Désert du Taklamakan

Infos
Désert du Taklamakan Près de Yarkand Le désert du Taklamakan (Täklimakan en ouighour) est un désert inhospitalier, surnommé la « Mer de la mort », situé essentiellement dans la province du Xinjiang en Chine. Les Ouighours interprètent souvent son nom comme une expression signifiant « Si tu entres, tu ne ressortiras jamais », mais selon l'archéologue ouighour Dolkun Kamberi, c'est un ancien mot signifiant « vigne ». De fait, cette région est très propice
Désert du Taklamakan

Désert du Taklamakan Près de Yarkand Le désert du Taklamakan (Täklimakan en ouighour) est un désert inhospitalier, surnommé la « Mer de la mort », situé essentiellement dans la province du Xinjiang en Chine. Les Ouighours interprètent souvent son nom comme une expression signifiant « Si tu entres, tu ne ressortiras jamais », mais selon l'archéologue ouighour Dolkun Kamberi, c'est un ancien mot signifiant « vigne ». De fait, cette région est très propice à la culture de la vigne. Ce désert occupe une vaste cuvette géologique bordée au nord par les Tian Shan « Monts Célestes » et au sud par les monts Kunlun, puis le plateau du Tibet. Il s'agit d'un désert mouvant, les vents dominants soufflent depuis le nord-est et les sédiments viennent s'accumuler sur la marge sud-est. De forme ovoïde, avec km² de sable, km d'ouest en est et 500 km du nord au sud, il est le troisième plus grand désert du monde après le Sahara et le Kalahari. Ses dunes peuvent atteindre 40 m de hauteur. Elles auraient achevé leur formation il y a ans. On y trouve aussi des plaines argileuses et des cailloutis. De l'hiver à l'été, les températures varient entre -40 et +50°C. Un tel climat prive les dunes de toute vie : il n'y a même pas de lézards ou de scorpions.

Géographie physique

L'étude géologique des sédiments d'une épaisseur à certains endroits de mètres, faite par une équipe de l'Académie des sciences de Pékin, a permis de déterminer que ce désert existait déjà voici 5, 3 millions d'années au début du pliocène. Ce désert aurait été en fait créé dès le miocène tardif au moment du retrait des mers et de l'isolement de la Méditerranée, puis l'élévation du plateau tibétain aurait entraîné des modifications majeures de la circulation atmosphérique apportant du nord l'aridité. Ce désert est en pente descendante d'ouest en est, si bien qu'il est parcouru par un fleuve long de 2000 km, le Tarim, qui coule dans cette même direction. Ce cours d'eau se perd dans le Lop Nor (Lac Lop en mongol), immense marécage salé situé au sud de Tourfan, dont la superficie diminue au fil des siècles. C'est là que la Chine a effectué la plupart de ses essais nucléaires. Alors que la cité de Kachgar, à l'ouest du Taklamakan, est à une altitude de m, le Lop Nor se trouve à 780 m. Un lent soulèvement tectonique de la région des Pamirs, à l'ouest, a accru cette différence d'altitude entre l'ouest et l'est durant les derniers millénaires. D'autres cours d'eau, comme la Keriya, descendent de la chaîne des Pamirs, à l'ouest, ou des Kunlun, au sud-ouest. Il y a ans, à la fin de la dernière glaciation, la Keriya traversait le désert jusqu'au nord. Cette phase d'écoulement s'est produite jusque vers 4000 av. J.-C., puis le débit a diminué et les eaux se sont perdues dans les sables. Les anciens cours sont signalés par les troncs d'arbres morts grossièrement alignés entre les dunes. Les explorateurs y ont trouvé d'anciennes cités, comme celle qui a été appelée Jumbulak Kum (Les Sables Ronds), sur un ancien cours de la Keriya. Datée de l'an 500 avant J.-C., elle était située très en profondeur dans le désert. Aujourd'hui, seule la rivière de Khotan, située plus à l'ouest, parvient à traverser le désert.

Faune et flore

Les arbres qui poussent le long des cours d'eau sont des peupliers de l'Euphrate. Les sables peuvent porter des arbrisseaux du genre tamarix ou des graminées. Le Lop Nor, où l'on pratique la pêche à la pirogue, abrite selon les saisons un grande quantité d'oiseaux aquatiques: mouettes, sternes, cygnes, canards, hérons, etc.

Population humaine

Le désert du Taklamakan est bordé au nord et au sud par une série de villes-oasis qui constituaient les branches nord et sud de la Route de la soie entre les chaînes de montagnes environnantes et le corridor du Gansu à l'est. L'activité de l'homme a tendance a réduire leur territoire, par l'exploitation des forêts ou de mauvaises pratiques d'irrigation : on estime que le désert a gagné 28 000 km² depuis le début de notre ère, dont km² au cours du . La surface des forêts de peupliers serait passée de km² en 1958 à km² en 1979.

Bibliographie

-Pierre Gentelle, « Une géographie du mouvement : le désert du Taklamakan et ses environs comme modèle », Ann. Géo. 567, pp. 553-594.

Voir aussi

- Bassin du Tarim
- Géographie de la Chine Catégorie:Géographie de la Chine Taklamakan, Désert du Catégorie:Xinjiang bg:Такламакан bs:Takla Makan cs:Taklamakan de:Taklamakan en:Taklamakan Desert es:Taklamakán et:Taklimakan fi:Taklimakan hr:Takla Makan it:Deserto di Taklamakan ja:タクラマカン砂漠 lv:Taklamakans nl:Taklamakan no:Taklamakan pl:Takla Makan pt:Taklamakan qu:Taklamakan ro:Taklamakan ru:Такла-Макан sr:Takla Makan sv:Takla Makan tr:Taklamakan Çölü uk:Такла-Макан zh:塔克拉玛干沙漠 zh-min-nan:Taklamakan Soa-bô͘
Sujets connexes
Argile   Bassin du Tarim   Canard   Dune   Désert   Essai nucléaire   Géographie de la Chine   Géologie   Héron   Kachgar   Kalahari   Kunlun Shan   Lop Nor   Lézard   Miocène   Mongol   Mouette   Pamir   Peuplier   Pirogue   Pliocène   Poaceae   Route de la soie   République populaire de Chine   Sahara   Scorpiones   Sterne   Tamaris   Tarim (fleuve)   Tectonique   Tian Shan   Tibet   Tourfan   Xinjiang  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^