Orchestre philharmonique de Vienne

Infos
Le Musikverein, résidence de l'Orchestre philharmonique de Vienne L'Orchestre philharmonique de Vienne (en ) est un orchestre symphonique autrichien considéré comme l'un des plus prestigieux au monde. Il est un symbole de la culture et de l'histoire viennoises. Le « son » de l'orchestre est raffiné, soyeux et coloré avec une tendance à la prédominance des sonorités graves, une sonorité unique et facilement discernable. Il est fondé en 1842 et, après des débuts diff
Orchestre philharmonique de Vienne

Le Musikverein, résidence de l'Orchestre philharmonique de Vienne L'Orchestre philharmonique de Vienne (en ) est un orchestre symphonique autrichien considéré comme l'un des plus prestigieux au monde. Il est un symbole de la culture et de l'histoire viennoises. Le « son » de l'orchestre est raffiné, soyeux et coloré avec une tendance à la prédominance des sonorités graves, une sonorité unique et facilement discernable. Il est fondé en 1842 et, après des débuts difficiles, devient l'un des meilleurs orchestres de Vienne. Les chefs les plus illustres vont en perfectionner l'excellence. L'orchestre a compté dans son effectif des membres prestigieux comme Hans Richter, Arthur Nikisch, Franz Schmidt, Willi Boskovsky. Ses membres sont recrutés exclusivement parmi ceux de l'Orchestre de l'Opéra d'État de Vienne. La résidence principale de l'orchestre est le Musikverein, une salle de concert rectangulaire magnifique, aux tons ivoires et dorés et à l'acoustique exceptionnelle. Il se produit chaque été au Festival de Salzbourg. Depuis 1941, l'orchestre donne chaque 1 janvier un concert dédié à la musique de la famille Strauss : le célèbre concert du Nouvel An.

Origine

L'origine de l'orchestre remonte à 1842, lorsque Otto Nicolai forme ce qui s'appelait alors Académie philharmonique. C'était un orchestre totalement indépendant qui prenait ses décisions à partir d'un vote démocratique de tous ses membres : ce sont ces mêmes principes qui régissent l'orchestre encore aujourd'hui. Quand Nicolai quitte Vienne en 1847, l'orchestre est quasiment démantelé et peu actif jusqu'en 1860, quand Carl Eckert prend la direction. Il donne une série de quatre concerts en abonnement et, depuis lors, l'orchestre n'a cessé de jouer. Suivront Otto Dessoff de 1860 à 1875 et Wilhelm Jahn en 1882 et 1883. Le Philharmonique de Vienne va alors attirer nombre de chefs célèbres et acclamés.

Les chefs des concerts d'abonnement (1842-1933)

Le Philharmonique de Vienne n'a pas de chef permanent. Tous les ans, un artiste est choisi pour diriger tous les concerts de la saison au Musikverein de Vienne. Ces chefs sont nommés "Abonnementdirigenten" tout simplement parce que les concerts qu'ils doivent diriger sont inclus dans l'abonnement au Musikverein. Certains de ces engagements sont renouvelés pendant de nombreuses années, d'autres se terminent au bout de peu de temps. De 1875 à 1898 (excepté lors de la saison 1882-1883 où il était en conflit avec le comité orchestral) Hans Richter est chef principal. Sous sa direction l'orchestre va être reconnu, jouer les grands compositeurs contemporains, Wagner, Liszt, Verdi, créér des œuvres importantes comme les Variations sur un thème de Haydn (1873), les 2 et 3 symphonies (1877 - 1883) et Ouverture tragique (1880) de Brahms, les 3 (1877), 4 (1888), 6 (1899) et 8 (1892) symphonies de Bruckner. Gustav Mahler occupe le poste de 1898 à 1901 et c'est avec lui que l'orchestre joue pour la première fois à l'étranger lors de l'Exposition universelle de 1900 à Paris. Les chefs suivants seront Joseph Hellmesberger de 1901 à 1903, Felix Weingartner de 1908 à 1927, Wilhelm Furtwängler de 1927 à 1930, Clemens Krauss de 1929 à 1933. Avec l'Anschluss (1938), les autorités allemandes vont exclure les instrumentistes juifs de l'orchestre : il faudra l'intervention de Wilhelm Furtwängler pour que les demi-juifs puissent continuer à jouer dans l'orchestre. Dans le même temps, le Philharmonique travaille avec d'autres chefs, au Festival de Salzbourg, pour des enregistrements ou des occasions particulières. Avec l'élargissement de ses activités, l'orchestre décide d'abandonner ce système en 1933. Depuis, seuls des chefs invités sont engagés pour chaque concert, tant à Vienne que dans les autres lieux.

Les chefs invités

Depuis 1933 l'orchestre n'a donc plus de chef permanent mais des chefs invités, parmi les plus grands et les plus réputés :
- Bruno Walter de 1933 à 1938 ;
- Karl Böhm de 1954 à 1956 et de 1971 à 1981 ;
- Herbert von Karajan de 1956 à 1964 ;
- Claudio Abbado de 1971 à 1982 ;
- Lorin Maazel de 1982 à 1987. La liste des chefs invités est longue et prestigieuse, de Richard Strauss, Hans Knappertsbusch, John Barbirolli, Josef Krips, Willi Boskovsky, Hermann Scherchen, Georg Solti, Erich Kleiber, James Levine, Leonard Bernstein, Nikolaus Harnoncourt, Pierre Boulez, Carlos Kleiber, Bernard Haitink, Zubin Mehta, Simon Rattle, Mariss Jansons, Valery Gergiev, Seiji Ozawa, Riccardo Muti, Nikolaus Harnoncourt, Georges Prêtre, Charles Mackerras, Daniele Gatti, Christian Thielemann, Ingo Metzmacher, Philippe Jordan, Franz Welser-Möest, Daniel Barenboim, Markus Stenz, Daniel Harding à Paavo Järvi. Parmi les chefs illustres qui l'ont dirigé à d'autres titres, se détachent Arturo Toscanini de 1933 à 1937 et à nouveau Wilhelm Furtwängler, de 1933 à 1945 puis, après la Seconde Guerre mondiale, de 1947 à sa mort en 1954. Les noms de trois de ces chefs sont plus particulièrement associés à la période d'après-guerre : Karajan et Böhm, qui furent nommés chefs honoraires, et Leonard Bernstein, distingué en qualité de membre honoraire de l'orchestre.

Mode de fonctionnement

Ses membres sont recrutés exclusivement parmi ceux de l'Orchestre de l'Opéra d'État de Vienne, ce qui permet non seulement d'assurer la qualité artistique de l'ensemble, mais aussi de garantir l'équilibre financier de la formation — puisque c'est l'Opéra qui prend par exemple en charge les retraites — et d'augmenter les revenus des musiciens concernés, qui se partagent les recettes des concerts et des enregistrements. Le processus d'intégration est très long : les musiciens doivent d'abord prouver leurs capacités en jouant pour l'Opéra et le Ballet durant un minimum de trois ans. Ce n'est qu'ensuite qu'ils peuvent présenter leur candidature auprès du conseil d'administration du Wiener Philharmoniker. L'orchestre a un fonctionnement autogéré qui n'exclut cependant pas une tendance au conservatisme (il n'a accepté des femmes dans ses rangs qu'en 1997) et une tendance à rechigner à s'ouvrir aux instrumentistes étrangers, particulièrement les non-continentaux. Auprès des chefs d'orchestre, il est réputé pour son caractère rétif mais aussi son excellence technique et artistique.

Sonorité et instruments

Le son caractéristique de l'orchestre philharmonique de Vienne peut être attribué d'une part à l'utilisation d'instruments et d'un style de jeu fondamentalement différents de ceux des autres grands orchestres.
- La clarinette a un système de doigté spécial
- Le basson a une anche et un doigté spécial
- La trompette a un système de valves rotatives et une dimension moindre
- Le trombone et le tuba ont un doigté et un système de valves différents
- Les timbales utilisent des peaux de chèvre naturelles au lieu de peaux synthétiques
- Les contrebasses retrouvent le placement traditionnel en ligne derrière les cuivres
- Le hautbois viennois a une perce, une taille, une anche et un système de doigté spéciaux. Il est très différent du "hautbois français" utilisé généralement.Cor viennois
- Le cor viennois est une variante du cor naturel avec plusieurs "tons" (tubes de différentes longueurs) reliés afin de pouvoir jouer l'échelle chromatique. De perce plus fine mais plus longue, il est doté d'un système à palettes qui a l'avantage de produire des attaques plus souples et des notes liées plus coulées. En outre, le cor viennois est fabriqué dans un alliage plus résistant que le cor d'harmonie traditionnel (double cor en fa/si bémol). Ces instruments et leur couleur sonore caractéristique ont fait l'objet d'une vaste étude scientifique menée par le Professeur Gregor Widholm de Institut pour la culture du son viennois à l'Académie de musique et des arts de la scène.

Popularité

Le Philharmonique de Vienne s'est vu conférer le titre de meilleur orchestre européen par les éditorialistes de sept publications musicales, deux stations de radio et un quotidien lors d'une enquête menée en 2006. Entendre le philharmonique de Vienne relève du tour de force. En tournée internationale, le prix des places est au moins le double de celui payé pour entendre un orchestre local. Au Musikverein, tous les concerts sont annoncés complets sur le site de l'orchestre. La liste d'attente pour les concerts d'abonnement en semaine est de six ans et de treize ans pour les abonnements en week-end.

Sexisme et racisme

Bien que l'orchestre soit largement reconnu comme l'un des meilleurs au monde, depuis les années 1990, il fait l'objet de critiques de la part de groupes féministes parce que, jusqu'en 1997, il n'admettait pas de femmes dans ses rangs en qualité de membre à part entière. Seules quelques femmes avaient pu jouer en supplémentaires. En 1997, une première femme, Anna Lelkes, harpiste, devient membre après avoir joué avec l'orchestre hors statut pendant quelques vingt ans. Après le départ à la retraite de M Lelke, une autre harpiste Charlotte Balzereit devient à son tour la seule femme membre de l'orchestre. Aucune femme n'avait non plus jamais dirigé l'orchestre. En janvier 2005, la chef d'orchestre australienne Simone Young devient la première femme de l'histoire à diriger le philharmonique de Vienne. Par ailleurs, historiquement, l'orchestre n'acceptait pas non plus de membres d'ethnies visiblement différentes. Un violoniste demi asiatique n'en devient membre qu'en 2001. Des responsables de l'orchestre font l'objet de critiques pour avoir soutenu que le maintien de son uniformité ethnique, blanche, européenne, était nécessaire pour préserver la haute qualité d'exécution. En 1970, Otto Strasser, ancien président de la Philharmonie de Vienne, écrit dans ses mémoires : « Je tiens pour incorrect qu'aujourd'hui les candidats jouent derrière paravent, un arrangement apporté après la seconde guerre mondiale pour assurer des jugements objectifs. J'ai continuellement combattu cette mesure, en particulier à partir de ma nomination à la fonction de président du Philharmonique, parce que je suis convaincu que l'artiste fait aussi partie de la personne, que l'on doit non seulement entendre mais également voir, afin de juger sa personnalité entière. Une situation grotesque que même mon départ n'a pas été en mesure de faire changer. Après qu'un candidat se fût qualifié comme étant le meilleur, lorsque le paravent fut retiré, se tenait là un Japonais, devant le jury médusé. Il ne fut par conséquent pas engagé, sa physionomie n'étant pas adaptée à la "Pizzicato Polka" du concert du Nouvel An. » La première flûte du Philharmonique de Vienne déclarait lors d'une interview pour une station de radio en 1996 : « Depuis le début nous avons parlé des qualités viennoises particulières, de la manière dont la musique se fait ici. La façon dont nous faisons de la musique ici n'est pas liée seulement à une capacité technique, mais aussi avec quelque chose qui a beaucoup à voir avec l'âme. L'âme ne se sépare pas des racines culturelles que nous avons ici en Europe centrale. Elle n'admet pas non plus d'être séparée du genre. Ainsi, si l'on pense que le monde devrait fonctionner avec des quotas, il est naturel d'être irrité par le fait que nous soyons un groupe de musiciens mâles blancs, qui joue exclusivement de la musique de compositeurs mâles blancs. C'est une irritation d'ordre raciste et sexiste. Je crois que cela peut se poser ainsi. Si l'on établit un égalitarisme superficiel, on perdra quelque chose d'essentiel. Toutefois, je suis convaincu que cela vaut la peine d'accepter cette irritation raciste et sexiste, parce que quelque chose produit par une compréhension superficielle des droits de l'homme ne pourrait avoir les mêmes standards. » En 2003, un membre de l'orchestre déclarait dans une interview pour un magazine : « Trois femmes c'est déjà trop. Lorsque nous en aurons vingt pour cent, l'orchestre sera ruiné. Nous avons fait une grosse erreur, et nous le regretterons amèrement. » En 2007, l'orchestre compte dans ses rangs quatre femmes, soit deux pour cent de l'effectif : une harpiste, une violoniste, une altiste et une violoncelliste. Un conflit subsiste concernant la non titularisation d'une violoniste. Helene Kenyeri et Konstanze Brosch, qui ont intégré le pupitre de hautbois de l'orchestre de l'Opéra d'État de Vienne en janvier 2007, ont de fortes chances d'être admises rapidement aux deux postes vacants ou en passe de l'être de Walter Lehmayer et Günter Lorenz au Philharmonique : si ce n'est elles, il est probable que d'autres femmes le soient dans la mesure où la classe de hautbois du conservatoire ne compte que trois garçons pour dix-sept filles et que le hautbois viennois n'est enseigné nulle part ailleurs.

Discographie sélective

- Mozart, 38e, 39e, 40e , 41e symphonie dirigées par Karl Böhm ;
- Mozart, Les noces de Figaro dirigées par Erich Kleiber ;
- Mozart, Don Giovanni dirigé par Josef Krips ;
- Beethoven, 3e symphonie dirigée par Felix Weingartner'' ;
-Beethoven, 3e symphonie dirigée par Erich Kleiber ;
- Beethoven, 5e symphonie, 7e symphonie dirigée par Carlos Kleiber ;
- Beethoven, 2e symphonie, 5e symphonie, 9e symphonie dirigées par Simon Rattle ;
- Schubert , 8e symphonie dite « inachevée » dirigée par Carl Schuricht ;
- Wagner, La walkyrie, premier acte, dirigé par Bruno Walter
- Brahms, œuvres symphoniques dirigées par Wilhelm Furtwängler ;
- Bruckner, 4e symphonie dirigée par Karl Böhm ;
- Mahler, Le chant de la terre par Kathleen Ferrier, dirigé par Bruno Walter ;
- Johann Strauss, œuvres enregistrées lors du traditionnel Concert du Nouvel An donné depuis 1941, dirigées par Willi Boskovsky, Herbert von Karajan, Zubin Mehta, Claudio Abbado, Carlos Kleiber, Lorin Maazel, Riccardo Muti, Seiji Ozawa, Nikolaus Harnoncourt, ... Les enregistrements de l'Orchestre Philharmonique de Vienne sont innombrables, c'est un des orchestres ayant le plus enregistré au monde.

Notes et références

Sources

dans sa version du 5 juin 2007

Voir aussi

===
Sujets connexes
Anschluss   Anton Bruckner   Arthur Nikisch   Arturo Toscanini   Australie   Autriche   Basson   Bernard Haitink   Bruno Walter   Carl Schuricht   Carlos Kleiber   Charles Mackerras   Chef d'orchestre   Christian Thielemann   Clarinette   Claudio Abbado   Clemens Krauss   Concert du Nouvel An à Vienne   Contrebasse   Cor d'harmonie   Cor naturel   Daniel Harding   Daniele Gatti   Doigtés de la clarinette   Erich Kleiber   Exposition universelle   Felix Weingartner   Festival de Salzbourg   Franz Liszt   Franz Schmidt (musicien)   Franz Schubert   Georg Solti   Georges Prêtre   Giuseppe Verdi   Gustav Mahler   Hans Knappertsbusch   Hans Richter (chef d'orchestre)   Harpiste   Hautbois   Helene Kenyeri   Herbert von Karajan   Hermann Scherchen   Ingo Metzmacher   James Levine   Johann Strauss   Johannes Brahms   John Barbirolli   Josef Krips   Karl Böhm   Kathleen Ferrier   Leonard Bernstein   Lorin Maazel   Ludwig van Beethoven   Mariss Jansons   Markus Stenz   Musikverein (Vienne)   Nikolaus Harnoncourt   Opéra d'État de Vienne   Orchestre symphonique   Otto Nicolai   Paavo Järvi   Paris   Philippe Jordan   Pierre Boulez   Riccardo Muti   Richard Strauss   Richard Wagner   Seconde Guerre mondiale   Seiji Ozawa   Simon Rattle   Timbales (musique classique)   Troisième Reich   Trombone   Trompette   Tuba (musique)   Vienne (Autriche)   Wilhelm Furtwängler   Willi Boskovsky   Wolfgang Amadeus Mozart   Zubin Mehta  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^