Rue de Grenelle

Infos
La Rue de Grenelle est située à Paris dans les 6 et 7 arrondissements. D'une longueur de 2.250 m, elle traverse les quartiers de Saint-Germain des Prés (numéros 1-7 et 2-10), Saint-Thomas d'Aquin (numéros 9-91 et 12-106), Invalides (95-127 et 108-152) et Rue du Gros Caillou (135-201 et 158-218). En sens unique, elle débute au carrefour de la Croix Rouge, elle s'achève en croisant l'avenue de La Bourdonnais (quelques mètres avant le Champ de Mars).
Rue de Grenelle

La Rue de Grenelle est située à Paris dans les 6 et 7 arrondissements. D'une longueur de 2.250 m, elle traverse les quartiers de Saint-Germain des Prés (numéros 1-7 et 2-10), Saint-Thomas d'Aquin (numéros 9-91 et 12-106), Invalides (95-127 et 108-152) et Rue du Gros Caillou (135-201 et 158-218). En sens unique, elle débute au carrefour de la Croix Rouge, elle s'achève en croisant l'avenue de La Bourdonnais (quelques mètres avant le Champ de Mars).

Histoire de son nom

Elle porte son nom car elle reliait Paris à l'ancien village de Grenelle, mais dès le la rue existait en tant que chemin, appellé le chemin Neuf, et est indiquée sur l'arpentage de 1529. Elle est aussi mentionnée avec les noms de chemin aux Vaches, chemin de la Justice, chemin du Gibet ou petit chemin du Port. Au , elle prend de l'importance et les noms de grand chemin des Vaches ou grand chemin de Garnelle, puis au chemin de la Forest ou petit chemin de Grenelle. Enfin, on l'a plus tard désignée sous les noms rue Garanella, chemin de Guarnelles ou rue de Guernelles. Au la rue sera appelée Grenelle-Saint-Germain.

Bâtiments notables

- n° 7 : Hôtel particulier, cadre du roman L'Élégance du hérisson, de Muriel Barbery.
- n° 15 : Hôtel de Bérulle : Construit en 1775-1776 par Claude-Pierre Convers pour Amable-Pierre-Thomas de Bérulle. Louis Aragon y a tenu le Bureau de recherches surréalistes entre 1924 et 1925.
- n° 53 : École centrale d'électronique (ECE).
- Entre les numéros 57 et 59 : Fontaine dite « des Quatre Saisons » construite en 1739-1745 par le sculpteur Edmé Bouchardon dans un style qui annonce le style Louis XVI. Image:Fontainebouchardon1.jpg|Fontaine - dessin de 1789 Image:Fontainebouchardon2.jpg|Fontaine - dessin du XIXe siècle
- n° 59-61 : Musée Maillol.
- n° 73 : Hôtel de Galliffet : Construit en cœur d'îlot à partir de 1784 par Étienne-François Le Grand pour Simon de Galliffet (aujourd'hui Institut culturel italien).
- n° 75 : Hôtel de Furstenberg : Construit en 1687-1693 par Pierre Delisle-Mansart.
- n° 79 : hôtel dit d'Estrées : Construit en 1711-1713 par Robert de Cotte (aujourd'hui ambassade de Russie).
- n° 83 : Hôtel dit de Monceaux (dit aussi « de Bonneval ») : Construit en 1672 par un architecte du nom de Jean-Paul Marot.
- n° 84 : Société nationale d'horticulture de France.
- n°s 85 et 87 : Les hôtels d'Avaray et d'Orrouer disposent de cadrans solaires notables. Le premier, construit en 1720 par Jean-Baptiste Leroux (aujourd'hui ambassade des Pays-Bas), le second en 1732 par Pierre Boscry.
- n°s 97-99 : Conseil Supérieur du Gaz et de l'Électricité. Facade du n° 101
- n° 101 : Hôtel de Rothelin-Charolais : Construit vers 1703, peut-être par Pierre Cailleteau dit « Lassurance » pour le marquis de Rothelin. L'hôtel a appartenu en 1735 à Louise-Anne de Bourbon-Condé (1695-1758), la scandaleuse M de Charolais, qui lui a donné son nom et l'a légué en 1758 comte de La Marche (prince de Conti en 1776), qui en fit sa résidence parisienne. Abrite aujourd'hui le Ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Codéveloppement
- n° 102 : Hôtel de Maillebois : Construit en 1660 par Antoine Le Pautre et reconstruit partiellement par Jacques Denis Antoine vers 1771.
- n°s 104-106 : Ancienne abbaye de Penthemont.
- n° 107 : Ancien hôtel de Jean-Baptiste Sylvère Gay, vicomte de Martignac.
- n° 110 : Hôtel de Rochechouart : Construit en 1776 par Mathurin Cherpitel, remanié à partir de 1839 par Alphonse de Gisors pour le Ministère de l'Éducation nationale, actuel occupant des lieux.
- n° 115 : Hôtel de Sommery.
- n° 116 : Mairie du 7 arrondissement, abritant la bibliothèque Saint-Simon depuis 1983 qui offre plus de 40.000 volumes. Construite sur l'emplacement de l'hôtel de Villars, dont il ne reste qu'un portail attribué à Germain Boffrand.
- n° 118 : Hôtel de Bourbon-Busset : Petit hôtel de Claude Louis Hector, duc de Villars, ancienne dépendance de l'hôtel autrefois situé au n° 116. A partir des années 1880, résidence d'Albert Cahen d'Anvers (1846-1903), compositeur.
- n° 125 : Ambassade de Corée du Sud
- n° 127 : Hôtel du Châtelet : Construit de 1770 à 1776 par Mathurin Cherpitel, aujourd'hui Ministère du Travail.
- n° 129 : Hôtel des Invalides abritant le Musée de l'armée
- n° 136 bis : Direction de l'Institut géographique national (IGN) et siège du Conseil national de l'information géographique.
- n° 138 : Hôtel de Noirmoutiers, construit en 1720-1723 par Jean Courtonne pour Antoine François de La Trémoille, duc de Noirmoutiers. Le duc était aveugle et « le prodige, écrit Saint-Simon, fut que, quoique pauvre, il se bâtit une maison charmante, qu'il en régla la distribution et les proportions, et en gros et en détail les dégagements, les commodités et jusqu'aux ornements, aux glaces, aux corniches, aux cheminées et, au tact, choisit les étoffes pour les meubles en lui disant les couleurs. » Initialement, le premier étage ne couvrait que les sept travées centrales du rez-de-chaussée. L'hôtel fut attribué comme logement au Maréchal Foch en 1919. Il y résida jusqu'à sa mort en 1929. Il est aujourd'hui la résidence du Préfet de la région d'Île-de-France, Préfet de Paris.
- n° 142 : Hôtel Chanac de Pompadour (dit aussi « de Besenval »), construit en 1704 par Pierre-Alexis Delamair et remanié par Alexandre-Théodore Brongniart en 1767 pour Pierre Victor de Besenval de Brünstatt, qui l'achète à la maréchale de Luxembourg (aujourd'hui ambassade de Suisse).
- n° 147 : Église luthérienne Saint Jean
- n° 151 : Immeuble de style Art nouveau de l'architecte Jules Lavirotte (1898).
- n° 164 : Bibliothèque Amélie ouverte en 1981 et disposant d'environ 35.000 volumes.

Autres

- L'artiste peintre Jim Dine a réalisé en 1981 un tableau intitulé A Heart on the Rue de Grenelle (Un cœur sur la Rue de Grenelle)
- L'artiste américain James Abbott McNeill Whistler a réalisé en 1894 une lithographie intitulée La Fruitière de la rue de Grenelle
- La rue a laissé son nom aux accords de Grenelle, négociés au Ministère du Travail en pleine crise de Mai 1968
- Au début de Meurtre sur le Léviathan du romancier Boris Akunin, le lieu du crime est un hôtel particulier de la rue de Grenelle

Voir aussi

- Liste des rues de Paris
-
-
-
- Deux photos du n° 151 sur cambridge2000.com : Grenelle Grenelle
Sujets connexes
Abbaye de Penthemont   Accords de Grenelle   Antoine Le Pautre   Art nouveau   Avaray   Avenue de La Bourdonnais   Bibliothèque   Cadran solaire   Conseil national de l'information géographique   Corée du Sud   Edmé Bouchardon   Germain Boffrand   Grenelle (Seine)   Horticulture   Hôtel de Galliffet   Hôtel de Rochechouart   Hôtel des Invalides   Institut culturel italien de Paris   Institut géographique national (France)   Jacques Denis Antoine   James Abbott McNeill Whistler   Jean-Baptiste Leroux   Jean-Baptiste Sylvère Gay, vicomte de Martignac   Jean Courtonne   Jim Dine   Jules Lavirotte   L'Élégance du hérisson   Louis Aragon   Louis François Joseph de Bourbon-Conti   Louise-Anne de Bourbon-Condé   Mathurin Cherpitel   Ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Codéveloppement   Ministère de l'Éducation nationale   Muriel Barbery   Musée de l'armée   Orrouer   Paris   Peinture   Pierre Victor de Besenval de Brünstatt   Quartier de Saint-Thomas-d'Aquin   Quartier des Invalides   Quartier du Gros-Caillou   Robert de Cotte   Roman (littérature)   Rue du Dragon   Style Louis XVI   Suisse  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^