Folklore

Infos
Le folklore (de l'anglais folk, peuple et lore, tradition) est l'ensemble des productions collectives émanant du peuple et se transmettant d'une génération à l'autre par voie orale (contes, récits et croyances) ou par l'exemple (rites, savoir-faire).
Folklore

Le folklore (de l'anglais folk, peuple et lore, tradition) est l'ensemble des productions collectives émanant du peuple et se transmettant d'une génération à l'autre par voie orale (contes, récits et croyances) ou par l'exemple (rites, savoir-faire).

Historique de l'intérêt pour le folklore

L'intérêt pour le folklore se développe vers la fin du , dans le contexte du nationalisme romantique et de l'émergence des nations européennes. Pour Johann Gottfried von Herder, les classes paysannes sont tout à la fois les dépositaires, les véhicules et les gardiennes d'un « génie du peuple », qui s'est modelé par le contact des hommes avec la terre et le climat et qui s'est transmis d'une génération à l'autre, depuis l'Antiquité, dans la langue, notamment dans les productions langagières populaires de tradition orale, telles les épopées, les contes et les légendes. Dans une vision universaliste, Herder soutient que chaque peuple possède son « génie » unique et singulier, lequel apparaît comme le fondement par excellence du renouveau culturel qui doit permettre de réunifier les peuples germaniques. C'est sur les incitations de Herder que les frères Jacob et Wilhelm Grimm s'engagent, en pionniers, dans de vastes entreprises de collecte de traditions orales, devant mener à la découverte de l'essence de ce « génie du peuple », qu'on conçoit alors comme devant permettre de renouer avec le caractère authentique d'une culture nationale perdue par les élites. Rapidement, l'initiative des frères Grimm sera imitée dans toute l'Europe (de l'Est et de l'Ouest) et dans les pays Scandinaves. Dès le , on entreprend de faire l'éducation du peuple à son propre folklore, lequel apparaît comme menaçé de disparition sous les effets de la modernité et de l'urbanisation. Les démarches visant à la diffusion du folklore prennent la forme de véritables propagandes nationalistes, s'attachant essentiellement à faire ressortir l'originalité et les spécificités du folklore propres à chaque peuple, permettant de le distinguer des peuples voisins et de le rattacher à ceux que, dans le contexte de mise en place des identités nationales, on désigne comme ses lointains ancêtres. Le génie du peuple devant se transmettre dans la langue, on comprend que la quête de celui-ci se restreindra d'abord uniquement aux faits de tradition orale. C'est vers le milieu du XIXe siècle que le domaine du folklore s'élargit et que les collecteurs commencent à s'intéresser également à différentes productions émanant des cultures populaires (croyances, médecine traditionnelle, costumes, arts, techniques) et dorénavant considérées comme relevant elles aussi du folklore. Le terme folklore a été introduit en 1846 par l'anglais William Thoms, en remplacement de l'ancienne formule « popular antiquities ». Le terme fut rapidement traduit de façon littérale dans les langues scandinaves, ainsi qu'en allemand, par l'expression volkskunde. Le terme fut repris tel quel en français, l'usage de l'expression « traditionnisme » proposée à la place du terme angais ayant rapidement été abandonné. L'acception du terme dans les différentes langues a varié suivant les auteurs, les régions et les époques. Pour certains, le folklore est le savoir que détient le peuple, alors que pour d'autres, c'est le savoir qu'on (les élites) possède sur le peuple, pris comme objet de connaissance. Souhaitant réconcilier les deux perspectives, certains ont proposé que le terme devait recouvrir les deux acceptions. Arnold Van Gennep fut le premier à développer, en France, une base méthodologique pour l'étude scientifique du folklore et à circonscrire plus précisément le domaine d'étude de ce qui devait être une nouvelle discipline, portant elle-même le nom de son objet (le folklore désigne alors la science du savoir populaire autant que le savoir populaire lui-même). Bien que Van Gennep reconnaisse que les productions folkloriques sont toujours d'abord le fait de créations individuelles, il suggère lui aussi, à l'instar de Herder, de les traiter comme des productions collectives, dans la mesure où elles ont largement été adoptées par le peuple et sont l'œuvre d'un auteur anonyme. Bien que le folklore puisse contenir des éléments religieux ou mythiques, il relève pour l'essentiel de la vie quotidienne. Ésotérisme et vie pratique s'y combinent fréquemment en un même flot narratif. Il a été souvent combiné avec la mythologie, et vice versa, parce qu'on a présupposé qu'un récit ne relevant pas de la croyance dominante du temps ne pouvait avoir le même statut qu'elles. Ainsi, la religion romaine est qualifiée de « mythe » par le christianisme. De cette façon, le mythe et le folklore sont devenus des termes fourre-tout pour tous les récits qui ne correspondent pas à la structure dominante de croyance. Le folklore revêt parfois une nature religieuse, comme c'est la cas dans les Mabinogion gallois ou dans la poésie scaldique islandaise. Plusieurs des contes dans la légende dorée de Jacques de Voragine incarnent également des éléments de folklore dans un contexte chrétien : des exemples d'une telle mythologie chrétienne sont les thèmes brodés autour de saint Georges ou de saint Christophe. Dans ce cas-ci, la désignation des récits comme faits de folklore est employée dans un sens quasi-péjoratif. Dans un même ordre d'idées, alors que les contes d'Odin ont une valeur religieuse pour leurs auteurs, comme ils ne s'adaptent pas dans une configuration chrétienne ils ne sont pas considérés comme « religieux », mais plutôt comme folkloriques. D'autre part, le folklore peut être employé pour décrire exactement un récit figuratif qui n'a aucun contenu théologique ou religieux, mais concernant un savoir populaire utile. Ce savoir populaire peut ou non avoir des composantes fantastiques (tels que la magie, les êtres éthérés ou la personnification des objets inanimés). Ces légendes peuvent émerger d'une tradition religieuse, mais sont essentiellement séculaires. Hansel et Gretel est un exemple fort de cette limite ténue. Tandis que l'élément de la sorcellerie peut probablement contenir un sujet religieux sous-jacent, ou impliquer au moins une certaine origine euro-païenne (comme Margaret Murray ou Le rameau d'or pourraient la décrire), on peut dire assez sûrement que le but du conte est principalement une instruction populaire concernant la sûreté de la forêt, aussi bien que secondairement il met en garde les familles nombreuses à propos des famines. Il y a une portée morale à cette œuvre, mais pas nécessairement une portée religieuse. Notre folklore occidental moderne a été défini par quelques chercheurs comme celui des légendes urbaines et par la théorie du complot. Hansel et Gretel revivent aujourd'hui, plus ou moins, dans des réalisations inégales et contestées, telles que le Projet Blair Witch.

Folklore, folklorique ?

Le mot « folklore » et plus encore l'adjectif « folklorique » (sans parler de l'abréviation « folklo ») ont pris aujourd'hui en français un sens péjoratif, qui ne concerne plus notre sujet. Ainsi est-il préférable de parler de musiques « traditionnelles » plutôt que de « folkloriques », par exemple. De fait les mots sont en train de se spécialiser :
- Folklore : tradition morte qui ne survit que par l'imitation des traditions anciennes,
- Tradition : pratique basée sur les traditions anciennes, mais toujours vivante et évolutive,
- Jazz : (s'utilise pour la musique) pratique basée une fusion de traditions avec forte modernisation.

Le folklore en France

Légendes et littérature traditionnelles

- La Tarasque
- La bête du Gévaudan
- L'Ankou

Musique traditionnelle

- la bourrée auvergnate
- la musique folklorique alsacienne

Manifestations traditionnelles

- Le Carnaval de Dunkerque
- Le Carnaval de Paris
- Le folklore étudiant en France

Le folklore en Belgique

Légendes et littérature traditionnelle

- Le cheval Bayard et les quatre fils Aymon
- La légende de Ulenspiegel

Musique traditionnelle

- est l'association namuroise de musique traditionnelle

Manifestations traditionnelles

- Le carnaval de Binche
- La ducasse de Mons nommée Doudou
- La ducasse d'Ath
-
- Les marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse
- La plantation du Meyboom
- Le folklore étudiant en Belgique
- Fosses-la-Ville: la marche septennale de Saint Feullen; les Chinels au Carnaval
- La Journée du folklore à Namur, chaque troisième samedi d'avril

Autre sens

Le mot « folklore » est couramment utilisé dans le domaine financier pour définir un élément n'apportant aucune valeur ajoutée à une situation existante. Par exemple : « Sa nomination, c'est pour le folklore ». Par cette expression, on indique ici que la nomination d'une personne au sein d'un organe de gestion ou de surveillance semble innapropriée eu égard à ses qualifications ou à la maîtrise technique de l'environnement économique et légal dans laquelle une société évolue. Dans la plupart des cas, les folklores engendrent des « pépinières » ingérables à auditer compte tenu de la mauvaise foi et l'absence de compétences certifiées de ces personnes.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Allemand   Anglais   Ankou   Antiquité   Bourrée auvergnate   Bête du Gévaudan   Carnaval de Binche   Carnaval de Dunkerque   Carnaval de Paris   Classe sociale   Conte   Croyance   Culture populaire   Danse traditionnelle   Doudou   Ducasse d'Ath   Ducasse de Mons   Europe   Folklore étudiant en Belgique   Fosses-la-Ville   France   Français   Fusion de genres musicaux   Fée   Georges de Lydda   Hansel et Gretel (conte)   Jacob et Wilhelm Grimm   Jacques de Voragine   James George Frazer   Johann Gottfried von Herder   Langue   Légende   Légende urbaine   Mabinogion   Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse   Margaret Murray   Meyboom   Modernité   Musique populaire   Mythologie   Nation   Odin   Paganisme   Paysan   Poésie scaldique   Propagande   Proverbe   Pépinière   Religion   Rite   Récit   Saint Christophe   Savoir-faire   Sorcellerie   Tarasque   Théorie du complot   Tradition orale   Urbanisation  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^