Ingénieur des ponts et chaussées

Infos
échangeur autoroutier Les ingénieurs des ponts et chaussées (IPC) sont des fonctionnaires formant historiquement le principal corps technique d’encadrement du Ministère des Transports et de l'Equipement et aujourd'hui un des corps technique d'encadrement du Ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables (avec celui des ingénieurs des mines). On comptait, en 2005, 864 ingénieurs des ponts et chaussées en activité dans la fonction publique, sur un total d'envi
Ingénieur des ponts et chaussées

échangeur autoroutier Les ingénieurs des ponts et chaussées (IPC) sont des fonctionnaires formant historiquement le principal corps technique d’encadrement du Ministère des Transports et de l'Equipement et aujourd'hui un des corps technique d'encadrement du Ministère de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables (avec celui des ingénieurs des mines). On comptait, en 2005, 864 ingénieurs des ponts et chaussées en activité dans la fonction publique, sur un total d'environ 1750.

Histoire du corps des IPC

Le corps des ingénieurs des ponts et chaussées a été fondé en 1716, pour assurer la création d'un véritable réseau routier national en France. Le recrutement des ingénieurs est assuré par la fondation en 1747 de l'École des ponts et chaussées (qui ne prend ce nom qu'en 1760). Il est régi par le décret n°2002-523. Au cours du , les missions sont élargies : régularisation des rivières, construction des canaux, travaux portuaires. Le corps devient le principal responsable des travaux publics. Au cours du , le démarrage de l'industrialisation a un fort impact sur les modes de transport : routes, ouvrages hydrauliques et chemins de fer. L'École nationale des ponts et chaussées devient un établissement d'application de l'École polytechnique. Au cours du de nouveaux défis techniques apparaissent : développement de l'automobile (tracés routiers, revêtements), ouvrages d'art en béton armé ou précontraint. Le corps est en charge du domaine de l'urbanisme, au travers du ministère des Travaux publics, puis en 1966 du ministère de l'Équipement : aménagement du territoire, politique autoroutière, grandes infrastructures portuaires, équipements touristiques, etc. Depuis 2001, les missions de maîtrise d'œuvre exercées par les services de l'État sont soumises aux mêmes règles de concurrence que celles des bureaux d'études privés. Par conséquence les collectivités territoriales font désormais beaucoup moins recours aux ingénieurs des services publics dont l'emprise était quelque fois ressentie comme une tutelle.

Les grands noms issus du corps des ingénieurs des ponts et chaussées

Grands scientifiques

A partir de 1794, date de création de l'École polytechnique destinée à l'origine à donner des savants à la France, les meilleurs parmi les élèves issus de cette école intègrent le corps des ingénieurs des ponts et chaussées; ainsi celui-ci peut s'enorgueillir de compter en son sein de prestigieux scientifiques français, depuis le début du siècle avec le physicien Fresnel, les mathématiciens Cauchy, Coriolis et Navier, jusqu'à la fin du siècle avec Henri Becquerel, premier prix Nobel français en 1903. Voici une liste alphabétique des ingénieurs des ponts et chaussées les plus connus : Jean-Charles Alphand, Henri Becquerel, Eugène Belgrand, Fulgence Bienvenüe, Jean-Baptiste Biot, Nicolas Antoine Boulanger, Léon Boyer, Nicolas Brémontier, Albert Caquot, Augustin Cauchy, Coriolis, André Coyne, Jules Dupuit, Augustin Fresnel, Freycinet, Louis Joseph Gay-Lussac, Pierre Simon Girard, Philippe Lebon, Désiré-Jules Lesguillier, Étienne Louis Malus, Pierre Méchain, Henri Navier, Jean-Rodolphe Perronet, Jules Regnault, Jean Résal, Gaspard Marie Riche de Prony, Marie François Sadi Carnot (Président de la république), Bernardin de Saint-Pierre, Paulin Talabot, Louis Vicat.

Autres ingénieurs des ponts et chaussées célèbres

-Guy Laval (X1956), physicien
-Paul Andreu (X1958), architecte
-Édouard Brézin (X1958), physicien
-Jean Salençon (X1959), physicien
-Roger Guesnerie (X1962), titulaire de la chaire Théorie économique et organisation sociale du Collège de France
-Bernard Larrouturou (X1980 major), PDG de l'INRIA et DG du CNRS
-Alain Lipietz (X1966), homme politique écologiste
-Pierre Graff (X1968), président Directeur Général de Aéroports de Paris
-Bruno Mégret (X1969), homme politique d'extrême droite
-Hubert du Mesnil (X1969), président Directeur Général de Réseau ferré de France (RFF)
-Antoine Compagnon (X1970), titulaire de la chaire Littérature française moderne et contemporaine du Collège de France
-Jean-Marie Duthilleul (X1972), architecte
-Jean Tirole (X1973), économiste
-Jacques Veyrat (X1983), PDG de Neuf Cegetel
-Jonathan Gilad (X2001), pianiste

Le corps des IPC aujourd'hui

Recrutement

Les ingénieurs des ponts et chaussées étaient à l'origine recrutés uniquement parmi les anciens élèves de l'École polytechnique, après une formation appliquée à l'École nationale des ponts et chaussées. Aujourd'hui, le corps à un recrutement un peu plus ouvert, ce qui permet à un public plus large que celui des polytechniciens de devenir ingénieur des ponts et chaussées.
- La principale voie d'accès au corps des IPC est toujours l'Ecole polytechnique. Tous les ans, une trentaine de jeunes gens diplômés de l'École polytechnique integrent le corps des ingénieurs des ponts et chaussées, puis partent suivre une formation complémentaire de deux ans dispensées conjointement par l'École nationale des ponts et chaussées, par l'École nationale de l'aviation civile, par l'École nationale de la météorologie et par l'École nationale des sciences géographiques.
- Un concours interne à caractère professionnel, ouvert a plusieurs corps techniques de catégorie A des Ministères des Transports, de l'Equipement, du Tourisme et de la Mer (corps des ingénieur des travaux publics de l'État, des ingénieur des études et de l'exploitation de l'aviation civile, des ingénieur des travaux géographiques et cartographiques de l'État et des ingénieurs des travaux de la météorologie), permet tous les ans à une dizaine de fonctionnaires de devenir ingénieurs des ponts et chaussées.
- Conformément au statut du corps des IPC, un recrutement sur concours externe d'ingénieurs élèves des ponts et chaussées est ouvert depuis quelques années aux élèves de dernière années des écoles normales supérieures (ENS), de l'Institut national agronomique (INA-PG), ainsi que de l'Ecole nationale des ponts et chaussées. En 2006, quatre postes étaient offerts aux élèves en dernière année d'une ENS (Ulm, Lyon ou Cachan), et deux postes aux élèves en dernière année de l'ENPC ou de l'INA-PG.
- Et enfin, il est possible pour une dizaine d'ingénieurs membres des corps des ingénieurs des travaux publics de l'État, des ingénieurs des études et de l'exploitation de l'aviation civile (IEEAC), aux ingénieurs des travaux géographiques et cartographiques de l'État (ITGCE) et aux ingénieurs des travaux de la météorologie (ITM) de devenir ingénieur des ponts et chaussées par liste d'aptitude.

Activités

Le corps des ingénieurs des ponts et chaussées a acquis une nouvelle dimension grâce à la fusion en 2002 avec les corps des ingénieurs de l'aviation civile, de la météorologie, et des géographes. Ses métiers couvrent aujourd'hui une palette très large autour de l’aménagement sous toutes ses formes, qu’elles se rapportent à l’urbanisme, à la construction, aux transports, à l’énergie ou à l’environnement et qu’elles relèvent de la conception, du financement, de la réalisation ou de l’exploitation de projets et d’ouvrages de toutes natures. À ces missions, il faut aussi ajouter celles qui correspondent à la nature « interministérielle » du corps et qui, de façon progressive et significative le conduisent à exercer maintenant dans de nombreux domaines de l'action publique.

Effectifs

Au total, le corps des ponts et chaussées compte près de 1750 ingénieurs des ponts et chaussées (en position normale d'activité, détachement, disponibilité et hors cadre), dans et hors de l'administration. Environ 800 ingénieurs exercent au ministère des transports, de l'équipement, du tourisme et de la mer, 170 dans les services de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), 60 à l'Institut géographique national, 200 à Météo France. Environ 160 ingénieurs des ponts et chaussées exercent dans d’autres ministères ou à l’international (Ecologie et Développement durable, Industrie, Finances, Affaires étrangères, Intérieur, Justice, Défense, etc.). Près de 300 sont détachés dans des entreprises et établissements publics et dans les collectivités territoriales. Enfin, environ 250 anciens ingénieurs démissionnaires et 50 ingénieurs en disponibilité exercent dans le secteur privé. Le corps des ponts et chaussées comporte, dans son organisation actuelle, 3 grades:
- ingénieur des ponts et chaussées (10 échelons) (33, 8% des effectifs en position normale d'activité et détachés en 2005)
- ingénieur en chef des ponts et chaussées (7 échelons) (38, 3% des effectifs en position normale d'activité et détachés en 2005)
- ingénieur général des ponts et chaussées (3 échelons) (27, 9% des effectifs en position normale d'activité et détachés en 2005)

Voir aussi

- Écoles d'ingénieurs
- Direction départementale de l'équipement
- Route nationale de France
- Liste des autoroutes françaises
- Liste des voies rapides de France
- Conseil général des ponts et chaussées ==
Sujets connexes
Administration territoriale   Alain Lipietz   Albert Caquot   André Coyne   Antoine Compagnon   Augustin Fresnel   Augustin Louis Cauchy   Autoroute   Aéroports de Paris   Barrage   Bernard Larrouturou   Bruno Mégret   Béton   Canal (voie navigable)   Charles de Freycinet   Chaussée   Collège de France   Conseil général des ponts et chaussées   Construction   Corps (fonction publique)   Désiré-Jules Lesguillier   Environnement   Eugène Belgrand   France   Fulgence Bienvenüe   Gaspard Marie Riche de Prony   Guy Laval   Henri Becquerel   Henri Navier   Hubert du Mesnil   Infrastructure   Ingénieur   Ingénieur des mines   Ingénieur des travaux publics de l'État   Ingénieur des études et de l'exploitation de l'aviation civile   Institut géographique national (France)   Institut national agronomique   Jacques Veyrat   Jean-Baptiste Biot   Jean-Charles Alphand   Jean-Marie Duthilleul   Jean-Rodolphe Perronet   Jean Résal   Jean Salençon   Jean Tirole   Jonathan Gilad   Jules Dupuit   Jules Regnault   Liste des voies rapides de France   Louis Joseph Gay-Lussac   Louis Vicat   Léon Boyer   Maîtrise d'œuvre   Neuf Cegetel   Nicolas Antoine Boulanger   Nicolas Brémontier   Paul Andreu   Paulin Talabot   Philippe Lebon   Pierre Graff   Pierre Méchain   Port (marine)   Prix Nobel   Président-directeur général   Rivière   Roger Guesnerie   Route nationale   Route nationale de France   Réseau ferré de France   Transport   Travaux publics   Urbanisme   Voirie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^