Empire ottoman

Infos
L'Empire ottoman (Osmanlı İmparatorluğu en turc moderne), l'un des nombreux États fondés par les Turcs, exista entre 1299 et 1920 (soit 623 ans). Fondé par une tribu turque oghouze en Anatolie occidentale, l'Empire ottoman s'étendait au faîte de sa puissance sur toute l'Anatolie, les Balkans, le pourtour de la Mer Noire, la Syrie, la Palestine, la Mésopotamie, la péninsule arabique et l'Afrique du Nord (exception faite du Maroc).
Empire ottoman

L'Empire ottoman (Osmanlı İmparatorluğu en turc moderne), l'un des nombreux États fondés par les Turcs, exista entre 1299 et 1920 (soit 623 ans). Fondé par une tribu turque oghouze en Anatolie occidentale, l'Empire ottoman s'étendait au faîte de sa puissance sur toute l'Anatolie, les Balkans, le pourtour de la Mer Noire, la Syrie, la Palestine, la Mésopotamie, la péninsule arabique et l'Afrique du Nord (exception faite du Maroc).

Historique

Fondation

L'Empire ottoman a été fondé par une famille issue des Kayı, l'une des 26 tribus turques oghouzes qui avaient conquis l'Anatolie au , au détriment de l'Empire romain d'orient dit Empire byzantin. Pendant que le premier Sultanat turc seldjoukide se décompose, cette tribu va commencer son extension sous le règne d'Osman Ier (Othmane عُثْمان en arabe, qui donnera en turc Osmanlı, nom donné à sa dynastie, etOttoman en français). En 1299, Osman Ier conquit la ville byzantine de Mocadène, aujourd'hui Bilecik, et cette date marque généralement le début de l'Empire ottoman et le début de la constitution de la première véritable Armée ottomane. Jusqu'à sa mort en 1324, Osman Ier conquit plusieurs autres villes et places fortes byzantines, ainsi que certaines des principautés turques voisines. Ses successeurs continuèrent sa politique d'expansion. L'Empire ottoman conquit Gallipoli, son premier territoire européen, en 1347, puis s'étend à travers les Balkans. En 1389, il remporte une victoire décisive à la bataille de Kosovo Polje en Serbie (ou bataille du champ des Merles), mettant fin à l'existence des royaumes serbes et albanais. La Serbie fut définitivement annexée par les Ottomans après la chute de Smederevo, en 1459. En 1453, commandé par le sultan Mehmet II, il s'empare de Constantinople et met fin à l'Empire byzantin, établissant ainsi sa domination sur la partie chrétienne de la méditerranée orientale. Les Turcs appelleront les populations chrétiennes Roumis, en référence à leur origine issue de l'Empire romain d'orient. L'Empire établit ensuite progressivement sa souveraineté sur toute la partie musulmane du monde méditerranéen. Les sultans ottomans voient leur titulature s'enrichir au du vieux titre turc de khan, puis de celui de Calife au , c'est-à-dire successeur de Mahomet et chef de la communauté musulmane (Oumma). Le contrôle qu'ils exercent sur leurs terres est variable ; les provinces lointaines de Tunis et d'Alger jouissent d'une large autonomie, ainsi que le khânat vassal des tatars de Crimée. Certains états chrétiens, comme les anciennes principautés roumaines de Valachie, Moldavie et pour un temps la Transylvanie, payent au Sultan un tribut aux -, mais ne deviennent pas pour autant provinces ottomanes, comme le montrent par erreur le plupart des ouvrages occidentaux. Enfin en Afrique, l'Égypte et son Khédive, théoriquement soumis au Sultan ottoman, mènent en fait une politique indépendante, allant parfois jusqu'à lui faire la guerre ! Les populations chrétiennes des Balkans, de l'Anatolie, de Syrie et d'Égypte fournissent à l'Empire (le plus souvent par la conscription forcée des jeunes garçons) son principal corps militaire, celui des janissaires (altération du turc yeniçeri « nouveau soldat »), institué au par le sultan Orhan. Mais de très nombreux chrétiens pauvres (slaves, grecs, arméniens, etc.) passent à l'islâm pour ne plus payer le haraç (impôt sur les non-musulmans) et deviennent des Turcs : à ce titre, les Turcs revendiquent une ascendance européenne que n'ont pas les turcophones d'Asie centrale.

Apogée

L'Empire connaît son apogée au , sous le règne de Soliman le Magnifique dont les armées parviennent jusqu'à Vienne en 1529 et 1532, mais dont elles font le siège en vain. Mais inversement, cette avancée marquera la limite de l’expansion de l'Empire en Occident (comme Aden en fixera la limite au sud). Soliman le Magnifique. L'Empire crée une flotte militaire, tente de s'imposer en Méditerranée au détriment des cités italiennes et y parvient un moment. La défaite navale de Lépante en 1571, devant les flottes espagnole et vénitienne, met fin à sa suprématie. Réorganisée par Sokullu Mehmed pacha, la flotte ottomane restera certes ensuite une puissance importante, et les possessions vénitiennes (Chypre et des îles en mer Égée) rejoindront progressivement l'Empire, mais le commerce en Méditerranée demeurera aux mains des européens de l'ouest. L'Empire trouve sa place dans le jeu diplomatique européen où il est un allié traditionnel de la France, dans une alliance de revers contre les Habsbourgs, dès le règne de François I.

Déclin

L'Empire décline lentement à partir du , ne parvenant pas à suivre la croissance rapide des pays européens. En 1683, l'échec de l'ultime siège de Vienne (une défaite désastreuse) est souvent pris comme début du déclin effectif, déclenchant les premières pertes territoriales. En 1782, la Russie de Catherine II s'empare de la Crimée sans que la Sublime Porte (ainsi qu'on désigne parfois l'Empire d'après le nom de la porte d'honneur monumentale du Grand Vizirat à Istanbul, siège du gouvernement du Sultan) ne réagisse, ne pensant pas être de force à s'y opposer. En 1798, les Français prennent pied en Égypte et y restent trois ans tout en se réclamant d'une « amitié » avec la Sublime Porte. Cette attitude en demi-teinte fit l'admiration de Mehmet Ali qu'elle inspirera plus tard dans une action similaire (et qui mentionnera toujours son admiration pour Bonaparte). Au , l'Empire — surnommé « l'homme malade de l'Europe » (par la Russie) — se désagrège. Ce même siècle, il entame un processus de modernisation afin de retrouver sa puissance et sa prospérité d'antan. Cette période débute en 1808 avec la charte de l'Union (Sened-i Ittifak) signée entre le sultan et les chefs féodaux et qui confirme le pouvoir de ces derniers face à l'administration centrale. Vient ensuite l’édit de Tanzimat (Tanzimat Fermani) en 1839 où l'administration centrale annonce des mesures législatives dans le but de moderniser l'empire. Durant cette période, des pays européens tels que la France et le Royaume-Uni ont beaucoup influencé l'Empire ottoman. Une autre réforme entreprise à cette époque est l'abolition de l'esclavage en 1847. La fin de cette période de réformes qui est appelée "Tanzimat" s'achève par la I Constitution monarchique en 1876. Carte des conquêtes de l'Empire ottoman jusqu'en 1683. En 1830, la Grèce, soutenue par les puissances occidentales, obtient son indépendance. Le gouverneur de l'Égypte, Mehmet Ali, se comporte comme un souverain indépendant et obtient que son fils lui succède, ce qui constitue un précédent. La France s'empare de l'Algérie. L'Empire ne fait face à l'expansion de la Russie que parce que le Royaume-Uni et la France le protègent, notamment au cours de la guerre de Crimée. Au tournant du siècle, l'Empire finit de perdre les Balkans, sauf un petit territoire en Thrace orientale où se situe sa capitale.

Dissolution

Dissolution de fait

En 1913, la défaite de la seconde guerre balkanique amène les Jeunes-Turcs (Parti Union et Progrès) au pouvoir. En 1915, le noyau du parti organise, sous le commandement du ministre de l'Intérieur Talaat Pacha, une politique de déportation et de massacre contre les Arméniens ottomans, politique appelée Génocide arménien faisant entre 1 000 000 et 1 500 000 morts selon la majorité des historiens, et 300 000 victimes selon l'État turc actuel, qui refuse le terme « génocide » et préfère plutôt parler de massacres (Talaat Pacha et les autres responsables ont pourtant été condamnés par la justice turque à l'époque). En fait, on considère qu'il s'agit du premier génocide du : les deux tiers de la population arménienne de l'Empire ottoman furent exterminés sans que les puissances occidentales n'interviennent. La Première Guerre mondiale achèvera son démembrement ; les territoires arabes qu'il contrôle (Syrie, Palestine, Liban, Irak, Arabie) sont placés par décision de la Société des Nations sous protectorat britannique et français (voir accord Sykes-Picot), le Caucase est perdu.

Dissolution de droit

En 1922, le maréchal Mustafa Kemal Atatürk abolit l'Empire ottoman et fonde en 1923 sur le territoire restant, l'Anatolie et la Thrace orientale, la Turquie moderne ou la République de Turquie, État successeur de l'Empire ottoman. En 1924, il met fin au califat, dernière trace des institutions impériales. Blason de l'Empire ottoman.

Organisation

Provinces

Culture

Voir aussi

===
Sujets connexes
Accord Sykes-Picot   Aden   Afrique du Nord   Akçe   Albanie   Alger   Algérie   Anatolie   Armée ottomane   Balkans   Bataille de Kosovo Polje   Bataille de Lépante   Bernard Lewis   Bilecik   Bursa   Califat   Calife   Cambridge   Campagne d'Égypte   Caucase   Christianisme   Chute de Constantinople   Chypre   Constantinople   Crimée   Dynastie ottomane   Déclin de l'empire ottoman   Edirne   Edward J. Erickson   Empire byzantin   Espagne   France   François Ier de France   Gelibolu   Georges Haupt   Gilles Veinstein   Grèce   Grèce ottomane   Guerre d'indépendance grecque   Guerre de Crimée   Génocide arménien   Histoire de la Turquie   Irak   Ismail Enver   Italie   Janissaire   Jeunes-Turcs   Kayi   Khan   Khanat de Crimée   Khédive   L'Histoire   Liban   Livre turque   Londres   Mahomet   Maroc   Maréchal   Mer Noire   Mer Égée   Millet (Empire ottoman)   Mustafa Kemal Atatürk   Méhémet-Emin Aali-Pacha   Mésopotamie   Napoléon Ier   New York   Nora Lafi   Occident chrétien   Oghouzes   Osman Ier   Oumma   Palestine   Parlement ottoman   Paul Dumont   Peuples turcs   Première Guerre mondiale   Principauté   Robert Mantran   Roumain   Royaume-Uni   Russie   Seldjoukides   Serbie   Smederevo   Société des Nations   Soliman le Magnifique   Stanford Jay Shaw   Sultan   Syrie   Talaat Pacha   Tatar   Thrace   Tunis   Turc   Turquie   Valachie (principauté)   Venise   Vienne (Autriche)   Yves Ternon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^