Traite arabe

Infos
La traite désigne le commerce des êtres humains considérés comme des esclaves. Elle concerne toutes les périodes de l'Histoire ainsi que toutes sortes de populations, mais sa source la plus importante se trouve en Afrique. En général, il s'agit de la traite des Noirs, mais, en fonction de l'époque et de l'aire géographique considérée, on distingue plusieurs types de traites. La traite arabe a concerné un territoire qui déborde de l'aire arabe ; les négriers n'étaient ni exclusive
Traite arabe

La traite désigne le commerce des êtres humains considérés comme des esclaves. Elle concerne toutes les périodes de l'Histoire ainsi que toutes sortes de populations, mais sa source la plus importante se trouve en Afrique. En général, il s'agit de la traite des Noirs, mais, en fonction de l'époque et de l'aire géographique considérée, on distingue plusieurs types de traites. La traite arabe a concerné un territoire qui déborde de l'aire arabe ; les négriers n'étaient ni exclusivement musulmans, ni arabes : Persans, Berbères, Indiens, Javanais, Malais, Chinois et Noirs ont participé à ces entreprises, à des degrés plus ou moins grands. Ainsi, une inscription trouvée à Java Est et datée de 860 après J.-C., mentionne, dans une liste de domestiques, la présence de "Jenggi", c'est-à-dire de "Zenj". Une inscription javanaise ultérieure parle d'esclaves noirs offerts par un roi javanais à la cour impériale de Chine. D'un point de vue centré sur l'Occident, le sujet s'assimile à la traite arabe. Celle-ci a suivi deux types d'itinéraires au Moyen Âge :
-les routes terrestres à travers les déserts du Maghreb et du Machrek d'une part (itinéraire transsaharien) ;
-les routes maritimes à l'est de l'Afrique (Mer Rouge et Océan Indien) d'autre part (itinéraire oriental). Elle n'a pas eu les mêmes destinations que la traite transatlantique : elle a alimenté en esclaves noirs le monde musulman qui, à son apogée, s'étend sur trois continents, de l'océan Atlantique (Maroc, Espagne) à l'Inde et l'est de la Chine. Elle a été plus étalée dans le temps : elle commence dès le Moyen Âge et s'arrête au début du XX siècle : le dernier marché aux esclaves est fermé au Maroc en 1920Catherine Golliau, La vérité sur l'esclavage dans ; environ 1/3 des Éthiopiens étaient des esclaves en 1923.

Sources et historiographie de la traite arabe

Un sujet récent et soumis à controverse

Le marché aux esclaves (peinture occidentale orientaliste de Jean-Léon Gérôme, ) L'Histoire de la traite soulève de nombreux débats parmi les historiens. Les spécialistes s'interrogent en premier lieu sur le nombre d'Africains déportés. La question est difficile à résoudre à cause du manque de statistiques fiables : il n'existe aucun recensement systématique en Afrique au Moyen Âge, alors que les archives sont beaucoup plus fournies en ce qui concerne la traite atlantique (–s), bien que les livres de compte aient été souvent falsifiés. L'historien doit utiliser des documents narratifs et imprécis et faire des estimations soumises à caution : Luiz Felipe de AlencastroLuiz Felipe de Alencastro, Traite, dans Encyclopædia Universalis, 2002, corpus 22, page 902. annonce 8 millions d'esclaves africains déportés entre le et le par la traite arabe et transsaharienne. Olivier Pétré-Grenouilleau a avancé le chiffre de 17 millions de Noirs réduits à l'esclavage (pour la même période et la même aire) sur la base des travaux de Ralph AustenRalph Austen, African Economic History, 1987. - ce dernier évaluant la marge d'erreur de ses estimations à 25 %. D'autres sources évoquent un total de plus de 4, 5 millions d'esclaves noirs déportés hors d'Afrique par la traite arabe rien qu'au XIX siècle. Pour certains, évoquer le passé négrier des musulmans revient à essayer de minimiser la traite transatlantique. Pourtant, « la traite vers l'Océan Indien et la Méditerranée est bien antérieure à l'irruption des Européens sur le continent » Catherine Coquery-Vidrovitch, Les Collections de l'Histoire, avril 2001.. Paul Bairoch avance le chiffre de 25 millions de Noirs ayant subi la traite arabe contre 11 millions ayant subi celle des occidentauxPaul Bairoch, Mythes et paradoxes de l'histoire économique, La Découverte, 1994. Le deuxième obstacle à l'histoire de la traite arabe est celui des sources. Des documents étrangers aux cultures africaines sont à notre disposition : ils sont écrits par des lettrés qui s'expriment en arabe et nous proposent un regard partial et souvent condescendant sur le phénomène étudié. Il est vrai que depuis quelques années, la recherche historique sur l'Afrique connaît un formidable essor, grâce à l'utilisation de nouvelles méthodes et à de nouveaux questionnements. L'historien croise les apports de l'archéologie, de la numismatique, de l'anthropologie, de la linguistique et de la démographie pour pallier les carences de la documentation écrite.

Sources médiévales musulmanes

Ibn Battûta, le premier géographe à se rendre en Afrique subsaharienne Elles sont classées dans l'ordre chronologique ; les premiers lettrés du monde arabe ne se sont jamais rendus en Afrique noire avant le . Ils reprennent donc souvent les légendes et les préjugés sur les Africains et perpétuent les géographes de l'Antiquité (Hérodote, Pline l'Ancien ou encore Ptolémée).
-Al Masudi (mort en 957), Muruj adh-dhahab ou Les prairies d'or, qui est le manuel de référence des géographes et des historiens du monde musulman. Il a beaucoup voyagé à travers le monde arabe ainsi qu'en Extrême-Orient.
-Ya'qubi , Livre des pays
-Al-Bekri, auteur du Routier de l'Afrique blanche et noire du nord-ouest, rédigé à Cordoue vers 1068, nous renseigne sur les Berbères et leurs activités ; il a recueilli des témoignages sur les routes caravanières du Sahara.
-Al Idrissi (mort vers 1165), Description de l'Afrique et de l'Espagne
- Ibn Battûta (mort en 1377), le premier géographe de culture musulmane à se rendre en Afrique subsaharienne, à Gao et à Tombouctou ; son ouvrage principal s'intitule Présent à ceux qui aiment à réfléchir sur les curiosités des villes et les merveilles des voyages.
- Ibn Khaldoun (mort en 1406), historien et philosophe d' Afrique du Nord. Certains le considèrent comme l'historien des sociétés arabe, berbère et perse. Il est l'auteur des Prolégomènes historiques et d'une Histoire des Berbères.
-Ahmad al-Maqrîzî (mort en 1442), historien égyptien, on lui doit notamment une description des marchés du Caire.
-Léon l'Africain (mort en 1548), auteur d'une précieuse description de l'Afrique
-Rifa'a al-Tahtawi (mort en 1873), qui traduisit des ouvrages médiévaux de géographie et d'histoire. Son œuvre porte surtout sur l'Égypte musulmane.
-Joseph Cuoq, Recueil des sources arabes concernant l'Afrique occidentale du au siècle, Paris, 1975.

Textes européens (- siècles)

-Joao de Castro, Roteiro de Lisboa a Goa, 1538
-Moreau de Charbonneau, administrateur et explorateur français du Sénégal au siècle : De l'origine des Nègres d'Afrique
-James Bruce, (1730-1794), Travels to Discover the Source of the Nile , 1790
- René Caillié, (1799-1838), Journal d'un voyage à Tombouctou
-Henry Morton Stanley, (1841-1904), A travers le continent mystérieux, 1878
-Miguel de Cervantes Saavedra, (1547-1616), El trato de Argel, Los baños de Argel

Autres sources

-Tradition orale africaine
-
Chronique de Kilwa (Afrique orientale),
-Numismatique : analyse des trésors et de la diffusion des monnaies.
-Archéologie : architecture des comptoirs et des villes de la traite
-Iconographie : miniatures arabes et persanes des grandes bibliothèques
-Gravures des ouvrages européens de l'époque moderne et contemporaine
-Photographies, à partir du

Le contexte historique et géographique de la traite arabe

Il convient de rappeler brièvement dans quel espace et quelle époque se manifeste la traite arabe et transsaharienne. Il n'est pas question de détailler l'histoire du monde arabo-musulman, ni celle de l'Afrique noire, mais de poser quelques repères qui facilitent la compréhension de la traite dans cette partie du monde.

Le monde arabo-musulman

La religion musulmane apparaît au de l'ère chrétienne. En une centaine d'années, elle se diffuse rapidement à l'ensemble du bassin méditerranéen portée par les Arabes qui conquièrent l'Afrique du nord occupée de longue date par les Berbères. Rapidement convertis, ces derniers étendent la domination musulmane à la péninsule ibérique où ils prennent la place du royaume wisigoth. Les Arabes intègrent l'Asie occidentale et défont les Byzantins et les Perses sassanides. Ces régions sont donc diverses par leur peuplement et connaissaient déjà l'esclavage et la traite des Africains depuis l'Antiquité. Elles sont en partie unifiées par la culture arabo-musulmane, dont les fondements sont religieux et urbains ; elles utilisent l'arabe et le dinar dans les transactions commerciales. La Mecque en Arabie est la ville sainte vers laquelle tous les musulmans, quelle que soit leur origine, partent en pèlerinage. Les docteurs et les sages musulmans ont souvent encouragé les affranchissements. Après la chute de la dynastie des Omeyyades (750), le monde musulman se morcelle en plusieurs entités politiques (califats, émirats, sultanats) souvent rivales. Au , l'irruption des Turcs venus d'Asie centrale bouleverse la géographie du Proche-Orient et de l'Afrique du nord, avec l'instauration de l'empire ottoman (1299-1922). La civilisation arabo-musulmane repose sur un réseau de villes et d'oasis aux fonctions de négoce développées dont le cœur est le marché (souk, bazar). Ces cités sont reliées entre elles par un système de routes qui traversent des régions semi-arides ou désertiques. Ces pistes sont parcourues par des convois et les esclaves noirs constituent une partie du trafic caravanier.

L'Afrique (– siècles)

L'Afrique au siècle : carte montrant les flux et les principaux protagonistes de la traite arabe À partir du , l'Afrique est dominée par les Arabo-berbères dans sa partie nord : l'Islam progresse vers le sud du continent par le Nil et par les pistes du désert. Les densités du Sahara sont faibles. Cependant, il existe depuis l'Antiquité des cités qui vivent du commerce (sel, or, esclaves, tissus) et de l'agriculture irriguée : Tahert, Oualata, Sijilmassa, Zaouila, etc. Elles sont dirigées par des chefs berbères (Touaregs) ou arabes. Leur indépendance est relative et dépend de la puissance des états du Maghreb et de l'Égypte. Au Moyen Âge, l'Afrique sub-saharienne est appelée Soudan par les Arabes, ce qui signifie « pays des Noirs ». Elle constitue un réservoir de main d'œuvre servile pour l'Afrique du Nord et l'Afrique saharienne. Cette région est marquée par la domination de plusieurs États : empire du Ghana, empire du Mali, royaume du Bornou-Kanem. Ces États comptent des villes prestigieuses qui prospèrent grâce à leur situation de carrefour : Tombouctou (Mali), Koumbi, Djenné, Gao, etc. En Afrique orientale, le littoral de la mer Rouge et de l'Océan Indien est sous le contrôle des musulmans, et les marchands arabes sont nombreux sur le littoral. La Nubie est déjà dans l'Antiquité une zone d'approvisionnement en esclaves. La côte éthiopienne, surtout la porte de Massaoua et l'archipel de Dahlac, a longtemps été un centre pour l'exportation des esclaves de l'intérieur, même sous l'ère d'AksoumRichard Pankhurst, The Ethiopian Borderlands: Essays in Regional History from Ancient Times to the End of the 18th Century. Asmara, Eritrea: The Red Sea, Inc., 1997, pp.416 Esclaves dans l'est de l'Afrique, siècle La dynastie salomonique d'Éthiopie exporte souvent des esclaves nilotiques de ses provinces frontières occidentales et aussi des provinces musulmanes récemment conquisesRichard Pankhurst, ibidem, p.432. Des sultanats musulmans, comme celui d'Adal envoient aussi des esclavesRichard Pankhurst, ibidem, p.59. Sur la côte de l'Océan indien apparaissent également des postes de traite fondés par les Arabes et les Persans. L'archipel de Zanzibar, au large de la Tanzanie actuelle, est sans doute l'exemple le plus notoire de ces comptoirs. L'Afrique de l'Est et l'Océan Indien restent jusqu'au une aire importante de la traite arabe. David Livingstone et Stanley sont alors les premiers Européens à pénétrer à l'intérieur du bassin du Congo et à découvrir l'ampleur de l'esclavage. L'Arabe Tippo Tip étend sa domination et fait de nombreux esclaves. Depuis l'implantation des Européens dans le golfe de Guinée, la traite transsaharienne devient moins importante. À Zanzibar, l'esclavage est aboli tardivement en 1897 sous le sultan Hamoud bin Mohammed. Le reste de l'Afrique n'a pas de contact direct avec les négriers musulmans.

L'Europe ( au )

Dans les premiers temps de l'islam, les tribus guerrières du Caucase ainsi que les marchands vénitiens vendent aux Arabes des prisonniers en provenance des pays slaves, encore païens. Les païens slaves, plutot que d'être convertis de force, ou exécutés en cas de refus étaient vendus comme esclaves pour couvrir les frais des expéditions. À partir du , après l'installation de comptoirs génois et vénitiens en mer Noire, les peuples du Caucase deviennent eux-mêmes une source d'esclaves appréciés surtout en Europe, en même temps que les Russes et les Circassiens. À la fin du Moyen Âge, comme le vivier slave s'épuise du fait de la christianisation de l'Europe orientale, les Musulmans se tournent vers les corsaires qui écument la Méditerranée. Ces derniers effectuent des razzias sur les villages côtiers des rivages européens. Le souvenir des combats livrés par les habitants à ces pirates perdure dans la tête de prisonnier maure qui sert d'emblème à la Corse. On évalue à plus d'un million le nombre d'habitants enlevés en Europe occidentale entre 1500 et 1800, mais ces razzias ont en réalité commencé dès l'arrivée de l'islam en Afrique du Nord et en Espagne au et n'ont cessé qu'avec la conquête de l'Afrique du Nord par les Européens au milieu du . La proportion d'hommes et de femmes est très difficile à évaluer, car les méthodes de calcul ne sont pas fiables. Or, les femmes étaient très peu proposées au rachat et représentaient 5 personnes capturées sur 8 en moyenne lors des razzias terrestres (qui rapportaient le plus d'esclaves), mais étaient très peu représentées dans les prises en mer (sur les navires capturés). En Europe orientale et dans les Balkans, pendant la même période, les Ottomans prélèvent environ trois millions d'esclaves. Mais l'expansion européenne, à partir de la fin du , diminue progressivement le nombre et l'importance de ces razzias. En 1831, lors de la prise d'Alger, les troupes françaises libèrent 220 esclaves chrétiens.

Au et de nos jours

En 1924, la commission temporaire sur l'esclavage de la Société des Nations écrit : « la traite des esclaves est ouvertement pratiquée dans plusieurs États musulmans, dans la péninsule arabique en particulier, et surtout dans le Hedjaz ». La dernière caravane d'esclaves noirs signalé passe à travers le Sahara en 1929. Il y avait entre 100 et esclaves en Arabie saoudite avant l'abolition officielle de l'esclavage en 1962. La fin réelle de la traite des esclaves à Zanzibar n'eut lieu qu'en 1964. Selon la Commission des Nations Unies sur les Droits de l'Homme, en 2000, entre 5 et personnes sont esclaves au Soudan Groupe de travail sur les formes contemporaines d'esclavage, ; selon l'organisation Christian Solidarity International, environ .

Les acteurs de la traite arabe

Mansa Moussa, empereur du Mali, carte du Les esclaves noirs étaient capturés, transportés et achetés par des personnages très différents. La traite passait par une série d'intermédiaires et enrichissait une certaine partie de l'aristocratie musulmane. L'esclavage se nourrissait des guerres entre peuples et États africains, ce qui donnait lieu à une traite interne. Les vaincus devaient un tribut constitué d'hommes et de femmes réduits en captivité. Sonni Ali Ber (1464–1492), empereur du Songhaï, a mené de nombreuses guerres pour étendre son territoire. Bien qu'il fût musulman, il n'a pas hésité à réduire en esclavage d'autres musulmans vaincusJacques Heers, Les Négriers en terre d'islam, 2003, p.58. La dynastie des Askia (Mali) a eu la même politiqueJacques Heers, ibidem, 2003, p.59. Aux et s, les califes avaient tenté d'organiser la colonisation des rivages africains de l'océan Indien à des fins commerciales. Mais ces établissements ont été éphémères, souvent fondés par des exilés ou des aventuriers. Le sultan du Caire envoyait des trafiquants d'esclaves pour opérer des raids sur les villages du Darfour. Face à ses attaques, les populations formaient des milices, érigaient des tours et des enceintes afin de protéger leurs villages.

Buts de la traite et de l'esclavage

Esclaves enchaînés en Afrique orientale Les motifs économiques étaient les plus évidents. La traite occasionnait de grands profits pour ceux qui la maîtrisaient. Plusieurs cités se sont enrichies et ont prospéré grâce au trafic des esclaves, aussi bien dans le Soudan qu'en Afrique orientale. Dans le désert du Sahara, les chefs lançaient des expéditions contre les pillards de convois. Les souverains du Maroc médiéval avaient fait construire des forteresses dans les régions désertiques qu'ils dominaient, afin d'offrir des haltes protégées aux caravanes. Le sultan d'Oman a transféré sa capitale à Zanzibar( Zanzibar signifie "
marché aux esclaves"), car il avait bien saisi l'intérêt économique de la traite arabe. Il existait en outre des raisons sociales et culturelles à la traite : en Afrique subsaharienne, la possession d'esclaves était le signe d'appartenance à un haut rang social. Dans l'aire arabo-musulmane, les harems nécessitaient un « approvisionnement » en femmes. Pour finir, il est impossible d'ignorer la dimension religieuse et raciste de la traite. Punir les mauvais musulmans ou les païens tenait lieu de justification idéologique à l'esclavagisme : les dirigeants musulmans d'Afrique du Nord, du Sahara et du Sahel lançaient des razzias pour persécuter les infidèles : au Moyen Âge, l'islamisation était en effet superficielle dans les régions rurales de l'Afrique. Les lettrés musulmans invoquaient la suprématie raciale des Blancs, qui se fondait sur le récit de la malédiction proférée par Noé dans l'Ancien Testament (Genèse 9:20-27). Selon eux, elle s'appliquait aux Noirs, descendants de Cham, le père de Canaan, qui avait vu Noé nu (une autre interprétation les rattache à Koush, voir l'article). Les Noirs étaient donc considérés comme « inférieurs » et « prédestinés » à être esclaves. Le mot arabe abid qui signifiait esclave est devenu à partir du VIII siècle plus ou moins synonyme de « Noir »Catherine Coquery Vidrovitch, « Le postulat de la supériorité blanche » dans Marc Ferro, Le livre noir du colonialisme, p.867. Ces jugements racistes étaient récurrents dans les œuvres des historiens et des géographes arabes : ainsi, Ibn Khaldoun a pu écrire au : « Les seuls peuples à accepter vraiment l'esclavage sans espoir de retour sont les nègres, en raison d'un degré inférieur d'humanité, leur place étant plus proche du stade de l'animal »Jacques Heers, ibidem, page 177.. À la même période, le lettré égyptien Al-Abshibi écrivait « Quand il a faim, il vole et lorsqu'il est rassasié, il fornique. » Bernard Lewis, Race et couleur en pays d'islam, Payot, page 40.. Les Arabes présents sur la côte orientale de l'Afrique utilisaient le mot « cafre » pour désigner les Noirs de l'intérieur et du sud. Ce mot vient de « kāfir » qui signifie « infidèle » ou « mécréant »François-Xavier Fauvelle-Aymar, Histoire de l'Afrique du Sud, Paris, Seuil, 2006, , p.59.

Géographie de la traite arabe

Zones d'« approvisionnement »

Différentes sortes de cauris ; le cauri était un coquillage servant de monnaie pour la traite arabe en Afrique Les marchands d'esclaves orientaux se fournissaient en Europe (traite des blancs). Les Danois (Varègues) s'implantaient dans la région de la Volga (notamment Volgograd) et négociaient des slaves capturés avec des marchands arabes et/ou musulmans, voire même juifs (voir l'article Radhanites). Les esclaves circassiennes étaient remarquées dans les harems et nombreuses sont les odalisques provenant de cette région sur les peintures orientalistes. Pour la composition des harems, des esclaves de confessions différentes que celle de l'Islam étaient appréciés, et ce pour tous les rôles (gardien, serviteur, odalisque, houri, musicien, danseur, nain de cour). Au IX siècle à Bagdad, le calife Al-Amin possédaient environ eunuques noirs (qui étaient complètement émasculés) et eunuques blancs (qui étaient castrés)Bernard Lewis, ibidem, p.15.. Dans l'empire ottoman, le dernier eunuque noir, l'Éthiopien Hayrettin Effendi, a été affranchi en 1918. Les esclavons d'origine slave en al-Andalus provenaient des Varègues qui les avaient capturés. Ils étaient placés dans la garde du Calife et prenaient graduellement des positions importantes dans l'armée (ils devenaient les saqālibas), et allaient même remporter des taifas après la guerre civile ayant mené à l'implosion du califat occidental. Des colonnes d'esclaves alimentant les grands harems cordouan, sévillan et grenadin étaient constituées par des mercadères radhanites à partir des terres germaniques et du reste de l'Europe du Nord encore non contrôlé par l'empire carolingien. Ces colonnes traversaient le sillon rhodanien pour gagner les terres au sud des Pyrénées. Sur les mers, les barbaresques opéraient sur ce trafic dès qu'ils pouvaient capturer des personnes en abordant les navires ou faisant des incursions sur les côtes. La Nubie, l'Éthiopie et l'Abyssinie étaient aussi des régions « exportatrices » : au , des esclaves abyssins étaient présents en Inde où ils travaillent sur les navires ou comme soldatsJacques Heers, ibidem, 2003, p.136. Ils ont fini même par se révolter et par prendre le pouvoir (dynastie des rois Habshi dans le Bengale 1487-1493)Jacques Heers, ibidem, 2003, p.137. Le Soudan et l'Afrique saharienne constituaient une autre aire de « prélèvement », mais il est impossible d'en dire l'ampleur précise, faute de sources chiffrées. Enfin, le trafic d'esclaves touchait l'Afrique de l'est, mais l'éloignement et l'hostilité des populations locales a ralenti l'essor de cette traite arabe. Au XVII siècle, la VOC néerlandaise achetait aux marchands musulmans de Madagascar des esclaves, qui étaient déportés vers la Colonie du Cap ou vers l'IndonésieFrançois-Xavier Fauvelle-Aymar, Histoire de l'Afrique du Sud, Paris, Seuil, 2006, , p.146. Les Arabes et les Persans étaient présents jusqu'à Sofala, sur la côte du Mozambique actuelFrançois-Xavier Fauvelle-Aymar, Histoire de l'Afrique du Sud, Paris, Seuil, 2006, , p.104.

Les routes

Forteresse au Maroc Les pistes caravanières, aménagées à partir du , passaient par les oasis du Sahara : les déplacements étaient dangereux et pénibles à cause des contraintes climatiques et des distances. Les grands convois transportaient des esclaves depuis l'époque romaine mais aussi toutes sortes de produits qui servaient au troc. Contre les attaques des nomades du désert, des esclaves étaient employés à former une bonne escorte. Les esclaves qui ralentissaient la progression de la caravane étaient tués. D'après l'historien Ralph Austen
African Economic History, Internal Development and External Dependency, Londres, Currey, 1987, le taux de mortalité entre le moment de la capture et la vente était compris entre 6 et 20 % selon les parcours (le trajet vers le Maroc étant relativement peu meurtrier, alors que la traversée du Sahara en direction de la Libye pouvait se solder par une hécatombe). Les routes maritimes sont moins bien connues des historiens. Grâce aux documents iconographiques et aux récits de voyage, on imagine que le trajet se faisait sur des boutres et des jalbas, navires arabes qui servaient de moyens de transport en mer Rouge. La traversée de l'océan Indien devait nécessiter plus de moyens et une organisation plus poussée que le transport terrestre. Les navires venant de Zanzibar faisaient escale sur les îles de Socotra ou d'Aden avant de se diriger vers le golfe Persique ou l'Inde. Les esclaves étaient vendus jusqu'en Inde et même en Chine : une colonie de marchands arabes était installée à CantonJacques Heers, ibidem, 2003, p.138. Des négriers chinois achetaient des esclaves noirs (Hei-hsiao-ssu) à des intermédiaires arabes ou bien s'approvisionnaient directement sur les côtes de la Somalie actuelleFrançois Renault, Serge Daget, Les traites négrières en Afrique, Karthala, p.56. Serge Bilé cite un texte du qui nous apprend que "la plupart des familles aisées de Canton possédaient des esclaves noirs qu'elles tenaient néanmoins pour des sauvages et des démons à cause de leur aspect physique''"Serge Bilé, La légende du sexe surdimmensionné des Noirs, éditions du Rocher, 2005, p.80.. Les souverains chinois ont lancé au des expéditions maritimes vers l'Afrique orientale, menées par l'amiral Zheng He. Leur but était d'accroître leur influence commerciale.

Le troc

Marché aux esclaves au Yémen, Les esclaves étaient souvent troqués contre des objets de natures diverses : au Soudan, on les échangait contre des cotonnades, des objets de pacotille, des toiles, etc. Au Maghreb, ils étaient obtenus contre des chevaux. Dans les cités du désert, pièces de toile, vaisselle, perles de verre vénitiennes, produits tinctoriaux et bijoux servaient de moyen de paiement. La traite des Noirs s'insérait donc dans un réseau d'échanges diversifiés. À côté des pièces d'or, le cauri, un coquillage venant de l'océan indien ou de l'océan atlantique (Canaries, Luanda) servait également de monnaie dans toute l'Afrique noire (on achetait la marchandise en sacs de cauris).

Les marchés et les foires aux esclaves

Les esclaves noirs étaient vendus dans les villes du monde musulman. En 1416, al-Maqrizi raconte que des pèlerins venus du Tekrour (près du fleuve Sénégal) avaient emporté avec eux 1700 esclaves à La MecqueJacques Heers, ibidem, 2003, p.143. En Afrique du Nord, le Maroc, Alger, Tripoli et Le Caire étaient les principaux marchés d'esclaves. Les ventes avaient lieu sur les places publiques et dans les souks. Les acheteurs potentiels procédaient à un examen attentif de la « marchandise » : ils vérifiaient l'état de santé de la personne, présentée souvent nue et les mains liéesJacques Heers, ibidem, 2003, p.146. Au Caire, la transaction des eunuques et des concubines se fait dans des maisons privées. Le prix variait selon la qualité de l'esclave. Une femme blanche avait plus de valeur qu'une autre.

Villes et ports impliqués dans la traite arabe

Zanzibar (Tanzanie) : le vieux fort à Stone Town, dont la construction débuta en 1698 Zanzibar : l'ancien marché aux esclaves.

Notes et références

Voir aussi

Boutre indien. Les boutres servaient notamment au transport des esclaves africains vers l'Inde ===
Sujets connexes
Adal   Aden   Afrique   Afrique du Nord   Afrique sub-saharienne   Ahmad al-Maqrîzî   Aksoum   Al-Amin   Al-Andalus   Al Idrissi   Al Masudi   Alger   Algérie   Ancien Testament   Anthropologie   Antiquité   Aoudaghost   Apogée   Arabe   Arabie saoudite   Archives   Archéologie   Askia   Assouan   Bagamoyo   Bassin méditerranéen   Bazar   Beira   Bengale   Berbères   Bernard Lewis   Bilma   Califat   Calife   Canaan   Canton (Chine)   Caravane   Chronique de Kilwa   Civilisation chinoise   Colonie du Cap   Commerce triangulaire   Congo (fleuve)   Continent   Coran   Cordoue   Corpus   Danois   Darfour   David Livingstone   Description de l'Afrique   Dinar   Djenné   Document   Démographie   Désert   Empire byzantin   Empire carolingien   Empire du Ghana   Empire du Mali   Empire ottoman   Encyclopædia Universalis   Esclavage   Esclavage aux Comores   Esclavage dans le monde arabo-musulman   Esclavage en Tunisie   Esclavon   Espagne   Eunuque   Europe   Europe du Nord   Extrême-Orient   Fayard   Gao   Genèse   Giles Milton   Golfe Persique   Golfe de Guinée   Géographe   Géographie   Gênes   Harem   Hedjaz   Henry Morton Stanley   Histoire   Histoire de Java   Historien   Hérodote   Ibn Battûta   Ibn Khaldoun   Inde   Islam   Jacques Heers   James Bruce   Jean-Léon Gérôme   Kabambare   Kanem   Kasongo   Kilwa   Koumbi   Koush   La Découverte   La Mecque   Le Caire   Libye   Linguistique   Luanda   Légende   Léon l'Africain   Machrek   Madagascar   Maghreb   Malek Chebel   Mali   Malédiction de Cham   Marché aux esclaves   Maroc   Marrakech   Mascate   Massaoua   Mer Noire   Mer Rouge   Mogadiscio   Monde arabe   Monnaie   Moyen Âge   Mozambique   Nil   Noir   Noé (patriarche)   Nubie   Numismatique   Nyangwe   Négrier   Oasis   Occident   Océan Atlantique   Océan Indien   Olivier Pétré-Grenouilleau   Omeyyades   Oualata   Paris   Paul Bairoch   Persan   Perse   Philosophe   Pline l'Ancien   Population   Proche-Orient   Ptolémée   Pèlerinage   Racisme   Radhanites   Recensement   René Caillié   Rifa'a al-Tahtawi   Russes   République démocratique du Congo   Révolte des Zanj   Sahara   Saqāliba   Sassanides   Serge Bilé   Sijilmassa   Slaves   Société des Nations   Socotra   Sofala   Somalie   Sonni Ali Ber   Soudan   Souk   Source (information)   Statistique   Superficie   Sénégal   Tahert   Tanzanie   Tekrour   Tippo Tip   Tombouctou   Traite   Traite des Blanches   Tripoli (Libye)   Troc   Turc   Ujiji   Unyanyembe   VOC   Varègue   Venise   Volga   Volgograd   Yémen   Zabid   Zanzibar   Zanzibar (archipel)   Zanzibar (sultanat)   Zenj   Zheng He  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^