Dynamique des populations

Infos
La dynamique des populations s’intéresse au développement numérique de toutes les populations d’êtres vivants, et plus particulièrement de celles des animaux sexués.
Dynamique des populations

La dynamique des populations s’intéresse au développement numérique de toutes les populations d’êtres vivants, et plus particulièrement de celles des animaux sexués.

Démographie

La démographie se réserve l’étude des populations humaines, qui diffèrent des populations animales non pas tant par les valeurs des paramètres biologiques (durée de vie, intervalle entre générations, etc.), que par la conscience qu’en a chaque individu, et qui permet l’interrogation des intéressés. Les individus ont un âge, c’est-à-dire une date de naissance. Ils sont les sujets d’« événements », tels que mariage et procréation, dont le repérage suppose soit une enquête auprès des intéressés (recensement ou sondage), soit des institutions appropriées (état civil). Ce repérage exige que soit connu le nom des individus, qui disparaît ensuite dans le traitement des données. Les relevés des lieux de naissance, de séjour, de décès, supposent également, notamment pour l’étude des migrations, un découpage géographique reconnu. La qualité et le progrès des connaissances démographiques dépendent donc des institutions administratives nécessaires à la collecte des données et à la garantie du secret. L’étude de la précision des effectifs de populations humaines, obtenus par enquête ou par calcul, ou celle de la datation des événements démographiques, en particulier naissances et décès, met ainsi en jeu la psychologie des individus, leur confiance ou leur méfiance envers les enquêteurs et agents recenseurs, leur mémoire sélective des événements familiaux, leur degré d’adhésion aux institutions classificatoires. Un « in-dividu » ne peut par définition être divisé. Le traitement « en continu », avec des décimales d’effectifs, s’oppose au traitement « discret », en nombres entiers. La confrontation des deux approches, nécessaires l’une et l’autre, conduit à mettre le doigt sur l’absolue singularité de l’individu humain. L’imprécision n’est pas une imperfection de la notion de population, c’en est un attribut.

Fluctuation dans le temps des populations naturelles

Populations stables

L'étude de la dynamique des populations s’articule autour de la notion de « population stable » : une population dans laquelle la probabilité de procréer et de mourir ne dépend que de l’âge tend vers une répartition par âge constant, indépendante des conditions initiales, et dite « population stable » (Lotka). Si les régimes de fécondité et de mortalité s’équilibrent, l’effectif est de plus constant. c’est le cas particulier de la « population stationnaire ». Une population est dite stable losqu'elle ne varie pas dans le temps. Il s'agit d'un équilibre dynamique : le taux de natalité est égale à celuis de mortalité. On peux parler de population stable suivant différentes échelles de temps. En effet, la stabilité d'une population est quelque chose de très relatif. Ainsi, la population de coquelicot dans un champs pourra être qualifiée de stable sur trois ou quatre ans, mais à l'échelle d'une année la population varie énormément.

Populations cycliques

Fluctuations saisonnières

Une population enregistre des fluctuations saisonnières lorsque il existe differentes tailles au fil des saisons. C'est le cas des flux migratoires ou lorsque que l'on observe un pic de mortalité après la reproduction.

Fluctuations annuelles

Fluctuations pluriannuelles

C'est le cas des lemmings qui suivent en plus d'une fluctuation annuelle, suivent un variation tous les 4 ans.

Autres types de fluctuations

Il existe aussi des fluctuations apériodiques ou éruptives comme par exemple les invasions.

Les modèles de croissance de populations

Loi de Malthus

Forme discrète : Malthus considère que s'il n'y a pas de pression du milieu (si le milieu n'est pas limitant) la population grandira de façon exponentielle. Par exemple, la population, en s'affranchissant de facteur limitant (guerre, famine, …) observe une croissance qui suit une loi géométrique, illimitée et donc exponentielle. (N(t+1) - Nt) / Nt = R = cste Avec Nt l'effectif de la population étudiée à l'instant t Forme continue : dN/dt = rN donc r = (1/N).(dN/dt) = Cste = taux intrinsèque d'accroissement naturel N(t) = Noert

Croissance avec facteur limitant

Modèle de Verhulst

Régulation des populations

La densité-dépendance

Influence des facteurs dépendant de la densité

Compétition intra-spécifique

La compétition intraspécifique correspond à la recherche par les individus d'une population des ressources du milieu identiques.

Compétition inter-spécifique

La définition et le rôle de la compétition interspécifique ont fait l'objet de nombreux travaux contradictoires, voire polémiques.

Interaction positives entre les espèces

voir les articles : commensalisme, mutualisme, coopération, symbiose, prédation , parasitisme

Voir aussi

-Déclin des populations d'amphibiens

Sources

- Dajoz R. (1974) Dynamique des populations. Masson et Cie, Paris, 301 p. Catégorie:Écologie Catégorie:Démographie de:Populationsdynamik en:Population dynamics es:Dinámica de poblaciones hu:Populációdinamika it:Dinamica delle popolazioni pt:Dinâmica populacional sv:Populationsdynamik uk:Популяційна динаміка
Sujets connexes
Commensalisme   Coopération   Coquelicot   Déclin des populations d'amphibiens   Démographie   Exponentielle   Lemming   Mutualisme (biologie)   Parasitisme   Recensement   Symbiose  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^