Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel

Infos
Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel (en suédois : Sveriges Riksbanks pris i ekonomisk vetenskap till Alfred Nobels minne), dit « prix Nobel » d'économie, récompense chaque année des contributions exceptionnelles en économie. Il a été fondé en 1968 et doté par la Banque de Suède, à l'occasion de son 300 anniversaire. Il a été décerné pour la première fois en 1969. C'est le seul prix géré pa
Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel

Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel (en suédois : Sveriges Riksbanks pris i ekonomisk vetenskap till Alfred Nobels minne), dit « prix Nobel » d'économie, récompense chaque année des contributions exceptionnelles en économie. Il a été fondé en 1968 et doté par la Banque de Suède, à l'occasion de son 300 anniversaire. Il a été décerné pour la première fois en 1969. C'est le seul prix géré par la Fondation Nobel qui n'a pas été fondé par le testament d'Alfred Nobel ; il suit les mêmes règles que les prix Nobel. Comme eux, il est remis le 10 décembre par le roi de Suède ; comme les prix de physique et chimie, il est décerné par l'Académie royale des sciences de Suède. En 2006, la partie monétaire du prix est de 10 millions de couronnes suédoises, soit environ un million d'euros.

Origine

L'idée d'un nouveau « prix Nobel » vient de Per Åsbrink, gouverneur de la Banque de Suède (Sveriges Riksbank), la plus ancienne banque centrale du monde. Dans le cadre le la préparation du tricentenaire de la Banque, il crée une fondation pour la recherche, la Fondation du jubilé de la Banque de Suède (Riksbankens Jubileumsfond), et propose à son conseiller économique, Assar Lindbeck, ainsi qu'aux économistes Erik Lundberg et Gunnar Myrdal, de réfléchir à l'élaboration d'un prix Assar Lindbeck, The Prize in Economic Science in Memory of Alfred Nobel, Journal of Economic Literature, 23:1, mars 1985, pp. 37-56 . La Banque contacte ensuite la Fondation Nobel, et l'Académie royale des sciences de Suède, qui était déjà responsable de l'attribution des prix de physique et chimie. Certains membres de l'Académie émettent des réserves quant à l'aspect suffisamment scientifique de l'économie, mais Lundberg et surtout Myrdal (qui sont également membres) finissent par convaincre l'Académie entière. En mai 1968, la banque centrale, la Fondation Nobel et l'Académie tombent d'accord sur les règles d'attribution du prix, et le bureau de la Banque centrale décide alors de le fonder officiellement. Ces règles sont codifiées par le gouvernement suédois en janvier 1969. Le premier comité est composé de :
- Bertil Ohlin (président du comité, Stockholm School of Economics),
- Erik Lundberg (Stockholm School of Economics),
- Ingvar Svennilson (université de Stockholm),
- Herman Wold (université d'Uppsala, université de Göteborg), et
- Assar Lindbeck (Université de Stockholm).

Choix des lauréats

Chaque année, l'Académie royale des sciences de Suède invite des personnalités qualifiées à envoyer leurs nominations. Ces personnes comprennent :
- les membres de l'Académie des sciences ;
- les membres du comité de sélection du prix ;
- les lauréats passés ;
- les professeurs titulaires dans les sujets concernés, en Suède, ainsi qu'au Danemark, en Finlande, en Islande, et en Norvège ;
- les professeurs titulaires de chaires correspondantes dans au moins six universités choisies chaque année par l'Académie ;
- d'autres chercheurs invités par l'Académie Paul Walker, Sveriges Riksbank (Bank of Sweden) Prize in Economic Sciences in Memory of Alfred Nobel . Deux à trois cents nominations sont envoyées, qui correspondent à une centaine de candidats distinctsAssar Lindbeck, The Sveriges Riksbank (Bank of Sweden) Prize in Economic Sciences in Memory of Alfred Nobel 1969-2004, . Les candidatures sont ensuite évaluées par un comité de cinq à huit membres (dont deux non-économistes), qui soumet son choix au département de sciences sociales de l'Académie pour approbation. L'Académie entière adopte la liste finale début octobre. Comme pour les autres prix Nobel, un maximum de trois personnes peuvent partager le prix, et elles doivent être vivantes au moment de l'annonceEn 1996, William Vickrey mourut trois jours après l'annonce de son prix, dont la remise fut posthume..

Un prix parfois contesté

Alors que l'attribution du prix Nobel de la paix donne souvent lieu à des controverses quant au choix des lauréats, le prix de la Banque de Suède est pour sa part essentiellement contesté pour sa pertinence même, en premier lieu parce que la correspondance d'Alfred Nobel ne fait jamais mention de son intention de récompenser cette discipline - ce que souligne notamment depuis 2001 Peter Nobel, son arrière-petit-neveu, ancien médiateur suédois à l'immigration et ancien président de la Croix-Rouge suédoise. Pour certains économistes, ces critiques ont aussi pour but de nier toute scientificité au discours économiqueLes Prix Nobel d'économie sur le site e-economie, 7 octobre 2005 . Friedrich Hayek, représentant de la libérale École autrichienne d’économie et lauréat en 1974, a déclaré Samuel Brittan, The not so noble Nobel Prize, Financial Times, 19 décembre 2003 par ailleurs que si on lui avait demandé son avis sur le prix, il aurait « fermement déconseillé » sa création. Gunnar Myrdal, son co-lauréat, a lui déclaré que le prix devait être aboli parce qu'il avait été remis à des « réactionnaires » comme HayekSamuel Brittan, ibid.. Le choix des lauréats est lui aussi critiqué, pour avoir souvent favorisé des économistes « orthodoxes » (dont ceux de l'école de Chicago) ou américains. Le prix Nobel de physiologie ou médecine, où la domination américaine est encore plus marquéeTyler Cowen, Poor U.S. Scores in Health Care Don't Measure Nobels and Innovation, New York Times, 5 octobre 2006, page C3, ne subit curieusement pas ces critiques. Si, dans les premières années de son existence, le prix a récompensé des théoriciens de premier plan, il a également été critiqué pour couvrir une discipline qui, une fois les grands économistes des années 1970 et 1980 recompensés, manquait peut-être de champ pour justifier la remise annuelle d'un prix supposé récompenser des avancées essentielles. Ainsi, selon un économiste anonyme du début des années 1980, « tous les grands sapins sont tombés, il ne reste que des arbustes."all the mighty firs have fallen. Now there are only bushes left.", dans : Sylvia Nasar, A Beautiful Mind, Simon & Schuster, New York, 1998, p. 368 » L'académie royale des sciences a décidé en 1995 d'étendre le champ d'application du prix, d'une part en modifiant la composition du comité de sélection (deux non-économistes sur les cinq à huit membres), d'autre part en acceptant les candidatures relevant des sciences politiques, de la psychologie, ou de la sociologie, ayant un impact sur l'économie. Ainsi, parmi les lauréats récents, Daniel Kahneman, Robert J. Aumann et Thomas C. Schelling ne sont pas économistes. Le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel reste toutefois un couronnement majeur pour la plupart des économistes, car la plus médiatisée des récompenses qui leur sont remises.

Statistiques

Répartition des prix en fonction de la nationalité des lauréats au moment de la récompense (2007)

-États-Unis : 41 (67%)
-Royaume-Uni : 7 (11%)
-Norvège : 3 (5%)
-Suède : 2 (3%)
-Canada : 1 (2%)
-Allemagne : 1 (2%)
-Inde : 1 (2%)
-France : 1 (2%)Deux en comptant Gérard Debreu, qui a été naturalisé américain
-URSS : 1 (2%)
-Pays-Bas : 1 (2%)
-Israël : 1 (2%)
-Sainte-Lucie : 1 (2%)

Nombre de récompenses (2007)

-Total des prix Nobel : 39
-Récompense individuelle : 21
-Récompense partagée à 2 : 14
-Récompense partagée à 3 : 4
-Total des économistes récompensés : 61

Université d'affiliation des chercheurs au moment de la récompense (2002)

-Université de Chicago : 9
-Université de Berkeley : 4
-Université de Cambridge : 4
-Université Harvard : 4
-Université Columbia : 3
-Massachusetts Institute of Technology (MIT) : 3
-Université de Stanford : 3
-Université d'Oslo : 2
-Université de Princeton : 2
-Université Yale : 2
-Université de Bonn : 1
-Université Carnegie Mellon (Norvège) : 1
-Université de New York : 1
-École nationale supérieure des mines de Paris : 1
-Université de Fribourg-en-Brisgau : 1
-Université George Mason : 1
-Institute for National Economic Management, Moscou : 1
-Netherlands School of Economic : 1
-Université d'Oxford : 1
-Université de la Pennsylvanie : 1
-Université de Stockholm : 1
-Stockholm School of Economic : 1
-Université Washington à Saint Louis : 1

Liste des lauréats

Années 1960 - Années 1970 - Années 1980 - Années 1990 - Années 2000

Années 1960

Années 1970

Années 1980

Années 1990

Années 2000

Voir aussi

-Prix Nobel ==
Sujets connexes
Académie royale des sciences de Suède   Alfred Nobel   Allemagne   Amartya Sen   Analyse entrée-sortie   Années 1960   Années 1970   Années 1980   Années 1990   Années 2000   Arthur Lewis   Asymétrie d'information   Banque centrale   Banque de Suède   Bertil Ohlin   Cambridge   Canada   Clive W. J. Granger   Comptabilité nationale   Couronne suédoise   Croissance économique   Danemark   Daniel Kahneman   Daniel McFadden   Douglass North   Edmund Phelps   Edward C. Prescott   Eric Maskin   Euro   Finance d'entreprise   Finances publiques   Financial Times   Finlande   Finn E. Kydland   France   Franco Modigliani   Friedrich Hayek   Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge   Gary Becker   George Akerlof   George Stigler   Gunnar Myrdal   Gérard Debreu   Göteborgs universitet   Harry Markowitz   Herbert Simon   Histoire économique   Inde   Islande   Israël   James Heckman   James Meade   James Mirrlees   James Tobin   Jan Tinbergen   John Forbes Nash   John Harsanyi   John Hicks   Kenneth Arrow   Lawrence Klein   Le Monde diplomatique   Leonid Hurwicz   Leonid Kantorovich   Macroéconomie   Massachusetts Institute of Technology   Mathématiques financières   Maurice Allais   Merton Miller   Michael Spence   Microéconomie   Milton Friedman   Modèle Black-Scholes   Modèle de Solow   Monétarisme   Moscou   Myron Scholes   Médiateur   Neuroéconomie   Norvège   Organisation industrielle   Orthodoxie et hétérodoxie en économie   Paul Samuelson   Pays-Bas   Princeton   Prix Nobel   Prix Nobel de la paix   Prix Nobel de physiologie ou médecine   Prévision économique   Psychologie   Ragnar Anton Kittil Frisch   Reinhard Selten   Richard Stone   Robert F. Engle   Robert Fogel   Robert Merton   Robert Mundell   Robert Solow   Roger Myerson   Ronald Coase   Royaume-Uni   Sainte-Lucie   Sciences économiques   Simon Kuznets   Sociologie   Sociologie économique   Stockholm School of Business   Suède   Suédois   The New York Times   Theodore Schultz   Théorie des jeux   Théorie des mécanismes d'incitation   Tjalling Koopmans   Trinity College (Cambridge)   Trygve Haavelmo   Union des républiques socialistes soviétiques   Université Carnegie Mellon   Université Columbia   Université Harvard   Université Washington à Saint Louis   Université Yale   Université d'Arizona   Université d'Oslo   Université d'Oxford   Université d'Uppsala   Université de Bonn   Université de Californie (Berkeley)   Université de Californie à San Diego   Université de Cambridge   Université de Chicago   Université de Fribourg-en-Brisgau   Université de New York   Université de Stockholm   Université du Maryland   Université du Minnesota   Vernon L. Smith   Wassily Leontief   William Forsyth Sharpe   William Vickrey  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^