Tsahal

Infos
Tsahal (hébreu : צבא הגנה לישראל - - Tsva Haganah Le-Israel : Forces de défense israéliennes, abrégé en hébreu par Tsahal) désigne l'armée israélienne qui fut fondée le 26 mai 1948, en remplacement des organisations armées antérieures, dont la principale était la Haganah. Elle comprend tous les corps d'armée dont l'Armée de l'air, la Marine et des services secrets.
Tsahal

Tsahal (hébreu : צבא הגנה לישראל - - Tsva Haganah Le-Israel : Forces de défense israéliennes, abrégé en hébreu par Tsahal) désigne l'armée israélienne qui fut fondée le 26 mai 1948, en remplacement des organisations armées antérieures, dont la principale était la Haganah. Elle comprend tous les corps d'armée dont l'Armée de l'air, la Marine et des services secrets.

Capacités militaires

Tsahal est équipée de matériels très sophistiqués, notamment grâce à une aide financière et matérielle des États Unis et à des firmes israéliennes à la pointe de la technologie comme Elbit Systems, Rafael, IAI... Tsahal possède un corps blindé, un corps de marine, l'armée de l'air et les fantassins.
- Le corps blindé est composé de près de chars de combat (sans compter l'artillerie, les transports de troupes, les hummers et les jeeps). Ces tanks sont des Centurions, des M60A1 et 3, des Merkava 1, 2, 3 et 4.
- La Marine israélienne possède 3 sous-marins (bientôt 5) "Dolphin", 15 navires de guerre et 48 patrouilleurs. La marine compte également des membres de forces spéciales.
- L'armée de l'air est sans doute le point fort de Tsahal, elle comprend plus de 710 avions de combat modernes notamment des F16 et des F15. L'armée de l'air comprend aussi 181 hélicoptères de combat. L'armée de l'air israélienne se démarque également sur la scène internationale grâce aux nombreux drones (avions sans pilote) d'attaques et de reconnaissance qu'Israel produit et utilise dans l'armée pour éviter toute perte humaine. Grâce à l'invention du "Shouval", Israel s'est mis en avant et démarqué des autres fabricants de drones.
- Tsahal compte dans ses rangs environ soldats mais peut mobiliser réservistes sous les drapeaux, ce qui reste peu par rapport à l'Iran ou à la Syrie mais a un avantage conséquent grâce à sa technologie militaire. La firme israelienne "Elbit Systems" a créée le premier robot soldat. En effet, cette firme a inventé le "VIPeR" qui est transportable dans le sac à dos d'un soldat, armé d'un Uzi, télécommandé à distance, capable de lancer des grenades, tirer au Uzi, monter et descendre des escaliers et tout terrain.
- Tsahal possède également des missiles très puissants comme le lanceur "Shavit" qui a une portée de 4 800 km, des missiles Popeye-3 air-sol d'une portée de 350 km, des missiles air-sol guidés par GPS, des missiles de croisière, des missiles balistiques comme le Jericho 1, 2 et probablement le 3 qui peut en théorie atteindre Téhéran.

Commandement

Tsahal a été longtemps commandée par des généraux issus des corps "terriens" et en particulier du corps blindé mécanisé. Un aviateur, le général Dan Halutz, a succédé en août 2005 au général Moshe Yaalon, un parachutiste, en tant que chef d'état-major de l'armée. Cette nomination marque la reconnaissance de l'évolution de Tsahal et de l'importance stratégique prise par l'armée de l'air avec ses avions, ses hélicoptères, ses drones, ses forces spéciales, et du travail accompli contre le terrorisme sous des formes d'actions inédites — assassinats ciblés — plus économes de la vie des soldats israéliens que les formes traditionnelles terrestres. Cette nomination marque aussi la prépondérance de la réponse aérienne, dans la réflexion stratégique israélienne, face à la menace nucléaire iranienne et constitue donc aussi un message clair à ce pays. Selon le général Ziv : . Mais suite au conflit de l'été 2006 qui opposa Tsahal au Hezbollah, beaucoup se sont élevés contre les responsables politiques et militaires d'Israël. En particulier, les démissions du Premier ministre Ehud Olmert, du ministre de la Défense Amir Peretz et du Chef d'État-major Dan Halutz ont été demandées. Le 16 janvier 2006, Dan Halutz présente sa démission. Le 22 janvier, il est remplacé par le général Gabi Ashkenazi. Celui-ci avait quitté l'armée en 2005, suite à la nomination de Dan Halutz à ce poste qu'il convoitait. Il avait alors été nommé Directeur général du Ministère de la Défense, poste qu'il occupait jusqu'à cette nouvelle nomination. Cette nomination doit encore être accepté par le gouvernement et une commission juridique mais elle marque déjà le retour d'un militaire d'infanterie à ce poste.Lemonde.fr avec AFP. Le général Gabi Ashkenazi est nommé chef d'état-major de l'armée israélienne. 22 janvier 2007.

Évolution

Tsahal, depuis 1987 et la première intifada palestinienne, vit une profonde mutation, due, d'une part, aux débats de la société israélienne partagée entre un camp de la paix et un camp défendant une ligne plus dure, et d'autre part à une nouvelle stratégie politique et diplomatique, favorisant une recherche de la profondeur stratégique, donnant plus d'importance à l'armée de l'air et à la marine. La nomination, en août 2005, d'un ami proche d'Ariel Sharon, le général d'aviation Dan Halutz en tant que chef d'état-major de l'armée, marque le début d'une évolution stratégique de grande importance de Tsahal. Il a pour ambition :
- de réduire les effectifs pléthoriques — personnes —, en réduisant le temps de conscription, actuellement de 3 ans pour les garçons et de deux ans pour les filles, auxquels s'ajoutent un mois de réserve par an ;
- de rajeunir le corps des généraux ;
- de réformer la formation des jeunes officiers, jugée insuffisante, en particulier mieux les préparer à intervenir dans des situations complexes de crises ;
- de créer un corps de sous-officiers ;
- de modifier les grands commandements territoriaux, en "interarmisant" ;
- de renforcer la culture de projection de Tsahal ;
- d'intégrer l'armée israélienne dans des modes d'actions multinationaux. Israël détient le record mondial en dépenses d'armements par habitant qui s'élève à $. La période de conscription est de trois ans pour les hommes et de deux ans pour les femmes avec une période de réserve d'un mois par an.

La question nucléaire

Bien que ce volet de la défense israélienne n'ait jamais été ni confirmé ni infirmé par le gouvernement, les experts considèrent comme certain que Tsahal dispose d'un programme nucléairehttp://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/3340639.stm. Il est admis, tant sur la scène nationale qu'internationale, qu'il s'agit d'un tabou d'ordre tactique et non véritablement d'un programme secret. Israël n'a pas signé le traité de non-prolifération nucléaire. Le cœur de l'activité nucléaire israélienne repose dans les différentes installations de la centrale nucléaire de Dimona, construite par la France en 1956. La plupart des analystes actuels s'accordent sur une fourchette comprise entre 100 et 175 têtes nucléaires. Les armes de destruction massive et leur victimes - Aspect médicaux, stratégiques, juridiques, Médecine-Science Flamarion, Patrick Barriot et Chantal Bismuth, page 183 Arsenaux nucléaires dans le monde. Emploi de l'indicatif contrairement à d'autres passages dans le même livre. Aux vues de leur prédominance en matière d'armes conventionnelles, Joseph Cirincione du Carnegie Endownment for Peace, remet en cause l'intérêt stratégique d'armes de destruction massive pour Israël puisqu'elles incitent les autres états de la région à s'en doter également. Le 11 décembre 2006, le premier ministre israélien, Ehoud Olmert, s'adressant à des journalistes allemands, cite Israël dans la liste des États dotés de l'arme nucléaire, , . Ehoud Olmert « Nous n’avons jamais menacé un pays d’annihilation. L’Iran menace ouvertement, explicitement et publiquement de rayer Israël de la carte. Pouvez-dire qu’il s’agit du même niveau de menace lorsqu’ils (les Iraniens) aspirent à avoir des armes nucléaires, comme la France, les Américains, les Russes et Israël ? », . Toutefois quelques jours plus tard, l'interprétation qu'Israel posséderait l'arme nucléaire est réfutée par un porte-parole israélien.

Voir aussi

Bibliographie

- Pierre Razoux, Tsahal, nouvelle histoire de l'armée israélienne, éd. Perrin, 2006
- Martin van Creveld, Tsahal : histoire critique de la force israélienne de défense, éd. du Rocher. Coll. L'art de la guerre, Paris, 1998, 588 p
- Yehoshua Kenaz, Infiltration, éd. Stock, coll. Les mots étrangers, 529 pages.
- Yehoshua Kenaz, Paysage aux trois arbres, éd. Actes Sud, 306 pages.
- L'édition de septembre 2006 du magazine Défense et sécurité internationale.
- Renaud Girard, La guerre ratée d'Israel contre le Hezbollah, éd. Perrin, 2006, ISBN 226202605X. ===
Sujets connexes
Amir Peretz   Août 2005   Ariel Sharon   Arme nucléaire   Armée   Armée de l'air israélienne   Centrale nucléaire de Dimona   Centurion (char)   Char M60   Conflit israélo-arabe   Conflit israélo-libanais de 2006   Conscription   Crise du canal de Suez   Défense et sécurité internationale   Ehud Olmert   France   Gabi Ashkenazi   Guerre des Six Jours   Guerre du Liban   Guerre israélo-arabe de 1948   Haganah   Hezbollah   Hébreu   Intifada   Irgoun   Israël   Marine israélienne   Mossad   Palmach   Pierre Razoux   Première Intifada   Renaud Girard   Seconde Intifada   Service militaire (Israël)   Soldats israéliens prisonniers   Tactique   Terrorisme   Traité de non-prolifération nucléaire   Unité 101   Uzi  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^