Gouren

Infos
Le gouren, ou lutte bretonne est un sport de combat pratiqué en Bretagne, mais aussi en Cornouailles et en Écosse. Il existe en France une fédération de gouren qui dépend de la Fédération Française de Lutte. La lutte bretonne, ou gouren, est une lutte debout. Aussi, si l'un des lutteurs touche terre avec une autre partie du corps que ses pieds, la lutte s'arrête, les lutteurs se relèvent et reprennent la partie de lutte. La victoire, ou lamm, es
Gouren

Le gouren, ou lutte bretonne est un sport de combat pratiqué en Bretagne, mais aussi en Cornouailles et en Écosse. Il existe en France une fédération de gouren qui dépend de la Fédération Française de Lutte. La lutte bretonne, ou gouren, est une lutte debout. Aussi, si l'un des lutteurs touche terre avec une autre partie du corps que ses pieds, la lutte s'arrête, les lutteurs se relèvent et reprennent la partie de lutte. La victoire, ou lamm, est proclamée quand un lutteur parvient à mettre à terre son adversaire sur le dos, avec la touche des 2 épaules ensemble, avant toute autre partie du corps. Les projections sont surtout réalisées à l'aide de crocs-en-jambe. Les combats ont une durée pouvant aller jusqu'à sept minutes.

Histoire

Le gouren est arrivé en Armorique au avec l'arrivée massive des Bretons. À l'origine uniquement pratiqué par les nobles, il se répandra peu à peu parmi les paysans. Il garde de ses origines nobles le serment à l'esprit chevaleresque que prêtent les lutteurs avant chaque compétition, ainsi que la mention de rois ayant été de bons lutteurs, notamment le légendaire roi Arthur, mais aussi François Ier, qui emportera un lamm contre Henri VIII d'Angleterre. Encore très populaire en Bretagne au début du , avec des tournois tous les dimanches même dans les petits villages, il sera, au fil du temps, supplanté par l'arrivée de nouveaux sports comme le football ou le cyclisme. En 1930, pour éviter que cette forme de lutte ne tombe dans l'oubli total, le docteur Charles COTONNEC lui donne un nouvel élan en codifiant les règles et en créant la première fédération de gouren, dont découle l'actuelle. Aujourd’hui le gouren est organisé, il y a une fédération sportive, des clubs (les skolioù Gouren): 1500 licenciés en France. Tous les deux ans se tient un championnat d’Europe. Signe de son renouveau, le gouren fait partie, depuis 1998, des épreuves facultatives du baccalauréat en Bretagne. Le gouren a gardé ses attaches culturelles. Ainsi, l'été on le retrouve, lutter sur sciure, dans des rassemblements à côté de la musique et de la danse.

Le tournoi Mod-Kozh

Le tournoi "mod-kozh" (traduisez: "à l'ancienne, qui se pratiquait autrefois") se déroule sans catégorie de poids par défis: Un lutteur s'empare du trophée et défie les autres concurrents en tournant autour de l'aire de combat, libre à quiconque d'aller le défier en lui tapant sur l'épaule ou en l'interpellant avec l'allocution "chomed o sav !" (traduisez: "reste debout !"). Pour remporter le tournoi il faut faire 3 tours de lice sans avoir été défié, ou bien remporter 3 combats d'affilé. Avec le système des skolioù (écoles de luttes) le tournoi prend un intérêt stratégique: défier le bon lutteur au bon moment en envoyant 2 lutteurs habiles pour le fatiguer sans laisser passer les 3 combats d'affilé et sans "griller" les meilleurs lutteurs du skol prématurément dans le tournoi. Le vainqueur emporte le maout (bélier) et triomphe lors d'un tour d'honneur en portant l'animal sur les épaules. A noter: le palmarès du gourener Mathieu Le Dour (Skol Ar Faoued) depuis quelques années qui est passé maître dans ce type d'épreuve "le plus joli palmarès d'après-guerre" pour les spécialistes.

Tenue

Le concurrent doit être pieds nus, sa tenue est constituée par
- un short, ou bragoù.
- une chemise en toile à manches courtes serrée par une ceinture, ou Roched, ou krez.

Les compétitions

En compétition, les points sont attribués par un jury selon un barême dégressif:
- Lamm : c’est le résultat parfait en gouren (l’équivalent du ippon en judo ou du KO en boxe). Il donne la victoire immédiate du combat. "C’est la chute sur le dos comportant la touche à terre des 2 épaules ensemble, avant toute autre partie du corps ou du corps de l’adversaire."
- Kostin : c’est un résultat proche du lamm, une chute sur le dos comportant le touché au sol d’une seule épaule.
- Kein : c’est un avantage comptabilisé à l’issu des prolongations. C’est une chute sur le bas du dos, ou sur le dos plus les fesses.
- Netra (en breton "rien") : c’est une chute sans résultat Les fautes aussi sont comptabilisées: Une faute est liée à un comportement agressif injustifié (verbal ou physique), une attitude dangereuse pour l'adversaire ou un refus de combat en restant dans une position de défense pendant une durée exagérée. Lors d’une projection, le lutteur qui projette d’abord son bras au sol pour éviter le résultat est considéré comme étant en refus de combat.
- Diwall (en breton "attention"): C’est un avertissement donné pour une faute, avant de sanctionner le lutteur par un Fazi. Il n’a aucune incidence dans l’issue du combat.
- Fazi : c’est le résultat d’une faute commise par le lutteur. 3 fazis entraînent un divrud
- Poent : il est obtenu lorsque l’adversaire a accumulé 2 fazis. Il est équivalent à un Kostin, sauf en cas d’égalité parfaite entre les deux lutteurs où il lui est supérieur.
- Fazi Vraz : c’est une disqualification pour le combat, donné pour l’accumulation de 3 fazis
- Divrud : c’est une disqualification pour la compétition, donnée pour une faute grave (injure, comportement irrespectueux) La durée d’un combat dépend de la catégorie d’âge, et du type de compétition.
- Les poussins et benjamins: combats de 3’
- Les minimes: 4 minutes
- Les cadets, juniors et seniors (challenges): 5 minutes
- Les juniors en championnat : 6 minutes
- Les seniors en championnat : 7 minutes Les féminines benjamines et minimes luttent 3 minutes, les cadettes, juniores et seniores 4 minutes. La prolongation est possible (durée: moitié du temps de combat)

Bibliographie

- Dt Ch. COTONNEC, "La Lutte Bretonne, Organisation et Règlement", 1933
-Paul Le Joncour et Guy Jaouen, La lutte bretonne des origines à nos jours, Institut Culturel de Bretagne, 1984
-Guy Jaouen et Henri Beon, Gouren, Breton and Celtic wrestling, Institut Culturel de Bretagne, 1985
-Guy Jaouen et al., Ar gouren, la lutte bretonne, prises de base, Institut Culturel de Bretagne, 1985
-Eric Legret, Jean-Daniel Bourdonnais, Lena Gourmelen, GOUREN Lutte et défis d’un sport breton, éditions Coop Breizh, octobre 2005
-Jaouen Guy, Le Clec'h Yves. Livre et K7 audio. " Le Gouren dans la tradition populaire ". Fédération de Gouren et Dastum. 1989.
- Jaouen G., Cloarec Philippe. " Ar Gouren, Adal an amzerioù kentanñ betek hiziv an deiz". ICB. 1992.
-Jaouen G. "Les luttes celtiques de Bretagne et du Cornwall, du jeu au sport ?" Falsab. 2006. ==
Sujets connexes
Angleterre   Armorique   Cornouailles   Cyclisme   Football   France   François Ier de France   Lutte   Roi Arthur   Sport de combat  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^