Symphonie

Infos
Une symphonie en musique classique est une composition instrumentale de proportions généralement vastes, comprenant plusieurs mouvements joints ou disjoints, et faisant appel aux ressources de l'orchestre symphonique. Provenant étymologiquement du grec syn, signigiant avec et phoné, signifiant son, le terme fait référence à la consonance des sons. Au Moyen Âge, la chifonie (ou chifoine) désigne un instrument, ancêtre de la vi
Symphonie

Une symphonie en musique classique est une composition instrumentale de proportions généralement vastes, comprenant plusieurs mouvements joints ou disjoints, et faisant appel aux ressources de l'orchestre symphonique. Provenant étymologiquement du grec syn, signigiant avec et phoné, signifiant son, le terme fait référence à la consonance des sons. Au Moyen Âge, la chifonie (ou chifoine) désigne un instrument, ancêtre de la vielle à roueSciences de la musique par Marc Honegger - Bordas 1976 ISBN 2.04.027020.5. Au début du XVI siècle, le terme s'étend aux œuvres polyphoniques destinées aux instruments, puis s'applique à toutes compositions instrumentales par opposition à la musique vocale. Ce n'est que dans le deuxième tiers du , en pleine période de classicisme que le genre est fixé dans son acception actuelle.

Brève histoire de la symphonie d'orchestre

Sa structure est proche de la forme sonate dont elle est l'héritière. Mis en place lentement au cours du la forme s'élargit grâce aux symphonistes de la période romantique naissante (Beethoven). Mais certains compositeurs s'affranchissent de ce cadre, tel Hector Berlioz dans sa « Symphonie Fantastique ». Il ne faut pas non plus oublier le rôle de la sinfonia d'ouverture à l'italienne (c'est-à-dire deux mouvements vifs qui encadrent un mouvement lent) de l'opéra qui marquera aussi de son empreinte la naissance de cette forme à succès. Le nombre de mouvements qui constituent la symphonie varie, pouvant aller de un à huit ou davantage, mais, dans sa forme la plus classique (haydnienne) il est de trois ou, encore plus fréquemment, de quatre. L'œuvre est interprétée par un orchestre symphonique (on emploie aussi l'expression orchestre philharmonique) sous la direction d'un chef d'orchestre, apparu en tant que tel autour de 1810/1820. Ce dernier est chargé de garantir la justesse rythmique, de surveiller la balance sonore, de maîtriser les détails, la cohérence ou les équilibres et surtout d'insuffler un esprit commun à cent instrumentistes. Au , la symphonie remplace progressivement le concerto grosso, pour les grands ensembles musicaux. Avant Mozart, c'est surtout Joseph Haydn qui contribua à fixer sa forme, lui donnant ses lettres de noblesse. Mais c'est Ludwig van Beethoven qui en fit l'une des formes musicales les plus prestigieuses du répertoire classique, agrandissant l'orchestre jusqu'à ajouter un chœur dans le finale de sa neuvième symphonie. Il a été suivi par les compositeurs romantiques (Weber, Schubert, Berlioz, Schumann, Brahms, Dvořák, Tchaikovski...), puis post-romantiques (Mahler, Rachmaninov, Sibelius, Vaughan Williams...) et enfin modernes (Ives, Enesco, Prokofiev, Chostakovitch, Martinu, Milhaud, Tippett, Hartman...). Si le XIX siècle a créé le poème symphonique qui libère nombre de compositeurs du cadre rigide d'une grande forme, une autre prend vie au XXe siècle : le concerto pour orchestre, défendue par Bartók. Toutefois, la symphonie reste encore parmi les formes musicales privilégiées par un grand nombre de compositeurs contemporains par ses potentiels de renouvellement et ses possibilités protéiformes, par exemple d'éclatement de l'orchestre : Carter (Symphonie de trois orchestres) ou Dutilleux (Symphonie le Double). Certains compositeurs étaient d'excellents orchestrateurs, sans pour autant avoir composé des œuvres orchestrales strictement apparentées à la symphonie. On pense par exemple à Maurice Ravel et à Modeste Moussorgsky. Il est quelquefois difficile de classer une œuvre orchestrale comme symphonie, tant le genre a évolué au cours du et du .

Au-delà des chiffres

L'investissement personnel du compositeur se mesure à la diminution du nombre de symphonies composées au cours d'une carrière : dans ce domaine, la qualité et le caractère personnel de l'inspiration deviennent incompatibles avec une production de série : si Haydn compose 106 symphonies et Johann Melchior Molter 170, Mozart n'en écrit plus que 55 et Beethoven 9. Cela dit, toute comparaison par les chiffres est forcée et peut-être même déplacée. Il faut donc citer certains compositeurs, ayant, pour des raisons multiples, abordé une seule fois le genre. D'abord les incontournables Franck, Chausson, Bizet ou Dukas et ajoutons même La Mer chef-d'œuvre génial de Debussy, qui est une symphonie sans le nom. Toutes ces œuvres capitales pour l'histoire de la musique et notre admiration, marquent et nourrissent sans doute plus la vie musicale que les dix de Joseph Joachim Raff ou les soixante-sept d'Alan Hovhaness… Et puis, il faut attirer l'attention sur quelques symphonies à (re)découvrir : Cherubini (unique symphonie de maturité), Arriaga (unique symphonie d'un compositeur mort à vingt ans), Barber, Ernest Bloch (Israël) qui satisferont les curieux du contenu plus que de retenir des chiffres affolants des Haydn et autres Segerstam.

Évolution de l'orchestre

L'orchestre symphonique a évolué avec le temps. Chez Haydn et Mozart, l'orchestre se compose de flûtes , hautbois , clarinettes, bassons par 2, de 2 cors et, quelquefois de 2 trompettes, de timbales et de cordes. Beethoven a ajouté 2 cors, 1 piccolo, 1 contrebasson et une batterie (symphonies 5, 6 et 9), en plus des trombones dans les symphonies 5, 6 et 9. La harpe apparaît dans la forme symphonique avec la "Symphonie fantastique" de Berlioz en 1830, mais elle était utilisée parfois dans l'orchestre depuis au moins 1810, car c'était un instrument très populaire (voir œuvres de Salieri ou Spohr) . Puis dans un sillon initié par la musique de Wagner, les effectifs ne cessent de grossir avec l'orchestre de Schumann, Brahms, puis Bruckner, Mahler et leurs descendants. Beethoven a introduit, dans sa dernière symphonie (la neuvième de 1824), un chœur, le fameux Ode à la joie de Schiller, qui deviendra l'hymne de l'Union européenne une fois arrangé et orchestré par Karajan. D'autres compositeurs ont repris cette innovation, comme par exemple Gustav Mahler dans trois de ses symphonies (les numéros 2, 3 et 8) ou Chostakovitch dans sa Treizième. L'orchestre symphonique peut inclure également un piano ou un orgue (Camille Saint-Saëns), mais le plus souvent un célesta. Une autre transformation de la symphonie est née avec Mahler, c'est la symphonie vocale, pour un soliste ou plus, sur un texte poétique. Le Chant de la terre (composé entre 1907 et 1908) marque cette tentative (quasi-parfaite, on peut le dire) de fusionner lied et symphonie, et notons-le, au service d'un pessimisme des plus profonds, comme bien plus tard l'extraordinaire Quatorzième de Chostakovitch. La structure symphonique dans le Das Lied est respectée même pour le Scherzo qui occupe les quatrième et cinquième mouvements. Mahler avait déjà dans la Symphonie n° 4 (1901) inauguré le principe, mais dans un seul mouvement. Arthur Honegger, dans sa Deuxième symphonie de 1941, infléchira la démesure de l'orchestration au service d'une intensité nouvelle que réclame le contexte dramatique, en n'utilisant que les cordes et une trompette solo dans le choral du finale où la musique retrouve la lumière de l'espoir.

Symphonie pour orgue

Légende de la neuvième

C'est après Beethoven qu'est né la légende de la « malédiction de la neuvième symphonie », qui serait fatale aux compositeurs. En réalité il n'en est rien. Même si Schubert, Dvořák, Bruckner et Mahler, parmi les plus grands symphonistes du XIX siècle semblent donner raison au mythe, le XX infirme totalement ce fantasme du chiffre maudit. Tous les musiciens d'envergure du XIX se mesurent à l'aune du maître et aucun n'y échappe. Il est donc plus aisé d'y voir une sorte de fascination beethovénienne en mouvement. D'autres œuvres comme le concerto pour violon a marqué les compositeurs qui se confrontaient au genre. Brahms et Tchaikovski ne composent eux aussi qu'un seul concerto... en ré majeur, comme leur aîné. Beethoven, même au-delà du XIX siècle, étreint chaque compositeur qui doit lutter pour espérer franchir un au-delà musical si loin repoussé et avec force par Ludwig van... Beethoven est une figure à la fois humaine et inhumaine du musicien, c'est en cela que la légende s'alimenta autour de la symphonie.

Notes et références

Liste de compositeurs ayant écrit des symphonies

(ne figurent dans ce tableau que des compositeurs ayant écrit au moins deux symphonies)

Voir aussi

- Liste de symphonies par tonalité Catégorie:Forme musicale Catégorie:Genre musical classique ar:سيمفونية bg:Симфония ca:Simfonia cs:Symfonie cy:Symffoni da:Symfoni de:Sinfonie el:Συμφωνία (μουσική) en:Symphony eo:Simfonio es:Sinfonía et:Sümfoonia fa:سمفونی fi:Sinfonia gl:Sinfonía he:סימפוניה hu:Szimfónia is:Sinfónía it:Sinfonia ja:交響曲 ko:교향곡 li:Symfonie lt:Simfonija lv:Simfonija nl:Symfonie nn:Symfoni no:Symfoni pl:Symfonia pt:Sinfonia ru:Симфония simple:Symphony sl:Simfonija sr:Симфонија sv:Symfoni tr:Senfoni uk:Симфонія vi:Giao hưởng zh:交響曲 zh-min-nan:Kau-hiáng-khek
Sujets connexes
Adalbert Gyrowetz   Alan Hovhaness   Alan Rawsthorne   Albert Roussel   Albéric Magnard   Alexandre Borodine   Alexandre Glazounov   Alexandre Scriabine   Alexandre Tansman   Alfred Schnittke   Allan Pettersson   Alun Hoddinott   Anatol Vieru   Andrzej Panufnik   André Jolivet   Anton Bruckner   Anton Rubinstein   Antonio Rosetti   Antonio Salieri   Antonín Dvořák   Aram Khatchatourian   Arthur Honegger   Arvo Pärt   Basson   Bohuslav Martinů   Camille Saint-Saëns   Carl Maria von Weber   Carl Nielsen   Carl Philipp Emanuel Bach   Carles Baguer   Charles Gounod   Charles Ives   Charles Tournemire   Charles Villiers Stanford   Chef d'orchestre   Christian Cannabich   Christian Sinding   Chœur (musique)   Clarinette   Compositeur   Composition musicale   Concerto grosso   Concerto pour orchestre   Consonance (musique)   Contrebasson   Cor d'harmonie   Cyril Scott   Célesta   César Franck   Darius Milhaud   Dmitri Chostakovitch   Edmund Rubbra   Eduard Tubin   Edward Elgar   Egon Wellesz   Ensemble musical   Erkki-Sven Tüür   Ernest Bloch   Ernest Chausson   Ernst Wilhelm Wolf   Erwin Schulhoff   Flûte traversière   Forme musicale   Franz Berwald   Franz Liszt   Franz Schmidt (musicien)   Franz Schubert   François-Joseph Gossec   François-Xavier Richter   Friedrich von Schiller   Félicien David   Galina Oustvolskaïa   George Antheil   Georges Bizet   Georges Enesco   Gian Francesco Malipiero   Giovanni Battista Sammartini   Grażyna Bacewicz   Guia Kantcheli   Gustav Mahler   Guy Ropartz   Hans Werner Henze   Harald Sæverud   Hartman   Hautbois   Havergal Brian   Hector Berlioz   Heitor Villa-Lobos   Henri Dutilleux   Herbert von Karajan   Hubert Parry   Hugo Alfvén   Hymne   Ignaz Fränzl   Igor Stravinski   Instrument à cordes   Jean-Baptiste Vanhal   Jean Absil   Jean Sibelius   Jiří Antonín Benda   Jiří Válek   Johann Christian Bach   Johann Melchior Molter   Johann Wilhelm Wilms   Johannes Brahms   Josef Suk   Joseph Haydn   Joseph Joachim Raff   Joseph Martin Kraus   Juan Crisóstomo de Arriaga   Karl Amadeus Hartmann   Karl Ditters von Dittersdorf   Karol Szymanowski   Krzysztof Penderecki   Kurt Atterberg   Le Chant de la terre   Leif Segerstam   Leonard Bernstein   Lepo Sumera   Liste de symphonies par tonalité   Louis Théodore Gouvy   Louis Vierne   Louise Farrenc   Ludwig Spohr   Ludwig van Beethoven   Luigi Boccherini   Mahler   Malcolm Arnold   Malédiction de la neuvième symphonie   Maurice Emmanuel   Maurice Ravel   Max Bruch   Michael Haydn   Michael Tippett   Mikhaïl Nossyrev   Milhaud   Mili Balakirev   Miloslav Kabeláč   Mouvement (musique)   Musique classique   Musique de la période classique   Musique instrumentale   Musique vocale   Napoléon Henri Reber   Niels Wilhelm Gade   Nikolaï Miaskovski   Nikolaï Rimski-Korsakov   Ode à la joie   Olivier Messiaen   Orchestre symphonique   Orgue   Otto Klemperer   Paul Le Flem   Philip Glass   Piano   Piotr Ilitch Tchaïkovski   Pleyel   Polyphonie   Pēteris Vasks   Ralph Vaughan Williams   Reinhold Glière   Richard Strauss   Robert Schumann   Roberto Gerhard   Rodion Chtchedrine   Rutland Boughton   Répertoire (artiste)   Samuel Barber   Sergueï Prokofiev   Sergueï Rachmaninov   Structure sonate   Symphonie n° 9 de Beethoven   Timbales (musique classique)   Toshiro Mayuzumi   Ture Rangström   Union européenne   Valentin Silvestrov   Vielle à roue   Vincent d'Indy   Václav Pichl   Wilhelm Furtwängler   William Boyce   William Walton   Wolfgang Amadeus Mozart   XXe siècle   Zdeněk Fibich  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^