Guillaume de Nogaret

Infos
Guillaume ou Guilhem de Nogaret (né vers 1260 à Saint-Félix de Lauragais - mort en mars 1313) était un juriste français, originaire du Languedoc, qui devint conseiller du roi de France Philippe IV le Bel, son Garde du Sceau, et fut à partir de 1306 le véritable maître d'œuvre de la politique royale.
Guillaume de Nogaret

Guillaume ou Guilhem de Nogaret (né vers 1260 à Saint-Félix de Lauragais - mort en mars 1313) était un juriste français, originaire du Languedoc, qui devint conseiller du roi de France Philippe IV le Bel, son Garde du Sceau, et fut à partir de 1306 le véritable maître d'œuvre de la politique royale.

Les jeunes années : Nogaret homme de loi en Languedoc (1282-1295)

La famille Nogaret tenait une petite propriété ancestrale à Nogaret, près de Saint-Félix-de-Caraman (aujourd'hui Saint-Félix-Lauragais), d'où elle tirait son nom. Le père de Guillaume de Nogaret était toulousain et fut condamné comme hérétique lors de la Croisade des Albigeois. On sait peu de choses sur la jeunesse de Guillaume de Nogaret, si ce n'est qu'il étudia le droit à l'université de Montpellier, et qu'il y devint professeur de droit romain en 1287. Dans ces années, la carrière de Guillaume est alors celle de nombreux hommes de loi du Midi : elle se partage entre l'enseignement du droit, à Montpellier, et des activités de conseil juridique en faveur de divers « clients », tels l'évêque de Maguelonne, le roi de Majorque et le roi de France. Il s'entremit ainsi lors de l'achat par le roi de la part qu'avait dans la seigneurie de Montpellier l'évêque de Maguelonne. En 1293, Nogaret entre au service du roi de France Philippe IV le Bel et devient juge-mage de la sénéchaussée de Beaucaire-Nîmes pendant deux ans, fonction à responsabilité, qui est plus que celle d'un juge au sens strict, dans l'une des sénéchaussées les plus importantes du royaume.

Nogaret « conseiller du roi » : la montée vers le pouvoir (1295-1303)

Engagé au service du roi à Paris à la fin de 1295, Nogaret agit jusque vers 1301-1302 en tant qu'enquêteur en Champagne et dans les provinces orientales du royaume. Il s'agrège dans le même temps à certaines institutions, le Parlement, ­ où il siège à partir de 1298, et le Conseil du roi­ où sa présence est attestée dès 1300. Nogaret fait, durant ces années, ses preuves : il effectue principalement des tâches de caractère administratif, dans lesquelles il agit en exécutant et n'a pas l'initiative. Ses responsabilités s'accroissent à partir du tournant du siècle. En effet, il est désormais personnellement chargé de la conduite, d'un bout à l'autre, d'affaires d'importance (projet de pariage avec le roi de Majorque sur la ville de Montpellier, négociations relatives à l'acquisition par le roi de la justice de Figeac, rédaction d'une charte de franchises pour cette ville, ... ). C'est de cette époque également que date sa participation aux affaires religieuses, en coulisses tout d'abord ­ lors des troubles religieux du Languedoc et du procès de Bernard Saisset, ­ puis au grand jour quand, en mars 1303, il fait connaître par un célèbre discours les crimes de Boniface VIII. Le nom de Guillaume de Nogaret sera principalement lié à la querelle de Philippe le Bel avec la Pape Boniface VIII. En 1300, il fut envoyé en ambassade auprès du Pape, dont il a laissé un compte-rendu pittoresque et hautement coloré.

Les affaires religieuses (1) : Boniface VIII et l'attentat d'Anagni (1303)

Le réel ascendant que Guillaume de Nogaret prit sur le roi peut être daté de février 1303, lorsqu'il parvint à persuader Philippe IV de consentir à mettre en œuvre le plan consistant à s'emparer du Pape pour le ramener de force en France, où un concile réuni pour l'occasion l'aurait déposé. Le 7 mars il reçut, avec trois autres personnes, le message codé de la chancellerie royale de « se rendre en certain lieu ... et d'y faire avec telles personnes ce qu'il leur semblait bon d'y faire ». Le 12 mars, lors d'une assemblée royale solennelle tenue au Louvre, Guillaume de Nogaret prononça un discours au cours duquel il lança toute une série d'accusations contre Boniface VIII, et réclama la convocation d'un concile général pour examiner son cas (et donc faire son procès). Aussitôt après, il partit pour l'Italie, et avec l'aide d'un espion florentin, il engagea une bande d'aventuriers, ennemis de la famille Gaetani (la famille du Pape). Le clan Colonna devînt son meilleur allié, et Sciarra Colonna accompagna Nogaret à Anagni, la ville natale de Boniface VIII. Le 7 septembre, avec leur petite armée de quelque 1 600 hommes, Nogaret et Colonna prirent par surprise la petite ville. Le Pape était fait prisonnier. Sciarra voulait le tuer, mais le but de Nogaret était de le ramener en France et de le faire comparaître devant un concile général. Mais tout ne se passa pas comme prévu. Le 9 septembre un soulèvement de la population en faveur du Pape obligea Nogaret et ses alliés à prendre la fuite et libéra Boniface VIII. La mort de celui-ci à Rome un mois plus tard, le 11 octobre, sauva la mission de Nogaret. L'élection du timide Benoît XI marque le début du triomphe de la France sur la Papauté, qui trouvera son aboutissement avec l'élection, deux ans plus tard, pour succéder à Benoît XI, de l'archevêque de Bordeaux Bertrand de Got (Clément V), qui installera la Papauté d'Avignon. A son retour, lorsqu'il rendit compte au roi de sa mission, Guillaume de Nogaret fut chaleureusement remercié par l'attribution de terres et reçut une grosse somme d'argent. Philippe IV le Bel l'envoya en ambassade auprès de Benoît XI afin de demander l'absolution pour tous les participants à la querelle avec Boniface VIII. Le Pape refusa de le recevoir et l'exclut de l'absolution générale qu'il accorda le 12 mai 1304. Le 7 juin, il fulmina contre lui et ses alliés d' Anagni la bulle Flagitiosum scelus.

Nogaret maître d'œuvre de la politique royale (1306-1313)

En septembre 1307, quelques jours après l'émission par la chancellerie royale de l'ordre d'arrestation des Templiers (qu'il a probablement rédigé en personne), Nogaret obtient le poste de Garde du Sceau, auquel il succède à Pierre de Belleperche.

Les affaires religieuses (2) : La suppression de l'Ordre du Temple

Ses talents trouvèrent encore pleinement à s'employer à l'occasion du procès de Guichard, évêque de Troyes, accusé de divers crimes, qui débuta en 1308 et dura jusqu'en 1313. Le 27 avril 1311, Guillaume de Nogaret obtint de Clément V l'absolution pour les protagonistes du conflit avec Boniface VIII, que Benoît XI lui avait refusée. Il devait en échange, à titre de repentance, s'engager à partir pour la prochaine croisade, et se rendre dans un certain nombre de lieux de pèlerinage en France et en Espagne, mais il ne le fit jamais. Il serait mort en 1313Le petit Larousse rendant ainsi la malédiction qu'aurait prononcé, selon Maurice Druon, le maître de l'Ordre du Temple, Jacques de Molay, sur le bûcher, le citant en même temps que le roi de France et le Pape Clément, « à comparaître devant le tribunal divin dans moins d'une année...» anachronique puisque Jacques de Molay fut brûlé en 1314.

Notes et références

Bibliographie

-
- André Gouron, "Comment Guillaume de Nogaret est-il entré au service de Philippe le Bel ?", Revue historique, 298/1 (1998), p. 25-45.
- Robert Holtzmann, Wilhelm von Nogaret. Rat und grossiegelbewahrer Philipps des Schönen von Frankreich, Fribourg-en-Brisgau, 1898.
- Sébastien Nadiras, "", thèse de l'École des chartes soutenue en 2003
- Ernest Renan, "Guillaume de Nogaret", dans Histoire littéraire de la France, t. XXVII, p. 233-371.
- Julien Théry, « Philippe le Bel, pape en son royaume », dans Dieu et la politique. Le défi laïque. L’Histoire, 289, 2004, p. 14-17. Catégorie:France médiévale Catégorie:Juriste français Catégorie:Naissance en 1260 Catégorie:Ordre du Temple Catégorie:Décès en 1313 de:Guillaume de Nogaret en:Guillaume de Nogaret es:Guillermo de Nogaret fi:Guillaume de Nogaret it:Guglielmo di Nogaret ja:ギヨーム・ド・ノガレ pl:Guillaume de Nogaret pt:Guilherme de Nogaret ru:Ногарэ, Гийом де
Sujets connexes
Anagni   Attentat d'Anagni   Beaucaire (Gard)   Benoît XI   Bernard Saisset   Boniface VIII   Bordeaux   Clément V   Conseil du roi   Croisade des Albigeois   Droit romain   Espagne   Figeac   France   Garde des Sceaux   Italie   Jacques de Molay   Languedoc   Liste des rois de Majorque   Maguelonne   Mars (mois)   Maurice Druon   Montpellier   Nogaret   Nîmes   Palais du Louvre   Papauté d'Avignon   Pape   Paris   Parlement de Paris   Philippe IV de France   Pèlerinage   Revue historique   Rome   Saint-Félix-Lauragais   Sciarra Colonna   Toulouse   Université de Montpellier  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^