l’occitan, lui, a tendance à se galliciser au contact du français. Le poids important des langues espagnole et française dans le monde pèse lourdement sur les rapports de domination linguistique au sein de la France et de l’Espagne. Il ne faut toutefois pas en conclure que l’occitan et le catalan soient très différents. Il existe une assez bonne intercompréhension entre catalanophones et occitanophones. De plus, de nombreux rapprochements historiques, culturels et amicaux rapprochent ces peuples.
- Comparatif occitan/catalan Voici un texte dans sa version languedocienne (occitan méridional-ouest) et catalane majorquine (catalan des îles Baléares). La forme littéraire ou archaïque du catalan majorquin est parfois précisée dans les remarques.
- L’ensemble géographique occitano-roman représente environ 23 millions de personnes sur un espace de 259 000 km² . Les régions ne sont pas égales face au pourcentage de locuteurs dans la langue. La France ne compte plus dans certaines régions qu’un quart de la population qui soit vraiment occitanophone (50 % de la population comprend la langue, sans pouvoir la parler couramment)Pierre Bec, La langue occitane, Q. S. J. ? Presses universitaires de France, page 120Sondage réalisé en Languedoc-Roussillon en 1991 : « 28 % déclarent la parler plus ou moins », « une personne sur deux (...) déclare comprendre l’occitan » (Pierre Bec, La langue occitane, Q. S. J. ? Presses universitaires de France, page 120). On ne peut que regretter le manque de données sérieuses dans ce domaine.. À l’inverse, la communauté autonome de Catalogne bat des records du nombre de locuteurs. Selon les enquêtes réalisées par la Communauté de Catalogne en 1993, les habitants du Val d'Aran (dont 72 % en sont originaires) parlent à : 64 % Aranais (Gascon); 28 % Castillan (Espagnol); 8 % Catalan.

Origines de l’occitan

L’occitan est la plus centrale des langues romanes, à ce titre, les influences extérieures de la périphérie romane pouvaient empêcher sa naissance et son développement en n’en faisant qu’un lieu de passage tributaire d’une koinê extérieure, ou bien favoriser son développement en tant que langue véhiculaire spécifique. C’est cette deuxième possibilité qui s’est réalisée, favorisée par certaines circonstances qui ont donné à l’occitan son originalité :
- la structure orographique. L’espace occitan se caractérise par son emplacement au sein de barrières naturelles que sont la mer Méditerranée et l’océan Atlantique ainsi que les remparts naturels des montagnes : Massif central, Pyrénées, Alpes
- la présence de « marches séparantes » entre les populations: zones ultra-sèches, forêts épaisses séparant le nord du sud de la France (sauf aux abords de l'océan: la Brenne, la Sologne, le Bourbonnais, le Nivernais, la Bresse, le Jura central, ...), marais ou landes impropres à l’agriculture et rebelles à toutes colonisations étrangères (régions entre Loire et Garonne, plateau désertique aragonais).
- la fixité et le faible mélange des « races » préhistoriques et protohistoriquesLe terme de « races » a été employé par Pierre Bec (La langue occitane, Q. S. J. ? Presses universitaires de France). Il faut comprendre par ce mot « groupe de populations »
- leur moindre celtisationMême l'Aquitaine a reçu des Protoceltes de civilisation hallstatienne, mais les Celtes de la civilisation de la Tène se sont installés sur les marges de la zone occupée par les Aquitains (Agen, Bordeaux, rives nord de la Garonne).
- César a déclaré « Gallos ab Aquitanis Garumna flumen dividit » (les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne) (Antoine Lebègue, Histoire des Aquitains, Éditions Sud-Ouest).
- « L'apport gaulois (...) n'a modifié le peuplement de notre pays que dans le nord, l’est, le centre, Celtica-Belgica. » (Pierre Bec, La langue occitane, Q. S. J. ? Presses universitaires de France) : populations celtes peu importantes mais la celtisation s'est implantée plus durablement que dans d'autres régions.
- une ancienne et longue romanisation : Jules César disait que les Aquitains pourraient apprendre aux Romains à parler correctement le latin. Selon M. Müller, « la bi-partition linguistique de la France commence avec la romanisation même »Pierre Bec, La langue occitane, Q. S. J. ? Presses universitaires de France, pages 20-21
- un lexique original : bien que celui de l’occitan se situe à mi-chemin entre le gallo-roman et l’ibéro-romanPierre Bec, Manuel pratique de philologie romane, t. 2 ; on trouve donc de grandes similitudes avec le français ou le castillan, il « possède quelque 550 mots hérités du latin qui n'existent ni dans les parlers d'oïl ni en francoprovençal »
- une faible germanisation (contrairement au français ou au francoprovençal) : « le lexique francique » et son influence phonétique « s’arrête assez souvent » au sud de la ligne oc/oïlPierre Bec, La langue occitane, Q. S. J. ? Presses universitaires de France, pages 20-21
- l'Occitanie a toujours été un carrefour des langages, grâce à de nombreux échanges commerciaux. Ceci se retrouve dans un vocabulaire d'origines très variées. Le rabbin espagnol Benjamin de Tudèle décrit en 1173 l'Occitanie comme un lieu de commerce où viennent « chrétiens et Sarrasins, où affluent les arabes, les marchands lombards, les visiteurs de la Grande Rome, de toutes les parties de l'Égypte, de la terre d'Israël, de la Grèce, de la Gaule, de l'Espagne, de l'Angleterre, de Gênes et de Pise, et l'on en parle toutes les langues »Géo, juillet 2004, n° 305 - Occitanie au cœur du Grand Sud, page 73

Langue occitane ou langues d’oc ?

Langues ou dialectes ?

L’utilisation du nom « occitan » et l’idée qu’il n’y a là qu’une seule langue est sujet à polémiques. Il est admis par la très grande majorité des linguistes romanistes qu’il existe une unité linguistique de l'occitan, dépassant le cadre dialectal. Certains auteurs, minoritaires, pensent cependant qu’il n’existe pas une, mais des "langues" d’oc. Le gascon et le catalan posent aussi un problème de classification vu certains côtés ibéro-romans Pierre Bec (La langue occitane, Q. S. J. ? Presses universitaires de France, 1963 / réed. 1995) explique qu'« Il est difficile de séparer le catalan de l'occitan si l'on n'accorde pas le même sort au gascon » (p. 50), mais il précise aussitôt que « Le problème, en réalité, a été entaché de considérations extra-scientifiques plus ou moins conscientes » (id. p. 50). La séparation du catalan s'explique selon lui pas des facteurs historiques que le gascon n'a pas connus: « le catalan a été pendant des siècles l'expression externe d'un pouvoir politique et d'une hiérarchie ecclésiastique conduisant peu à peu à la création d'un noyau culturel totalement indépendant du sud de la France, à partir du XIIIe siècle» (pp. 50-51). En tout cas, dans cet ouvrage, Bec analyse le gascon dans le cadre de l'occitan. Occitan et catalan sont regroupés sous la désignation de groupe linguistique occitano-roman. Les différents dialectes de l’occitan sont :
- le limousin
- l’auvergnat
- le vivaro-alpin
- le gascon, considéré parfois avec ses spécificités comme une langue du domaine "ibéro-roman" à l'instar du catalan
-l’aranais est la variété de gascon pyrénéen en usage dans le Val d'Aran (en Catalogne), où elle a un statut de langue officielle.
-la langue sifflée pyrénéenne était utilisée dans la vallée d'Ossau (Béarn, village d'Aas). Elle se base sur la phonétique du gascon de cette région. Les langues sifflées sont rares dans le monde. Dans le cas des Pyrénées, elle permet une communication à longue distance.
- le languedocien
- le provençal
- le shuadit ou judéo-provençal est considéré comme éteint depuis 1977, disparition imputable à la Shoah. Toutefois, les travaux de René Moulinas, Les Juifs du Pape, montrent que les Juifs provençaux parlaient provençal comme leurs compatriotes chrétiens. Les Juifs du Comtat Venaissin (Vaucluse) parlent la langue d'oc dans la même proportion que les autres Comtadins encore aujourd'hui. Le "judéo-provençal" a été très étudié par l'ancien empereur Pierre II du Brésil, une fois que celui-ci fut détrôné. Il parlait la langue d'oc (notamment dans sa variante provençale), mais il avait aussi une bonne connaissance de l'hébreu.
- les parlers catalans sont aujourd'hui souvent détachés de l'occitan: d'une part par l'évolution naturelle autonome du catalan, d'autre part, par les nombreuses influences espagnoles qu'il y a dans cette langue pour des raisons bien compréhensibles; et enfin par les aspects historiques (destinée séparée de la couronne de Catalogne-Aragon, dès le XIIIe siècle) qui poussent à considérer le catalan comme une langue propre. Les influences espagnoles sur le catalan sont présentes de manière plus nette qu'en occitan. Enfin, la normalisation du catalan par Pompeu Fabra s'est faite en choisissant certaines formes quelque peu éloignées de l'occitan.
- Les anciens dialectes d'oc du nord-ouest : du Poitou, de la Saintonge, de l’Aunis ainsi que de l’Angoumois sont remplacés par des dialectes d’oïl depuis la peste noire de 1349 et les guerres meurtrières qui s'y sont déroulées. En effet, la région fut décimée à 90 % et repeuplée de manière massive par des populations francophones (parlant la langue d'oïl) venus de régions plus au nord. Les parlers d’oïl actuels de ces régions conservent quelques traits d’origine occitane (ex : le mot tarantelle pour désigner une araignée). Cette région avait un dialecte occitan spécifique, très proche du limousin. Il était le dialecte d'expression poétique du troubadour Richard Cœur de Lion (Richard Còr de Leon), roi d'Angleterre et prince-duc d'Aquitaine. La capitale de l’Aquitaine était Poitiers à cette époque, c'est pourquoi de nombreux troubadours (occitanophones) étaient originaire de cette région. Il s'avère que dès le début du XIII siècle les documents de Saintonge, d'Angoumois, d'Aunis et du Poitou étaient déjà écrits dans un parfait français, ce qui pourrait laisser supposer que les dialectes locaux étaient plutôt proche des langues d'oïl que d'une langue d'oc de type limousin. Ou au contraire cela constitue une preuve supplémentaire d'une francisation précoce. En effet, l'utilisation du "bon" français dans les écrits, au détriment de l'usage du parler local démontre une certaine acceptation de l'autorité royale par les élites locales.
- Parlers de transition entre l'occitan et le français. À l'extrême nord, l'occitan de la zone du Croissant a reçu de fortes influences du français, mais les traits occitans y restent prépondérants : cela concerne le nord de la Marche et le sud du Bourbonnais.
- Au nord-est, les zones intermédiaires entre le franço-provençal et l’occitan ont été francisées : Lyonnais, le Forez et le Dauphiné septentrional. L’occitan fut la langue de la noblesse lyonnaise lors de l’apogée de la culture des troubadours.
- Au sud-ouest, l'arrivée récente de populations basques dans la communauté de Bayonne, Biarritz, Anglet a modifié l'usage linguistique, sans toutefois faire disparaître la communauté occitanophone.
- Au sud-est, l'arrivée massive de populations liguriennes à Monaco a réduit l'importance de la communauté occitanophone, sans toutefois la faire disparaître.
- A l'est, dans les Vallées Occitanes du Piémont (Italie), l'usage de l'occitan vivaro-alpin a mieux résisté dans les hautes vallées. Les basses vallées connaissaient une coexistence entre l'occitan, traditionnel, et le piémontais, arrivé récemment. En dehors de cette superposition récente, la limite entre les vallées alpines et la plaine du Pô coïncide avec des frontières linguistiques traditionnelles délimitant l'occitan par rapport aux dialectes italiens.
- A l'est, parler de transition entre l'occitan et l'italien: royasque

Classification supradialectale

Pierre Bec a dit qu'une autre classification "supradialectale" est possible, selon les critères suivants:
- Arvernoméditerranéen
- Limousin
- Auvergnat
- Vivaro-alpin
- Provençal, inclus le sous-dialecte Nissart
- Occitan central, le dialecte Languedocien, excepté le sous-dialecte Sud Languedocien
- Aquitanopyrénéen
- sous-dialecte Sud Languedocien
- Gascon
- Le Catalan qui est une langue Ausbau.

Langue littéraire "unifiée"

Il faut remarquer qu’entre le XI et le XIII siècle, il exista une langue littéraire nommée par les troubadours du nom générique de "langue romane" ou "roman" (elle ne fut jamais désignée comme "occitan" par les auteurs contemporains) pour la différencier du latin. Les auteurs modernes l'ont rapproché de la koinê grecque, qui était une forme de grec relativement unifié sous la période hellénistique (300 av. J.-C. - 300 ap. J.-C.), même si cette dernière langue était plus diverse régionalement qu'on ne le croit trop souvent . La "langue romane" utilisée par les troubadours semblait avoir pour base le dialecte limousin qu'aurait employé le premier troubadour, le duc d'Aquitaine - comte de Poitiers Guillaume IX (1086-1126). Le succès de ce dernier et la présence de certains des premiers troubadours originaires du Limousin et de la Gascogne à la cour de son fils Guillaume X (1126-1137) qui était leur souverain, expliquent facilement la diffusion de cette langue littéraire au sein du duché d'Aquitaine. Le futur Languedoc et la Provence ne connurent les troubadours que par la suite dans la seconde moitié du XII siècle. Pourtant Pierre Bec, grand spécialiste des troubadours indiquait dès 1967 qu' « Il est d’ailleurs difficile de juger de cette langue avec précision puisque nous n’en connaissons qu’une pâle copie, celle que les scribes ont bien voulu nous transmettre dans les différents manuscrits. Si substrat dialectal il y a, c’est souvent celui du copiste qui se manifeste à son insu. Et là, bien souvent, règne l’arbitraire le plus absolu : à un vers d’intervalle, tel ou tel mot se présente, non seulement avec une autre graphie, mais avec un phonétisme appartenant à un dialecte absolument différent. Et que dire encore si l’on compare, à propos d’un même texte, les diverses leçons léguées par les manuscrits ! Il est impossible de dire exactement dans quelle langue ont été écrites les poésies des troubadours »Pierre Bec, La langue occitane, Paris, 1967, p 70-71. En dehors de la littérature des troubadours, on ne peut pas trouver d'éléments prouvant l'usage d'une norme linguistique unifiée dans les chartes et les autres documents du Languedoc, de Provence, d'Auvergne, de Catalogne, du Limousin ou de la Gascogne. Pour résumer, les pratiques écrites étaient assez distinctes d'une région à l'autre et les perceptions accréditant l'idée d'une unification linguistique sur tout l'espace couvrant toutes ces régions ne sont bien souvent que le résultat d'une graphie relativement homogène car issue de la graphie utilisée pour le latin. En tout cas, tous les témoignages historiques médiévaux démontrent que l'espace linguistique que l'on dénomme aujourd'hui "occitan" abritait des peuples qui se considéraient comme différents les uns des autres malgré les proximités linguistiques qui sont d'ailleurs plus perçues depuis le XIX siècle qu'au Moyen Âge (les peuples jusqu'au XII siècle inclus : les Aquitains, les Gascons, les Goths et les Provençaux ; à partir du début du XIV siècle : les Limousins, les Auvergnats, les Gascons, les gens de "la langue d'oc", les Catalans et les Provençaux).

La langue et ses atouts

Richesse du lexique

Le dictionnaire d'occitan usuel comporte environ 50 000 à 60 000 mots, comme pour le français, mais on a aussi pu avancer des chiffres aussi elevés que 450 000 mots Géo (magazine France), juillet 2004, n° 305 - Occitanie au cœur du Grand Sud, propos de Louis Combes (Cantalausa), page 79, ce qui est donné comme comparable à l’anglaisLe Webster’s Third New International Dictionary, Unabridged avec ses addenda de 1993, arrive à environ 470 000 entrées, comme Oxford English Dictionary, 2e édition. Le site web du dictionnaire anglais Merriam-Webster estime qu’on arriverait à un nombre variant entre 250 000 et 1 million de mots.. Le magazine Géo affirme que la littérature anglo-américaine peut être traduite plus facilement en occitan qu’en français, à l’exception des termes modernes technologiques que l’occitan, comme les autres langues, a intégrés. Le lexique est parfois très prolifique, en particulier dans la description de la nature et de la vie rurale. Il existe ainsi 128 synonymes pour signifier l’idée d’une terre cultivée, 62 pour marécages, 75 pour désigner un éclair . Cette richesse s'explique par le fait que l'occitan est composé de multiples dialectes, dont chacun possède son lexique propre, faisant partie intégrante de la langue. De plus l'occitan n'a pas connu d'épuration, contrairement au français qui a été amputé de ses formes dialectales par l'Académie française aux XVIIe et XVIIIe siècle. La langue ayant subi une éclipse pendant la période d’industrialisation, la richesse du vocabulaire lié à la vie de cette époque est moins importante que celle des périodes précédentes. Récemment, un effort particulier a été fait pour développer le vocabulaire (souvent scientifique et technologique) propre aux langues modernes voir par ex. .

Apprentissage de langues étrangères

L’occitan prédisposerait aussi, selon les sources du magazine Géo, à l’apprentissage des langues étrangères. En effet, l’oreille humaine a la capacité d’entendre 24 000 hertz. Cependant, l’usage de la langue maternelle filtre et « déforme » les sons étrangers. Le français n’en perçoit que 5 000 hertz, tandis que l’occitan en perçoit 8 000 au minimum. De plus, l’occitan est une langue romane centrale, ce qui facilite la compréhension des langues latines voisines : italien, espagnol, portugais... L’occitan est la langue romane qui a le plus de points communs avec les autres langues de la même famille. Ci-dessous, une comparaison de l’occitan (dialecte central) et d’autres langues latines : Tableau de comparaison de langues romanes Il ne faut pas oublier que l’anglais a aussi reçu un vocabulaire latin, angevino-normand (langue d'oïl) et occitan. Il existe une certaine proximité de vocable entre l’occitan et l’anglais qui n’a jamais existé ou a disparu en français : jump (anglais) / jumpar (occitan), record / recordar (mais existait en ancien français : recorder), etc.

L’amélioration des connaissances en français

La maîtrise de l’occitan, comme celle d’autres langues romanes, entraîne un accroissement de la faculté de parler avec un langage varié en français. Le français, notamment, a emprunté de nombreux mots d’origine occitane. Cependant, certains dictionnaires français sont mal renseignés au sujet de l’occitan. Ils peuvent se tromper d’origine ou de date d’apparition des termes. En fait, il ne faut pas oublier que l’occitan a servi de zone linguistique de transmission de termes venus du Sud de l’Europe ou du Maghreb. L’italien et le castillan, par exemple, ont fourni nombre de leurs mots au français en passant par l’occitan. Or, certains dictionnaires ne signalent que la langue-source en dernière analyse et non la langue à laquelle le mot a été emprunté. Les dictionnaires plus récents ou universitaires (Grand Robert, Trésor de la langue française) sont relativement à l’abri de ces erreurs. À l’heure actuelle, certains mots occitans permettent de comprendre des mots en français dans un registre populaire, familier, commun ou bien relevé : abelha > abeille, balada > ballade. On peut aussi noter quelques autres mots de création occitane ou dont la forme occitane est à l’origine des mots en français: cocagne, flageolet, gabarit, mascotte, soubresaut, etc.

Langue évolutive

Tout comme dans les autres langues romanes, les emprunts au latin et au grec ancien permettent de créer de nouveaux mots très précis, par exemple pour un usage technologique ou scientifique. De plus, l’Académie de la langue catalane étant très active, l’emprunt direct au catalan est facile et rapide à réaliser, au détriment cependant d’une autonomie de la langue occitane face aux évolutions de la société. D'un autre côté, l'écoute des néologismes d'occitanophones naturels permet aussi des évolutions en utilisant les ressources propres de la langue. Par exemple, pour le mot "parachutiste", on peut dire: "un paracaigudista" (catalanisme) ou "un paracasudista" (italianisme). Tandis que certains occitanophones naturels disent : "un paracabussaire", du verbe "cabussar" qui veut dire: "plonger, tomber la tête la première".

Les péripéties de l’occitan

Repères linguistiques

-Dans les années 700 à 800 : Premières apparitions de mots occitans dans des écrits en latin.
-1002 : Premier texte connu entièrement en langue occitane.
-XI au XIII siècle : Apogée de la poésie lyrique occitane.
-1229 et 1232 : Jaume I El Conqueridor, originaire de Montpellier, conquiert les îles de Majorque et Ibiza ainsi que Valence sur les Musulmans Almohades. Le catalan, non encore différencié de l'occitan médiéval, remplace la langue arabe comme langue officielle.
-Du XII siècle au XIV siècle, influence importante de la littérature occitane (koinê) et des troubadours sur le catalan.
-1539 : Promulgation de l'édit de Villers-Cotterêts ; François Ier impose que la justice soit rendue et signifiée « en langage maternel français et non autrement ».
-1562 : Obligation de l'usage écrit de l'italien par les notaires du Comté de Nice
-1756 : Parution du Dictionnaire languedocien-français de l'abbé de Sauvages.
-1790 : Circulaire de l'abbé Grégoire sur les patois de France.
-1791- 1794 : Lors de l'époque révolutionnaire française, première véritable politique linguistique visant à imposer le français dans toute la nation française (et dans tous les esprits révolutionnaires).
-1802 : Traduction en occitan d'Anacréon par Louis Aubanel.
-1804 : Fabre d'Olivet publie Le Troubadour, poésies occitaniques du XIII siècle (supercherie littéraire : l'auteur, talentueux, de ces textes « traduits », n'est autre que Fabre d'Olivet).
-1819 : Publication du Parnasse occitanien de Rochegude.
-1842 : Histoire politique, religieuse et littéraire du Midi de la France par Mary-Lafon.
-1840-1848 : Publication par fascicules du Dictionnaire provençal-français (en fait pan-occitan) du docteur Honnorat.
-1854 : Fondation du Félibrige par sept primadiers, parmi lesquels Frédéric Mistral, Théodore Aubanel et Joseph Roumanille.
-1859 : Publication de poésies patoises par Antoine Bigot à Nîmes (fables imitées de La Fontaine).
-1859 : Publication de Mirèio (Mireille), poème de Frédéric Mistral.
-1885 : Publication du Tresor dóu Felibrige, de Frédéric Mistral, dictionnaire provençal-français (en fait pan-occitan : le sous-titre indique expressément que l'ouvrage « embrasse les divers dialectes de la langue d'oc moderne »).
-1919 : Fondation de l'Escòla occitana.
-1931 : La Catalogne retrouve un statut d'autonomie et soutient activement la langue occitane.
-1934 : Des intellectuels catalans proclament officiellement la séparation du catalan et de l'occitan.
-1935 : Publication de la Gramatica occitana (selon les parlers languedociens) de Louis Alibert.
-1941 : Le régime de Vichy autorise l'enseignement des langues "dialectales", tels le breton ou l'occitan, dans les écoles primaires. Les langues ethniques officielles dans d'autres pays ne sont pas autorisées : corse (dialectes italiens), alémanique alsacien (dialecte allemand), franciques mosellan et alsacien (dialectes allemand), flamand.
-1943 : Première chaire de languedocien à Toulouse.
-1945 : Fondation de l'Institut d'études occitanes (IEO).
-1951 : La "loi Deixonne" autorise, à titre facultatif, l'enseignement des langues régionales (cette loi, aujourd'hui abrogée, a été remplacée par d'autres textes, législatifs ou réglementaires).
-1959 : Création du parti nationaliste occitan (PNO) par François Fontan.
-1972 : Première université occitane d'été.
-1975 : Loi Bas-Lauriol (France) : l'emploi de la langue française est obligatoire (au détriment de l'occitan notamment) pour les éléments relatifs aux biens et services : offre, présentation, publicité, mode d'emploi ou d'utilisation, l'étendue et les conditions de garantie, ainsi que dans les factures et quittances. Les mêmes règles s'appliquent à toutes informations ou présentations de programmes de radiodiffusion et de télévision (cette loi est aujourd'hui abrogée).
-Années 1980 : création du CAPES d'occitan-langue d'oc (concours de recrutement) et premiers paiements d'enseignants d'occitan (France).
-1989 : création de la première école Calandreta à Pau.
-1992 : Modification de l'article 2 de la Constitution française : « La langue de la République est le français ».
-1993 : Projet de loi Tasca adopté par le gouvernement. Il ne fut pas présenté au Parlement à cause du changement de majorité. Toutefois la loi Toubon en a repris l'essentiel.
-1993 : Parution de la "Petite Grammaire Occitane" de Jean Journot.
-1994 : Loi Toubon : la langue française est la seule langue en France (au détriment des autres) de l'enseignement, du travail, des échanges et des services publics. Il est précisé que cette loi ne s'oppose pas à l'usage des langues régionales de France, mais cette disposition est floue et ne constitue pas une protection réelle.
-1998 : L'occitan aranais est officiel sur le territoire du Val d'Aran en Catalogne.
-1999 : L'occitan est nommé langue nationale, devant être protégée, en Italie.
-2004 : Réduction drastique du nombre de nouveaux postes d'enseignants d'occitan en France.
-2005 : Publication d'une terminologie commune occitan/catalan sur des thèmes scientifiques ou technologiques.
- 22 octobre 2005 : Manifestation de plus de 12 000 personnes à Carcassonne pour la reconnaissance de la langue.
-2006 : L'occitan a le statut de langue co-officielle des Jeux Olympiques d'hiver de Turin (anglais, français, italien et occitan).
-18 juin 2006: L'occitan aranais devient une langue co-officielle avec le catalan sur tout le territoire de la Catalogne (Espagne)
- 17 mars 2007 : Manifestation de plus de 20 000 personnes à Béziers pour la reconnaissance de la langue et la culture occitane.

L’apogée de la civilisation occitane

Langue culturelle et intellectuelle du sud de la France, de la Catalogne et de l'Italie pendant toute la période médiévale, tout particulièrement avec les troubadours (« celui qui trouve », de trobar, « trouver » en occitan). Les troubadours ont inventé l’amour courtois en répandant l’idée novatrice de fidélité à la dame plutôt qu’au seigneur. Leur idéologie s’est rapidement propagée dans toute l’Europe. Ainsi, ils donnent le ton aux cours européennes après les temps tristes qui ont suivi les invasions barbares et créent le style de vie raffiné des cours seigneuriales. L'occitan a été pendant 300 ans (du 12ème au 15ème siècle) la langue de la Cour d'Angleterre. Elle fût parlée par les lettrés de toutes les Cours d'Europe, et utilisée à la Cour de France jusqu'au 17ème siècleLA CRISE DES LANGUES "D'ORIGINE" - magazine
- Dante et l’occitan Au Moyen Âge, Dante est le premier à avoir employé le terme de « lingua d’oco ». Il opposait l’appellation langue d’oc (occitan) à langue d’oïl (le français et ses dialectes) et à la langue de si (l’italien, sa langue maternelle). Il se basait sur la particule servant à l’affirmation : dans la première, « oui » se dit òc, mais oïl dans la seconde, et si dans les dialectes italiens. Les trois termes viennent du latin : hoc pour le premier, hoc ille pour le second et sic pour le troisième. Un des passages les plus notables dans la littérature occidentale en occitan est le 26 chant en parallèle au Purgatoire de Dante, dans lequel le troubadour Arnaut Daniel répond au narrateur : « Tan m’abellis vostre cortés deman, / qu’ieu no me puesc ni voill a vos cobrire. / Ieu sui Arnaut, que plor e vau cantan; / consiros vei la passada folor, / e vei jausen lo joi qu’esper, denan. / Ara vos prec, per aquella valor / que vos guida al som de l’escalina, / sovenha vos a temps de ma dolor ».

La décadence de la langue

Sous la monarchie

Le déclin de l’occitan comme langue administrative et littéraire dure de la fin du au . L’occitan n’a cessé de perdre son statut de langue savante. Au cours du XVIe siècle, la graphie précédemment en usage tombe dans l’oubli (ce qu’a accentué l’ordonnance de Villers-Cotterêts qui impose l’usage administratif du français) . Pierre Bec (op. cit.) précise qu’en 1500 encore la prononciation et la graphie correspondaient mais qu’en 1550 le divorce est consommé. En 1562, le duc de Savoie donne l’ordre aux notaires du Comté de Nice de rédiger désormais leurs actes en italien. À partir de ce moment-là, prolifèrent des graphies patoisantes prenant pour référence les langues officielles. La langue du roi de France finira par s’imposer dans tout le pays dans l’oral (anciennes provinces occitanophones comme le Poitou, la Saintonge ou les Charentes, la Marche et la Basse-Auvergne, ainsi qu’une partie de Rhône-Alpes). Elle s’imposera seulement dans les écrits administratifs et juridiques ailleurs (régions actuellement occitanophones).

Pendant la Révolution

La Révolution française confirmera cette tendance, car les jacobins, pour favoriser l’unité nationale, imposeront le français comme seule langue officielle, ce qui n’empêchera pas la langue d’oc de rester la langue parlée, voire d’être utilisée par les révolutionnaires pour propager plus efficacement leurs thèses. Citations de l'Abbé Grégoire en 1793 :

Actions de la presse

La langue, malgré quelques tentatives littéraires au , ne survit plus que dans les usages populaires rarement écrits et ce jusqu’au avec le renouveau du Félibrige. Les médias occitans deviennent eux-même d'ardents adversaires de l'occitan :

Sous la République : l'école et l'administration

L’occitan restera pour une grande majorité la seule langue parlée par la population jusqu’au début du . À cette époque, l’école républicaine française (dès la III° république) joue un grand rôle dans la disparition de l’usage oral de la langue occitane. D'une part l'école devient gratuite et obligatoire pour tous. D'autre part, le système éducatif français cause un recul important de l'occitan par le biais d’une politique de dénigrement et de culpabilisation des occitanophones. En effet, elle tend à culpabiliser les locuteurs occitans en prétextant que pour réussir dans la vie il faut parler français. La répression de l’utilisation de la langue au sein de l’école est très importante : sévices physiques, humiliations... À cette époque, on dit qu'« il est interdit de cracher par terre et de parler patois ». Le terme de patois est d’ailleurs contestable car péjoratif« langage corrompu et grossier, tel que celui du menu peuple », Dictionnaire de Furetière (1690), ou « langage corrompu tel qu'il se parle presque dans toutes les provinces On ne parle la langue que dans la capitale... », Encyclopédie de Diderot et d'Alambert. Il a eu pour but de faire oublier que l’occitan est une langue et de faire croire que l’utilisation du patois était obscurantiste car elle n’était pas la même d’un village à l’autre.

Mutations sociales

Les changements sociaux du début du XXe siècle sont aussi à l’origine de la dépréciation de la langue. Avec la révolution industrielle et l’urbanisation, ne parler que l’occitan constituait un handicap pour accéder à des postes importants. De nombreux parents ont alors choisi de ne parler que le français à leurs enfants. Pourtant, pour eux-même, le français était la langue de l’école et de l’administration, mais ce n’était pas leur langue maternelle.

Déclin démographique

Les hécatombes de la première guerre mondiale ont singulièrement accéléré le mouvement de francisation. En effet, en Occitanie, il existait des comportements démographiques spécifiques: le choix de l'enfant unique. On peut légitimement considérer, que le dynamisme linguistique occitan est mort avec le déclin démographique des occitans.

L'immigration

Suite aux pertes de la Première Guerre mondiale, l'Occitanie a eu recours dès les années 1920 à l'immigration étrangère pour se repeupler et se rebâtir (espagnols, italiens, arméniens, ...). Les nouveaux arrivant ont appris la langue qui était incontournable pour s'intégrer: le français. Cette immigration fut essentiellement urbaine occasionnant de ce fait une dilution des occitanophones en ville et une coupure avec les populations rurales, encore largement occitanophones. Il est à noter que les rares immigrants en zones rurales ont souvent appris l'occitan et l'on parfois transmis à leurs enfants.

Formes modernes d'anti-occitanisme

Les adversaires de l'occitan existent encore aujourd'hui, sous diverses formes : Les citations sont tirées de : PUJOL J-P., 2004. Sottisier à propos des minorités ethniques. Le petit florilège chauvin, Éd. Lacour- Rediviva, août 2004, 66 p.

Les renaissances de la langue

Première renaissance

Alors que la langue semble fortement attaquée, différents mouvements de défense de la littérature occitane naissent. Pendant la période 1650-1850, la langue se renouvelle. On assista à divers courants qui ont convergé l’un vers l’autre pour redonner du prestige à la langue. La reconnaissance de la littérature occitane peut être attribuée, notamment, à l’agenais Jacques Boé (dit Jasmin) et au nimois Jean Reboul. Cette première renaissance a préparé l’avènement du Félibrige. On distingue :
le mouvement savant
Après l’oubli des troubadours, ceux-ci connaissent dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle un renouveau d’intérêt. Dans les cercles aristocratiques méridionaux, on remet en cause la prétendue suprématie littéraire du français. On assiste à une recherche linguistique et littéraire. On retrouve le goût romantique pour le Moyen Âge. Le folklore, les romans et les contes champêtres présentent de l’intérêt. Les historiens travaillent sur la « croisade des Albigeois » et sur l’histoire du Midi.
le mouvement ouvrier
. Ce vers est la jonction de deux courants de l’occitan renaissant. L’un : la « langue » : son « patois » quotidien ; l’autre : la « lenga romana » est une marque d’érudition. Le patois est vu comme une langue d’un rang très haut. L’amour pour le peuple et ses misères est chanté par Victor Gélu.
le mouvement bourgeois et esthète
A contrario des « savants » qui sont tournés vers le passé dans un sens de recherches érudites et des « ouvriers » qui mettent en avant leurs dynamisme de prolétaires, les poètes bourgeois (ou de petite noblesse) se situeront entre les deux. Le mouvement est plus amateur, mais avec une grande passion pour la langue.
le mouvement utilitaire
Le Dr Honnorat comprit la nécessité de plus de réalisme linguistique. La langue avait perdu sa codification orthographique et morphologique. L’indiscipline dans la grammaire ou la graphie était même revendiquée dans le mouvement ouvrier. Honnorat a publié son dictionnaire provençal-français dès 1840. C’est un précurseur qui redonne à l’occitan sa dignité et sa cohérence.

Seconde renaissance

Une première tentative de retour à une norme graphique a lieu au XIXe siècle : elle est conçue par Joseph Roumanille et popularisée par Frédéric Mistral. La seconde renaissance littéraire de la langue s’est faite au XIXe siècle sous la conduite du Félibrige. À cette époque la langue est essentiellement utilisée par le peuple rural. Mistral et ses confrères du Félibrige ont redonné du prestige à la langue, en lui donnant une norme et des œuvres littéraires. Leur action a parfois été mêlée d’une volonté politique. Les félibres ont dit : « une nation qui n’a qu’une littérature, une nation qui détruit les langues périphériques, c’est une nation indigne de son destin de nation ». L’occitan, sous sa forme provençale et sa graphie avignonnaise, a été diffusé bien plus loin que les frontières de l’occitanophonie. Encore aujourd’hui la littérature mistralienne est étudiée dans des pays comme le Japon ou en Scandinavie. Mistral est le seul auteur uniquement occitanophone à avoir été récompensé pour son œuvre au plus haut point, il a reçu le prix Nobel de littérature. La réforme linguistique mistralienne trouva son meilleur ouvrier dans Auguste Fourès de Castelnaudary (1848-1891) qui, dans ses divers recueils poétiques, l’acclimata en Languedoc. Plus tard, d’autres écrivains du Languedoc ou du Limousin Antonin Perbosc (1861), Prosper Estieu (1860), Roux (1834-1905) tentent d’unifier la langue. Ils ont restauré la graphie classique et ont débarrassé la langue de gallicismes. Le système Perbosc-Estieu devient la base de la graphie de l'occitan « moderne ». Le lexicographe et grammairien Louis Alibert, soutenu par les catalans, publie en 1935, à Barcelone: la Gramatica occitana segon los parlars lengadocians. Il perfectionne l'écrit pour établir la graphie classique inspirée de la norme ancienne et adaptée à la langue moderne.

Exemples de graphie occitane moderne

Lecture et prononciation :
- "a" final atone : le plus souvent , mais à Nice et dans les Alpes (exemple : Niça)
- "o" = français (exemple : lo solèu)
- "ò" = ouvert français, parfois , selon les régions
- "nh" = français (exemple : la montanha)
- "lh" = français (exemple : la filha)

Époque contemporaine

Malgré une période de forte dévalorisation de la langue (voir le chapitre sur la décadence), de nouveaux auteurs voient le jour : - Max Rouquette (1908-2005) a joué un rôle irremplaçable dans le maintien de la culture occitane et dans sa revivification profonde. Il a été traduit aux États-Unis, en Allemagne et au Japon, puis plus tard il traduisit lui-même ses œuvres en français. La Comédie-Française lui rend aujourd’hui hommage. - Félix-Marcel Castan (1923-2001), philosophe, est devenu le meneur des réflexions sur l’occitanisme et la décentralisation culturelle. Il est le premier à établir :
- l’anti-narcissisme historique des peuples de langue d’oc' (aucun mouvement pour la création d’un royaume ou d’un État propre),
- la participation pionnière et de premier plan des écrivains occitans à l’idée d’une nation française contractuelle, non ethnique,
- la logique anti-unitariste, donc culturellement pluraliste, de toute la littérature occitane, de l’époque post troubadouresque à aujourd’hui.
- il a redonné aux troubadours leur rôle littéraire incontournable.
- il a rappelé l’importance d'Olympe de Gouges (1748-1793), pionnière du féminisme. - Bernard Manciet, (1923-2005), diplomate et entrepreneur gascon, est un des poètes paradoxaux les plus considérables. - Robert Lafont (1923), universitaire (linguiste et historien de la littérature d'oc), poète, dramaturge, romancier et essayiste. - Pierre Bec (1921), spécialiste de langue et littérature d’oc et écrivain, a publié en 1997 Le Siècle d’or de la poésie gasconne (1550-1650). - François Fontan, fondateur des principes de l’ethnisme. - Jean Boudou (1920-1975) est un romancier, un conteur et un poète qui a écrit toute son œuvre en occitan. Son nom en occitan est Joan Bodon . En 1931-39, l’autonomie acquise par la Catalogne, qui soutient l’occitanisme, redonna un coup de fouet au dynamisme occitan. L’IEO (Institut d’Estudis Occitans) œuvre depuis 1945 pour la défense et la promotion de la langue occitane. Son action est responsable en grande partie de la sauvegarde et du développement de l’occitan. Il intervient dans : - la recherche - les études, colloques et publications - la promotion de l’enseignement de l’occitan - la formation : stages, rencontres d’été... - les centres de vacances jeunesse - les arts plastiques : expositions - la musique - l’édition : l’IEO est le plus gros éditeur de langue d’oc avec ses collections : prose, poésie, vulgarisation, livres pour les enfants... De plus, les sections régionales et départementales de l’IEO, les Cercles occitans locaux participent à l’animation et à la vie culturelle du pays. En 1951, la loi Deixonne autorise l’enseignement de l’occitan dans les établissements scolaires en France. Cette loi sera complétée ensuite par la création d’un CAPES (Certificat d’aptitude pédagogique à l’enseignement secondaire) d’occitan en 1991, bien que le nombre de postes proposés soit en-dessous des besoins et de la demande.

Période récente

Statut actuel de l’occitan

22 octobre 2005 : Manifestation de plus de 12 000 personnes à Carcassonne pour la reconnaissance de la langue.
- France : le français est la seule langue officielle. Bien que l’Union européenne prône la défense des langues minoritaires, l’État français a modifié l’article 2 de la Constitution en 1992 pour stipuler que « La langue de la République est le français ». Cet article, conçu pour se défendre de l'impérialisme linguistique anglo-américain, est utilisé fréquemment par le système politique et judiciaire (Conseil constitutionnel, Conseil d'état) pour annuler les rares dispositions favorables aux langues régionales. Ainsi, la France n’a pas ratifié la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires après avis contraire du Conseil constitutionnel. La mise en place du Code de l'éducation a aussi réduit les possibilités offertes par la loi Deixonne, qui a été remplacée par cette loi. La politique des langues régionales et minoritaires (lois sur les langues régionales, enseignement...) . Dans certaines communautés de l'Occitanie, on retrouve un affichage bilingue incluant la variante locale de la langue occitane.
- Monaco : le français est la seule langue officielle. (recensement 1988).
- Espagne : l’occitan a un statut co-officiel en Catalogne.
- Italie : l’occitan vient d’obtenir un statut qui prévoit une normalisation comme celle qui existe dans le Val d'Aran. Mais il faut encore attendre que les lois d’application se mettent en place. La Constitution précise, comme en France, que « La langue de la République est l’italien ». Cependant, l'occitan possède le statut de langue officielle (avec une dizaine d'autres langues dont l'italien). Le parlement italien a adopté en 1999 une loi destinée aux minorités linguistiques du pays : loi du 15 décembre 1999, n° 482, « Norme in materia di tutela delle minoranze linguistiche storiche », en français: « Normes en matière de protection des minorités linguistiques historiques ». L’article 2 de la loi est explicite, car il énumère les minorités touchées par la loi : y sont compris les Occitans et les Catalans. En vertu de l’article 6 de la Constitution et en harmonie avec les principes généraux établis par les organisations européennes et internationales, la République protège la langue et la culture des populations albanaise, catalane, germanique, grecque, slovène et croate, et de celles qui parlent le français, le francoprovençal, le frioulan, le ladin, l’occitan et le sarde.
- Union européenne : la langue occitane n'est pas reconnu comme langue officielle. En effet, les trois pays européens concernés n’ont pas officialisé leurs langues régionales au niveau de l'Europe. Ces langues ne sont pas des langues officielles de travail et l'occitan a seulement un statut de langue régionale et minoritaire. Ces dernières années deux grandes manifestations unitaires pour la langue occitane ont rassemblé 12 000 personnes environ à Carcassonne en octobre 2005 et 20 000 personnes environ à Béziers en mars 2007. Des gens de toutes tendances politiques et de tous dialectes occitans ont ensemble réclamé à ces deux occasions une plus grande reconnaissance des pouvoirs publics pour la langue occitane, une présence amplifiée de la langue dans les médias publics et un accès facilité à l'apprentissage de la langue à l'école publique.

Utilisation

Les deux tiers des sondés considèrent que la langue est plutôt sur le déclin. Le déclin est aussi souligné par les institutions européennes, ainsi que l’UNESCO. Les dialectes occitans sont classés en situation de danger important ou très important de disparition. Ce déclin est peut-être l'explication au fait que seulement 5% de la population occitanophone active (12% en Aquitaine) transmette sa langue à ses descendants (en France). Ce taux de transmission est très faible, bien qu'il soit meilleur que pour d'autres langues régionales de France (ex : breton, francoprovençal, ...). À ce rythme, l'occitan sera probablement dans la situation sociale de l'irlandais dans une ou deux générations, c'est-à-dire qu'il subsistera un nombre encore notable de personnes occitanophones, mais les locuteurs de l'occitan seront isolés au sein d'un large territoire linguistique occitan. Cependant dernièrement, une jeune génération qui se ré-occitanise est apparue. Elle n’a plus honte de parler le « patois ». Cette génération est principalement d’origine rurale, ou issue de milieux cultivés ayant effectué des études supérieures. Le nombre d'élèves suivant un enseignement en occitan (hors catalan) en 2000/2001 était de 71 912 personnes. Certaines régions (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, et dans une moindre mesure, Provence-Alpes-Côte d'Azur) ont développé une politique en faveur de la langue et de la culture d'oc. Cela consiste à donner des aides pour l’enseignement, les mouvements culturels, les publications, à soutenir les émissions de télévision en occitan (magazines, journaux d’informations, web-tv) et à favoriser l’emploi public de l’occitan. Dans les autres régions occitanes françaises, les actions sont pratiquement à un niveau nul. La réalité occitane est une part constitutive de la culture européenne. Elle est reconnue et étudiée comme telle dans les universités étrangères : en Allemagne, aux États-Unis, en Scandinavie, au Japon même... L’occitan est étudié dans des universités du monde entier dans le cadre des études des langues romanes. La langue et culture occitanes peuvent s'étudier également un peu partout dans le monde, par exemple dans les universités en http://recherche.univ-montp3.fr/mambo/slo/fr/enseignement.html Université de Montpellier :
- Allemagne
- Belgique
- Brésil
- Canada
- Danemark
- Espagne
- États-Unis
- Finlande
- France
- Grande-Bretagne
- Italie
- Japon
- Pays-Bas
- Roumanie
- Suisse En Principauté de Catalogne, l’apprentissage de l’occitan est possible à l’école (y compris hors de la zone occitanophone). En France, elle a été longtemps refoulée par l’école, elle commence à être reconnue dans l’enseignement officiel : cours d’occitan en options ou bilinguisme des écoles calandretas. Même le gouvernement français, dans son rapport de 1998 sur les langues régionales, reconnaît aujourd’hui, que « l’occitan se caractérise par son extension géographique, de loin la plus importante ramenée au territoire français, et par une production culturelle -en particulier littéraire- au prestige certain, à la fois très ancienne et vivace ».

Développements récents

- En février 2004, le gouvernement a diminué le nombre de recrutement de professeurs enseignant l'occitan (diplômés du CAPES d'occitan). Cette diminution est la conséquence d'une réduction budgétaire. Le nombre de postes de CAPES d’occitan était de dix-sept (plus un en école privée) en 2002, treize en 2003 et de quatre postes pour 2004. Remy Pech, président de l’Université Toulouse le Mirail a déclaré que c’est « en totale contradiction avec les objectifs de la décentralisation républicaine annoncée par le gouvernement ». Le Parti occitan considère que c’est « une liquidation programmée de l’enseignement de l’occitan ». Alain Rainal de la Fédération des enseignants de langue et culture d’oc (FELCO) parle de liquidation de l’enseignement de l’occitan et donc de liquidation de la langue occitane. En effet, les postes de CAPES diminuent de 30% en moyenne; le CAPES d’occitan diminue, lui, de 71%. Selon lui, le gouvernement demande plus de solidarité aux plus pauvres, et demande moins aux plus riches. Il rajoute que les langues et cultures régionales, c’est quelque chose de très important, un patrimoine inestimable. Donc cela mérite de ne pas être baissé, mais au moins d’être laissé au niveau d’avant. M. Rainal rajoute : que cette nouvelle est inquiétante pour l’enseignement de l’occitan bilingue ou trilingue. Les parents d’élèves savent qu’il y a une possibilité de valoriser professionnellement cette connaissance acquise. Le nombre de postes au concours se réduisant, il faudra passer un concours pour seulement quatre postes. Cela crée une grande difficulté et n’accorde que peu de perspectives professionnelles (.
- mars 2004 : Occitan lenga e cultura olímpica Les jeux Olympiques d'hiver 2006 de Turin se sont déroulés aussi dans des vallées occitanes du Piémont. La « Chambra d’Òc » ainsi que les institutions politiques de la province de Turin, les communautés de montagne (Val Pelis, Val Cluson, haute val Susa) et la commune de Bardonèche avaient demandé que l’occitan fasse partie des langues officielles des Jeux, demande qui n'a pas été suivie d'effet. Il y a eu de toute façon des manifestations publiques comme la présentation du festival de Rodez par exemple. Pour plus d’informations sur l’occitan dans la province de Turin :
- mars 2004 : Journal TV en occitan La BTV (Barcelona Televisió) diffuse chaque semaine un journal télévisé en occitan appelé « Inf’òc ». Ces émissions de la télévision catalane sont tantôt en gascon, tantôt en languedocien. La zone de diffusion couvre Barcelone, bien entendu, mais aussi Girona, Sant Cugat, Mataró
- juillet 2004 : Terminologie occitane et catalane commune Les catalans et les occitans travaillent ensemble sur la terminologie. C’est ce qui a été décidé en juillet lors d’une réunion dans le Val d’Aran. Une convention a été passée entre l’Institut d’estudis catalans, l’Institut d’estudis occitans, le Conseil général d’Aran et Termcat pour publier des lexiques en 2005. Quatre lexiques ont été créés dans les domaines des mathématiques, de la biologie, de l’écologie, de l’internet et de la téléphonie mobile. Termcat (organisme chargé de travailler sur la terminologie du catalan) a proposé de mettre son travail à disposition. En effet, 90% du lexique catalan est directement applicable à l’occitan. Ces lexiques, et ceux qui suivront, seront particulièrement utiles aux enseignants : de l’école primaire jusqu’au lycée, et même au-delà.
- mars 2005 : Nouveau statut pour le Val d’Aran Le Conseil général d’Aran a demandé un nouveau statut à la région de Catalogne en Espagne. Ce statut lui permettrait d’avoir des compétences propres afin de négocier des accords avec les régions occitanes de France. De plus, le Conseil général gérerait lui-même les actions concernant la langue et la culture aranaises. Par ailleurs, une demande de co-officialité de l’occitan et du catalan dans toute la région a été formulée. Ceci aurait pour conséquence de faire reconnaître l’occitan comme une des langues officielles de l’Espagne. Le 30 septembre 2005, le parlement catalan a adopté à la majorité absolue le projet de nouveau statut d’autonomie de la Catalogne. Le nouveau statut reconnait dans son article 9.5 l’officialité (dans toute la Catalogne) de "la langue occitane, dite aranès dans le Val d’Aran". La reconnaissance de Val d'Aran dans le Statut aussi a été soutenu par les partis ERC et ICV-EUiA, alors que le PP Catalan était partisan de reconnaître dans le Statut la singularité d'Aran, mais en aucun cas de se référer à ce territoire comme une "réalité nationale occitane". Le projet a reçu l’aval de Madrid pour que ce statut devienne loi. Le parlement espagnol avait notamment supprimé le terme «nation» de l'article premier pour qualifier la Catalogne. Certains politiciens espagnols considérent que le projet de nouveau statut est un pas vers la division de l’État et qu’il n’est donc pas conforme à la Constitution. Le 18 juin 2006, le référendum concernant le nouveau statut pour la Catalogne est largement approuvé par la population catalane: plus de 70% de votes favorables. Trois partis avaient appelé à voter «oui»: le Parti Socialiste Catalan (PSC, à la tête du gouvernement régional), les communistes et les verts d'Iniciativa per Catalunya (ICV, membre de la coalition gouvernementale) et les démocrates-chrétiens de Convergencia i Unio (CiU). Les républicains indépendantistes catalans d'Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) avaient appelé à voter «non», de même que le Parti Populaire (PP, droite centralisatrice). Les premiers reprochent au nouveau statut de ne pas reconnaître la Catalogne comme "nation" et de ne pas donner totale autonomie à la région sur les impôts, sur les ports et les aéroports. Les seconds estiment que le texte accorde trop d'autogestion, notamment fiscale, à la Catalogne et qu'il est "anticonstitutionnel". Le Statut donne l'officialité à l'aranais et considère le Val d'Aran "réalité occitane". L'article 11, du nouveau statut dit : . Le second paragraphe annonce : . . D’autre part, dans l'article 6, se référant aux langues de Catalogne, figure dans le nouveau Statut que .
- Juillet/août 2007 : un service pour l'occitan sera créé en Catalogne La Généralité de Catalogne va créer un service pour développer l'officialité de l'occitan
La Setmana'' n°624 du 9 au 15 août 2007, page 2

Notes & Références

Bibliographie

- Pierre Bec, Manuel pratique d'occitan moderne, Picard, 1973 (2me édition 1983)
- Pierre Bec, La Langue occitane (PUF, Que sais-je ? n° 1059, 128 pages), 1963 (5me édition 1986, 6me édition corrigée janvier 1995)
- Werner Forner, « Le mentonnais entre toutes les chaises ? » (Regards comparatifs sur quelques mécanismes morphologiques), Université de Siegen in Lexique français-mentonnais, S.H.A.M., p. 11 à 23.

Voir aussi

;
Sujets connexes
Aas   Académie française   Albanie   Allemagne   Alpes   Alpes-Maritimes   Ancien français   Anglais   Anglet   Angleterre   Angoumois   Années 1920   Antonin Perbosc   Aquitaine   Aquitains   Araignée   Aranais   Argentine   Arnaudville   Aunis   Ausiàs March   Auvergnat   Auvergne   Barcelone   Bardonèche   Basque   Bayonne   Belgique   Bernard Manciet   Biarritz   Bourbonnais (duché)   Brenne   Bresse   Breton   Brésil   Buenos Aires   Béarn   Béziers   Calabre   Californie   Canada   Caractéristiques phonétiques de l'occitan   Carcassonne   Caroline du Nord   Catalan   Catalogne   Chanson traditionnelle en occitan   Charente Limousine   Charte européenne des langues régionales ou minoritaires   Chili   Code de l'éducation   Col de Tende   Croatie   Croisade des Albigeois   Croissant (Occitanie)   Cévennes   Danemark   Danièle Sallenave   Dante Alighieri   Dauphiné   Dialecte   Digramme   Emprunt lexical   Espagne   Ethnisme   Europe   Fenouillèdes   Finlande   Forez   France   Francique   Francoprovençal   Français méridional   François Fontan   Frioulan   Frédéric Mistral   Félibrige   Félix Castan   Gard   Garonne   Gascon   Gaule   Gironde   Grammaire occitane   Grande-Bretagne   Graphie   Grec ancien   Grèce   Guardia Piemontese   Guillaume IX de Poitiers   Guillaume X de Poitiers   Généralité de Catalogne   Géo (magazine)   Gévaudan   Gênes   Heilbronn   Houma (Louisiane)   Idaho   Institut d'Estudis Catalans   Irlandais   Israël   Italie   Jacobinisme   Jacques Ier d'Aragon   Japon   Jasmin (Jacques Boé, dit)   Jean-Baptiste Colbert   Jean Boudou   Jean Reboul   Jeux Olympiques d'hiver   Joseph Roumanille   Jules César   Jules Ronjat   La Setmana   Ladin   Langue d'oïl   Langue minoritaire   Langue officielle   Langue véhiculaire   Languedoc-Roussillon   Languedocien (dialecte)   Langues indo-européennes   Langues par famille   Langues romanes   Latin   Le Monde   Lexique   Ligure   Limousin   Limousin (dialecte)   Linguistique   Liste des langues par nombre total de locuteurs   Loi Deixonne   Loire (fleuve)   Lombard (langue)   Louis Alibert   Louisiane   Lozère   Lyonnais   Léon Bérard (1876-1960)   Massif central   Massif du Jura   Mataró   Max Rouquette   Mentonasque   Mexique   Midi-Pyrénées   Midi de la France   Missouri (État)   Monaco   Montpelier   Montpellier   Monégasque   Moyen Âge   Musique en occitan   Niçois   Norme bonnaudienne   Occitanie   Occitanisme   Olympe de Gouges   Ordonnance de Villers-Cotterêts   Oregon   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Parlement   Parlers gallo-italiques   Pays-Bas   Pays basque   Pierre Bec   Pigüé   Pise   Piémont   Piémontais   Poitevin-saintongeais   Poitou   Poitou-Charentes   Pompeu Fabra   Prix Nobel   Prononciation de l'occitan   Prosper Estieu   Provence-Alpes-Côte d'Azur   Provençal   Pyrénées   Pyrénées-Atlantiques   Pyrénées-Orientales   Périgord   Quid   Rabbin   Rhône-Alpes   Richard Ier d'Angleterre   Robert Lafont   Rodez   Rome   Roumanie   Roya   Royasque   Révolution française   Révolution industrielle   Saint-Sébastien (Espagne)   Saintonge   Sarde   Scandinavie   Shoah   Signalisation bilingue   Slovénie   Société d'art et d'histoire du Mentonnais   Sologne   Suisse   Superstrat   Suse (Italie)   Tarentisme   Troubadour   Turin   Union européenne   Université de Siegen   Uruguay   Val d'Aran   Val de Suse   Vallées Occitanes   Var (département)   Vermont   Victor Gélu   Vivaro-alpin   Werner Forner   XIIIe siècle   XIIIe siècle av. J.-C.   XIVe siècle   XIXe siècle   XIe siècle   XVIe siècle  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^