Biélorussie

Infos
Belarus redirige ici. Pour l’entreprise, voir Belarus (entreprise). La République de Biélorussie (en biélorusse : Беларусьprononcé à peu près Bièlarous avec un l labialisé et un s palatalisé ; en russe : Беларусьprononcé à peu près Bièlarous) est un pays d'Europe orientale, frontalier avec la Pologne, l'Ukraine, la Russie, la Lettonie et la Lituanie.
Biélorussie

Belarus redirige ici. Pour l’entreprise, voir Belarus (entreprise). La République de Biélorussie (en biélorusse : Беларусьprononcé à peu près Bièlarous avec un l labialisé et un s palatalisé ; en russe : Беларусьprononcé à peu près Bièlarous) est un pays d'Europe orientale, frontalier avec la Pologne, l'Ukraine, la Russie, la Lettonie et la Lituanie.

Histoire


- : Premières mentions de la principauté de Polotsk.
- 1067 : Mentions de l'existence de la ville de Minsk.
- 1567 : Frantsisk Skarina publie la Bible en langue biélorusse.
- 1569 : Le traité polono-lituanien de Lublin signe la disparition de la Biélorussie en tant qu’État.
- 1772 : La Pologne est partitionnée, la partie biélorusse est intégrée à l’Empire russe.
- 25 mars 1918 : La Biélorussie est proclamée indépendante pour la première fois.
- 18 mars 1921 : (r)Attachement de la partie occidentale de la Biélorussie à la Pologne par le traité de Rīga.
- 30 décembre 1922 : Création de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) regroupant la Russie, l’Ukraine et le Transcaucase.
- 22 juin 1941 : Les troupes allemandes pénètrent en Biélorussie. La Seconde guerre mondiale cause la disparition de 25 % de la population de la Biélorussie et la destruction de la ville de Minsk à 90 %.
-18 août 1944 : Création de la 30e division SS de grenadiers constitués principalement de volontaires biélorusses.
- 3 juillet 1944 : Libération de Minsk par l’Armée rouge.
- 24 octobre 1945 : La Biélorussie devient membre des Nations unies, ainsi que l'Ukraine. L'URSS dispose ainsi, artificiellement, de trois voix à l'Assemblée générale. C'est une récompense concédée par les Alliés pour son effort de guerre exceptionnel. À la proposition de Staline de doter chaque République socialiste soviétique d'un siège à l'ONU, Franklin Roosevelt proposa d'en faire autant pour chacun des quarante-huit États des États-Unis. On en resta finalement sur ce compromis pour les seules Biélorussie et Ukraine.
- 26 avril 1986 : La Biélorussie est touchée par la catastrophe de Tchernobyl. Le pays (qui ne possède aucune centrale nucléaire) reçoit environ 70 % des retombées radioactives de la centrale Ukrainienne voisine, avec une contamination « en tache de léopard ». Deux millions de Biélorusses dont 500 000 enfants vivent dans les zones contaminées.
- Août 1989 : Le Pape nomme le premier évêque catholique depuis la guerre.
- 27 juillet 1990 : L’indépendance est proclamée.
- 25 août 1991 : La Déclaration d'indépendance est ratifiée. Stanislaw Chouchkievitch est élu chef de l’État.
- 8 décembre 1991 : Accords de Minsk : création de la Communauté des États Indépendants regroupant la Russie et l'Ukraine. Minsk est choisie pour le siège de l'organisation.
- 21 décembre 1991 : La Biélorussie rejoint la Communauté des États indépendants.
-12 mars 1993 : La Biélorussie est pays candidat à l'adhésion au Conseil de l'Europe.
- 26 janvier 1994 : Le Soviet suprême destitue M. Chouchkievitch.
- 23 juin-10 juillet 1994 : Première élection présidentielle du Alexandre Loukachenko; il est élu avec 80 % des voix.
- 2 avril 1996 : Ratification d'un accord de partenariat privilégié avec la Russie.
- 11 au 13 juillet 1996 : Première visite d'Alexandre Loukachenko en France.
- 24 novembre 1996 : Amendement de la constitution de 1994 par référendum. Le pouvoir du président est renforcé et la durée de son mandat est allongée de deux ans.
- 2 avril 1997 : Le traité d’Union russo-biélorusse est signé à Moscou.
- 22 juin 1998 : La « Crise des Résidences » : les ambassadeurs occidentaux sont rappelés (Union européenne et États-Unis) suite aux pressions en vue de les expulser de la zone résidentielle de Drozdy jouxtant la Résidence du président.
- 18 janvier 1999 : Les ambassadeurs européens retournent à Minsk à la suite d'un compromis trouvé sur la question des résidences.
- 16 mai 1999 : L’opposition organise une élection présidentielle non-officielle à la date correspondant à la fin du mandat du président Alexandre Loukachenko selon les termes précédant la modification de la constitution.
- 14 septembre 1999 : Un compromis avec les États-Unis au sujet des résidences permet à l’ambassadeur des États-Unis de reprendre ses fonctions.
- 8 décembre 1999 : L’Union russo-biélorusse est créée par traité entre les présidents Boris Eltsine et Alexandre Loukachenko.
- 19 mars 2006 : Alexandre Loukachenko est réélu à la présidence avec 82, 6% des voix.

« Biélorussie » ou « Bélarus » ?

En français, le nom de ce pays a connu plusieurs variantes : appelé Russie blanche ou Ruthénie blanche dans les atlas du début du , puis Biélorussie pendant toute la période soviétique, le pays indépendant depuis 1991 est parfois nommé Bélarus dans les documents officiels. La dénomination officielle onusienne en français est République de Bélarus (proposée par le gouvernement biélorusse lui-même), adaptation française de la transcription approximative de Беларусь. En revanche, la Commission nationale de toponymie (française), les ministres français des Affaires étrangères et de l'Éducation nationale, l'Académie française, l'Institut géographique national (IGN) et la Commission de toponymie du Québec recommandent l'usage du terme Biélorussie. L'ajout de бела- (à prononcer bièla) à la Русь (Rous', Ruthénie) vient, selon certaines sourcesVirginie Symaniec Parlons biélorussien, livre sur la langue et la culture biélorusse (qu'elle appelle « biélorussienne »). Éd. L'Harmattan, 1997. Dans son ouvrage l'auteur fait le point sur la variété des dénominations et leur origine car une grande confusion règne sur les termes employés en Europe de l'Ouest., de ce qu'il s'agissait de désigner par un nom approprié la partie de la Ruthénie insubordonnée aux Tatars. Il faut donc bien comprendre l'adjectif белая (bièlaïa) comme « franche » et non en tant que « blanche », traduction littérale mais donc inexacte. D'autres auteurs ont proposé d'autres étymologies. La forme Bélarus est cependant exigée dans tous les textes officiels par les autorités biélorusses elle-mêmes depuis le 19 septembre 1991Voir l'annonce sur le site de l'ONU : , quelle que soit la langue, sans tenir compte des particularités grammaticales et orthographiques de chacune d'entre elles, et des autorités compétentes pour la normalisation de chaque langue. Le russe étant une des langues officielles de la Biélorussie, on y trouve le terme Беларусь (bièlarous) dans les documents imprimés en russe en Biélorussie. Le terme Белоруссия (bièloroussiya) est en revanche utilisé dans la plupart des documents en russe imprimés en Russie et ailleurs. Cependant, l'usage populaire en Russie est de désigner oralement la Biélorussie à l'aide du vocable biélorusse traditionnel (Беларусь), le vocable russe (Белоруссия, créé à l'époque soviétique) étant souvent jugé artificiel et administratif.

Politique intérieure

Le gouvernement d'Alexandre Loukachenko

Le président Alexandre Loukachenko a été élu président en 1994 et réélu en 2001 et en 2006. L'élection présidentielle du 19 mars 2006 voit la réélection de Loukachenko mais son déroulement est contesté par le Conseil de l'Europe« Dans un pays où la liberté d’expression et d’association fait l’objet d’une répression si absolue et si agressive, le vote n’est pas un exercice démocratique mais une farce ». au Conseil de l'Europe, Terry Davis. et par l'OSCEVoir . alors qu'au contraire la Communauté des États indépendants qualifie le scrutin de transparent et d'ouvertVoir . La Biélorussie est désignée parfois comme la « dernière dictature d'Europe ». Le 30 mars, l'OTAN décide de réévaluer son partenariat avec la Biélorussie. Le 16 mai, les États-Unis interdisent à Loukachenko et un certain nombre d'officiels biélorusses de visiter les États-Unis . Dans le classement de la liberté de la presse de l'association Reporters sans frontières, la Biélorussie est classée 151 sur 168 pays.

L'opposition politique

Pour les opposants biélorusses la seule question d'actualité est de faire barrage au gouvernement autoritaire d'Alexandre Loukachenko et d'établir une démocratie digne de ce nom. Des nationalistes conservateurs du Front populaire biélorusse au Parti des communistes de Biélorussie, une improbable coalition s'est mise en place et semble fonctionner en bonne intelligence, sans compter les ONG s'opposant au régime Loukachenko. En octobre 2005, le Congrès des forces démocratiques de Biélorussie a élu comme candidat à la présidentielle Aliaksandr Milinkievitch. Le Congrès de forces démocratiques de Biélorussie représente la très grande majorité des partis d'opposition. Les principaux partis sont :
- Le Front populaire biélorusseDirigé par Vintsouk Viatchorka. Il est parfois considéré comme le parti de l'intelligentsia. Il se situe clairement à droite. Ces conservateurs défendent l'idée d'une renaissance nationale de la Biélorussie (il faut savoir que la langue biélorusse est parlée par une minorité de la population, la langue de tous les jours dans les villes importantes est le russe). Ce parti est pro-occidental, pro-polonais et anti-russe, reprochant d'ailleurs vivement à Loukachenko sa politique de rapprochement avec la Russie.
- Parti civique uni de BiélorussieDirigé par Anatol Liabiedzka, d'orientation libérale.
- Le Parti des communistes de Biélorussie, à ne pas confondre avec le Parti communiste de Biélorussie qui lui est pro-Loukachenko.Le Parti communiste s'est scindé sur la question de l'attitude à avoir face au régime en place. Le Parti des Communistes de Biélorussie, qui a gardé une influence certaine, appelle au rétablissement de la constitution démocratique qui a été vidée de sa substance par Loukachenko en 1997 à son profit. Le Parti des Communistes de Biélorussie est bien intégré dans l'opposition malgré les différences idéologiques évidentes qui le sépare des autres partis. C'est lui qui est chargé de la campagne électorale de Milinkiievtich. Le régime tente de bâillonner son journal "Tavarych". Ce parti a un mouvement de jeunesse assez actif.
- Malady Front, « Front de la jeunesse »Proche des nationalistes, ce mouvement politique comme son nom l'indique regroupe des jeunes anti-Loukachenko. Il est assez actif. Conservateur, il milite en faveur de la renaissance nationale biélorusse. Pro-occidental et anti-russe.

Le Mouvement associatif pro-démocratique

Bien que ses liens soient assez évidents avec les partis d'opposition, les associations n'inscrivent pas leur action dans un cadre purement politique.
- Zubr (« Le Bison »)Reprenant le nom de l'animal emblématique de Biélorussie, Zubr est une organisation de jeunesse. Elle revendique environ 2 000 membres. Le but de cette organisation est l'établissement de la démocratie en Biélorussie, l'intégration à l'Union européenne et à l'OTAN. Créée en 2001, cette organisation revendique une certaine filiation avec les Serbes de OTPOR (étudiants serbes très actifs dans la lutte contre le régime de Slobodan Milošević) et des Ukrainiens de PORA (actifs dans la révolution orange). Au départ cette association était surtout estudiantine, beaucoup de ses membres ont par ailleurs été chassés de l'université, depuis elle s'est élargie à l'ensemble de la jeunesse.
- Les Journées de la solidaritéCeci n'est pas à proprement parler une association. À l'initiative d'Iryna Krassouskaïa, veuve d'Anatol Krassouski, un homme d'affaire proche de l'opposition disparu en 1999 et très probablement assassiné, d'Iryna Khalip, journaliste très connue pour son combat contre le régime, et de Mikita Sassim, activiste de Zubr. Depuis octobre 2005, tous les 16 du mois, les Journées de la solidarité appellent à des manifestations silencieuses aux chandelles pour commémorer l'enlèvement de Viktar Hantchar et d'Anatol Krassouski. Plus largement cette action a comme but d'appeler à la solidarité envers tous ceux qui luttent pour la démocratie en Biélorussie.

Politique extérieure

Relations avec l'Union européenne

à faire

Relations avec la Russie

Avec la Russie, la Biélorussie s'est engagée dans un processus d'union de type confédéral qui dépasserait les objectifs d'une simple union douanière et monétaire. La dépendance de Minsk en énergie et en termes de débouchés permet à Moscou de préserver son influence dans cette république slave. Fin 2006, la Biélorussie a ardemment négocié le prix de son gaz, qu'elle payait jusqu'à cette date 47 USD pour 1 000 m³ (contre plus de 250 dollars alors sur le marché européen). Menaçant de couper les robinets à moins d'obtenir le prix demandé, la Russie a obtenu un accord final in extremis le 31 décembre 2006 à un prix de 100 USD pour 1 000 m³. De plus, elle a obtenu une compensation en 50 % de titres dans la société gazière biélorusse Beltransgaz (dont le montant de 5 milliards de USD est estimé surévalué par les experts russes). Outrée par cette augmentation, la Biélorussie a appliqué une taxe sur le transit du petrole russe vers les pays plus à l'Ouest (45 USD/tonne) qu'elle a du enlever quelques jours après sous la pression de la Russie. Cette confrontation des deux alliés traditionnels survient malgré le soutien que la Russie apporte traditionnellement au président Loukachenko, toujours au pouvoir suite à l'élection présidentielle controversée du 19 mars 2006, qui lui a valu les critiques des pays européens. Certains analystes estiment que la Russie veut également marchander d'autres concessions substantielles de la part de la Biélorussie, allant jusqu'à la solution plus radicale de l'annexion de la Biélorussie, sous une forme ou une autre, au sein de la Fédération de Russie. Les autorités russes quant à elles rejettent tout leitmotiv politique de la crise, stipulant n'être régi que par des motivations économiques.

Découpage administratif

La Biélorussie est divisée en six régions voblastsi (singulier voblast) et une municipalité autonome (harady, singulier - horad) Le centre administratif des régions est précisé entre parenthèses.: Brest (Brestskaya), Homyel'skaya (Gomel/Homyel'), Horad Minsk
-, Hrodzyenskaya (Grodno/Hrodna), Mahilyowskaya (Mogilev/Mahilyow), Minskaya (Minsk), Vitsyebskaya (Vitsyebsk/Vitebsk)

Géographie

Carte de Biélorussie. Un paysage naturel biélorusse. La Biélorussie est située au centre de l'Europe, bordée à l'ouest par la Pologne (605 km de frontières), au sud par l'Ukraine (891 km), au nord-ouest par la Lituanie (502 km) et la Lettonie (102 km) et à l'est par la Russie (959 km) — soit 3 098 km de frontières terrestres en tout. La Biélorussie a une superficie de 207 600 km² (à titre de comparaison, un peu moins que le Royaume-Uni). Le territoire biélorusse est un territoire ouvert (sans limites naturelles précises) et dépourvu d'accès à la mer. Il s'agit d'une grande plaine de faible altitude (159 mètres d'altitude en moyenne) dont le point culminant est le mont chauve, appelé par les Soviétiques mont de Dzerjinski (345 mètres). Ce pays plat possède une des plus vastes région marécageuse d'Europe et est couvert de vaste forêts. Il est aussi sillonné par de grands fleuves (la Dvina et le Niémen, qui drainent les cours d'eau du nord et de l'ouest du pays vers la mer Baltique, et le Dniepr ceux de l'est et du sud vers la mer Noire), et de nombreuses rivières. Le territoire est ponctué de plus de dix mille lacs (le plus grand, le lac Naroch, a une superficie de 79, 6 km²) qui lui valent le surnom de « pays aux yeux bleus ». Les terres marécageuses ou humides occupent ainsi presque un tiers du territoire, et les forêts un autre tiers. La Biélorussie connaît un climat continental et humide. La moyenne annuelle des précipitations varie entre 550 et 700 mm. Les températures oscillent entre -4 ⁰C et -8 ⁰C d'ouest en est en janvier, et 17 ⁰C et 19 ⁰C en juillet. On divise le territoire biélorussien en trois grandes régions naturelles :
- le Nord : le climat est rigoureux, les terres pauvres, la densité de la population particulièrement faible ;
- le centre du pays, plus dense et avec des terres plus riches ;
- le Sud (Polésie et région de Gomel) : marécages et forêts dominent, la densité de la population est faible. Outre la capitale Minsk (1 800 000 habitants), les principales villes sont Gomel (500 000), Moguilev (370 000), Vitebsk (350 000), Grodno (310 000), Brest (300 000) et Bobrouïsk (227 000). Au total, près de 15 villes comptent plus de 100 000 habitants.

Économie

Démographie


-Les crises démographiques majeures connues par le pays:
-1563-1566 : épidémie de peste
-1654-1667 : guerre entre la Russie et le Grand-Duché de Lituanie (la moitié de la population disparaît)
-1700-1721 : guerre du Nord contre la Suède (un tiers de la population est tué)
-1914-1917 : Première Guerre mondiale (1, 2 million de morts)
-1941-1945 : Deuxième Guerre mondiale (un quart de la population succombe, 1 million de personnes sont déplacés) FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.
-Population :
- 10 350 194 habitants (2005)
-78 % de Biélorusses, 13 % de Russes, 5 % de Polonais, 2, 3 % d'Ukrainiens.
-0-14 ans : 16 % — — 15-64 ans : 68, 21 % — — plus de 65 ans : 14, 6 %
-Espérance de vie :
- des hommes : 63 ans (2005)
- des femmes : 75 ans (2005)
-Taux de croissance de la population : - 0, 4 % (2004)
-Taux de natalité : 10, 83 ‰ (2005)
-Taux de mortalité : 14, 15 ‰ (2005)
-Taux de mortalité infantile : 13, 37 ‰ (2005)
-Taux de fécondité : 1, 4 enfants par femme (2005)
-Taux de migration : 2, 42 ‰ (2005)

Culture

Chiffres divers

- Lignes de téléphone : 3, 2 millions (en 2004)
- Téléphones portables : 4, 7 millions (en 2006)
- Postes de radio : 3 millions (en 1997)
- Postes de télévision : 2, 52 millions (en 1997)
- Utilisateurs d'Internet : 10 000 (en 2000)
- Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 4 (en 2000)
- Routes : 63 355 km (dont 60 567 km goudronnés) (en 1998)
- Voies ferrées : 5 512 km (en 2005)
- Voies navigables : n.c.
- Nombre d'aéroports : 101 (dont 44 avec des pistes goudronnées) (en 2005)

Notes

Voir aussi

Notes, références et sources

-
- Bruno Drweski, La Biélorussie, éd. Que sais-je ?, 1993.

Bibliographie

- Arkadiusz Tieplakoff, « La Biélorussie, une nation qui se cherche », Etvdes, juillet-août 2006
- Alena Lapatniova, Biélorussie. Les mises en scène du pouvoir, Éditions L'Harmattan, avril 2001
- Jean-Charles Lallemand et Virginie Symaniec, Biélorussie, mécanique d'une dictature, Éditions Les petits matins, mars 2007

Lien interne

- Catastrophe de Tchernobyl

Lien externe

- Catégorie:Histoire de Russie
- am:ቤላሩስ an:Belarrusia ang:Belarus ar:روسيا البيضاء arc:ܒܠܪܘܣ ast:Bielorrusia az:Belorusiya bat-smg:Baltarosėjė be:Беларусь be-x-old:Беларусь bg:Беларус bn:বেলারুশ bpy:বেলারুস br:Belarus bs:Bjelorusija ca:Bielorússia ce:Белороссе ceb:Belarus chr:ᏇᎳᎷᏒ cs:Bělorusko cu:Бѣла Рѹсь cv:Белоруси cy:Belarws da:Hviderusland de:Weißrussland diq:Belarus dv:ބެލާރުސް el:Λευκορωσία en:Belarus eo:Belorusio es:Bielorrusia et:Valgevene eu:Bielorrusia fa:بلاروس fi:Valko-Venäjä fiu-vro:Valgõvinne fo:Hvítarussland frp:Bièlorussie fy:Wyt-Ruslân ga:An Bhealarúis gl:Bielorrusia - Беларусь gv:Yn Bealaroosh he:בלארוס hi:बेलारूस hr:Bjelorusija hsb:Běłoruska ht:Byelorisi hu:Fehéroroszország hy:Բելառուս ia:Bielorussia id:Belarus ilo:Belarus io:Bielorusia is:Hvíta-Rússland it:Bielorussia ja:ベラルーシ jv:Belarus ka:ბელარუსი kk:Беларус kn:ಬೆಲಾರುಸ್ ko:벨라루스 ku:Rûsya Sipî kw:Belarussi ky:Беларусь la:Ruthenia Alba lb:Wäissrussland li:Wit-Rusland ln:Bielorusia lt:Baltarusija lv:Baltkrievija mk:Белорусија mr:बेलारूस ms:Belarus na:Belarus nah:Belaruxitlān nds:Wittrussland nds-nl:Wit-Ruslaand ne:बेलारुस new:बेलारुस nl:Wit-Rusland nn:Kviterussland no:Hviterussland nov:Belarus oc:Bielorussia pam:Belarus pl:Białoruś pms:Bielorussia ps:بېلاروسيه/سپينه روسيه pt:Bielorrússia qu:Bilarus ro:Belarus roa-rup:Arusia albã ru:Белоруссия sa:बेलारूस scn:Bielorussia sco:Belarus se:Vilges-Ruošša sh:Belorusija simple:Belarus sk:Bielorusko sl:Belorusija sq:Bjellorusia sr:Белорусија sv:Vitryssland sw:Belarus ta:பெலாரஸ் tg:Беларус th:ประเทศเบลารุส tk:Belarus tl:Belarus tr:Beyaz Rusya udm:Белоруссия ug:بېلورۇسسىيە uk:Білорусь ur:بیلارس uz:Belarus vec:Biełorusia vi:Belarus vo:Belarusän war:Bielorrusya wo:Belaarus yi:בעלארוסיע zh:白俄罗斯 zh-min-nan:Belarus zh-yue:白俄羅斯
Sujets connexes
Alexandre Loukachenko   Anatol Liabiedzka   Belarus (entreprise)   Bible   Biélorusse   Bobrouïsk   Boris Eltsine   Brest (Biélorussie)   Catastrophe de Tchernobyl   Communauté des États indépendants   Confédération (organisation politique)   Conseil de l'Europe   Dictature   Dniepr   Dvina   Europe   France   Front populaire biélorusse   Gomel   Hrodna   Joseph Staline   Journée internationale   Lac Naroch   Lettonie   Lituanie   Lublin   Malady Front   Mer Baltique   Mer Noire   Minsk   Moguilev   Mont de Dzerjinski   Moscou   My Bielaroussy   Niémen   Organisation des Nations unies   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Organisation du traité de l'Atlantique Nord   Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe   Pape   Parlement   Peste   Pologne   Polésie   Premiers ministres de Biélorussie   Première Guerre mondiale   Pâques   Reporters sans frontières   Rouble biélorusse   Royaume-Uni   Russe   Russie   Russie blanche   Ruthénie   République   Siarhieï Sidorski   Slobodan Milošević   Stanislaw Chouchkievitch   Tatars   Terry Davis   Ukraine   Union des républiques socialistes soviétiques   Vintsouk Viatchorka   Vitebsk   Voblast de Brest   Zubr  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^