Nature

Infos
Gold creek en Alaska La Nature a deux sens fondamentaux : la matière d'une chose (ce qu'elle est, son essence) et le devenir d'une chose dans sa spontanéité (libre d'une fin, la nature humaine). Au sens commun la Nature est l'ensemble du milieu naturel de la Terre et des forces qui l'habitent, les êtres humains, l'air, les mers, le monde minéral, végétal (forêts...), et animal. Devant la perte continue de la biodiversité au cours des dernières
Nature

Gold creek en Alaska La Nature a deux sens fondamentaux : la matière d'une chose (ce qu'elle est, son essence) et le devenir d'une chose dans sa spontanéité (libre d'une fin, la nature humaine). Au sens commun la Nature est l'ensemble du milieu naturel de la Terre et des forces qui l'habitent, les êtres humains, l'air, les mers, le monde minéral, végétal (forêts...), et animal. Devant la perte continue de la biodiversité au cours des dernières décennies, la protection des milieux naturels et la demande d'un développement durable sont devenues des priorités pour une grande partie des citoyens de la plupart des pays.

Nature et philosophie

Dans l'usage courant, la nature est souvent présentée comme manifestant une volonté.

Conceptions de la nature antérieures aux grandes religions

Dans la préhistoire, dans l'Antiquité grecque (pensons à Vulcain, Neptune, ...), chez les vikings (Thor), nombreuses ont été les divinités que l'on invoquait pour calmer la colère divine. Le soleil, symbole d'une lumière éternelle, fut souvent choisi comme objet de culte, comme dans l'Égypte antique, ou chez les Incas.

Dans le judéochristianisme, la nature comme appartenant à un tout : la Création

D'une certaine façon, on peut dire que le christianisme, suivant la tradition judaïque, a désacralisé la nature, qui fut alors associée à celle d’une transcendance divine, extérieure à l'homme. Dans la Genèse, la nature est présentée dans le récit de la Création, comme l'œuvre d'un Dieu créateur : : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre » . La Création se poursuit tout au long de "six jours". Le sixième jour, Dieu crée l'homme et la femme : : « Et Dieu les bénit, et il leur dit : " Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre et soumettez-la, et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel et sur tout animal qui se meut sur la terre. » La nature est alors présentée comme un livre, elle est un accès à l’Écriture sainte. Saint Augustin, reprenant la tradition philosophique grecque, voit dans les créatures deux types de nature : l'essence (essentia) et la substance (substantia)Source : Wikipedia germanophone : Natur. Pour lui, « même le plus ignorant lit dans le monde ». Les clés d'accès aux Écritures sont alors les quatre sens de l'Écriture. La littérature allégorique du Moyen Âge faisait appel à plusieurs de ces sens pour l'interprétation des textes. Alain de Lille (1114-1203) écrivit par exemple deux poèmes (Anticlaudianus et De planctu Naturae) dont le principal personnage est " Nature ", qui est une figure emblématique des lois du monde créé par Dieu. Il précise que ces poèmes doivent être lus à trois niveaux : au sens littéral (pour l'entendement puéril), au sens moral, ou au sens allégorique.. Une autre illustration de ces représentations de la nature se trouve dans la série des tapisseries de la Dame à la licorne, qui est toute chargée d'allégories. L’idée sous-jacente est que la nature ne fait rien au hasard, mais est sous un commandement divin.

Avénement de la science moderne

Cette idée prévaut jusqu’à l'apparition de la conception moderne de la science (Galilée). Nouvelles représentations Avec Galilée et Descartes, une nouvelle représentation du monde apparut. Descartes rejette la philosophie scolastique : : « au lieu de cette philosophie spéculative qu'on enseigne dans les écoles, on en peut trouver une pratique, par laquelle, connoissant la force et les actions du feu, de l'eau, de l'air, des astres, des cieux, et de tous les autres corps qui nous environnent, aussi distinctement que nous connoissons les divers métiers de nos artisans, nous les pourrions employer en même façon à tous les usages auxquels ils sont propres, et ainsi nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. »Discours de la méthode, sixième partie Dans sa philosophie, Descartes introduisit des rapports radicalement nouveaux entre la l'homme et la nature. Avec l’âge classique au , et la naissance de la science moderne, on assiste ainsi à l’invention d'une nouvelle représentation de la nature. Cette représentation est le résultat de la croyance de beaucoup de philosophes des , selon lesquels la nature était gouvernée par une loi universelle, la gravitation. On perçoit une extension des limites du monde connu à d'autres planètes. Le monde s'étend alors au système solaire dont on connaît les "lois" d'évolution qu'il est possible de décrire sous une forme mathématique. La méthode expérimentale permit de faire progresser la connaissance de l’histoire « naturelle » (i.e. des sciences naturelles). Ce qui a fait dire à Merleau-Ponty que « le changement de l’idée de nature a permis sa découverte ». Émancipation de la pensée L'époque moderne a aussi inventé la liberté de pensée (cogito ergo sum, dit Descartes), il devient possible de parler publiquement d'athéisme. L’intervention divine devient alors plus abstraite, confinée au mystère de la foi. Ainsi, certaines formes d'empirisme ne rejettent pas la notion de foi et de religion, au contraire : la méthode expérimentale du physicien et chimiste irlandais Robert Boyle, par exemple, s'appuie sur une foi vécue dans l'expérimentation scientifique. Descartes et Spinoza rejettent la conception aristotélicienne de la nature, l'existence de Dieu étant perçue sur un plan purement métaphysique. Une nouvelle conception de l’homme apparut au , un homme qui s'appuie davantage sur la raison et sur l'expérience pour comprendre le monde. Au , la notion même de métaphysique s'estompe presque complètement, submergée par les idéologies. Cette conception de l'homme est donc tardive en occident, mais également inédite dans l’histoire du monde. Les sciences humaines n’héritent pas d’un domaine vacant car l’ « homme n’existait pas ». Mais cette émancipation partielle de l'humanité n'a pas pour autant supprimé toute forme de croyance. Pendant les Lumières, alors que les pratiques religieuses sont souvent perçues comme des superstitions par les philosophes, la conception populaire d'une sacralisation de la nature prit une emphase toute particulière. Ainsi, la croyance en un dieu créateur est très présente à travers le déisme : Voltaire ne croyait-t-il pas en un dieu créateur, qui aurait abandonné l'humanité à son triste destin ? Cette croyance poussée à l'extrême engendra le culte de la Raison et de l'Être suprême. Il est significatif de constater que dans ce contexte de déchristianisation, parmi les fêtes civiques, c'est la fête de la nature qui aura réellement du succès. Évolutions sémantiques et esthétiques Ce changement de représentation se fit à la faveur d'un changement linguistique majeur : l'apparition du français classiqueLe discours de la méthode (1637) fut le premier ouvrage philosophique publié en français. Ainsi, le mot physique, qui étymologiquement, en grec, signifie la nature dans son ensemble (phusika), changea de sens pour prendre un sens presqu'exclusivement scientifique. Un autre corollaire fut une évolution de la sensibilité esthétique. La hiérarchie des genres de la peinture classique, par exemple, accordait peu d'importance au paysage. Celui-ci occupa à partir du une place beaucoup plus importante.

Sens multiples du mot nature

Mais la conception cartésienne de la nature n'a pas pour autant supprimé le sens que donnent les naturalistes de ce mot. L'histoire des sciences naturelles montre que l'interaction des êtres vivants entre eux et avec leur milieu a été une préoccupation constante de beaucoup de scientifiques. La naissance de l'écologie moderne, que l'on peut situer vers le , illustre la diversité des thèmes étudiés en écologie, et de façon plus générale dans les sciences naturelles. Le mot nature a pris des sens différents selon les contextes :
- « La nature » devient l'ensemble du réel ignorant les modifications apportées par l'homme, elles-mêmes qualifiées d'artificielles. « la nature » est alors ce qui ne subit pas la mise en forme d'une finalité humaine technique. C'est dans cette optique qu'existent certains produits qualifiés de « naturels » (ou biologiques), leur production n'ayant pas nécessité de produits « inventés » par l'homme (par exemple un fruit sera dit « naturel » lorsqu'il aura été produit sans l'aide d'insecticide ou de transformation génétique). Cette distinction sous-entend une séparation entre l'homme et la nature sur le critère de l'intention (sens moral).
- Le mot « nature », employé dans l'expression « nature humaine » par exemple, conserve un sens plus traditionnel qui est l'ensemble des caractères fondamentaux qui définissent la personnalité physique ou morale d'un être. On peut l'employer également dans l'expression « nature de la communication » . La notion de nature porte donc en elle des questions philosophiques, à travers les rapports que l'homme entretient avec le milieu naturel et l'environnement, ses conceptions de la vie sociale, et les multiples sens qu'il est possible d'attribuer au mot nature dans les représentations sociales. Le mot nature a donc conservé des sens muiltiples. Les préoccupations environnementales actuelles montrent combien il importe d'identifier des finalités dans chaque contexte particulier.

Terre

Voir :
- Échelle des temps géologiques
- Climat et météorologie

Vie

Origines de la vie et évolution

Microbes

Plantes

Animaux

Écosystèmes

Hypothèse Gaïa

L'hypothèse Gaïa est la théorie initialement avancée par James Lovelock en 1969, mais également évoquée par Johannes Kepler dès la , selon laquelle la totalité de la matière terrestre vivante sur Terre (ou sur toute planète sur laquelle la vie s'est développée) fonctionne comme un vaste organisme (appelé Gaïa (voir aussi Théories Gaïa), d'après le nom de la déesse grecque), possédant une autorégulation qui adapte en permanence la planète à ses besoins. La notion de biosphère énoncée par Vernadsky en 1924 allait déjà dans ce sens.

Interaction humaine, l'environnement

Voir :
- Extration de ressources naturelles, déforestation, pêche, agriculture environnement, écologie
- Pollution, émissions de gaz à effet de serre

Protection de la nature

Les associations d'étude et de protection de la nature sont des acteurs majeurs dans le domaine de la protection de la nature. Près de 3000 associations locales se regroupent au sein de la fédération nationale France Nature Environnement . Un certain nombre d'association d'envergure départementale ou régionale déclinent cette appelation nationale en fonction des territoires concernés (ex: Mayenne Nature Environnement /ou Sologne Nature Environnement . Voir :
- Naturalité
- Conservation de la nature
- Droit de l'environnement

Nature dans l'art et la culture

Interaction des communautés humaines avec la nature

La notion de nature renvoie a priori à l’idée d’un domaine ayant ses propres principes de développement, qui serait hors de l’action de l’homme. Or, on réalise aujourd'hui que le changement climatique a une origine anthropique. L’idée de nature n’est donc pas suffisante. Il y a une complémentarité et une interaction entre la nature et les communautés humaines. L’esquisse de cette complémentarité réciproque peut s'éclairer avec la notion de culture. On constate par exemple que les notions de patrimoine naturel et de patrimoine culturel sont intimement liées, en observant le patrimoine mondial de l'UNESCO qui dresse une liste de sites naturels et culturels. Le convention de 2007 de l'UNESCO souligne l'interaction des communautés humaines avec la nature, dans la définition qui a été donnée du patrimoine culturel immatériel : : « Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d'identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. » Voir aussi : Culture et nature

Les deux sens du mot culture en français

La notion de culture recouvre deux sens : Le premier correspond à l’idée de civilisation. Cette idée est aussi ancienne que l'histoire de l'humanité, mais a trouvé une nouvelle signification avec la Philosophie des Lumières. Dans ce sens, la culture est le trait distinctif de l’espèce humaine, associé à ses savoirs et savoir-faire. Cette conception française de la culture serait plutôt individualiste (pensons au rêveries d'un promeneur solitaire de Rousseau). Le second est le sens allemand, émergeant sous l’influence du romantisme. La culture est la configuration particulière de croyances coutumières, traits matériels, organisations sociales… elle est une totalité singulière, une sphère autonome incommensurables avec d’autres totalités. Cette conception plus collective s'oppose à la concepton française. Dans les Mots et les Choses, Michel Foucault définit l’anthropologie comme l’étude des rapports entre la nature et la culture. Globalement on peut appréhender cette question en distinguant les anthropologies matérialistes et les anthropologies symbolistes. Les anthropologies matérialistes s’intéressent aux fonctions structurantes de la vie matérielle. L’idée sous-jacente est que la nature est un déterminant de base : elle y est définie en terme ethnocentrique, comme étant le moteur de la vie sociale. On y trouve l’anthropologie marxiste des années 1970 en France, pour laquelle la nature est une donnée brute qui peut être appropriée ou transformée, et l’environnement naturel est une précondition de l’environnement économique. On trouve aussi la sociobiologie et l’écologie culturelle, entre lesquelles on souligne un certain parallèle puisque pour les deux, la cause ultime des comportements revient au champ de la nature. Dans tous les cas, pour les anthropologies matérialistes, la culture est une forme particulière d’adaptation à une nature qui serait partout un élément déterminant et conditionnant. Les anthropologies symbolistes s’intéressent aux caractères symboliques de la vie sociale. Elles mettent l’accent sur les aptitudes des hommes à créer un monde de signification et d’intentionnalités dépendant des déterminations brutes de la nature. Dans Anthropologie Structurale 2, Lévi-Strauss dit que l’anthropologie est la discipline qui pense la relation entre la nature et la culture. La dichotomie nature / culture soulevée, l’opposition nature / culture suggère deux possibilités. Soit la culture est ce qui donne un sens à nature (la culture impose sa signification à la nature). Soit la nature détermine les rapports sociaux (la nature donne forme à la culture).
- Jean-Marc Rouvière, Brèves méditations sur la création du monde, Paris L'Harmattan, 2006.

L’opposition nature/culture comme outil analytique

La dichotomie nature / culture utilisée comme outil analytique est en partie dérivée de Claude Lévi-Strauss. Il l’a notamment utilisé comme opérateur central pour décoder les mythologies. Celui-ci a été reconnu pertinent par les ethnologues de ces sociétés amérindiennes. La mythologie retrace la construction de la nature sur un fond initial d’indifférenciation culturelle. (Ainsi dans les mythes amérindiens, au début les animaux et les hommes avaient la même apparence). Chez Lévi-Strauss, l’opposition, là où elle est pertinente, c’est-à-dire dans les mythes, n’est qu’une façon de mettre une étiquette sur des contrastes. L’écologie culturelle donne un crédit illimité à la nature. L’anthropologie structurale, à ce propos, n’oppose pas une forme d’idéalisme mais aussi un naturalisme, mais un naturalisme de principe. Lévi-Strauss n’a jamais varié dans l’idée que la nature conditionne les opérations intellectuelles, la nature devenant donc une construction empirique. L’étude naturaliste doit permettre de comprendre la structure des groupes culturels. Ce qui intéresse Lévi-Strauss est de rendre compte de la manière dont l’esprit opère dans des contextes culturels et géographiques distincts (ex : les Mythologiques). La mythologie révèle dans une forme épurée les opérations d’un esprit qui n’est plus condamné à mettre en ordre, mais qui peut « jouer » avec les règles de fonctionnement de la pensée.

Remise en cause de cette dichotomie

La dichotomie nature / culture est une spécificité culturelle occidentale récente, et qui ne fait pas sens partout. Ce paradigme n’est pas simplement un outil analytique parmi d’autres, il est aussi la clef de voûte de l’épistémologie moderne. Ainsi Descola distingue quatre « modes d’identification » qui sont le totémisme, l’animisme, l'analogisme et le naturalisme. Seule la société naturaliste (occidentale) produit cette frontière entre soi et autrui à travers l’idée de « nature ». La nature serait ce qui ne relève pas de la culture, ce qui ne relève pas des traits distinctifs de l’espèce humaine, et des savoirs et savoir-faire humains. Son usage comme outil analytique en ethnologie a parfois été fécond. Toutefois, et Philippe Descola l’a montré dans Par-delà nature et culture (2005), l’idée de nature est étrangère à de nombreuses sociétés.

Citations

-"Les hommes sont la nature prenant conscience d'elle-même." Frantisek Kupka "L'homme est la nature prenant conscience d'elle-même." Elisée Reclus

Notes

Voir aussi

- Humanité
- Philosophie de la nature
- Théologie naturelle
- Organisation de protection de la nature
- Écologie
- Histoire de l'écologie
- Écologie politique
- Écologisme
- Biodiversité
- Hypothèse Gaïa Catégorie:Concept philosophique
- Catégorie:Métaphysique Catégorie:Anthropologie ar:طبيعة ast:Natura be-x-old:Прырода bg:Природа bn:প্রকৃতি br:Endro ca:Natura cs:Příroda cv:Çутçанталăк cy:Natur da:Natur de:Natur el:Φύση en:Nature eo:Naturo es:Naturaleza et:Loodus fi:Luonto he:טבע hr:Priroda ia:Natura id:Alam io:Naturo it:Natura ja:自然 ka:ბუნება ko:자연 la:Natura lt:Gamta lv:Daba mk:Природа mn:Байгаль mr:निसर्ग ms:Alam semula jadi nl:Natuur nn:Natur no:Natur os:Æрдз pl:Natura pt:Natureza qu:Sallqa pacha ro:Natură ru:Природа simple:Nature sk:Príroda sl:Narava sq:Natyra sr:Природа su:Alam sv:Natur th:ธรรมชาติ tr:Doğa uk:Природа ur:فطرت vi:Tự nhiên yi:נאטור zh:自然 zh-min-nan:Chū-jiân
Sujets connexes
Agriculture   Air   Alain de Lille   Allégorie   Animal   Anthropologie   Art   Athéisme   Baruch Spinoza   Besoin   Biodiversité   Biosphère   Christianisme   Civilisation   Claude Lévi-Strauss   Climat   Cogito ergo sum   Connaissance   Conservation de la nature   Contexte   Croyance   Création (théologie)   Culte   Culte de la Raison et de l'Être suprême   Culture   Dieu   Discours de la méthode   Diversité culturelle   Droit de l'environnement   Déchristianisation   Déforestation   Déisme   Développement durable   Empirisme   Environnement   Espèce   Essence (philosophie)   Esthétique   Expérience   Expérimentation   Femme   Foi   Forêt   Français   Français classique   Fruit   Galileo Galilei   Gaz à effet de serre   Gaïa   Genèse   Gravitation   Grec ancien   Grèce antique   Histoire   Histoire de l'écologie   Hiérarchie des genres   Homme   Humanité   Hypothèse Gaïa   Identité   Idéologie   Inca   Insecticide   Interaction   James Lovelock   Jean-Jacques Rousseau   Jean-Marc Rouvière   Johannes Kepler   La Dame à la licorne   Liberté   Linguistique   Lumière   Mer   Michel Foucault   Minéral   Monde (univers)   Morale   Moyen Âge   Mythologie   Métaphysique   Méthode expérimentale   Météorologie   Naturaliste   Naturalité   Nature   Neptune (mythologie)   Organisation de protection de la nature   Paradigme   Pensée   Philippe Descola   Physique   Plante   Pollution   Préhistoire   Pêche (halieutique)   Quatre sens de l'Écriture   Raison   Religion   René Descartes   Robert Boyle   Romantisme   Sciences naturelles   Scientifique   Sens   Sens moral   Siècle des Lumières   Soleil   Substance   Superstition   Symbolique   Système solaire   Technique   Terre   Thor   Théologie naturelle   Théories Gaïa   Transcendance   Viking   Voltaire   Vulcain (mythologie)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^