Commune de Paris (1792)

Infos
La Commune le 9 Thermidor An II. La Commune de Paris (1789-1795) est le nom donné au gouvernement révolutionnaire de Paris établi après la prise de la Bastille le 14 juillet 1789. Son premier maire fut Jean-Sylvain Bailly et tint ses séances à l'Hôtel de Ville. Devenu commune insurrectionnelle après le 10 août 1792, porte-parole des éléments révolutionnaires du mouvement parisien, elle s'illustra dans les mouvements les plus dramatiques de la Révolution. Par la loi
Commune de Paris (1792)

La Commune le 9 Thermidor An II. La Commune de Paris (1789-1795) est le nom donné au gouvernement révolutionnaire de Paris établi après la prise de la Bastille le 14 juillet 1789. Son premier maire fut Jean-Sylvain Bailly et tint ses séances à l'Hôtel de Ville. Devenu commune insurrectionnelle après le 10 août 1792, porte-parole des éléments révolutionnaires du mouvement parisien, elle s'illustra dans les mouvements les plus dramatiques de la Révolution. Par la loi du 21 mai 1790, le gouvernement révolutionnaire devint un organisme régulier. Le Comité général de la Commune de Paris dont les membres étaient élus par les citoyens des 48 sections de la ville de Paris. Après le remplacement de Jean-Sylvain Bailly par Jérôme Pétion (13 novembre 1791). La Commune eut pour maires successifs Chambon, Jean-Nicolas Pache et Jean-Baptiste Fleuriot-Lescot qui garda sa fonction jusqu'au 9 thermidor an II (27 juillet 1794).

La Commune insurrectionnelle de Paris

Dans la nuit du 9 au 10 août 1792 sous la menace du danger extérieur et la crainte d'une trahison de Louis XVI, une commune insurrectionnelle dirigée par Jérôme Pétion, Pierre Louis Manuel et son substitut Georges Danton prit la place de la Commune légale. Formée par 52 commissaires désignés avec la participation des citoyens, elle défendit les idées des sans-culottes parisiens et devint un des organes principaux du gouvernement imposant son pouvoir en province. La Commune insurrectionnelle de Paris contribua à la création du Tribunal révolutionnaire (17 août 1792), destiné à juger les suspects, resta passive face aux Massacres de septembre 1792, imposa la proscription des Girondins (2 juin 1793), la loi du maximum général (29 septembre 1793), l'institution de la Terreur et participa au mouvement de déchristianisation. Titulaire des pouvoirs de police, elle nomma les policiers de Paris chargés d'incarcérer en masse les suspects. Dominée en 1793 par le Comité de salut public dirigé par Robespierre, Saint-Just, et Couthon. La Commune insurrectionnelle de Paris perdit son influence après l'élimination des Hébertistes (24 mars 1794), la Convention nationale supprima la Commune de Paris et décida de guillotiner 93 de ses membres. Sous la Convention thermidorienne, la Commune de Paris fut remplacée par deux commissaires. La Constitution de l'an III (1795) remplaça la Commune de Paris par douze municipalités distinctes, coordonnées par un bureau central afin d'empêcher une nouvelle dictature populaire.

Voir aussi

-Pierre-François Réal Catégorie:Révolution française Catégorie:Paris pendant la Révolution de 1789 en:Paris Commune (French Revolution) fa:کمون پاریس (۱۷۹۲) lb:Commune vu Paräis (1792)
Sujets connexes
Comité de salut public   Constitution de l'an III   Convention nationale   Convention thermidorienne   Dictature   Georges Couthon   Hébertistes   Jean-Baptiste Fleuriot-Lescot   Jean-Nicolas Pache   Jérôme Pétion de Villeneuve   Loi du maximum général   Maximilien de Robespierre   Municipalité   Nicolas Chambon   Paris   Pierre-François Réal   Pierre Louis Manuel   Prise de la Bastille   Section   Terreur (Révolution française)   Tribunal révolutionnaire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^