Empire mongol

Infos
Évolution de l'empire mongol En 1294 l'empire a été scindé en : L'Empire mongol, peut-être le plus vaste empire ayant jamais existé, fondé au par Gengis Khan, ses fils et petits-fils et leurs armées. Il couvrit jusqu’à environ 33 millions de km carrés, surpassé seulement par l’Empire britannique. À son apogée, à la fin du XIII siècle, l'Empire mongol s'étendait de la Méditerranée au Pacifique et de la Sibérie à l'Inde et à l'Indochine, sans compter les
Empire mongol

Évolution de l'empire mongol En 1294 l'empire a été scindé en : L'Empire mongol, peut-être le plus vaste empire ayant jamais existé, fondé au par Gengis Khan, ses fils et petits-fils et leurs armées. Il couvrit jusqu’à environ 33 millions de km carrés, surpassé seulement par l’Empire britannique. À son apogée, à la fin du XIII siècle, l'Empire mongol s'étendait de la Méditerranée au Pacifique et de la Sibérie à l'Inde et à l'Indochine, sans compter les États vassaux de Russie et d'Indochine. À partir de 1260, il se divisait en quatre ulus (mongol ulus, uls : pays, région) :
- au nord-ouest, les steppes russes, territoire de la Horde d'Or où régnaient les descendants de Djötchi, fils aîné de Gengis Khan ;
- au sud-ouest, le domaine des Ilkhans de Perse descendants de Hülegü, fils de Tolui, le plus jeune fils de Gengis Khan ;
- au centre, le khanat de Djaghataï, fief des descendants de Djaghataï, deuxième fils de Gengis Khan ;
- à l'Est, englobant la Mongolie, la Chine des Yuan, dynastie fondée par Kubilai Khan (frère de Hülegü, fils de Tolui et petit-fils de Gengis Khan) qui fut le patron de Marco Polo. L'empire éclata au avant d'être partiellement rétabli par Tamerlan sous le nom d'Empire timouride, mais certaines principautés (khanats) maintinrent une continuité dynastique jusqu'en 1920.

Avant Gengis Khan

Les Mongols vivaient à 1000 km au nord-ouest de Pékin. Avant l’avènement de Gengis Khan, les différents peuples mongols se faisaient régulièrement la guerre. Une première tentative d’unification des peuples mongols avait échoué en 1161. Temüdjin, qui allait devenir Gengis Khan, nait en 1155 d’un chef de clan. Il est donc de bonne famille mais sa naissance ne le place pas d’emblée dans la classe des hauts dirigeants de la société mongole. À la suite de l’assassinat de son père pour des raisons politiques, sa famille est exclue du clan et est condamnée à mener une existence errante.

Les conquêtes de Gengis Khan

Grâce à son charisme, Temüdjin réussit à réintégrer le clan et à la suite de diverses amitiés et alliances, il obtient une position de direction. Lors d’une guerre, il vainc un peuple voisin, les Merhits. Après ses premiers succès militaires, vers 1196, une assemblée des chefs de clans mongols le proclame khan (c’est-à-dire souverain). En 1206, après qu’il eut vaincu quelques autres peuples voisins, une seconde assemblée le nomme Tchingis Qaghan (souverain océanique, c’est-à-dire souverain universel). Le nom de Tchingis Qaghan deviendra Gengis Khan en français. À ce moment, Gengis Khan ne contrôle que quelques peuples autour de la Mongolie. En 1207, il s’empare de la Sibérie méridionale. Dans les années suivantes, plusieurs peuples importants de l’Asie centrale se soumettent à lui pour éviter d’être attaquées. En 1215, il prend Pékin. De 1218 à 1222, il s’empare de l’Iran et de l’Afghanistan. À sa mort en 1227, il contrôle une bande de terre de 2500 km (distance nord-sud) qui s’étend de la mer Caspienne à la mer de Chine.

Khans de l'Empire mongol de la lignée de Gengis Khan

- Gengis Khan, premier dirigeant (Khan) mongol et empereur (Khagan) de l'Empire mongol, (1155-1227).
- Ögödei, 2 Khan de l'Empire mongol, (1227-1241)
- Güyük, 3 Khan de l'Empire mongol (1241-1248)
- Möngke (ou Mangu Khan), 4 Khan de l'Empire mongol (1248-1260)
- Kubilai Khan, 5 Khan de l'Empire mongol (1260-1279) il conquiert la Chine dont il devient empereur, instituant la Dynastie Yuan (1279-1294).

Les conquêtes des successeurs de Gengis Khan

Durant les 30 années qui suivent, les trois successeurs de Gengis Khan sont des diplomates et des guerriers habiles. Ils complètent les conquêtes de la Chine, de l’Iran, de l’Irak, de la Syrie, de l’Anatolie et de l’Europe orientale. L’Europe centrale et occidentale tremblent mais ne sont pas envahies. Les Mongols renoncent à conquérir l’Europe centrale et occidentale à cause de la fatigue consécutive à de très longues guerres, mais aussi à cause de l’exiguïté des pâturages de la plaine hongroise et de la difficulté de manœuvrer la cavalerie mongole dans les forêts européennes. Les techniques de guerre mongoles ne sont pas adaptées à la géographie de l’Europe. Les Européens savent les Mongols à leur porte et veulent mieux connaître ces adversaires potentiels. Une intense activité diplomatique se déploie. L’Europe découvre l’Asie. Les voyages de Marco Polo datent de cette époque. En 1260, à la mort du Grand Khan Mongka, l’empire se scinde en 4 parties : la Chine à l’est, le Djaghataï au centre, l’Ilkhan au sud-ouest (Iran, Irak et Syrie) et la Horde d'Or au nord-ouest (Russie et Europe orientale). En 1260, l’empire mongol perd sa première grande bataille lorsque l’Égypte s’empare de la Syrie. Les 4 parties de l’empire ne coopèrent plus. Dans les années suivantes, les Mongols reprendront la mauvaise habitude de se battre entre eux.

Un si petit peuple, un si grand empire

Les peuples mongols ne comptaient que quelques centaines de milliers de personnes, la Mongolie en entier de 1 à 1.5 millions de personnes. Il est tout à fait extraordinaire qu’un si petit peuple ait pu conquérir et contrôler un si grand empire. Les très grands succès de ce petit peuple s’expliquent par les caractéristiques suivantes :
-les Mongols étaient des hommes d’une grande force physique et mentale, façonnés par un environnement rude ; ils enduraient le froid, la faim et la souffrance ; ils étaient disciplinés ; ils ne se rendaient jamais ; ils étaient tout dévoués à leurs chefs ;
-selon leur religion et leur culture, un seul peuple et un seul souverain devaient dominer le monde comme un seul Dieu dominait les cieux ; ils croyaient être ce peuple dominateur ;
-c’étaient de très bons cavaliers qui apprenaient à monter à cheval en très bas age et passaient leur vie sur un cheval ;
-leurs généraux étaient des tacticiens très bons et très rusés ; l’image populaire qui représente les Mongols comme des cavaliers fous qui attaquaient et se battaient dans le plus grand désordre est totalement inexacte. Les archers montés étaient d'ailleurs l'unité principale des armées mongoles ;
-ils ont utilisé la terreur comme arme de guerre ; ils étaient sans merci pour les vaincus, allant même jusqu’à tuer tous les hommes, femmes, enfants, chiens et chats dans une ville conquise : par contre, ils traitaient bien les peuples qui se soumettaient sans combattre ;
-ils savaient recruter de bons administrateurs chez les peuples qu’ils dominaient et ils leur faisaient confiance ;
-ils instauraient la paix dans les territoires conquis en mettant fin aux guerres tribales et en pourchassant les malfaiteurs de tout ordre ;
-ils favorisaient le commerce entre les régions en construisant des infrastructures et en réduisant les taxes ;
-ils prônaient une justice qui était la même pour les puissants et les humbles ;
-ils pratiquaient une sollicitude envers les démunis (une forme de redistribution de richesse) ;
-ils étaient tolérants envers toutes les religions ;
-ils ne pratiquaient aucune forme de racisme ; ils n’ont pas imposé leur langue ou leurs coutumes aux peuples conquis.

La science et les arts sous l'empire

Le siècle de la domination mongole est une période de grandes réalisations scientifiques et artistiques et de profond renouvellement de l’inspiration. Ces succès sont dus à
-l’émergence de traditions populaires, jadis refoulées par les élites et les lettrés ; les Mongols, en raison de leur nature plutôt fruste, préféraient la culture populaire à la culture élitaire ;
-la promotion des basses classes sociales ;
-les influences qu’exercent les unes sur les autres les diverses civilisations de l’empire.

L'évolution des quatre régions de l'empire et la décadence

La Chine et la Mongolie

La Chine était un pays vassal de l'empire mongol, tout comme la Mandchourie , la Corée, une partie du Xinjiang et maints états d'Asie du sud-est. En ce qui concerne le Tibet, le degré de vassalité par rapport à l'empire mongol reste très discuté : dans cette partie du monde, il existait une relation Maître spirituel-Protecteur pouvant s'appliquer entre individus mais aussi comme base de relation diplomatique entre états. Les documents d'époque, pris objectivement, montrent que le relation diplomatique entre le Tibet et l'empire mongol fut officiellement de ce type là (d'où l'instauration du Bouddhisme tibétain comme religion d'état dans l'empire mongol après la visite du 3 Dalaï Lama, Sonam Gyatso). Il y eu quelques contingents de l'armée mongol stationnés au Tibet mais dans un but de protection du gouvernement tibétain des Dalaï Lama. En tout état de cause, la Chine n'est pas assimilable à l'empire mongol, elle n'en fut qu'une partie soumise. L'empire mongol n'est pas non plus assimilable à la Chine. Le dernier empereur de Chine de la dynastie Yuan, Togoontomor, fut renversé en 1368 par Ming Hongwu, fondateur de la dynastie Ming. Ses tentatives pour restaurer la dynastie Yuan fut infructueuse, les Mongols retournèrent dans leur patrie et Karakorum redevint le centre politique de la Mongolie.

L'Ilkhan (Iran, Irak et Syrie)

Après 1282, la pression musulmane est très forte dans l’état, les véritables mongols n'étant plus représentatifs des rênes du pouvoir, demeurant une véritable minorité. À partir de 1317, l’état est plus musulman que mongol, en ce sens que malgré la présence de dirigeants mongols (les mongols demeurent païens), le véritable pouvoir est aux mains de dirigeants musulmans. Sous Abu Saïd (1317-1336), le roi fainéant, la société et l’état se décomposent. Lorsqu’il meurt, en 1336, sans héritier direct, le pays sombre dans l’anarchie.

Le Djaghataï et l’Empire timuride

Cet état est aussi musulman. Il est difficile à gouverner car instable : le Nord est nomade, païen et pauvre alors que le Sud est musulman, sédentaire et riche. En 1334, la Sogdiane (aujourd’hui l’Ouzbékistan) fait sécession. Pour la reconquérir, Tughlug Timur se fait musulman et la reconquiert en 1360. Son successeur, Timur le Boiteux – Tamerlan – sèmera la terreur de l’Inde à la Russie et à la Méditerranée et créera l’Empire timuride. L’empire survivra jusqu’en 1500 (arrivée des Ouzbeks).

La Horde d'Or (Russie et Europe orientale)

Les russes remportent une première victoire contre les Mongols en 1380. À partir de 1430, la Horde d’Or se brise en morceaux. Le dernier morceau est toléré par les puissances régionales voisines jusqu’en 1920 parce qu’il constitue une zone tampon bienvenue entre l’Inde, la Russie et l’Iran. En 1920, ce territoire est finalement conquis par la Russie et le dernier descendant de Gengis Khan tire enfin sa révérence.

Chute de l’Empire Mongol et domination par les Manchous

- 1388 Destruction de Karakorum par les Chinois
- 1391 Tamerlan vainc la Horde d'Or (Tokhtamysh)
- 1400-1454 : Guerre civile en Mongolie
- 1409-1449 : Nouvelles attaques mongoles contre la Chine
- 1466 Dayan Khan réunit la plupart des tribus mongoles.
- 1480-1502 : Les Moscovites mettent fin au control des Mongols sur la Russie; les derniers membres de la Horde d'Or sont vaincus
- 1571 Les Mongols mettent fin à 300 ans de guerre avec les Chinois
- 1578 Altan Khan converti les Mongols au bouddhisme tibétain et donne le titre de Dalaï Lama à Sonam Gyatso
- 1586 Le bouddhisme tibétain devient la religion officielle
- 1589 Début de la construction d’Erdene Zuu, premier monastère de Mongolie
- 1641 Zanabazar est proclamé chef du bouddhisme en Mongolie
- 1641-1652 : Les Russes battent les Bouriates et regagnent le contrôle de la région du lac Baïkal
- 1640 Güshi Khan (1607(?)-1655), Empereur mongol, envahit le Tibet et place le 5 Dalaï Lama, Lobsang Gyatso, comme chef temporel du Tibet en 1642.
- 1672 Incursion des Mongols en Sibérie et en Russie
- 1691 La plupart des Mongols Khalkha acceptent la souveraineté des Mandchous et sont inclus dans l'empire chinois (dynastie Qing 1644-1911)
- 1728 Le traité sino-russe de Khyakhta redéfinit les frontières traditionnelles de la Mongolie
- 1732 Les Mongols Dzungar sont battus. Fin de l'indépendance de la Mongolie
- 1750 La Chine divise la Mongolie en deux entre le Nord, la Mongolie extérieure, et le Sud, la Mongolie-Intérieure
- 1783 Le dernier des descendants régnant de Gengis Khan est battu par les Russes.
- 1783 Choqu Kalan devient chef des mongols.
- 1810 Mort de Choqu Kalan.
- Le fils de Choqu Kalan, Yuhzo Benthizzy devient emepereur des mongols.
- 1879 Mort de Yuhzo Benthizzy.
- Le Bogdo Gegen du Monastère de Gandantegchinlin aurait cherché l'appui de la Russie pour se libérer de l'emprise politique chinoise. Après révolution chinoise de 1911 et l'éviction du dernier empereur mandchou, Puyi, le 1911, la Mongolie proclama son indépendance. Le Bogdo Gegen prit la direction politique du pays. Une révolte populaire menée par Sukhbaatar se produit en 1919. Un Parti populaire mongol fut créé sous l'impulsion de la nouvelle URSS en 1921, et un gouvernement provisoire fut nommé le 11 juillet 1921. Après la mort de Sukhbaatar en 1923 et celle du Bogdo Gegen en 1924, la République populaire de Mongolie fut proclamée le 26 novembre 1924. La capitale du pays est baptisée Oulan-Bator « la ville du héros rouge » – en référence à Sukhbaatar
- Bogdo Khan (Trullmad Vagala) devient dernier empereur des mongols, aprés la mort de Yuhzo Benthizzy
- 1924 Mort de Bogdo Khan (Trullmad Vagala).

Bibliographie

-Rioux, Jean-Paul, , Gengis Khan et l’Empire mongol, Gallimard, Baune-Les-Dames, France, 2002.ISBN 2-07-076556-3.

Voir aussi

Article connexe

- Conquêtes mongoles

Lien externe

- Catégorie:Histoire de la Mongolie Catégorie:Histoire de l'Asie ar:إمبرطورية المغول bg:Монголска империя bn:মঙ্গোল সাম্রাজ্য bs:Mongolsko carstvo ca:Imperi Mongol cs:Mongolská říše de:Geschichte der Mongolen diq:İmparatoriya Moğoli en:Mongol Empire eo:Mongola Imperio es:Imperio Mongol fi:Mongolivaltakunta he:האימפריה המונגולית hu:Mongol Birodalom id:Kekaisaran Mongolia it:Impero mongolo ja:モンゴル帝国 ko:몽골 제국 lt:Mongolų imperija lv:Mongoļu impērija mn:Их Монгол Улс nl:Mongoolse Rijk nn:Det mongolske riket no:Mongolriket pl:Wielka Orda pt:Império Mongol ro:Imperiul Mongol ru:Монгольская империя sr:Монголско царство sv:Mongolväldet ta:மொங்கோலியப் பேரரசு th:จักรวรรดิมองโกล tr:Moğol İmparatorluğu uk:Монгольська імперія vi:Đế quốc Mông Cổ zh:蒙古帝国
Sujets connexes
Abu Saïd (Houlagides)   Afghanistan   Altan Khan   Anatolie   Bogdo Gegen   Bogdo Khan   Bouddhisme tibétain   Bouriate   Cavalerie   Charisme   Civilisation   Civilisation chinoise   Classe sociale   Conquêtes mongoles   Corée   Dayan Khan   Djaghataï (khan)   Djötchi   Dynastie Ming   Dynastie Qing   Dynastie Yuan   Empire   Empire britannique   Empire timuride   Europe   Gengis Khan   Gouvernement tibétain   Güshi Khan   Güyük   Hongrie   Horde d'Or   Houlagides   Houlagou Khan   Inde   Indochine   Inspiration   Irak   Iran   Karakorum   Khagan   Khan   Khanat   Khanat de Djaghataï   Kubilai Khan   Mandchou   Mandchourie   Marco Polo   Mer Caspienne   Mer de Chine   Ming Hongwu   Monastère de Gandantegchinlin   Mongol   Mongolie   Mongolie-Intérieure   Mongols   Möngke   Oulan-Bator   Ouzbékistan   Paganisme   Perse   Puyi   Pékin   Russie   Science   Sibérie   Sogdiane   Sonam Gyatso   Sukhbaatar   Syrie   Tamerlan   Tibet   Togoontomor   Tokhtamysh   Tolui   Xinjiang   Yuan  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^