Pologne

Infos
right La Pologne (Polska en polonais), officiellement la République de Pologne (Rzeczpospolita Polska en polonais), est un pays d'Europe centrale peuplé par plus de 38 millions d'habitants. Il est bordé par la mer Baltique, l'enclave russe de Kaliningrad et la Lituanie au nord, la Biélorussie et l'Ukraine à l'est, la Slovaquie et la République tchèque au sud, et l'Allemagne à l'ouest. Le pays partage également des frontières maritimes av
Pologne

right La Pologne (Polska en polonais), officiellement la République de Pologne (Rzeczpospolita Polska en polonais), est un pays d'Europe centrale peuplé par plus de 38 millions d'habitants. Il est bordé par la mer Baltique, l'enclave russe de Kaliningrad et la Lituanie au nord, la Biélorussie et l'Ukraine à l'est, la Slovaquie et la République tchèque au sud, et l'Allemagne à l'ouest. Le pays partage également des frontières maritimes avec le Danemark et la Suède. Ancien État du bloc de l'Est durant la guerre froide, la Pologne est membre de l'ONU depuis le 24 octobre 1945, du Conseil de l'Europe depuis le 26 novembre 1991, de l'Union européenne et signataire de la Convention de Schengen depuis le 2004.

Géographie

Carte de la Pologne Le paysage polonais consiste presque entièrement en terres constituant la Plaine européenne du Nord. Le sud est cependant marqué par le massif des Carpates qui forme une frontière naturelle avec la République tchèque et la Slovaquie. Le pays dispose d'une large ouverture sur la Baltique facilitant les exportations de produits agricoles ou manufacturés et de matières premières (charbon), et permettant la création de chantiers navals. La frontière avec l'Allemagne a été fixée sur la ligne Oder-Neisse, du nom du fleuve et de son affluent situés à l'ouest du pays.

Cours d'eau

La Pologne est parcourue par deux fleuves majeurs qui se jettent dans la mer Baltique. La Vistule, longue de 1047 km, traverse plusieurs grandes villes polonaises dont Varsovie, la capitale. L'Oder, long de 854 km, délimite quant à lui une partie de la frontière entre l'Allemagne et la Pologne. Le pays compte aussi des rivières de première importance telles que la Warta, un affluent de l'Oder long de 808 km, le Bug, un affluent de la Vistule long de 772 km, ainsi que l'Alle et l'Angrapa. La majorité des cours d'eau de Poméranie et des régions avoisinantes terminent leur course dans la mer Baltique, mais dans les Beskides prennent source certains ruisseaux qui se déversent indirectement dans la mer Noire, soit par l'intermédiaire du Dniestr, soit par l'intermédiaire de l'Orava, puis du Váh, et enfin du Danube. Les cours d'eau polonais sont depuis longtemps utilisés pour la navigation. Les Vikings, par exemple, avaient l'habitude de remonter la Vistule et l'Oder. Au Moyen Âge et au début de l'ère moderne, lorsque la Pologne-Lituanie était le grenier de l'Europe, l'acheminement de céréales et d'autres produits agricoles le long de la Vistule vers Gdańsk puis l'Europe de l'Ouest devint particulièrement important.

Géologie

La structure géologique de la Pologne résulte de la collision des continents européens et africains durant les soixante derniers millions d'années d'une part, et de l'effet du Quaternaire au nord de l'Europe d'autre part, ces deux phénomènes ayant conduit à la formation des Sudètes et des Carpates. Les plaines du nord de la Pologne comportent des sols essentiellement composés de sable ou de marne sableuse, tandis qu'au sud, les vallées creusées pendant l'ère glaciaire contiennent souvent du lœss. Les plateaux de la région Cracovie-Częstochowa, qui forment d'ailleurs l'un des plus anciens massifs de la planète, les Piénines, et les Tatras occidentales sont constitués de calcaire, tandis que les Hautes Tatras, les Beskides, et les Monts des Géants sont principalement composés de granite et de basalte.

Climat

Le climat est de type océanique au nord et à l'ouest et devient graduellement plus continental en allant vers le sud et l'est. Les étés sont tièdes, avec des températures moyennes variant entre 20°C et 27°C. Les hivers sont froids, avec des températures moyennes tournant autour de 3°C au nord-ouest et -8°C au nord-est. Bien que les précipitations restent régulières tout au long de l'année, l'hiver est plus sec que l'été, surtout à l'est. On retrouve des traces de moraines qui permettent aux scientifiques de dire qu'il y avait avant des glaciers dans cette zone du globe (notamment lors du wurm époque glaciaire).

Principales villes

Varsovie (1, 7 million d'habitants), Łódź , Cracovie , Wrocław , Poznań , Gdańsk , Szczecin , Bydgoszcz , Lublin , Katowice

Histoire

Château de Będzin Pologne en 992/1025. Territoire de la Pologne en 1657/1686. Palais de Wilanów Palais de Łazienki Pologne en 1921/1939. Fondée au sur le territoire des Polanes, la Pologne devient au Moyen Âge une puissance incontournable en Europe centrale. Son premier souverain est Mieszko I, fondateur de la dynastie des Piast, qui règne sur la Pologne de 966 à 1370. La capitale est alors Gniezno, à l'Est de Poznań. Poste avancé de l'Occident catholique romain face aux mondes orthodoxe (russe, biélorusse, ukrainien), païen (balte), et musulman (turco-mongol), elle est aussi confrontée au Drang nach Osten (poussée germanique vers l'est), qu'il vienne du Saint Empire ou des Chevaliers teutoniques. Située au carrefour de plusieurs mondes, et dépourvue de frontières naturelles, la Pologne est extrêmement exposée aux invasions. Celles-ci, particulièrement au , ruineront le pays (invasions de la Horde d'Or mongole de 1248 à 1275). Casimir III le Grand, dernier roi de la dynastie des Piast, unifie la Pologne. Elle atteint son apogée aux et s, sous la dynastie lituanienne des Jagellon, avec Ladislas II. La Rzeczpospolita Obojga Narodów (res publica de deux nations) résultant de l'union du Royaume de Pologne et du Grand-Duché de Lituanie (l'Union de Lublin - 1569), couvre alors un territoire qui « allait de la Baltique à la mer Noire » et jusqu'aux portes de Moscou. La capitale était alors Cracovie, en Petite Pologne. Casimir IV réunit même pour une petite période les couronnes de Bohème (1471) et de Hongrie (1490) à celle de Pologne. La Rzeczpospolita se dota par ailleurs d'un système politique inédit depuis la Rome Antique, l'Aristocratie. Le Roi y était en effet élu, et non héréditaire. Certes, cette « république » ne donnait le droit de vote qu'aux seuls nobles. Cela représentait toutefois presque 10 % de la population et plus encore autour de Varsovie, devenue capitale au . Les nobles obligèrent le roi à céder de ses prérogatives, notamment en ce qui concernait les impôts, l'armée et la justice. Ainsi, le monarque polonais, à l'époque où les monarchies européennes (France, Espagne, Autriche, Prusse) « s'absolutisaient », était au contraire affaibli. La tolérance religieuse était une autre caractéristique majeure de la Rzeczpospolita. Si la majeure partie des paysans était restée catholique (dans les années 1980, 9 polonais sur 10 étaient baptisés), de nombreux nobles s'étaient convertis au protestantisme, luthérien mais surtout calviniste. Par ailleurs, la Pologne avait donné abri (en particulier dans la ville de Leszno) aux « Frères tchèques » (Hussites) qui voulaient échapper à la re-catholicisation de la Bohême entreprise par les Habsbourg. Enfin, la Rzeczpospolita comptait une très importante population juive (5 à 10 % de la population totale), en particulier dans les villes et surtout dans la partie orientale du pays. En 1570, l'Accord de Sandomierz prônait la coexistence pacifique des religions. Il fut renforcé en 1572 par la Confédération de Varsovie. La tolérance était si grande que la noblesse polonaise contraignit Henri de Valois (1572-1574, futur Henri III en France), pour être élu roi de Pologne, à accorder plus de libertés aux protestants français. Mais cette tolérance se réduisit progressivement au , en particulier après 1655, quand la Suède protestante envahit la Pologne et fut arrêtée à Częstochowa, devant le sanctuaire marial de Jasna Góra, dont le prieur, Augustyn Kordecki, était à la tête de troupes numériquement très inférieures. Le règne de Jean III Sobieski (1674-1696) fut marqué par la construction, à partir de 1677, du château de Wilanów à Varsovie, et par la victoire de ses troupes en 1683, appelées en renfort par les puissances européennes et le Pape pour faire face à une offensive turque de grande ampleur sous les murs de Vienne. Victoire militaire qui aura une conséquence politique importante car les Habsbourgs, traditionnels rivaux des Polonais, sont sauvés et partageront plus tard le pays avec la Russie et la Prusse. Cette victoire est aussi à l'origine des croissants, les premières viennoiserieshttp://www.herodote.net/dossiers/evenement.php?jour=16830912, dont la forme rappelle le symbole du drapeau ottoman. La Rzeczpospolita est peu à peu victime d'un long déclin, du fait de son système politique anarchique, et des nombreuses invasions (suédoises, russes, turques, prussiennes). À la fin du , la Pologne perd son indépendance, partagée trois fois successivement entre ses voisins (1772, 1793 et 1795). La première division de la Pologne, en 1772, conduisit à un sursaut civique. Ce sursaut amena en 1791 à la proclamation d'une Constitution, nettement moins « révolutionnaire » que celle de la France, mais néanmoins perçue comme trop dangereuse pour ses voisins, d'où le second partage. Second partage qui provoqua une révolte menée par un héros de la guerre d'indépendance américaine, Tadeusz Kościuszko. Cette révolte servira de prétexte au troisième partage : la Pologne est rayée de la carte. Tout au long du , exception faite de la fin de la période napoléonienne (Grand-Duché de Varsovie), la Pologne se vit écartelée, partagée entre la Russie, la Prusse (puis l'Allemagne), et l'Autriche (puis l'Autriche-Hongrie). Elle ne recouvre son indépendance qu'en novembre 1918. Comme la plupart des pays d'Europe du Centre-Est, à l'exception de la Tchécoslovaquie, les idéaux démocratiques des premiers temps ne durèrent pas. Le régime devint rapidement autoritaire, notamment sous l'influence de Józef Piłsudski. L'invasion allemande du 1 septembre 1939 déclenche la Seconde Guerre mondiale. La Wehrmacht atteint Varsovie en 7 jours grâce à sa stratégie du « blitzkrieg » et à sa supériorité technologique (la capitulation de Varsovie : le 28 septembre 1939). À l'est, l'invasion soviétique du 17 septembre anéantit tout espoir de résistance. Le pays est à nouveau partagé, cette fois-ci entre l'Allemagne nazie et l'Union Soviétique. Le gouvernement polonais quitte la Pologne et vient se réfugier en France. Les divers ministères polonais s'installent au château de Pignerolle (Sud-Est d'Angers) ainsi qu'à Angers qui devient de fait la capitale politique temporaire de la Pologne. Le gouvernement officiel polonais en exil officiera jusqu'à l'invasion de la France par les troupes allemandes en juin 1940. Les armées polonaises luttent sur de nombreux fronts et constituent par ses effectifs la 4 armée alliée lors du conflit aux cotés des soldats soviétiques, américains et britanniques. À la fin du second conflit mondial, les Soviétiques conservent la partie orientale du pays, peuplée majoritairement par les Ukrainiens, annexée en 1939, et la Pologne « glisse » vers l'ouest, en absorbant le sud de la Prusse orientale, la Poméranie et la Silésie. Une raison utilisée par Moscou pour expulser les Allemands de ces territoires, qu'ils peuplaient depuis déjà plusieurs siècles, est que ces territoires étaient historiquement polonais. Elle devient une république populaire membre du Pacte de Varsovie. Dans les années 1970 et 80, de violentes révoltes éclatent dans le pays. Dans ce climat, l'élection au trône de Saint Pierre de l'archévêque de Cracovie, Karol Wojtyła (Jean-Paul II), en octobre 1978, est vécue par les autorités communistes comme une provocation. En 1980, naît le syndicat indépendant Solidarność (Solidarité), dirigé par Lech Wałęsa. Le général Wojciech Jaruzelski déclare la loi martiale le 13 décembre 1981. En 1989, ont lieu "les Tables Rondes", réunion entre le gouvernement et Solidarność, qui permettront la naissance en douceur d'une nouvelle Pologne, dirigé par Tadeusz Mazowiecki. À cette période, la Pologne est le premier pays du Pacte à se libérer de l'emprise soviétique, et à former un gouvernement non lié au bloc soviétique. En 1990 Lech Wałęsa est élu Président de la République. Mais il est battu cinq ans plus tard par l'ancien communiste Aleksander Kwaśniewski (1995-2005). Cette période permit à la Pologne d'intégrer, et ce depuis 1999, l'OTAN. En 2003, les États-Unis lui attribuent le commandement d'une zone d'occupation en Irak. Le 2004, elle intègre l'Union européenne. Le 23 octobre 2005, est élu le nouveau président : Lech Kaczyński.

Relations avec l'Union Européenne

-16 décembre 1991 : Signature de l'Accord d'association;
-23 novembre 1992: Transmission auprés du Secrétariat Général de l'Union Européenne les moyens de ratifie de l'Accord d'Association;
- 1994 : Entrée en vigueur de l'Accord d'Association ;
-5 avril 1994: Présentation de la question d'adhésion;
-31 mars 1998: Ouverture de la négotiation d'adhésion;
-13 décembre 2002: Fermeture de la négotiation d'adhésion pendant Conseil Européen;
-14 avril 2003: Le Conseil Européen approuve l'adesioneDécision du Conseil de l'Union européenne du 14 avril 2003 relative à l'admission de la République tchèque, de la République d'Estonie, de la République de Chypre, de la République de Lettonie, de la République de Lituanie, de la République de Hongrie, de la République de Malte, de la République de Pologne, de la République de Slovénie et de la République slovaque à l'Union européenne ( );
-16 avril 2003: Signature du Traité d'adhésionTraité entre le Royaume de Belgique, le Royaume de Danemark, la République fédérale d'Allemagne, la République hellénique, le Royaume d'Espagne, la République française, l'Irlande, la République italienne, le Grand-Duché de Luxembourg, le Royaume des Pays-Bas, la République d'Autriche, la République portugaise, la République de Finlande, le Royaume de Suède, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (États membres de l'Union européenne) et la République tchèque, la République d'Estonie, la République de Chypre, la République de Lettonie, la République de Lituanie, la République de Hongrie, la République de Malte, la République de Pologne, la République de Slovénie, la République slovaque relatif à l'adhésion de la République tchèque, de la République d'Estonie, de la République de Chypre, de la République de Lettonie, de la République de Lituanie, de la République de Hongrie, de la République de Malte, de la République de Pologne, de la République de Slovénie et de la République slovaque à l'Union européenne ( );
-8 juin 2003: Par référendum, 77.4% des polonais approuve l'adhésion;
-5 août 2003: Transmission auprés du Ministère des Affaires Etrangères de la République italienne des moyens de ratifie du Traité d'adhésion;
- 2004: La Pologne devient membre de l'Union Européenne ;

Politique

Sala le Sejm La Pologne est une république démocratique. Le Premier ministre est le président du Conseil des ministres. Son gouvernement est responsable devant la chambre basse. Le Président, élu au suffrage universel direct pour 5 ans, est le chef de l'État. Il nomme le chef du gouvernement et dispose d'un droit de veto qui ne peut être levé par la chambre basse qu'à la majorité qualifiée des trois cinquièmes. Le parlement est composé de deux chambres : la Diète - en polonais Sejm composée de 460 sièges et le Sénat composé de 100 sièges.

2006

Le 5 mai 2006, le gouvernement polonais voit l'entrée en charge de plusieurs ministres proches de l'extrême-droite Roman Giertych, dirigeant de la Ligue des familles polonaises (LPR - Liga Polskich Rodzin), est à la tête de l'Éducation nationale. Ce dernier a l'intention d'insister dans les programmes scolaires sur . Quant à Andrzej Lepper, chef du Samoobrona (« Autodéfense »), il obtient le poste de vice-Premier ministre chargé de l'Agriculture. Les ministères du Travail et du Bâtiment tombent également aux mains de Samoobrona. Ce cabinet de coalition, négocié par Jarosław Kaczyński, provoque des manifestations organisées par l'opposition.

2007

Le , lors d'élections législatives anticipées, le parti libéral Plateforme civique (PO) de Donald Tusk, parti d'opposition à Lech Kaczyński et à Jarosław Kaczyński, remporte 41 % des voix et distance le parti conservateur Droit et Justice (PiS) au pouvoir depuis deux ans, qui arrive à la seconde position avec 33 % des suffrages exprimés. Quelques jours plus tard, Donald Tusk annonce au quotidien Gazeta Wyborcza que la Pologne pourrait adopter l'euro vers 2012, après analyse sur l’influence de l’adhésion à la monnaie unique sur les revenus des Polonais. Donald Tusk est officiellement désigné premier ministre le 9 novembre suivant, et forme ensuite un gouvernement de coalition (avec 209 députés sur 460, la PO ne dispose pas de la majorité absolue) en s'alliant avec le parti paysan centriste PSL de Waldemar Pawlak. Le 17 novembre 2007, le nouveau ministre de la Défense, Bogdan Klich, annonce que la Pologne « achèvera en 2008 » la mission de ses soldats en Irak.

Démographie

FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

Subdivisions administratives

Voïvodies de la Pologne La Pologne est subdivisée en 16 régions administratives appelées voïvodies ou voïévodies (województwa au pluriel et województwo au singulier) : Ces voïvodies étaient au nombre de 49 entre 1975 et 1999.

Villes Principales

Varsovie Łódź Cracovie Wrocław Poznań Gdańsk Szczecin Bydgoszcz Lublin Katowice Toruń Zamość Les Bieszczady Les Tatras Plage au bord de la Mer Baltique Un bison européen

Économie

Le 12 septembre 1989, l'ancien dirigeant de Solidarność Tadeusz Mazowiecki forme le premier gouvernement polonais non communiste depuis 1948. Vice-Premier ministre et ministre des Finances au sein de ce gouvernement, Leszek Balcerowicz va mettre en œuvre une politique visant à assurer la transition de l'économie planifiée vers l'économie de marché. Ce plan - connu sous le nom de « thérapie de choc » - a permis la maîtrise de l'hyperinflation qui ruinait l'économie polonaise et une rapide transition vers une économie de marché. Le centre financier de Varsovie Après une première phase difficile se caractérisant par une forte inflation, la dévaluation de la monnaie, des fermetures d'entreprises et une forte hausse du chômage, cette politique a permis le développement et la modernisation de l'économie polonaise. Elle a abouti au retour de la croissance dès 1993, à une amélioration sensible du niveau de vie de la population, permettant une augmentation de la consommation, une baisse de l'inflation, une stabilisation du zloty, une augmentation des échanges commerciaux et d'importants flux d'investissements directs étrangers. Le 23 décembre 1991, après avoir initié cette politique, Leszek Balcerowicz, considéré comme le père des réformes économiques et le principal architecte de la profonde mutation de la Pologne au cours des années 1990, au sortir de quarante années de communisme, quitte son poste au ministère des Finances et est remplacé par Karol Lutkowski. L'embellie de l'économie polonaise due à la « thérapie de choc » s'est poursuivie jusqu'en 1997, avec cette année-là un taux de chômage passant sous la barre des 10 %. Depuis, la Pologne connaît de nouveaux problèmes : après avoir dépassé le seuil des 20 % en 2004, le taux de chômage reste supérieur à 19 % au début de l'année 2005. En 2007, le taux de chômage est redescendu à 12 %.

Quelques chiffres

- PIB : 512 900 000 PLN(2005)
- croissance 2006 : 5, 8 %
- croissance annuelle moyenne 1990-2006 : 4, 73 %
- répartition par secteurs en 2003 :
-
- agriculture-forêt : 3 %
-
- construction : 7 %
-
- transport : 7 %
-
- industrie : 22 %
-
- commerce et services : 56 %
-
- autres : 5 %
- Taux d'inflation : 0, 4 % (03/2006)
- Revenu par habitant : 15 200$ (2006), Varsovie - 37 000$ (2005)
- Taux de chômage : 14, 9 % (novembre 2006), Varsovie - 5, 7 % (novembre 2005),
- Commerce extérieur (2004) : 92 720 000 000 $ d'exportations et 95 670 000 000 $ d'importations. Le premier partenaire commercial de la Pologne est l'Allemagne. La France est le deuxième client et le quatrième fournisseur du pays. Les autres principaux partenaires sont l'Italie, la Russie, la Grande-Bretagne, la République tchèque, la Chine, les Pays-Bas.
- Dette publique/PIB : 51, 6 % (2003)
- Taux d'intérêt au : 6, 5 % (16 février 2005)
- Taux de change du złoty : 1 € = 3, 9265 PLN ; 1 $ = 3, 2071 PLN (18 avril 2006)

Minorités

Attention, ces chiffres sont très controversés.
- Allemands (de 147 000 à 500 000)
- Biélorusses (de 48 700 à 200 000)
- Tchèques (de 2 000 à 3 000)
- Lituaniens (de 5 800 à 25 000)
- Ukrainiens et Ruthènes (inclus les Lemkos de 5 800 à 7 000), (de 39 000 à 300 000)
- Arméniens (de 300 à 15 000)
- Tsiganes (de 12 800 à 60 000)
- Russes (de 3 800 à 15 000)
- Slovaques (de 2 000 à 25 000)
- Tatars (de 490 à 5 000)
- Juifs (de 1 100 à 10 000)
- Karaïmes ou Karaïtes (de 50 à 80 000)
- Cachoubes (dénombrement particulièrement incertain, allant de 5 000 parlant la langue comme jusqu'à 100 000 personnes, voire 300 000, les Cachoubes se déclarant généralement comme Polonais)
- Silésiens (comme les Cachoubes ils se déclarent le plus souvent comme Polonais, leur nombre total est environ 1 500 000)
- Grecs et Macédoniens (de 2 000 à 4 500) (minorité nationale reconnue sous le régime communiste, ils ne le sont plus dans la Pologne actuelle parce qu'il s'agit d'une minorité issue de l'immigration, des réfugiés de la Guerre civile grecque de 1946-1949, au sein desquels les slavophones ont fini par demander une reconnaissance distincte en tant que Macédoniens) Il y a environ 400 000 ressortissants étrangers en Pologne, majoritairement originaires d'autres pays d'Europe orientale (Russie, Biélorussie, Ukraine…) mais aussi d'Extrême-Orient (Chine et Viêt Nam). La communauté vietnamienne compte environ 60 000 personnes (3 en Europe après la France et l'Allemagne). Depuis 2000, 71.711 Allemands se sont installés en Pologneselon le quotidien Rzeczpospolita du 9 juillet 2007. La diaspora polonaise (Polonia) compte 20 millions de personnes d'origine polonaise.

Culture

Culture populaire

- Andrzej Chyra
- Magdalena Cielecka
- Małgorzata Kożuchowska
- Artur Żmijewski
- Edyta Górniak
- Natalia Kukulska
- Liroy
- Anna Mucha
- Myslovitz
- Peya
- Ryszard Riedel
- Leopold Staff
- Maciej Stuhr
- Jerzy Stuhr
- Marek Kondrat
- Vavamuffin
- Rafał Wojaczek

Théâtre polonais

Metteur en scène

- Jerzy Grotowski
- Tadeusz Kantor
- Krystian Lupa
- Andrzej Pronaszko
- Józef Szajna

Folklore polonais

Souvent réduit à tort aux simples prestations des ballets Slask et Mazowsze par une grande partie de la polonité, le folklore polonais reste cependant pratiqué assidûment par un grand nombre de Polonais de tous âges et de toutes classes sociales. Ceci est en partie dû à la volonté et au travail exceptionnel de préservation de ce folklore.Artisan de cette préservation : Oskar Kolberg qui parcourut la Pologne au afin de répertorier le maximum de mélodies, de poèmes et de danses, région par région. Ce travail de recherche est d’ailleurs disponible dans son chef-d’œuvre de plus de 50 tomes : LUD (le peuple). Ainsi, de nombreux groupes se sont créés et revendiquent encore aujourd’hui leurs régions d’origine, teintées de mélodies typiques et de pas de danse très particuliers d’une région à l’autre. Notons néanmoins qu’il existe 5 danses nationales popularisées pour la plupart par Chopin : le krakowiak (danse de Cracovie), l’oberek, la polonaise, le mazur et le kujawiak. L’exemple le plus frappant de cette préservation des traditions folkloriques reste la région des Podhale près de Zakopane ; cette région montagneuse conserve ses traditions dans la vie quotidienne et dans les comportements mais surtout continue à conserver sa musique grâce au développement touristique et aux karczma (taverne où l’on peut écouter de la musique montagnarde). Enfin, depuis les années 1960 et l’apparition de la polonia (polonité : ensemble des personnes d’origine polonaise dans le monde), de nombreux groupes étrangers de folklore polonais sont apparus afin de perpétuer les traditions.

Cuisine polonaise

Polonais célèbres

- Roman Polanski, cinéaste.
- Krzysztof Kieślowski, cinéaste.
- Andrzej Wajda, cinéaste.
- Agnieszka Holland, cinéaste.
- Wojciech Pszoniak, acteur de théâtre et de cinéma.
- Andrzej Seweryn, acteur de théâtre et de cinéma, sociétaire de la Comédie-Française.
- Nicolas Copernic, astronome.
- Stefan Banach, mathématicien.
- Marie Curie, physicienne, lauréate du prix Nobel de physique (1903) et prix Nobel de chimie (1911).
- Ludwik Lejzer Zamenhof, médecin et inventeur de la langue espéranto.
- Bronisław Malinowski, anthropologue, ethnologue et sociologue.
- Leszek Kołakowski, philosophe.
- Aleksander Wolszczan, astronome.
- Adam Mickiewicz, poète romantique.
- Juliusz Słowacki, poète romantique.
- Joseph Conrad, écrivain.
- Henryk Sienkiewicz, écrivain, lauréat du prix Nobel de littérature (1905), auteur de Quo vadis ? (1896) et des Chevaliers Teutoniques.
- Władysław Reymont écrivain, lauréat du prix Nobel de littérature (1924) pour Les Paysans.
- Janusz Korczak, écrivain juif, pédiatre et pédagogue. Mort à Treblinka avec les enfants de son orphelinat.
- Czesław Miłosz, écrivain, poète, lauréat du prix Nobel de littérature (1980).
- Wisława Szymborska, poétesse, lauréate du prix Nobel de littérature (1996).
- Ryszard Kapuściński, journaliste, reporter, publiciste, poète et photographe.
- Andrzej Szczypiorski, écrivain, militant politique.
- Tadeusz Kościuszko, général et dirigeant du soulèvement de 1794 contre la Russie, participant à la guerre d'indépendance américaine comme colonel dans l'armée continentale aux côtés de Washington.
- Joachim Lelewel, historien et homme politique.
- Ignacy Paderewski, pianiste, compositeur, homme politique (premier ministre) et diplomate.
- Jan Nowak Jeziorański, politologue, journaliste, patriote.
- Lech Wałęsa, électricien, syndicaliste de Solidarność et ancien président de la République, lauréat du Prix Nobel de la paix (1983)
- Aleksander Kwaśniewski, homme politique, ex-Président de la République de Pologne.
- Adam Michnik, essayiste, historien, journaliste et ancien militant de l'opposition polonais.
- Jacek Kuroń, un des leaders de l'opposition démocratique au régime communiste en Pologne, historien et éducateur, activiste social et politique.
- Frédéric Chopin, compositeur.
- Władysław Szpilman, pianiste, compositeur et auteur.
- Krzysztof Penderecki, compositeur et chef d'orchestre.
- Wojciech Kilar, compositeur de musique de films et de musique classique.
- Henryk Wieniawski, violoniste et compositeur.
- Henryk Mikołaj Górecki, compositeur de musique contemporaine, chef d'orchestre.
- Małgorzata Walewska, chanteuse, soliste mezzo - soprano.
- Jan Matejko, peintre.
- Józef Chełmoński, peintre.
- Stanisław Wyspiański, dramaturge, poète, peintre, architecte et ébéniste.
- Zdzisław Beksiński, peintre réaliste fantastique.
- Magdalena Abakanowicz, sculptrice.
- Jean-Paul II (Karol Wojtyła), pape.
- Stefan Wyszyński, cardinal.
- Andrzej Bobola, jésuite et martyr, patron de la Pologne.
- Faustyna Kowalska, réligieuse, sainte.
- Maximilien Kolbe, frère franciscain conventuel, assassiné dans le camp de concentration nazi à Auschwitz, martyr et saint.
- Martin Gray, écrivain juif et francophone, auteur de Au nom de tous les miens.
- Marzena Sowa, scénariste de bande dessinée avec Sylvain Savoia, plus connue sous le pseudonyme de Marzi.
- Greg Kobe, DJ producteur.
- Benjamin Kowalewicz, chanteur de Billy Talent.
- Irena Szewińska, ancienne athlète polonaise pratiquant le sprint, membre du Comité international olympique.
- Robert Korzeniowski, athlète, 3 médailles d'or aux Jeux Olympiques et 3 titres de champion du monde de marche.
- Robert Kubica, premier pilote automobile polonais à accéder à la formule 1.
- Adam Małysz, sauteur à ski.
- Otylia Jędrzejczak, nageuse.

Fêtes et jours fériés

Notes et références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adam Małysz   Adam Michnik   Adam Mickiewicz   Affluent   Afrique   Agnieszka Holland   Aleksander Kwaśniewski   Alle (rivière)   Allemagne   Andrzej Lepper   Andrzej Pronaszko   Andrzej Seweryn   Andrzej Wajda   André Bobola   Angers   Aristocratie   Au nom de tous les miens   Augustyn Kordecki   Autriche-Hongrie   Basalte   Benjamin Kowalewicz   Białystok   Bielsko-Biała   Billy Talent   Bison   Biélorussie   Blitzkrieg   Bloc de l'Est   Bronisław Malinowski   Bug (rivière)   Bydgoszcz   Bytom   Będzin   Calcaire   Campagne de Pologne (1939)   Carpates   Casimir III de Pologne   Casimir IV Jagellon   Chorzów   Christianisme orthodoxe   Chômage   Climat continental   Climat océanique   Conseil de l'Europe   Consommation   Constitution polonaise du 3 mai 1791   Convention de Schengen   Cordillère   Cracovie   Croissance économique   Croissant   Czesław Miłosz   Częstochowa   Céréale   Danemark   Danse   Danube   Diaspora   Disc jockey   Diète (politique)   Dniestr   Donald Tusk   Drang nach Osten   Duché de Varsovie   Dynastie Piast   Dévaluation   Dąbrowa Górnicza   Edyta Górniak   Elbląg   Enclave   Entreprise   Espéranto   Euro   Europe   Europe centrale   Europe de l'Ouest   Faustine Kowalska   Fleuve   Folklore   Forces armées polonaises   France   Frontière terrestre entre l'Allemagne et la Pologne   Frédéric Chopin   Gdańsk   Gdynia   Glaciation   Glaciation de Würm   Gliwice   Gorzów Wielkopolski   Granite   Greg Kobe   Guerre civile grecque   Guerre froide   Habsbourg   Hautes Tatras   Henri III de France   Henryk Górecki   Henryk Sienkiewicz   Henryk Wieniawski   Hongrie   Houille   Hyperinflation   Ignacy Paderewski   Inflation   Irak   Irena Szewińska   Jacek Kuroń   Jagellon   Jan Matejko   Janusz Korczak   Jarosław Kaczyński   Jasna Góra   Jean-Paul II   Jean III Sobieski   Jerzy Grotowski   Jerzy Stuhr   Jeux Olympiques   Joachim Lelewel   Joseph Conrad   Juliusz Słowacki   Józef Piłsudski   Kalisz   Karaïsme   Katowice   Kielce   Koszalin   Krystian Lupa   Krzysztof Kieślowski   Krzysztof Penderecki   Kujawiak   Ladislas II Jagellon   Lech Kaczyński   Lech Wałęsa   Legnica   Leszek Balcerowicz   Leszek Kołakowski   Ligue des familles polonaises   Lituanie   Lublin   Ludwik Lejzer Zamenhof   Marie Curie   Martin Gray   Maximilien Kolbe   Mazurek Dąbrowskiego   Mer Baltique   Mer Noire   Mieszko Ier de Pologne   Monnaie   Monts des Géants   Moraine   Moscou   Moyen Âge   Natalia Kukulska   Nicolas Copernic   Niveau de vie   Novembre   Oblast de Kaliningrad   Occident   Oder   Olsztyn   Opole   Orava   Ordre teutonique   Organisation des Nations unies   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Organisation du traité de l'Atlantique Nord   Otylia Jędrzejczak   Pacte de Varsovie   Palais de Wilanów   Pape   Parlement   Partitions de la Pologne   Pays   Pignerolle   Plateau (géographie)   Polanes   Pologne   Polonais   Polonia   Poméranie   Premier ministre   Prix Nobel de chimie   Prix Nobel de la paix   Prix Nobel de littérature   Prix Nobel de physique   Prusse   Président   Quaternaire   Quo vadis ?   Radom   Rivière   Robert Korzeniowski   Robert Kubica   Roman Giertych   Roman Polanski   Ruda Śląska   Ruisseau   Russie   Rybnik   Ryszard Kapuściński   Rzeczpospolita (régime politique)   Rzeszów   Référendum   République   République des Deux Nations   République italienne   République tchèque   Sable   Seconde Guerre mondiale   Sejm   Slovaquie   Solidarność   Sosnowiec   Stanisław Wyspiański   Stefan Banach   Stefan Wyszyński   Sudètes   Suède   Szczecin   Szlachta   Sénat (Pologne)   Tadeusz Kantor   Tadeusz Kościuszko   Tadeusz Mazowiecki   Tarnów   Tatras   Taverne (établissement)   Toruń   Treblinka   Troisième Reich   Turquie   Tychy   Ukraine   Union des républiques socialistes soviétiques   Union européenne   Vallée   Varsovie   Vienne (Autriche)   Viennoiserie   Viking   Vistule   Voïvodie d'Opole   Voïvodie de Basse-Silésie   Voïvodie de Cujavie-Poméranie   Voïvodie de Grande-Pologne   Voïvodie de Lublin   Voïvodie de Lubusz   Voïvodie de Mazovie   Voïvodie de Petite-Pologne   Voïvodie de Podlachie   Voïvodie de Poméranie   Voïvodie de Poméranie occidentale   Voïvodie de Sainte-Croix   Voïvodie de Silésie   Voïvodie de Varmie-Mazurie   Voïvodie de Łódź   Voïvodie des Basses-Carpates   Váh   Waldemar Pawlak   Warta   Wałbrzych   Wehrmacht   Wilanów   Wisława Szymborska   Wojciech Jaruzelski   Wojciech Kilar   Wojciech Pszoniak   Wrocław   Zabrze   Zakopane   Zamość   Zielona Góra  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^