Parti socialiste (France)

Infos
Le Parti socialiste (PS) est le principal parti politique français de la gauche gouvernementale, à la fin du et au début du . Ses alliés traditionnels sont les Verts, le Parti radical de gauche, le Mouvement républicain et citoyen et le Parti communiste français. Il s'agit en 2007 du deuxième parti politique français en nombre d'adhérents revendiqués.
Parti socialiste (France)

Le Parti socialiste (PS) est le principal parti politique français de la gauche gouvernementale, à la fin du et au début du . Ses alliés traditionnels sont les Verts, le Parti radical de gauche, le Mouvement républicain et citoyen et le Parti communiste français. Il s'agit en 2007 du deuxième parti politique français en nombre d'adhérents revendiqués.

Fondements idéologiques et philosophiques

Déclaration de principe

1. Le Parti socialiste se fixe comme objectif l'émergence, par la voie démocratique, d'une société qui réponde aux aspirations fondamentales de la personne humaine telles que les ont définies des siècles de luttes pour le progrès et que les expriment aujourd'hui tous les peuples : la liberté, l'égalité et la dignité des hommes et des femmes, le bien-être, la responsabilité et la solidarité. Parti de rassemblement, il met le réformisme au service des espérances révolutionnaires. Il s'inscrit ainsi dans la démarche historique du socialisme démocratique. Alors que les sciences et les techniques ouvrent de nouveaux espaces de liberté et de créativité mais peuvent aussi détruire ou pervertir toute forme de vie, le Parti socialiste agit pour qu'elles bénéficient aux hommes et aux femmes. 2. Le Parti socialiste est un parti de transformation sociale. La faillite des sociétés bureaucratiques ne lui fait pas oublier que le capitalisme développe les inégalités, accentue les déséquilibres mondiaux, exploite les richesses du Tiers-Monde et maintient dans de nombreux pays chômage et exclusions. Le Parti socialiste est donc favorable à une société d'économie mixte qui, sans méconnaître les règles du marché, fournisse à la puissance publique et aux acteurs sociaux les moyens de réaliser des objectifs conformes à l'intérêt général. Il agit pour son dépassement par de nouvelles formes d'organisation économique et sociale donnant aux salariés une véritable citoyenneté dans l'entreprise. Dans les secteurs clés qui déterminent la formation du citoyen (l'école, l'université, la télévision), les conditions de vie (logement, santé, environnement), il n'accepte pas que les logiques du marché soient seules déterminantes. Un service public fort, l'aménagement du territoire, la planification, la politique budgétaire et fiscale doivent permettre démocratiquement aux citoyens de dégager les grandes priorités nationales. 3. Le Parti socialiste est un parti démocratique. Il fonde son action et son projet sur le respect des Droits de l'homme et du citoyen dans le cadre d'un État de droit reposant sur le suffrage universel et le pluralisme. Il affirme que toutes les libertés sont liées : leur plein exercice, sur les plans politique, économique, social et culturel, est la condition de l'épanouissement et de l'approfondissement de la démocratie. Le Parti socialiste a en effet conscience de la limite des droits quand ils ne sont pas accompagnés des conditions concrètes susceptibles d'en permettre la réalisation. L'histoire a tranché : le combat pour la liberté est indissociable de celui pour l'égalité. 4. Le Parti socialiste est un parti ancré dans le monde du travail. Les mutations incessantes et profondes des sociétés contemporaines n'ont pas éliminé les oppositions des classes et groupes sociaux. C'est pourquoi, si les socialistes participent au combat pour le progrès de toute la société, ils sont particulièrement attentifs aux intérêts des salariés et au développement de toutes leurs capacités d'action. 5. Le Parti socialiste est fermement attaché à la liberté de conscience et à la laïcité de l'État et de l'école. Il estime que l'accès à l'information et à la culture est une condition essentielle de la démocratie. C'est pourquoi l'indépendance de la création et de la communication à l'égard du pouvoir politique et du pouvoir financier est indispensable. Il affirme l'égalité de tous les citoyens et récuse toute mesure discriminatoire fondée sur le sexe, la race, les convictions philosophiques ou religieuses, les choix de vie personnels. Il se donne pour vocation de favoriser l'intégration et l'adhésion aux valeurs de la République de tous ceux qui résident sur notre sol. Les socialistes considèrent comme un acquis majeur les droits et les libertés que les femmes ont conquis. Ils continuent de lutter pour éliminer les discriminations qui subsistent. Le parti met en œuvre au travers de ses statuts, dans ses structures et dans sa pratique, une égalité de plus en plus réelle entre adhérents et adhérentes. 6. Parce qu'il n'y a pas d'hommes et de femmes libres dans une nation asservie ou sujette, parce que tous les problèmes majeurs sont devenus mondiaux, l'action du Parti socialiste s'inscrit dans un cadre national et international. Dans l'ordre international, le Parti socialiste condamne toute exploitation d'un peuple par un autre et soutient le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ; il lutte pour un développement économique respectant l'environnement et les équilibres naturels de la planète. Le Parti socialiste fait le choix de l'Europe pour donner aux nations qui la composent les moyens d'affronter les défis de l'avenir. La communauté européenne, à condition quelle ne se réduise pas à un simple marché, en sera un élément moteur. Les socialistes s'attachent à accélérer la construction européenne dans toutes ses dimensions : politique, économique et sociale. Parti de paix, le parti socialiste a toujours lutté contre la logique des blocs, il œuvre pour l'instauration de nouveaux rapports mondiaux, il agit pour le développement du Tiers-Monde, pour un désarmement général équilibré. 7. Le Parti socialiste attend de ceux qui le représentent à tous les niveaux de responsabilité qu'ils s'inspirent dans leurs décisions et dans leurs actes de ces principes. Dans le monde entier, l'idéal socialiste s'est emparé de l'imagination des peuples. Il inspire de grands mouvements politiques.

Les courants du Parti socialiste

Les courants structurent la vie interne du Parti socialiste. Héritiers des clubs et groupes politiques précédant la réunification d'Épinay, ils se sont largement modifiés au cour du temps. Officiellement, les courants se structurent autour des motions, c'est-à-dire des grands textes d'orientation rédigés à chaque congrès. Officieusement, chaque motion est subdivisée en multitudes de sensibilités, parfois liées à un leader charismatique, ou tout simplement à une manière de faire de la politique et d'analyser la société.
-Autour de la majorité de François Hollande
-17-Novembre, animé par François Hollande
-Gauche moderne, animé par Jean-Marie Bockel et Roland Ries (en voie de remplacement par Réformisme et Rénovation). Ce courant est issu de la motion 4 du Congrès de Mans.
-Gauche socialiste, animé par Julien Dray
-Nouvelle voix, animé par Gaëtan Gorce et Jean-Louis Bianco
-Réformer, animé par Martine Aubry
-Socialisme et Démocratie, animé par Dominique Strauss-Kahn et Catherine Trautmann
-Utopia, animé par Franck Pupunat
-Autour du pôle du Nouveau Parti socialiste
-Nouveau Parti socialiste, animé par Vincent Peillon et Benoît Hamon
-Nouvelle Gauche, animé par Benoît Hamon
-Alternative socialiste animé par Henri Emmanuelli
-Renouveau socialiste européen, animé par Jacques Généreux
-Autour du pôle Rassembler A Gauche
-Agir pour l'Égalité, animé par Claude Bartolone, principal lieutenant de Laurent Fabius
-Sauvons le Parti Socialiste, animé par Bruno Lamothe
-Trait d'union, animé par Jean-Luc Mélenchon et François Delapierre
-Ambition socialiste, animé par Marie-Noëlle Lienemann
-Pour rassembler la gauche (ex-poperéniste), animé par Alain Vidalies
-Autour d'Arnaud Montebourg
- Rénover maintenant, animé par Arnaud Montebourg.
-Autour de Marc Dolez et Gérard Filoche
-Forces Militantes, animé par Marc Dolez
-Démocratie & Socialisme, animé par Gérard Filoche

Organisation interne

Les adhérents

L'essentiel de la force du parti socialiste repose sur ses militants (bien que toutes les régions, sauf l'Alsace et la Corse, soient à gauche). De par une longue confrontation avec les communistes, les socialistes ont largement entretenu une tradition militante de terrain, même si cette tradition a tendance aujourd'hui à se résorber. Toujours à l'heure actuelle, le Parti socialiste reste un grand éditeur de tracts, mais aussi de journaux internes, de publications externes et d'autres brochures. L'âge minimal d'adhésion est de 15 ans. L'adhésion au parti est libre et chaque adhérent y possède théoriquement les mêmes droits, que ce soit le premier secrétaire ou le militant de base. Le Parti socialiste revendique 280 000 adhérents en décembre 2006 ; en décembre 2005, il en revendiquait 150 000, mais le Canard enchaîné a révélé qu'il en comptait 133 831Le Canard enchaîné, n° 4494, 13 décembre 2006.. Le Parti socialiste est un parti qui pratique très largement la démocratie interne. Ce sont les militants qui désignent les responsables à tous les niveaux : au niveau de la section locale, de la fédération départementale et au niveau national. Les militants votent pour les textes d'orientation à chaque congrès et désignent aussi les candidats socialistes à chaque élection. Plus récemment, une procédure de consultation interne a été mise en place afin que les militants décident de la ligne politique du parti sur une question précise. D'autres innovations à l'adresse des sympathisants devaient permettre que ces derniers, sous l'appellation « adhérents du projet », puissent participer très concrètement à l'élaboration du projet socialiste. Ce processus a été mis en sommeil suite au 29 mai 2005. Aussi, des évènements traditionnels rythment la vie du Parti, comme l'Université d'été de la Rochelle doublée de quelques universités de rentrée départementales, comme la Galette républicaine au mois de janvier ou les multiples fêtes de la Rose qui ont lieu au début de l'été. Le profil des adhérents socialistes, désignés comme au PCF, à LO ou la LCR par le sobriquet amical « camarades », a peu évolué au cours du temps. Le Parti socialiste n'a jamais été réellement un parti d'ouvriers. L'électorat socialiste s'est toujours situé parmi les classes moyennes, surtout les enseignants, parmi les cadres territoriaux et fonctionnaires, ainsi que les salariés de bas échelon et cadres du secteur privé. Il se situe surtout parmi la population active des villes, y compris les jeunes. Par une longue tradition de synthèse entre un centre-gauche modéré et européen et une gauche protestataire, le PS a toujours su rassembler au-delà de son électorat, ce qui fait de lui le centre de gravité de la gauche parlementaire. L'électorat réel socialiste se chiffre désormais entre 17 % et 26 % des suffrages exprimés. En 2002, Lionel Jospin obtenait 16, 18 % des suffrages au premier tour de l'élection présidentielle. En 2004, le Parti socialiste remportait 29, 4 % des suffrages.

Les structures locales

La section est la structure de base du Parti Socialiste. Une section peut être locale ou thématique. En général, elle s'organise au sein d'un canton, d'une commune ou d'un quartier. Ce sont elles qui constituent le gros des bataillons du parti. Cependant, il existe également des sections organisées autour d'une entreprise, voire autour de thèmes comme les NTIC ou la culture au sein de la Fédération de Paris. Actuellement, les sections d'entreprise tendent à disparaître mais des sections universitaires (section ENS, section Sciences Po, section Sciences Po Lille et section Sorbonne), se constituent selon la même logique. D'autres encore, représentant des expatriés, sont organisées autour d'un pays. Les réunions de section sont les moments privilégiés de la vie militante. Le cadre de la section permet le militantisme le plus direct. Ce sont les sections qui organisent les collages d'affiche, les distributions de tract, les porte-à-porte, etc. Ce sont elles également qui constituent le relai essentiel entre le « national » (direction nationale), la « fédé » (fédération départementale) et les militants. C'est également au niveau de la section que se pratique le débat interne, que ce soit dans le cadre d'un congrès ou d'une consultation interne. Lorsque la section comporte en son sein des élus, ces derniers peuvent partager avec les militants les solutions et perspectives à donner à une politique municipale par exemple. Le premier secrétaire de section est élu à bulletins secrets et au scrutin uninominal majoritaire à deux tours par la première assemblée générale des adhérents de la section suivant le congrès national. Il est l'animateur de la section dont il est le porte-parole. Il peut être secondé par un secrétaire adjoint et un secrétariat de section. Les sections ont également réussi à s'ouvrir davantage au-delà des simples adhérents. Beaucoup de sections peuvent ainsi compter avec l'existence d'une association citoyenne, qui réunit bien souvent des citoyens sympathisants et qui demeure souvent très active lors des élections municipales. Les sections connaissent pourtant des difficultés récentes, car leur découpage et leur rapport au territoire a été très largement bouleversé par la nouvelle donne territoriale. Les sections socialistes devront ainsi s'adapter à la réalité des nouvelles communautés de commune et d'agglomération, et à quelques changements liés à la décentralisation ou aux évolutions des lieux de vie. La fédération met en œuvre la politique du parti au niveau local. Il existe une fédération pour chaque département métropolitain, chaque département ou territoire d'outre-mer, plus une pour les français de l'étranger. Les instances de la fédération sont renouvelées à chaque congrès. Le conseil fédéral (CF) est l'instance de décision de la fédération. Il délègue certaines de ses prérogatives au bureau exécutif fédéral (BEF). Le secrétariat fédéral assure la gestion politique de la fédération, en liaison avec le secrétariat national du parti, et agit par délégation de la CF ou du BEF. Le secrétariat fédéral est constitué de membres choisis par le premier secrétaire fédéral, parmi la majorité politique de la fédération. Les secrétaires fédéraux ont la charge de le seconder dans la gestion courante de la fédération et dans l'application des décisions du CF. Les secrétaires fédéraux ont la charge d'un ou plusieurs secteurs d'activité ; ils peuvent être assistés d'un ou plusieurs délégués fédéraux. Le premier secrétaire fédéral est élu au scrutin majoritaire à deux tours par les militants lors d'une deuxième session après la tenue du congrès national. Tout candidat au poste de premier secrétaire fédéral doit présenter un plan d'action fédéral. Le secrétaire fédéral est l'animateur politique de la fédération et son porte-parole. Il assure la liaison avec le secrétariat national aux fédérations. Il préside les réunions du secrétariat fédéral, du BEF ou du CF, devant lequel il rend compte de ses activités. L'union régionale regroupe les fédérations d'une même région. Elle est dirigée par un comité régional du parti qui détermine la politique du parti concernant les problèmes propres à la région et veille à son application en liaison avec les élus. Le comité régional est élu par une convention régionale qui se réunit dans la quinzaine de jours suivant le congrès national. La convention régionale procède à l'élection du secrétaire régional au scrutin majoritaire à deux tours. Celui-ci ne peut cumuler sa fonction avec celle de premier secrétaire d'une fédération de sa région..

Instances nationales

Les membres du conseil national sont désignés par les délégués au congrès national réunis en assemblées de motion, proportionnellement aux résultats obtenus par les différentes motions. Véritable parlement du parti, le conseil national est composé de 204 membres élus par le congrès national et de 102 premiers secrétaires fédéraux. Le conseil national exécute et fait exécuter la motion d'orientation adoptée par le congrès national. Il se réunit au moins quatre fois par an. Il constitue en quelque sorte le parlement interne du parti, car il est le reflet direct de la réalité des sensibilités et des courants du PS. Le président actuel du Conseil national est Gérard Collomb. Le bureau national assure l'administration et la direction du parti dans le cadre des attributions que lui délègue le conseil national. Ses membres sont désignés selon les mêmes procédures que les membres du conseil national. Il comprend 54 membres sous la direction du Premier secrétaire et se réunit tous les mardis en fin d'après-midi. Les membres du secrétariat national sont élus par le conseil national, parmi les membres du bureau national, sur proposition du premier secrétaire. Ils ont la charge de la mise en œuvre des décisions prises par le conseil national et le bureau national. Le secrétariat national, dont les réunions ont lieu le mercredi matin, assure la gestion du parti. Chaque secrétaire national a en charge un secteur d'activité du parti et rend compte devant le conseil national de l'activité de son secteur. À l'occasion du congrès national, la direction nationale du parti rend compte de son activité dans un rapport statutaire soumis aux militants. Les secrétaires nationaux sont assistés par des délégués nationaux ayant en charge une partie du secteur de chaque secrétariat.

Les désignations

: Pour les élections internes, voir : Congrès du PS Les désignations des scrutins de liste se font par les militants concernés. Le vote peut être national (ex : européennes 99), régional (ex : élections régionales, européennes 2004), départemental (sénatoriales), municipal… On vote pour la liste présentée par la fédération ou une liste alternative. La procédure est comparable pour les élections au scrutin uninominal: cantonales et législatives. Les électeurs du secteur concerné votent pour le candidat de leur choix. Tous les adhérents, ayant plus de six mois d'ancienneté, à jour de leur cotisation, électeurs dans la zone concernée (plus les étrangers privés du droit de vote), ont le droit de vote. Depuis 1995, le candidat à l'élection présidentielle est désigné par un vote de tous les militants.

Élection présidentielle de 1995

Lionel Jospin l'avait emporté sur Henri Emmanuelli après le forfait de Jacques Delors.

Structures internationales

Logo de l'IS Logo du PSE Le Parti socialiste est membre de 'Internationale socialiste' (IS), qui est l'organisation mondiale des partis socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes. Au niveau européen, le Parti socialiste, ainsi que l'ensemble des militants du PS adhèrent au Parti socialiste européen (PSE).

Organisations associées

Logo du MJS Logo de la FJJ Le Parti socialiste travaille quotidiennement avec des organismes dont l'action participe à la réalisation de ses objectifs. Ils peuvent être liés organiquement au Parti socialiste ou en être partenaire.
-La Fédération nationale des élus socialistes et républicains réunit, comme son nom l'indique, les élus membres du Parti socialiste et ceux qui en sont proches. Elle exerce auprès d'eux des activités d'information, de documentation, de communication et de conseil. Elle a, en outre, un rôle d'impulsion et de réflexion pour l'élaboration de textes (de lois par exemple).
-Le Mouvement des jeunes socialistes est une structure autonome qui réunit les jeunes qui souhaitent y adhérer, de 15 à 28 ans.
- La Fondation Jean-Jaurès, créée par Pierre Mauroy en 1992, développe trois secteurs d'intervention :
-
-Coopération internationale : organisation de stages de formation, de séminaires, de colloques avec des partenaires étrangers
-
-Études et Recherches : organisation de colloques et conférences ; publication de la Lettre de la Fondation, de notes et d'ouvrages
-
-Histoire et mémoire : du « Centre d'archives socialistes » (dépositaire et gestionnaire des archives du PS depuis 1971), publications et manifestations liées à l'histoire du mouvement socialiste
- L'Office universitaire de recherche socialiste, créé en 1969, réunit une équipe de citoyens (militants, chercheurs, journalistes, etc.) venus d'horizons différents et attachés aux valeurs du socialisme démocratique.
- L'association Homosexualités et socialisme (HES) créée en 1983, qui traite des questions LGBT.
- L'Association démocratique des Français de l'étranger, créée en 1980 représente la gauche avec le soutien du PS lors des élections à l'Assemblée des Français de l'étranger, dont les 155 membres élisent les 12 sénateurs des français résidant hors de France.

Historique

Voir l'article détaillé Histoire du Parti socialiste (France)

1831-1905 : le mouvement ouvrier et les origines du socialisme français

Les théories développées dans la première partie du par les premiers penseurs socialistes (Saint-Simon, Fourier, Cabet, Leroux) au sein d'une bourgeoisie éclairée influencent peu les milieux populaires. Ces théoriciens qualifiés d'utopiques par la suite se démarquent ainsi du socialisme historique, développé par la suite par Karl Marx avec son analyse de la société industrielle. Au-delà de l'utopie, la réalité est imprimée au fer chaud de la Révolution industrielle : les nouvelles conditions de travail engendrées par celle-ci entraînent des révoltes vite réprimées : révolte des canuts lyonnais en 1831, journées de juin 1848, Commune de Paris en 1871… La “question sociale” est mise au premier plan, mais la révolution de 1848 fait déjà apparaître des divergences entre les démocrates socialistes réformistes (Ledru-Rollin, Louis Blanc) et les partisans de la violence (Blanqui, Barbès) qui considèrent celle-ci comme le seul moyen permettant un changement profond du système économique et social. Le combat pour la république, contre la monarchie censitaire et contre le second Empire, se conjugue alors avec la lutte contre les nouvelles conditions de travail et de vie engendrées par la révolution industrielle. La gauche républicaine s'organise et cherche à effectuer une synthèse entre la tradition montagnarde de la révolution de 1789-1794 et les questions sociales que le mouvement ouvrier naissant fait surgir. La Deuxième Internationale est constituée en 1889 à Paris et l'influence des idées de Karl Marx y est d'abord dominante. Cependant, les idées libertaires et anarcho-syndicalistes continuent à influencer une partie du mouvement ouvrier, qui manifeste sa méfiance à l'égard de la politique. Après la reconnaissance du droit syndical en 1884, la Confédération générale du travail (CGT) se constitue en 1895. En 1906, elle adopte la "Charte d'Amiens" qui consacre le principe de l'indépendance du syndicalisme par rapport au socialisme politique. De là découle l'absence de liens organiques entre partis et syndicats qui distingue fortement le socialisme français de la social-démocratie de l'Europe du Nord. Le socialisme politique en France s'unifie en 1905 sur injonction de l'Internationale, au congrès du Globe avec la fusion des différents courants socialistes (guesdistes, blanquistes, réformistes…) dans la nouvelle Section française de l'internationale ouvrière (SFIO). Peu à peu, le député du Tarn Jean Jaurès s'impose comme la figure majeure du socialisme français, par son combat pour l'unité, par sa volonté de synthèse entre la république et le socialisme, entre le patriotisme et l'internationalisme, entre les idées marxistes et la tradition de la Révolution française libérale. La SFIO, qui se veut parti ouvrier, a acquis une large base électorale et militante : les paysans, les ouvriers, les artisans côtoient les intellectuels et les fonctionnaires.

1905-1920 : de l'union à la scission

Pour la période 1905-1969, voir aussi : SFIO Léon Blum Les principes de l'internationalisme et du pacifisme portés jusqu'alors par le mouvement ouvrier et la IIe Internationale sont remis en question par l'adhésion de la SFIO et de la majorité de la CGT à la politique d'union sacrée. Cependant, la durée de la guerre, les sacrifices et désillusions qu'elle entraîne, vont faire germer une opposition qui s'organise lors de la conférence de Zimmerwald en septembre 1915, autour de la minorité des dirigeants socialistes de différents pays ayant refusé l'union sacrée, qu'ils considèrent comme une trahison des idées socialistes et internationalistes. En 1917, la révolution russe accentue une poussée à gauche dans le parti et suscite de plus en plus de sympathie. La SFIO, profondément traumatisée et divisée, se trouve donc devant le choix de l'adhésion à la IIIe Internationale, dirigée par Lénine et les bolchéviques. Le congrès de Tours de décembre 1920 survient après l'échec électoral de 1919 (chambre « bleu horizon ») et l'échec syndical des grandes grèves de 1920, mais également après la fin de la guerre qui avait vu la majorité des dirigeants socialistes soutenir le gouvernement au nom de l'union sacrée. Par ailleurs, les bolchéviques défendent la possibilité d'une révolution mondiale et tentent par les 21 conditions d'adhésion à la Internationale de se constituer une avant-garde révolutionnaire dans chaque pays. Les conditions d'une scission sont réunies : le congrès voit l'opposition entre une réaffirmation de la tradition socialiste française (réformisme, respect du suffrage universel et parlementarisme) défendue par Blum et une volonté révolutionnaire (adhésion à la Internationale et acceptation du « centralisme démocratique »). Les trois-quarts des congressistes acceptent les 21 conditions puis quittent la SFIO pour créer le Parti communiste français (SFIC puis PCF). La « Vieille Maison » SFIO est maintenue autour de Léon Blum et de quelques 20 000 adhérents…

1939-1958 : de la Résistance à la République

Les socialistes français restés fidèles à la République se ressaisissent et s'organisent dès 1940 sous l'impulsion, notamment, de Daniel Mayer dans des réseaux de résistance. Le parti socialiste est reconstitué dans la clandestinité entre mars 1941 et mars 1943. Léon Blum, avant d'être déporté, l'illustre par son comportement au cours du procès de Riom, obligeant Vichy à l'interrompre le 11 avril 1942. Sa prison est le point de ralliement des socialistes résistants, et il les exhorte inlassablement à l'action, jusqu’à ce qu'il soit déporté. Les socialistes sont un des courants politiques les plus surreprésentés dans la Résistance, formant, comme l'a remarqué Marc Sadoun (voir bibliographie) le premier groupe de la Résistance non communiste, mais, contrairement au Parti communiste, ils ne lient pas la reconstitution du parti et la formation des groupes de combat (sauf en Provence, avec le réseau Brutus et en Bretagne avec l'action de Tanguy Prigent), ce qui limite leur visibilité, bien qu'ils soient hégémoniques dès le début à Libération Nord, majoritaires à Libération-Sud et dans les MUR dès leur constitution, influents à Ceux de la Résistance, au sein l'Organisation civile et militaire (à l'échelon national avec Jacques Piette, chef militaire national ; à l'échelon local avec des chefs comme Guy Mollet dans le Pas-de-Calais), et, à partir de 1942, dans le mouvement Combat. Seuls Brutus et Libération Nord sont des relais solides pour le Parti socialiste clandestin. Des membres de la SFIO siègent au Conseil national de la résistance (CNR) mais aussi quelques-uns dans les arcanes de Vichy. Les socialistes participent au gouvernement avec de Gaulle jusqu'en janvier 1946 puis, selon la formule du tripartisme (SFIO, PCF, MRP), jusqu'en mai 1947. Les réformes de structure réalisées à la Libération et pendant le tripartisme continuent de modeler le visage de la France moderne : vote des femmes, nationalisations, Sécurité sociale, comités d'entreprise. La SFIO a joué un rôle essentiel dans la rédaction du programme du CNR. La SFIO pratique une épuration interne sévère. Elle édicte des règles sévères quant à la réintégration des cadres du parti, mais l’application locale est plus délicate. Les fédérations sont plus indulgentes que les instances nationales du parti. Sur les 168 parlementaires (députés, sénateurs) d’avant guerre, 53 sont réintégrés sans conditions : les 32 députés encore vivant ayant voté non le 10 juillet 1940 (François Camel, Marx Dormoy, Georges Pézières, Léon Roche sont morts durant l’occupation), et 21 réintégrés en vertu de leur « attitude résistante indiscutable ». 84 élus sont définitivement exclus du parti, pour avoir votés les pleins pouvoirs au gouvernement dirigé par Pétain, pour s’être abstenus, ou pour manque de Résistance. Léon Blum condamne les « excès de l’épuration du parti ». Ainsi prenant le contre-pied de l’épuration "générale", les dirigeants de la SFIO sont beaucoup plus sévèrement touchés, que les cadres subalternes et les militants de base. Les commissions d’épuration demandent aux militants de ne pas avoir commis de faute (nuisance envers la Résistance, collaboration, soutien à Vichy, …). Pour la base l’attentisme n’est pas sanctionné. L’épuration est l’occasion d’un renouvellement important des cadres : parlementaires, direction nationale, secrétaires fédérauxMarc Sadoun, Les Socialistes sous l'Occupation, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982, page 228 et suivantes.. De plus, elle coincide avec un rajeunissement des cadres. L'ascension rapide de Georges Brutelle, résistant de vingt-cinq ans à peine qui devient secrétaire général adjoint en 1947, en témoigne de manière spectaculaire. Certains exclus de la SFIO créent, avec l'ancien secrétaire général Paul Faure, Charles Spinasse et d'autres militants ayant, de près ou de loin, collaboré avec le régime de Vichy, un Parti socialiste démocratique qui rejoint le RGR. La SFIO connaît une brève période d'euphorie dans l'immédiat après-guerre. En mai 1945, la plupart des maires socialistes élus lors des élections municipales précédentes (1935) sont réélus, et plusieurs grandes villes basculent dans le camp socialiste, comme Bordeaux, Grenoble, Cherbourg et même la très conservatrice Nice. En janvier 1946, c'est un socialiste, Félix Gouin, qui succède au général De Gaulle à la tête du gouvernement provisoire. Cette année-là, la SFIO compte environ 350 000 adhérents, record historique jamais égalé depuis. Mais elle se trouve rapidement confrontée, à l'intérieur, au problème de la concurrence du PCF et, à l'extérieur, à la constitution des deux grands blocs antagonistes. Aux élections législatives de 1945, le PCF dépasse pour la première fois la SFIO (26 contre 24 %). Le congrès de septembre 1946 se tient alors que le parti traverse une grave crise d'identité. Guy Mollet anime une tendance de gauche composite qui met en minorité la direction sortante (Daniel Mayer) soutenue par Léon Blum. Guy Mollet affirme sa fidélité à la doctrine marxiste, à la lutte des classes, à l'unité d'action avec le PCF et condamne les révisionnismes. Pour Léon Blum et les socialistes assurant des responsabilités gouvernementales, le souci majeur reste l'instauration du nouveau régime parlementaire sur le plan intérieur et, à l'extérieur, la recherche d'une troisième voie entre le protectorat américain et la dictature stalinienne. Ainsi se comprennent les efforts pour créer une Europe forte et indépendante. En mai 1947, le PCF quitte le gouvernement, refusant à la fois la politique indochinoise et le partage de responsabilités gouvernementales de plus en plus lourdes du fait de la grave situation économique et sociale. Dès l'automne 1947, le PCF mène une virulente campagne anti-socialiste et s'affirme toujours plus comme parti totalement stalinien. La SFIO, engluée dans la 3 force (alliance avec les radicaux et le MRP en opposition à la fois aux gaullistes et aux communistes), connaît un effritement de ses positions électorales et un déclin militant. En 1954, c'est Pierre Mendès France, alors radical socialiste, qui paraît incarner le renouveau de la gauche non communiste. Les difficultés et les drames de la décolonisation amènent les socialistes à prendre la direction d'un gouvernement de Front républicain en janvier 1956, en ayant mené campagne contre la guerre d'Algérie. Outre le traité de Rome sur la CEE, la troisième semaine de congés payés…, l'action politique du gouvernement de Guy Mollet est marquée par la guerre d'Algérie. Mollet ne parvient pas à imposer ses idées à l'Assemblée et aux colons, très hostiles à toute idée de discussions avec le FLN et a fortiori d'indépendance, et il fait voter en 1956 par l'Assemblée les pouvoirs spéciaux à l'armée (loi adoptée par presque tous les groupes représentés au parlement, du Parti communiste au CNIP), ce qui va permettre en particulier une généralisation de la torture. Le service militaire est également porté à 27 mois, et le nombre de soldats français en Algérie passe de 100 000 en 1955 à 600 000 en septembre 1956. Le durcissement de la guerre qui s'ensuit conduisent Pierre Mendès France et Alain Savary à quitter le gouvernement. La SFIO sort profondément divisée et coupée de la jeunesse.Le Molletisme de la vieille S.F.I.O. est largement critiqué. La IV République ne survit pas au coup de force des militaires qui, en mai 1958, ramène de Gaulle au pouvoir.

1958-1971 : la gauche se cherche

L'attitude vis-à-vis du régime de Charles de Gaulle divise encore. Une minorité de la SFIO ainsi que d'autres élus de la gauche non communiste comme François Mitterrand et Pierre Mendès France, se dressent contre le "coup d'État". Certains minoritaires de la SFIO quittent le parti et fondent le Parti socialiste autonome, dirigé par Édouard Depreux et Alain Savary. En 1960, le PSA fusionne avec de petits mouvements de chrétiens de gauche et de dissidents communistes, l'Union de la gauche socialiste (Gilles Martinet, Claude Bourdet), Tribune du Communisme (Jean Poperen) pour former le Parti socialiste unifié (PSU). François Mitterrand crée la Convention des institutions républicaines (CIR) avec Charles Hernu et Louis Mermaz en 1964, alors que la même année le mouvement syndical annonce son renouvellement : la CFTC se divise, aboutissant à la création de la CFDT sous l'impulsion d'Eugène Descamps. Cette période voit naître un grand nombre de clubs politiques de gauche, Club Jean-Moulin, Vie Nouvelle (Jacques Delors)… À l'approche de l'élection présidentielle de 1965, Gaston Defferre, soutenu par le centre et le centre gauche, songe un moment à être candidat : la candidature de Monsieur X et son idée de « grande fédération » socialisto-centriste échouent du double fait du MRP et de la SFIO. Dès 1965, François Mitterrand et la CIR proposent une candidature de gauche non communiste. Un rassemblement s'opère avec la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS) qui aboutit à la candidature de François Mitterrand. Il sera soutenu par le PCF, puis, à un degré moindre, par le PSU. François Mitterrand obtient 32 % des voix au premier tour, mettant ainsi de Gaulle en ballotage à la surprise générale, et 45 % des voix au second tour. En 1966, la FGDS publie son programme et passe avec le PCF un accord électoral de désistement au profit du candidat de gauche le mieux placé. Cet accord est efficace puisqu'il amène l'opposition à un siège de la majorité lors des élections législatives de 1967. C'est même un succès en voix, puisque la gauche obtient 46 % des suffrages exprimés, contre 42, 6 % pour les gaullistes et leurs alliés, qui ne gardent le contrôle de l'Assemblée nationale que grâce au découpage des circonscriptions électorales. En février 1968, l'accord entre FGDS et PCF est élargi et laisse supposer une véritable union de la gauche lors des élections suivantes. Mais les mouvements de mai 1968 affaiblissent la FGDS, qui, surprise, n'a pas pu prendre en charge les interrogations du moment. Après l'échec du référendum et le départ de De Gaulle en 1969, le nouveau Parti socialiste désigne Gaston Defferre comme candidat à la présidence de la République. L'échec du tandem formé par Gaston Defferre et Pierre Mendès France (un peu plus de 5 % des voix, tandis que Michel Rocard, alors candidat du PSU obtient 3, 6 % des voix) précipite la recomposition du parti. Le PS s'élargit à Issy-les-Moulineaux : formé de la SFIO (Guy Mollet, Pierre Mauroy, Gaston Defferre, Jean-Pierre Chevènement) de l'UCRG (Alain Savary) de l'UCGS (Jean Poperen), il fait de l'unité de la gauche un axe politique.

1971-1995 : les années Mitterrand

C'est le congrès d'Épinay, en 1971, qui marque l'étape la plus importante de 'unité et de la rénovation du socialisme'. Au PS s'agrègent désormais la CIR et une partie du "courant chrétien". Le congrès d'Épinay élit François Mitterrand comme Premier secrétaire et donne mandat à sa direction de préparer un accord de gouvernement avec le PCF. En mars 1972, le congrès de Suresnes adopte le programme "changer la vie". Le 27 juin, le "programme commun de gouvernement" est signé avec le PCF et contresigné par les radicaux de gauche peu après. En mars 1973, les élections donnent plus de 48 % des voix à la gauche et le PS rattrape le PCF pour la première fois de l'après-guerre. En 1974, après la mort de Georges Pompidou, François Mitterrand est à nouveau le candidat unique de la gauche. Il échoue de peu face à Valéry Giscard d'Estaing (49, 6 % des voix au second tour) et ce résultat marque la progression des socialistes et de la gauche dans le pays. Les élections cantonales de 1976 et de 1979, ainsi que les élections municipales de 1977, sont un succès pour la gauche et surtout pour les socialistes, qui devancent nettement les communistes : en mars 1976, le PS obtient 26 % des suffrages exprimés contre 23 % au PCF, quatorze présidences de conseils généraux basculent à gauche, dont neuf pour les socialistes, trois pour les radicaux de gauche et deux pour les communistes ; un an plus tard, la gauche remporte 157 des 221 villes de plus de 30 000 habitants, dont 81 pour le parti socialiste (44 en 1971) ; en 1979, la gauche enregistre un gain net de deux conseils généraux. Cette dynamique précipite le rassemblement des courants socialistes, qui se concrétise aux "Assises du socialisme", en octobre 1974, avec l'entrée d'une partie du PSU (Michel Rocard, Robert Chapuis), de membres de la CFDT (Jacques Chérèque, Jacques Delors) et de la 3 composante (Vie nouvelle, groupes d'action municipale, objectif socialiste…) qui rejoignent, pour l'essentiel, la majorité du parti. Au congrès de Pau, en 1975, le CERES de Jean-Pierre Chevènement cesse de faire partie de la majorité du parti et constitue désormais la minorité. Le , l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République ouvre une période nouvelle dans l'histoire du socialisme français. C'est la première alternance politique entre la gauche et la droite sous la V République. Les élections législatives de juin sont un triomphe pour les socialistes : pour la première fois de son histoire, il obtient la majorité absolue à l'Assemblée nationale et devance nettement le PCF qui enregistre un recul certain. Pierre Mauroy forme un gouvernement auquel participent quatre ministres communistes. Lionel Jospin succède à François Mitterrand à la direction du parti. Dans un premier temps, le gouvernement Pierre Mauroy mène une politique de relance et profondes réformes, conforme aux 110 Propositions du candidat Mitterrand (abolition de la peine de mort, augmentation sensible du SMIC, du minimum vieillesse et des allocations familiales, possibilité de prendre sa retraite à 60 ans, nationalisations, décentralisation, nouveaux droits des travailleurs, etc.). Mais rapidement, la crise économique internationale, le refus opposé par Ronald Reagan et Margaret Thatcher de soutenir une politique relance coordonnée et les faiblesses persistantes des entreprises françaises conduisent le gouvernement de Pierre Mauroy à opter dès 1982, et surtout en 1983, pour une politique de "rigueur économique". Ces décisions découlent du choix fondamental de l'économie ouverte et de la construction européenne. Dans ce domaine, les socialistes français jouent un rôle très important, sous l'impulsion du président Mitterrand, comme leurs prédécesseurs l'avaient fait sous la IV République. L'inflation est maîtrisée, l'économie française modernisée, mais les effets positifs de cette politique sont sérieusement limités sur le front du chômage. Le PS perd du terrain aux élections municipales de 1983 et surtout aux élections cantonales de 1985. Aux européennes de 1984, si la baisse est assez limitée, le parti communiste voit son score réduit de moitié. En juillet 1984, Laurent Fabius remplace Pierre Mauroy comme Premier ministre et forme un gouvernement auquel les communistes refusent de participer. En politique intérieure, les socialistes achèvent la décentralisation, réforment la formation professionnelle et infléchissent la politique d'aménagement du territoire (loi Montagne et loi Littoral). Le congrès de Toulouse, en 1985, traduit 'évolution idéologique et politique du parti' en particulier vers la culture de gouvernement. Jacques Delors parle d« un petit Bad Godesberg ». Les socialistes perdent les élections législatives de 1986 mais obtiennent un score honorable : 31, 2 % (contre 22, 8 % en 1978). François Mitterrand demeure président de la République et nomme Jacques Chirac à la tête du gouvernement. De 1986 à 1988 c'est la "cohabitation". Le Parti socialiste est dans l'opposition. En 1988, François Mitterrand est largement réélu avec 54 % des voix. Le candidat socialiste, qui a fait campagne sur le thème de la "France unie", se prononce pour une certaine ouverture de la majorité. Les élections législatives donnent une majorité relative au PS. Michel Rocard est nommé Premier ministre. En intégrant des personnalités dites d'ouverture, issues de la "société civile" et du centre, son gouvernement reflète la réalité de la majorité présidentielle, mais le PS est le seul grand parti à le soutenir. Dans le parti, le départ de Lionel Jospin du premier secrétariat provoque des tensions au sein du courant majoritaire mitterrandiste. Pierre Mauroy est élu Premier secrétaire contre Laurent Fabius. Deux ans plus tard, le congrès de Rennes voit s'opposer durement les partisans de la motion I (Mauroy-Mermaz-Jospin) et ceux de la motion 5 (Laurent Fabius). Finalement, Pierre Mauroy est réélu à l'unanimité après une synthèse générale qui associe à la direction du parti l'ensemble des courants qui s'étaient exprimés à travers la présentation de sept motions différentes. En 1990, François Mitterrand engage la France dans la guerre du Golfe. Ce choix est contesté par les amis de Jean-Pierre Chevènement, qui quittent le PS pour fonder le Mouvement des citoyens. Au-delà de cette petite scission, le Parti socialiste est de plus en plus sévèrement critiqué à sa gauche, notamment pour avoir défendu le traité de Maastricht, ratifié par un referendum positif en 1991, à 51 %. Les nouvelles formations comme le MDC, ainsi que les organisations protestataires ne pardonnent pas aux socialistes de soutenir une Europe qualifiée de trop peu politique, voire libérale. Les années Mitterrand sont également marquées par de trop nombreuses affaires, mais qui causent, avec l'échec de la lutte contre le chômage, la déroute électorale de 1993. Édouard Balladur accède au poste de Premier ministre.

1995-2002 : le droit d'inventaire de Jospin

Lionel Jospin En décembre 1994, le retrait de Jacques Delors de l'élection présidentielle ouvre une période incertaine. Pour la première fois dans l'histoire du parti socialiste, deux candidats à la candidature se confrontent : Henri Emmanuelli et Lionel Jospin qui sont départagés par un vote direct et secret des militants. Le vote avantage largement Lionel Jospin. Ce dernier se trouve investi lors d'une convention de désignation le 5 février 1995, qui marque le lancement de la campagne présidentielle. Réclamant un "
droit d'inventaire" sur le bilan socialiste, Lionel Jospin réussit à être en tête des candidats du premier tour, avec plus de 23 % des voix et à regrouper 47, 3 % des suffrages au second tour. Ce succès relatif permet de mettre en place les conditions d'un renouvellement pour le Parti socialiste. Quittant la présidence de la République, François Mitterrand encourage les socialistes à affronter le cycle politique qui s'ouvre. Il décède quelques mois plus tard, le 8 janvier 1996. Après la dissolution de 1997, le premier secrétaire et député Lionel Jospin, devient le Premier ministre d'un gouvernement de Gauche plurielle (alliance PS-PCF-Les Verts-PRG-MDC). La conjoncture économique est très bonne: près d'un million d'emplois sont créés. Des mesures comme la réduction du temps de travail sont prises pour aider à la reprise de l'emploi, même si celle-ci demeure encore contestée, y compris par des économistes qui mettent en doute la pertinence d'une telle mesure. Ces années sont aussi marquées par l'adoption du traité d'Amsterdam, l'introduction de l'euro, l'adoption du PACS, de la loi sur la Parité et la relance des privatisations.

2002 : le choc

Laurent Fabius et Lionel Jospin, le . Au bout d'une cohabitation difficile de 5 ans avec Jacques Chirac, Lionel Jospin se présente contre lui à l'élection présidentielle de 2002. Avec seulement 16 % des suffrages exprimés, le candidat socialiste est éliminé dès le premier tour. Ce "21 avril" reste un traumatisme pour les socialistes, qui appellent à voter par défaut au second tour pour Jacques Chirac contre le candidat du Front national Jean-Marie Le Pen. Lionel Jospin énonce dans un discours son intention de se retirer de la vie politique dès la fin effective de la législature. Cette décision est vécue comme un second traumatisme par les militants socialistes qui se retrouvent sans leader. Par les éléctions législatives qui suivent la présidentielle, les Français confirment la défaite des socialistes et placent le PS dans l'opposition. Dans le courant de l'été, le premier secrétaire François Hollande intègre Laurent Fabius et ses partisans au sein de la direction. Cette nouvelle configuration préfigure de futurs affrontements entre les jospiniens et les fabiusiens.

2002-2007 : réformes, succès et échec

Le Congrès de Dijon de mai 2003 se déroule dans un profond mouvement d'introspection marqué par l'échec de 2002 et les inquiétudes face au score de l'extrême gauche — véritable gagnante de ces élections, le score du Front national demeurant par ailleurs stable de 1995 à 2002 mais aussi par le rejet des candidats issus des partis de gouvernement (qui rallient moins de 50 % des suffrages). François Hollande y pose la question de la pratique gouvernementale sur le long terme et ses alliés le pressent d'adopter une ligne clairement « réformiste de gauche », tandis que des pôles de rénovation se créent autour du NPS et que l'aile gauche fusionne dans le courant Nouveau Monde. Les clivages persistent sur l'analyse de la défaite du 21 avril. Pour la direction, elle ne s'est pas faite franchement sur un bilan plutôt jugé par tous comme positif, mais surtout sur un manque de souffle et de perspectives. Il s'agirait alors de définir une plate-forme programmatique pour esquisser le concept d'une "gauche durable", c'est-à-dire capable de gagner les élections successivement, mettant ainsi un terme aux mécaniques de balanciers ou d'alternance, qui empêchent l'installation d'un projet politique sur le long terme. Pour les courants de gauche, le gouvernement Jospin a été sanctionné à cause d'une politique qualifiée de social-libérale. :Voir aussi : Secrétariat national du Parti socialiste issu du Congrès de Dijon. Aux élections régionales et cantonales de 2004, la gauche remporte 24 régions sur 26 (20 régions sur les 22 de la métropole, et les quatre régions d'outre-mer) ainsi que la majorité des conseils généraux (pour la première fois depuis 1946). Cette tendance est confirmée aux élections européennes de juin 2004, où le PS emporte 31 sièges (contre 22 sortants) avec 28, 9 % des suffrages exprimés (record pour lui, record pour un parti se présentant seul à cette élection en France) et devient la plus forte délégation au sein même du groupe socialiste européen. En Europe, les chefs d'État signent après modification par la Conférence intergouvernementale le Traité constitutionnel européen proposé par la Convention sur l'avenir de l'Europe. Le Parti socialiste demande auprès du président Jacques Chirac la tenue d'un référendum national sur le sujet. Afin de dégager une ligne officielle, François Hollande convoque une consultation interne le où les adhérents du PS se prononcent à plus de 58 % en faveur de sa ratification. Ce résultat ne suffit toutefois pas à rassembler. Certains partisans du non comme Laurent Fabius, Jean-Luc Mélenchon, Marc Dolez ou Henri Emmanuelli décident de mener ouvertement campagne contre l'adoption du traité, en dépit du vote des militants. Certains (comme Marianne) évoquent des malversations lors de ce vote, notamment dans les fédérations du Nord et des Bouches-du-Rhône. Ces accusations n'ont pas à ce jour reçu un début de preuve. François HollandeLe référendum du 29 mai 2005 se conclut par la victoire du non à presque 55 %. Selon les sondages, la majorité des électeurs socialistes qui se sont rendus aux urnes ce jour-là ont voté non. Lors du Conseil national du , Laurent Fabius et ses proches (bien que membres de la motion majoritaire) sont exclus du secrétariat national, pour ne pas avoir respecté le vote interne. Les partisans du non ne subissent néanmoins aucune sanction réelle, et sont maintenus tant qu'ils n'ont pas ouvertement fait campagne contre la ligne du parti. Afin de se voir renouvelée la confiance des militants, le Premier secrétaire François Hollande convoque un congrès anticipé pour le au Mans. :Voir aussi : Congrès du Mans Dans la perspective de l'élection présidentielle de 2007, l'ouverture à l'investiture du candidat ou de la candidate socialiste à eu lieu en novembre 2006. Le 9 mars 2006, le Parti Socialiste lance dans ce but une vaste campagne d'adhésion par internet, en réduisant jusqu'au 1 juin 2006 le montant de l'adhésion à 20 euros. Pour la première fois, la démarche d'adhésion peut se faire en ligne sur le site du Parti Socialiste, ce qui porte début juin ses troupes à un niveau jamais atteint depuis les années 1980 : 202 000 militants. Paris serait devenue la première fédération du Parti socialiste en nombre d'adhérents, ce qui serait une première dans l'histoire du parti (cette place était détenue par la fédération du Nord avant-guerre, du Pas-de-Calais depuis 1945). Conformément aux engagements pris lors du congrès du Mans (2005), la direction nationale du Parti socialiste a entrepris un vaste programme de rénovation interne. Inédit au PS, ce plan a concerné à la fois la rénovation des pratiques politiques en honorant l'objectif de la parité dans les investitures pour les élections législatives de 2007, un effort sur la diversité, la refonte des outils de communication et de campagne (fichier centralisé, mise à niveau des outils internet) ainsi que la facilitation de l'adhésion. Dominique Strauss-Kahn, Bertrand Delanoë et Ségolène Royal, en février 2007, à Paris Le projet socialiste, adopté le 22 juin par les adhérents (85% des suffrages exprimés) et ratifié le 30 juin 2006 lors d'une convention nationale de ratification, est présenté comme étant celui des candidats socialistes pour les élections législatives tout comme celui dont devra largement s'inspirer la personne investie par le parti pour porter les couleurs socialistes à l'élection présidentielle de 2007. Après une campagne promotionnelle d'adhésion axée sur le vote sur le projet socialiste et la désignation du candidat soutenu par le parti aux élections présidentielles, le PS a accueilli près de 100 000 nouveaux membres, dépassant ainsi la barre des 200 000 adhérents (218 000 adhérents à jour de cotisation et présentés à la section au jour du vote). Leur arrivée a modifié la sociologie du parti et certainement renforcé la base de Ségolène Royal. Selon une étude de Frédéric Sawicki et Rémi Lefebvre dans la fédération du NordLa Société des socialistes, Editions du Croquant, 2006 ; voir aussi Le Monde du 23 décembre 2006, seuls 10% des adhésions seraient celles d'anciens compagnons de route, contre 90% sans lien avec le parti jusque là. L'âge moyen a baissé de 55 à 43 ans (15% de retraités, contre 40%) ; la féminisation a progressé tout en restant assez loin de la parité ; le nombre d'adhérents titulaires d'un bac+3 est passé de 30 à 54 % ; une ouverture aux salariés du privé a réduit la place occupée par les fonctionnaires et militants syndicaux. Ces évolutions pourraient bouleverser la répartition des responsabilités locales et fédérales lors d'un prochain congrès. À la tête des réseaux les mieux structurés au sein du PS, les « présidentiables » Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn ne réussissent pas à s'imposer selon les sondages et les médias. D'autres figures du Parti, comme Lionel Jospin ou Jack Lang, sans parler de Bernard Kouchner, ont dû renoncer à leur candidature faute d'écho de celle-ci. Fabius a même vu quelques uns de ses soutiens s'éroder au profit de Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes et largement pressentie comme favorite au vu des sondages d'opinion. Ralliée sans condition par Arnaud Montebourg, elle a rencontré la défiance des partisans de Lionel Jospin. Ségolène Royal au meeting de la Présidentielle 2007 de Besançon avec Jean-Louis Fousseret et François Rebsamen, maires socialistes de Besançon et de Dijon. Le style et les circonstances de la candidature de Ségolène Royal sont inédits pour un parti comme le PS. Jouissant d'une forte sympathie dans l'opinion, elle ne fait partie d'aucun courant et défend des thèmes, commentés comme polémiques ou audacieux pour la famille socialiste, comme la famille ou la sécurité. Pourtant, elle parvient à donner quelques accents « alters » à ses prises de position, notamment en faveur de la démocratie participative ou contre les OGM. De plus, son compagnon n'est d'autre que le premier secrétaire François Hollande. Le 16 novembre 2006, lors du vote interne pour la désignation de la candidature socialiste à la présidentielle, Ségolène Royal est plébiscitée par les électeurs socialistes (176 230 adhérents ont voté) avec 60, 62 % des suffrages, devançant largement Dominique Strauss-Kahn (20, 83 %) et Laurent Fabius (18, 54 %). Elle présente son programme présidentiel le . « Le programme de Ségolène Royal est vraiment socialiste » assure François Hollande, premier secrétaire du parti socialiste. Cette observation vient en réponse aux inquiétudes suscitées par la pré-campagne, où la candidate se posait souvent en rupture par rapport aux discours traditionnels de la gauche. Le , lors du premier tour de la présidentielle, Ségolène Royal accède au second tour de la présidentielle avec 25, 87 % des voix. Le soir même, Dominique Voynet, Olivier Besancenot, Arlette Laguiller, José Bové et Marie-George Buffet appellent à voter Royal lors du second tour du . En revanche, elle ne bénéficie pas du soutien du candidat UDF, François Bayrou. Le , la candidate du Parti socialiste Ségolène Royal réunit 46, 94 % des votants (soit 16 790 611 voix), contre 53, 06 % à son adversaire Nicolas Sarkozy, qui est donc élu Président de la République. La défaite, bien qu'annonçée par de nombreux sondages avant les dates de scrutin, amène à nouveau le parti à se remettre en question : Laurent Fabius et DSK appellent dès les résultats à une refonte de la pensée socialiste. François Hollande souhaite rester à la tete du PS juqu'au prochain congrès qui aura lieu à la suite des élections municipales de 2008. Dans son livre L'Impasse publié en septembre 2007, Lionel Jospin estime que Ségolène Royal "n'a pas les qualités humaines ni les capacités politiques" nécessaires pour remettre le Parti socialiste en ordre de marche et "espérer gagner la prochaine présidentielle"http://www.liberation.fr/actualite/politiques/278982.FR.php. Le PS a donc decider de se "renover" : le premier forum de la rénovation a lieu le 24 novembre 2007, à Avignon

Les leaders socialistes

Les leaders du parti socialiste sont parfois appelés des éléphants.

Membres actuels de la direction nationale (secrétariat national)

Secrétaires nationaux

:: Le PS a renouvelé ses instances. Pour une liste plus complète se reporter à : Direction nationale du PS après le Congrès du Mans
- François Hollande, Premier Secrétaire
- François Rebsamen, Coordination
-
I- Pôle Activités du Parti Affaires sociales et emploi : Martine Aubry, Agriculture : Germinal Peiro, Culture : Anne Hidalgo, DOM-TOM : Victorin Lurel, Économie, fiscalité : Michel Sapin, La Tribune, 15 février 2007], Éducation : Claude Roiron, Enseignement supérieur et Recherche : Yves Durand, Entreprises : Alain Vidalies, Environnement et au développement durable : Béatrice Marre, Études, Experts : Alain Bergounioux, Femmes : Laurence Rossignol, Formation professionnelle : Clotilde Valter, Institutions et Justice : André Vallini, Laïcité : Jean Glavany, Logement : Annick Lepetit, Mer : Isabelle Thomas, Santé : Pascal Terrasse, Questions de société : Malek Boutih, Sécurité : Delphine Batho, Services publics : Christian Martin, Solidarité urbaine : Vincent Léna, Transports : Pascale Le Néouannic, Territoires : Serge Janquin.
-
II- Pôle Vie du Parti Fédérations : Kader Arif, Élections : Bruno Le Roux, Élus : Dominique Strauss-Kahn, Communication : Claude Bartolone, Relations extérieures : Daniel Vaillant, Développement du Parti : Jack Lang, Formation : Henri Weber, Vie associative : François Lamy, Rénovation du Parti : Barbara Romagnan, Acteurs sociaux, Université d’été : Jean-Christophe Cambadélis, Organisation : Eugène Caselli.
- Expression du Parti : Porte-parole : Julien Dray, Riposte : Gaëtan Gorce Maison des élus : Marylise Lebranchu Président du CESC : René Teulade
-
III- Pôle Activités Internationales International : Pierre Moscovici, Projet Europe : Benoît Hamon, Droits de l’Homme : Adeline Hazan, Mondialisation : Harlem Désir, Nord-Sud : Christiane Demontes, Euro-Méditerranée : Patrick Mennucci, Défense : David Assouline.
-
Commission du Projet Présidée par François Hollande
' Martine Aubry, Claude Bartolone, Bertrand Delanoë, Henri Emmanuelli, Benoît Hamon, Laurent Fabius, Élisabeth Guigou, Jack Lang, Jean-Luc Mélenchon, Vincent Peillon, François Rebsamen, Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn Henri Emmanuelli est chargé des états généraux du Projet. La direction nationale a partiellement atteint son objectif de féminisation et de diversité dans la direction du PS. Les femmes obtiennent la parité au conseil national, mais celle-ci n'est plus atteinte au bureau national ni au secrétariat national. Un effort de promotion des minorités visibles a été fait, mais ce sont principalement des personnalités depuis quelque temps au PS qui en profitent et peu de personnalités connues illustrent cette ouverture, sauf Kader Arif qui devient numéro 3 du parti en héritant du secrétariat national aux fédérations. Evolution du vote socialiste aux élections présidentielles depuis 1965

Les opposants à la « synthèse » réalisée au Congrès du Mans

-Autour de la sensibilité Rénover maintenant (association créée le )
-Arnaud Montebourg, député de Saône-et-Loire, membre du bureau national,
-Christian Paul (homme politique), député de la Nièvre, ancien ministre
-Yvette Roudy, ancienne ministre, membre du bureau national
-Thierry Mandon, vice-président du conseil général de l'Essonne, maire de Ris-Orangis
-Autour de la sensibilité Forces militantes pour la démocratie et le socialisme
-Marc Dolez, député du Nord
-Gérard Filoche

Quelques élus socialistes

-Martine Aubry, maire de Lille
-Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale
-Gérard Collomb, maire de Lyon
-Bertrand Delanoë, maire de Paris
-Michel Delebarre, député-maire de Dunkerque, président du Comité des Régions de l'Union européenne
-Raymond Forni, président de la Région Franche-Comté, ancien président de l'Assemblée nationale
-Georges Frêche, président de la Région Languedoc-Roussillon, président de la communauté d'agglomération de Montpellier. Il a été élu à ces fonctions comme membre du PS mais a été exclu du parti en 2006.
-Jean-Paul Huchon, président de la Région Île-de-France
-Jacques Auxiette, président de la Région Pays de la Loire
-Jean-Yves Le Drian, président de la Région Bretagne
-Victorin Lurel, président de la Région Guadeloupe
-Martin Malvy, président de la Région Midi-Pyrénées
-Jean-Pierre Masseret, président de la Région Lorraine
-François Patriat, président de la Région Bourgogne
-Daniel Percheron, président de la Région Nord-Pas-de-Calais
-Alain Rousset, président de la Région Aquitaine, président de l'ARF
-Ségolène Royal, Candidate socialiste à l'élection présidentielle de 2007, présidente de la Région Poitou-Charentes
-Michel Sapin, président de la Région Centre
-Manuel Valls, maire d'Évry (Essonne)
-Michel Vauzelle, président de la Région PACA
-Dominique Strauss-Kahn, député de Sarcelles
-François Rebsamen, maire de Dijon
-Jean Germain, maire de Tours

Quelques dirigeants historiques


-Léon Blum
-Gaston Defferre
-Jules Guesde
-Jean Jaurès
-Paul Lafargue
-Léo Lagrange
-François Mitterrand
-Daniel Mayer
-Guy Mollet
-Alain Savary
-Jean-Pierre Chevènement
-Michel Rocard

Résultats du PS aux élections présidentielles

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

- Parti socialiste,

Ouvrages généraux

-Alain Bergougnioux (dir.), Des poings et des roses. Le siècle des socialistes, éd. La Martinière, 2005
-Pierre Bezbakh, Histoire du socialisme français, éd. Larousse, 2005 (préface de Maurice Agulhon)
-Jacques Droz (dir.), Histoire générale du socialisme, PUF, coll. « Quadrige », 1997
-Claude Estier, Un combat centenaire, 1905-2005. Histoire des socialistes français, Le Cherche-midi éditeur, 2005 (préface de François Hollande)
-Jacques Kergoat, Le Parti socialiste, éditions La Découverte, coll. « Repères »
-Louis Mexandeau, Histoire du parti socialiste. 1905-2005, éd. Tallandier, 2005
-Michel Winock, La gauche en France, éd. Perrin, col. tempus.

Essais, discours

-Léon Blum, À l'échelle humaine, éd. Gallimard, 1945, rééd., 1971
-Léon Blum, Textes socialistes 1919-1920, éd. Bruno Leprince, 2003
-Jean-Christophe Cambadélis, Pour une nouvelle gauche éd. Stock, 1996
-François Hollande et alii, L'Idée socialiste aujourd'hui, éd. Omnibus, 2001
-François Hollande, Devoirs de vérité, éd. Stock, 2006
-Jean Jaurès, Œuvres, éd. Fayard, dix-sept vol., en cours de publication
-Lionel Jospin, L'Invention du possible, éd. Flammarion, 1991
-François Mitterrand, La Paille et le Grain, éd. Flammarion, 1975
-François Mitterrand, L'Abeille et l'Architecte, éd. Flammarion, 1978
- Sous la direction de Mehdi Ouraoui, Les Grands Discours socialistes français du , Complexe, 2007
-Marc Sadoun, De la démocratie française : essai sur le socialisme, éd. Gallimard, 1993

Études par périodes

- La longue durée
-
-Jacques Girault (dir.), L'Implantation du socialisme en France, , Publications de la Sorbonne, 2001
- La Troisième République
-
-Georges Lefranc, Le Mouvement socialiste sous la République, deux vol., éd. Payot, 1977
- La Première Guerre mondiale
-
-Annie Kriegel et Jean-Jacques Becker, 1914. La guerre et le mouvement ouvrier français, éd. Armand Colin, coll. « Kiosque », 1964
- L'entre-deux-guerres
-
-Tony Judt, La Reconstruction du Parti socialiste (1921-1926), Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1976
-
-Richard Gombin, « Socialisme et pacifisme », in René Rémond et Janine Bourdin, La France et les Français en 1938-1939, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1978
-
-Édouard Lynch, Moissons rouges. Les socialistes français et la société paysanne pendant l'entre-deux-guerres, Presses universitaires du Septentrion, 2002
-
-Gilbert Ziebura, Léon Blum et le Parti socialiste', Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1967
- Le Front populaire
-
-Jean-Paul Brunet,
Histoire du Front populaire, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1991, nouv. éd. revue et corrigée, 1998
-
-Daniel Lefeuvre, Michèle Margairaz, et Danielle Tartakovski, Histoire du Front populaire, éd. Larousse, 2006
-
-Pierre Renouvin et René Rémond (dir.), Léon Blum, chef de gouvernement. 1936-1937. Actes du colloque, éd. Armand Colin, 1967
-
-Danielle Tartakowsky, Le Front populaire : la vie est à nous, éd. Gallimard, coll. « Découvertes », 1996
-
-Michel Winock et Séverine Nikel, La Gauche au pouvoir. L'héritage du Front populaire, éd. Bayard, 2006
- La Seconde Guerre mondiale
-
-Marc Sadoun, Les Socialistes sous l'Occupation (ouvrage issu d'une thèse de doctorat d'État dirigée par Maurice Duverger), Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982
-
- Alya Aglan, La Résistance sacrifiée : le mouvement Libération-Nord (ouvrage issu d'une thèse de doctorat en histoire dirigée par Jean-Pierre Azéma), éd. Flammarion, 1999, nouv. éd., coll. « Champs », 2006
-
-Daniel Mayer, Les Socialistes dans la Résistance, Presses universitaires de France, 1986
-
-Pierre Guidoni et Robert Verdier (dir.), Les Socialistes en Résistance. 1940-1944. Combats et débats (actes de la journée d'études du 15 mai 1998), éd. Séli Arslan, 1999
- La Quatrième République
-
-Serge Berstein, Pierre Guidoni et Marc Sadoun (dir.), Le Parti socialiste dans la société française, de la Libération à la Guerre froide. 1944-1948. Actes du colloque, Publications de la Sorbonne, 2001
-
-Serge Berstein (dir.), Paul Ramadier, la République et le socialisme. Actes du colloque, éd. Complexe, 1990
-
-Noëlline Castagnez, Socialistes en République. Les parlementaires SFIO de la IV République, Presses universitaires de Rennes, 2004
-
-Bernard Ménager (dir.), Guy Mollet, un camarade en République. Actes du colloque, Presses universitaires de Lille, 1987 (préface de René Rémond)
-
-Roger Quilliot, La SFIO et l'exercice du pouvoir. 1944-1958, éd. Fayard, 1972
- La Cinquième République
-
- Pierre Serne, Le Parti socialiste, 1965-1971, éd. Bruno Leprince, 2003
-
-Serge Berstein, Pierre Milza et Jean-Louis Bianco (dir.), Les Années Mitterrand, les années du changement. 1981-1984 (titre de couverture : François Mitterrand, les années du changement. 1981-1984), éd. Perrin, 2001
-
-Pierre Birnbaum (dir.), Les Élites socialistes au pouvoir : les dirigeants socialistes face à l'État. 1981-1985, Presses universitaires de France, 1985
-
-Pierre Favier et Michel Martin-Roland, La Décennie Mitterrand, éd. du Seuil, 4 vol., 1990-1998 (rééd. 1995-2001 en format de poche, coll. « Points »)
-
-
C'était la gauche plurielle'', Presses de Sciences Po, 2003

Études régionales

-Christian Bougeard, Gilbert Gramoullé, Maurice Lucas et Jean-Jacques Urvoas, Les Socialistes dans le Finistère (1905-2005), Rennes, éd. Apogée, 2005
-Jacques Girault, Le Var rouge. Les Varois et le socialisme de la fin de la Première Guerre mondiale au milieu des années 1930, Publications de la Sorbonne, 1995
-Bernard Ménager, Jean-François Sirinelli et Jean Vavasseur-Desperriers (dir.), Cent ans de socialisme septentrional. Actes du colloque, Centre de gestion de l'édition scientifique de l'université de Lille-III, 1995
-Martin Pottrain, Le Nord au cœur, historique de la fédération socialiste du Nord, Lille, éd. Nord-Matin, 1993

Biographies

-Jean Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, éd. de l'Atelier
-Madeleine Rebérioux, Jean Jaurès, la parole et l'acte, éd. Gallimard, 1991
-Jean-Pierre Rioux, Jean Jaurès, éd. Perrin, 2005
-Jean Lacouture, Léon Blum, éd. du Seuil, 1977, rééd. « Points », 1979
-Éric Ghebali, Vincent Auriol : le Président citoyen. 1884-1966, éd. Grasset, 1998
-Éric Méchoulan, Jules Moch. Un socialiste dérangeant (d'après une thèse de doctorat), éd. Bruylant, 1999
-Anne Fonvieille-Vojtovic, Paul Ramadier (1868-1961), élu local et homme d'État (thèse de doctorat), Publications de la Sorbonne, 1993
-Martine Pradoux, Daniel Mayer, un socialiste dans la Résistance, éd. de l'Atelier, 2002
-Jean-Frédéric Desaix, Christian Pineau, de la Résistance à l'Europe (d'après une thèse de doctorat en sciences politiques), éd. Bruno Leprince, 2003
- Alya Aglan et Denis Lefebvre (dir.), Christian Pineau, de Buchenwald aux traités de Rome, éd. Bruno Leprince, 2005
-Denis Lefebvre, Guy Mollet. Le mal aimé, éd. Plon, 1992
-Collectif, Albert Gazier (1908-1997). Autour d'une vie de militant, éd. de L'Harmattan, 2006
-Maryvonne Prévot, Alain Savary. Le refus en politique, Renaissance du livre, 2003
-Hubert Védrine, François Mitterrand. Un destin, un dessein, éd. Gallimard, 2006
-Christiane Rimbaud, Bérégovoy, Librairie académique Perrin, 1994 ===
Sujets connexes
Adeline Hazan   Agir pour l'Égalité   Alain Rousset   Alain Savary   Alain Vidalies   Alternative socialiste   Ambition socialiste   André Vallini   Anne Hidalgo   Annick Lepetit   Annie Kriegel   Aquitaine   Arlette Laguiller   Armand Barbès   Arnaud Montebourg   Assemblée des Français de l'étranger   Assemblée nationale (France)   Avignon   Bad Godesberg   Barbara Romagnan   Benoît Hamon   Bernard Poignant   Bertrand Delanoë   Besançon   Bien-être   Bordeaux   Bourgogne   Bretagne   Bruno Le Roux   Canton français   Canut   Catherine Trautmann   Centralisme démocratique   Centre national des indépendants et paysans   Charles Fourier   Charles Hernu   Charles Spinasse   Charles de Gaulle   Charte d'Amiens   Christian Martin (Var)   Christian Paul (homme politique)   Claude Bartolone   Claude Bourdet   Claude Estier   Cohabitation   Combat (résistance)   Communauté économique européenne   Commune de Paris (1871)   Conditions de travail   Confédération générale du travail   Conférence de Zimmerwald   Congrès d'Épinay   Congrès de Lille (PS)   Congrès de Tours   Congrès du PS   Convention des institutions républicaines   Convention sur l'avenir de l'Europe   Culture de gouvernement   Daniel Mayer   Daniel Percheron   Daniel Vaillant   David Assouline   Delphine Batho   Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français   Dijon   Direction nationale du PS après le Congrès du Mans   Dominique Strauss-Kahn   Dominique Voynet   Droits de l'homme   Dunkerque   Démocratie   Démocratie participative   Euro   Europe   Europe sous domination nazie   Extrême gauche   Fondation Jean-Jaurès   Fondation nationale des sciences politiques   Forces militantes   France   Franche-Comté   Franck Pupunat   François Bayrou   François Camel   François Delapierre   François Hollande   François Lamy   François Mitterrand   François Patriat   François Rebsamen   Front de libération nationale (Algérie)   Front national (parti français)   Front républicain (France)   Fédéralisme européen   Fédération de la gauche démocrate et socialiste   Félix Gouin   Gaston Defferre   Gauche (politique)   Gauche moderne   Gauche plurielle   Gauche socialiste   Gaëtan Gorce   Georges Brutelle   Georges Frêche   Georges Pompidou   Georges Pézières   Germinal Peiro   Gilles Martinet   Gouvernement Pierre Mauroy   Grenoble   Guadeloupe   Guerre d'Algérie   Guy Mollet   Gérard Collomb   Gérard Filoche   Harlem Désir   Henri Emmanuelli   Henri Weber   Histoire du Parti socialiste (France)   Homosexualités et socialisme   Hubert Védrine   Internationale socialiste   Internationalisme   Isabelle Thomas   Jack Lang   Jacques Auxiette   Jacques Chirac   Jacques Chérèque   Jacques Delors   Jacques Droz   Jacques Généreux   Jacques Piette   Jean-Christophe Cambadélis   Jean-Jacques Becker   Jean-Jacques Urvoas   Jean-Louis Bianco   Jean-Louis Fousseret   Jean-Luc Mélenchon   Jean-Marc Ayrault   Jean-Marie Bockel   Jean-Marie Le Pen   Jean-Paul Huchon   Jean-Pierre Azéma   Jean-Pierre Bel   Jean-Pierre Chevènement   Jean-Pierre Masseret   Jean-Pierre Rioux   Jean-Yves Le Drian   Jean Germain   Jean Glavany   Jean Jaurès   Jean Lacouture   Jean Poperen   José Bové   Jules Guesde   Julien Dray   Kader Arif   Karl Marx   LGBT   Languedoc-Roussillon   Laurence Rossignol   Laurent Fabius   Laïcité   Le Canard enchaîné   Les Verts (France)   Libération-Sud   Ligue communiste révolutionnaire   Lille   Lionel Jospin   Loi Waldeck-Rousseau   Lorraine   Louis Blanc   Louis Mermaz   Louis Mexandeau   Lutte des classes   Lutte ouvrière   Lyon   Lénine   Léo Lagrange   Léon Blum   Léon Roche   MUR   Mai 2003   Malek Boutih   Manuel Valls   Marc Dolez   Margaret Thatcher   Marianne (revue)   Marie-George Buffet   Marie-Noëlle Lienemann   Martin Malvy   Martine Aubry   Marx Dormoy   Marylise Lebranchu   Maurice Agulhon   Maurice Duverger   Michel Delebarre   Michel Rocard   Michel Sapin   Michel Vauzelle   Michel Winock   Midi-Pyrénées   Mouvement des citoyens   Mouvement des jeunes socialistes (France)   Mouvement ouvrier   Mouvement républicain et citoyen   Mouvement républicain populaire   Mouvements et partis politiques   Nantes   Nice   Nicolas Sarkozy   Nord   Nord-Pas-de-Calais   Nouveau Parti socialiste   Nouvelle Gauche   Nouvelle voix (Parti socialiste)   Novembre 2006   Office universitaire de recherche socialiste   Olivier Besancenot   Organisme génétiquement modifié   Pacifisme   Paris   Parlement   Parti communiste français   Parti ouvrier français   Parti politique   Parti radical de gauche   Parti socialiste autonome   Parti socialiste démocratique (France)   Parti socialiste européen   Parti socialiste guyanais   Parti socialiste polynésien   Parti socialiste unifié   Parti travailliste   Pas-de-Calais   Pascal Terrasse   Patrick Mennucci   Paul Faure   Paul Lafargue   Pays de la Loire   Pierre Bérégovoy   Pierre Guidoni   Pierre Leroux   Pierre Mauroy   Pierre Mendès France   Pierre Milza   Pierre Moscovici   Pierre Renouvin   Poitou-Charentes   Politique   Pour rassembler la gauche   Premier ministre   Presses universitaires de France   Privatisation   Procès de Riom   Programme commun   Provence   Provence-Alpes-Côte d'Azur   Président de la République   Président de la République française   Rassemblement des gauches républicaines   Raymond Forni   Renouveau socialiste européen   René Rémond   René Teulade   Roger Quilliot   Roland Ries   Ronald Reagan   Rose (couleur)   Rouge   Rue de Solférino   Réduction du temps de travail   Réformisme   Réformisme et Rénovation   Régime de Vichy   Rénover maintenant   République   Réseau Brutus   Résistance intérieure française   Résultats par parti des élections législatives françaises de juin 2002   Révolution française   Révolution russe   Sarcelles   Sauvons le Parti Socialiste   Saône-et-Loire   Secrétariat national du Parti socialiste   Section française de l'Internationale ouvrière   Section universitaire du Parti socialiste   Serge Berstein   Serge Janquin   Social-démocratie   Social-libéralisme   Socialisme   Ségolène Royal   Sénat (France)   Thierry Mandon   Tours   Trait d'union (parti socialiste)   Traité d'Amsterdam   Traité de Maastricht   Traité instituant la Communauté européenne   Union de la gauche socialiste   Union des clubs pour le renouveau de la gauche   Union des groupes et clubs socialistes   Union européenne   Utopia (Parti socialiste)   Valéry Giscard d'Estaing   Vichy   Victorin Lurel   Vincent Léna   Vincent Peillon   Vote des pleins pouvoirs à Philippe Pétain le 10 juillet 1940   Yves Durand (homme politique)   Yvette Roudy  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^