Olympia (Manet)

Infos
Olympia utilise comme référence la Vénus d'Urbin du Titien, copiée par Manet en 1856. Cham. Olympia est un célèbre tableau réalisé par Édouard Manet en 1863. Initialement prévue pour le Salon des Refusés de la même année, l'œuvre ne sera finalement dévoilée par le peintre que deux ans plus tard. L'œuvre, qui allait susciter une controverse encore plus féroce que le Déjeuner sur l'herbe, représente une prostituée semblant issue d'
Olympia (Manet)

Olympia utilise comme référence la Vénus d'Urbin du Titien, copiée par Manet en 1856. Cham. Olympia est un célèbre tableau réalisé par Édouard Manet en 1863. Initialement prévue pour le Salon des Refusés de la même année, l'œuvre ne sera finalement dévoilée par le peintre que deux ans plus tard. L'œuvre, qui allait susciter une controverse encore plus féroce que le Déjeuner sur l'herbe, représente une prostituée semblant issue d'un harem à l'orientale et s'apprêtant visiblement à prendre un bain. Le tableau, qui associe et fait ressortir avec puissance le contraste entre la femme blanche et la femme noire, s'inscrit en réalité dans la longue tradition artistique et très académique dite de « l'odalisque à l'esclave » : ainsi des Odalisques d'Ingres, ou encore de Odalisque de Benouville et de celle de Jalabert dans les années 1840. Bien que Manet ait à l'évidence cherché le scandale, l'avalanche de récriminations dont il fut la victime l'accabla assez fortement, et le soutien de son ami Charles Baudelaire l'aida à passer ce cap difficile de sa vie.

Analyse

Olympia, avant tout, se veut une référence audacieuse à la célèbre Vénus d'Urbin du Titien. Manet s'inspire aussi pour cette toile de "la maja denuda" (97x190 cm) de Francisco Goya. Le modéle de la "Vénus d'Urbin" posséde une pose identique à celle de l'olympia mais cette reprise de la posture va être transformée. Effectivement dans le premier cas l'on a une figure chaste et innocente, le chien est un symbole de fidélité et les deux servantes rangent des affaires dans un coffre de mariage. La présence de l'Olympia est troublante avec un regard qui fixe le spectateur. Si la main cache le sexe, elle présente un modelé vigoureux. L'atmosphère générale d'érotisme, surtout, est renforcée par la présence du chat noir à la queue relevée, aux pieds de la jeune fille. L'animal fut ajouté par Manet, non sans humour, afin de remplacer l'innocent chien figurant dans la Vénus d’Urbin, et peut-être également afin de désigner par métaphore ce que la jeune fille cache précisément de sa main. Ce chat traduit une présence vraissemblablement masculine. Cette version est renforcé par la présence du bouquet de fleur apporté par la servante. La seconde œuvre est plus proche des implications sexuelles de l'Olympia. Cependant la femme n'a pas un regard aussi froid que le modéle de Manet. L'on peut ainsi dire que l'amour passion est dans l'olympia remplacé par l'amour vénal. En effet, la toile représente une scène qui évoque la prostitution sous le Second Empire et le sujet va être d'autant plus strident que le traitement va être réaliste. Le caractère désintéressé et hautain de l'Olympia est traduit par le fait que la femme de chambre au second plan se fond avec la couleur du mur. Tandis qu'elle manifeste un intérêt certain à apporter à l'Olympia les fleurs qu'elle vient de recevoir, celle-ci n'y prête aucune attention et continue à poser et à aguicher les spectateurs que nous sommes d'un regard franc et provocant. Contrairement au Déjeuner sur l'herbe, Olympia n'est donc pas tant choquante par son thème que par la manière dont ce thème est traité. Outre qu’elle soit entièrement nue, la modèle (Victorine Meurent) s'affiche avec une insolence et une provocation indéniables. D'autres éléments de la composition ont longtemps perturbé les critiques : c'est le cas du bouquet de fleurs, nature morte s'invitant de manière incongrue dans un tableau de nu, mais aussi du bracelet (qui appartenait à la mère du peintre !) et de l'absence d'une perspective construite. De plus, au le nu n'est concevable que s'il est dans un autre espace temps. Dans cette toile, le modèle est fortement individualisé ce qui s'oppose à la traditionnelle idéalisation des nus. Effectivement, Manet peint ici Victorine avec ses jambes courtes, sa petite poitrine, son menton pointu et son visage carré.Cette individualisation va de pair avec une certaine dureté dans le nu. Ce personnage ne présente aucune sensualité et la tendresse, la pudeur, l'abandon sont écartés au profit d'une représentation non expressive qui s'observe dans le rendu des chairs. Contrairement au Déjeuner sur l'herbe, Olympia n'est donc pas tant choquante par son thème que par la manière dont ce thème est traité et les critiques d'art vont être véritablement choqués par le caractère iconoclaste du tableau qui inaugure la modernité. Ainsi, Paul de Saint Victor parle de "l'olympia faisandé de monsieur Manet"

Références

Voir Histoires de peinture de Daniel Arasse pour le parallèle analytique avec la Vénus d'Urbin du Titien et surtout l'absence de perspective. Catégorie:Tableau de Manet Catégorie:Œuvre conservée au Musée d'Orsay br:Olympia (Manet) de:Olympia (Gemälde) en:Olympia (painting) es:Olympia he:אולימפיה (ציור) it:Olympia (Manet) nl:Olympia (Manet) pl:Olimpia (obraz) ru:Олимпия (картина Мане) scn:Olympia sv:Olympia (målning)
Sujets connexes
Amédée de Noé   Années 1840   Artiste-peintre   Bracelet   Charles Baudelaire   Charles Jalabert   Chat   Chien   Daniel Arasse   Fleur   François-Léon Benouville   Harem   Humour   La Grande Odalisque   Métaphore   Nature morte   Noir   Orient   Peinture   Peinture académique   Perspective (représentation)   Salon des Refusés   Titien   Victorine Meurent   Vénus d'Urbin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^