Alcoolisme

Infos
A la Mie, tableau de Henri de Toulouse-Lautrec L'alcoolisme est la dépendance à l'alcool (éthanol) contenu dans les boissons alcoolisées. Cette pathologie chronique est caractérisée par la perte de contrôle de la consommation d'alcool, la présence d'une dépendance physique (pharmacodépendance, syndrome de sevrage) et d'une tolérance (nécessité d'augmenter les doses car le corps s'habitue). L'alcoolisme, considéré comme une dépendance, est à l'origine de d
Alcoolisme

A la Mie, tableau de Henri de Toulouse-Lautrec L'alcoolisme est la dépendance à l'alcool (éthanol) contenu dans les boissons alcoolisées. Cette pathologie chronique est caractérisée par la perte de contrôle de la consommation d'alcool, la présence d'une dépendance physique (pharmacodépendance, syndrome de sevrage) et d'une tolérance (nécessité d'augmenter les doses car le corps s'habitue). L'alcoolisme, considéré comme une dépendance, est à l'origine de dommages physiques, psychiques et sociaux. La progression dans le temps est l'une des caractéristiques majeures de cette addiction. L'usage sans dommage précède le mésusage (avec usage nocif et usage à risque) sans dépendance puis enfin la dépendance. L'alcool est une substance psychoactive à l'origine d'une dépendance mais est également une substance toxique induisant des effets néfastes sur la santé. L'abstinence est souvent prônée afin de stopper l'évolution de la dépendance et de revenir à une vie normale. On distingue deux grandes formes d'alcoolisme parmi différents types :
- une consommation continue de boissons peu alcoolisées ; cette forme ne s'accompagne en général pas d'un sentiment de culpabilité, la personne considère qu'elle a une consommation « normale » ;
- une consommation fréquente de boissons très alcoolisées ; cette forme s'accompagne d'un fort sentiment de culpabilité, la personne nie avoir un problème. La seule façon d'enrayer sa progression serait une abstinence totale. Le sevrage peut être effectué lors d'une cure en hôpital (il existe des services spécialisés en alcoologie). Si le sevrage est trop brutal, il peut survenir un delirium tremens, avec hallucinations et tremblements, pouvant conduire au décès. De nombreuses associations peuvent aider le malade alcoolique, abstinent ou non. Ces associations sont souvent des MAB (mouvements d'anciens buveurs).

Terminologie

En langage médical, l'alcoolisme possède plusieurs synonymes moins connus, qui n'ont pas le même caractère péjoratif. On emploie ainsi les expressions oenolisme, éthylisme, exogénose ou intoxication OH. L'alcoologie est la science qui traite des effets de l'alcool sur la santé et des moyens d'y remédier.

Problèmes de santé induits par l'alcool

à court terme

- ivresse aiguë : état d'ébriété, ralentissement des réflexes, état d'euphorie ou, au contraire, de tristesse, mauvaise appréciation des situations, troubles de l'équilibre, vasodilatation, jusqu'au coma éthylique ; cette situation peut amener au décès
- gastrite
- reflux gastro œsophagien
- hépatite aiguë alcoolique
- nausées, vomissements

à moyen et long terme

- système nerveux : neuropathie alcoolique, névrite optique rétro bulbaire, encéphalopathie hépatique, démences alcooliques (Korsakoff, marchiava bignami, Wernicke)
- foie : cirrhose avec insuffisance hépatocellulaire, cancer
- pancréas : pancréatite aiguë ou chronique, insuffisance pancréatique exocrine (mal digestion) et endocrine (diabète)
- système cardiovasculaire : hypertension artérielle, cardiopathie, hypertension portale avec varices gastriques et œsophagiennes, insuffisance veineuse
- cancers des voies aérodigestives supérieures : langue, cavum, lèvres, œsophage, estomac
- Conclusions de Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) : Une femme consommant 50g alcool par jour (5 pintes de bière, 5 verres de vin) augmente son risque de développer un cancer du sein de 50%. Pour 18g/jour (2 verres) son risque se voit augmenté de 7%.

Modifications biologiques liées à l'alcoolisme chronique

- Atteinte hépatique : cytolyse hépatique, macrocytose, augmentation des gamma-GT, insuffisance hépatocellulaire : hypoalbuminémie, baisse des facteurs de la coagulation, thrombopénie.
- atteinte pancréatique : augmentation des enzymes amylase et lipase, insuffisance pancréatique exocrine et endocrine
- hyper triglycéridémie
- carences vitaminiques (groupe B)

Le syndrome de sevrage alcoolique

Il survient 6 à 12 heures après la dernière prise d'alcool et évolue spontanément vers la guérison en une semaine. Dans les formes mineures, on note, de façon plus ou moins associée, des nausées, des céphalées, une agitation, des trémulations, une tachycardie, une hypertension artérielle, des sueurs, une fièvre, des symptômes anxieux et dépressifs, des troubles de la concentration. Dans les formes sévères, il y a des crises convulsives avec ou sans hallucinations. La forme la plus sévère des complications est le delirium tremens qui peut être mortelle en l'absence de traitement. Ces formes sévères peuvent être inaugurées par des troubles visuels, auditifs et sensitifs, favorisés par des stimuli sensoriels (gène de la lumière, du bruit, démangeaisons), des idées délirantes et hallucinatoires. Les éléments qui permettent de détecter les formes sévères, permettant ainsi un repérage dans le but d'une meilleure prise en charge, sont: la consommation prolongée de quantités importantes en alcool, des antécédents de crises convulsives et de délirium trémens, la nécessité de boire rapidement de l'alcool après le réveil afin de soulager les formes débutantes de sevrage. L'administration de benzodiazépine reste le traitement de choix pour prévenir le delirium tremens.

Pharmacologie de prévention de la rechute

- Acamprosate
- Naltrexone
- Disulfirame

Alcool et grossesse

Le principal risque lié à l'alcool durant la grossesse est le syndrome d'alcoolisation fœtale.

Statistiques

L'alcoolisme touche en France 5 millions de personnesJulie Lasterade, « L'alcoolisme sur la table », dans Libération, 07/10/2006, (soit plus de 7 800 personnes pour 100 000 habitants), dont 600 000 femmes ; d'après une étude récente, chaque Français a consommé en moyenne 9, 3 litres d'alcool en 2003. En France, on estime que 20% des accidents du travail sont imputables à l'alcoolCécile Prieur, « Combattre l'alcool au travail », dans et 10% des salariés ont une consommation problématique d'alcoolSynthèse d'études menées auprès de PME-PMI de Bretagne et Midi-Pyrénées par l', publié dans L'Express du 09 mars 2006, article Alcool : 1 salarié sur 10.. Ces statistiques sont particulièrement sujettes à caution : l'évaluation rigoureuse est très difficile en raison d'une dénégation quasi-constante des faits. Il cause environ 750 000 morts par an dans le monde (environ 12 pour 100 000 habitants), dont 45 000 en FranceJulie Lasterade, « L'alcoolisme sur la table », dans Libération, 07/10/2006, (73 pour 100 000 habitants) :
- 23 000 décès directs
- 11 000 cancers des lèvres, de la bouche, du pharynx et du larynx,
- 9 000 cirrhoses,
- 2 500 par alcoolodépendance,
- 22 000 morts indirectes (troubles mentaux, maladies cardiovasculaires, accidents...). Tous les ans, 5 000 à 7 000 bébés naissent en France avec des malformations graves en raison de l'alcoolisation de la mère; dans le Pas-de-Calais, cela représente 1 naissance sur 3 000. En France, on peut considérer que 'alcoolisme' est la troisième cause de mortalité après l'obésité et le tabac, et devant les maladies infectieuses et les accidents de la route. Les risques de cirrhose du foie et d'accident sont bien connus de la majorité des Français, mais il n'en est pas de même des risques de cancers et de maladies cardio-vasculaires. Pour les maladies cardio-vasculaires, les études scientifiques montrent qu'une consommation modérée (un verre par jour) diminue le risque cardio-vasculaire, mais qu'une consommation de plus de trois verres l'augmente rapidement. L'excès d'alcool crée également des carences en vitamines, ce qui diminue la résistance aux maladies. L'association alcool – tabac est un facteur d'aggravation du risque, qui devient alors supérieur à la somme des risques de l'alcool et du tabac pris séparément.

Aspects juridiques

Conseil de l'Europe

Textes

L' article 5 de la Convention européenne des droits de l'homme (dite « convention européenne des droits de l'homme ») dispose : « Toute personne a droit à la liberté et à la sûreté. Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales : s'il s'agit de la détention régulière d'une personne susceptible de propager une maladie contagieuse, d'un aliéné, d'un alcoolique, d'un toxicomane ou d'un vagabond; Toute personne arrêtée doit être informée, dans le plus court délai et dans une langue qu'elle comprend, des raisons de son arrestation et de toute accusation portée contre elle. Toute personne privée de sa liberté par arrestation ou détention a le droit d'introduire un recours devant un tribunal, afin qu'il statue à bref délai sur la légalité de sa détention et ordonne sa libération si la détention est illégale. Toute personne victime d'une arrestation ou d'une détention dans des conditions contraires aux dispositions de cet article a droit à réparation. » Ce texte n'impose pas que la détention d'un alcoolique soit décidé par une autorité judiciaire: en effet, la disposition de cet article selon laquelle « Toute personne arrêtée ou détenue, dans les conditions prévues au paragraphe 1.c du présent article, doit être aussitôt traduite devant un juge ou un autre magistrat habilité par la loi à exercer des fonctions judiciaires et a le droit d'être jugée dans un délai raisonnable, ou libérée pendant la procédure » s'applique uniquement aux personnes « arrêté et détenu en vue d'être conduit devant l'autorité judiciaire compétente, lorsqu'il y a des raisons plausibles de soupçonner qu' commis une infraction ou qu'il y a des motifs raisonnables de croire à la nécessité de l empêcher de commettre une infraction ou de s'enfuir après l'accomplissement de celle-ci ».

Jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme

-, 4 avril 2000 : « les personnes dont la conduite et le comportement sous l'influence de l'alcool constituent une menace pour l'ordre public ou pour elles-mêmes, même si aucun diagnostic d'« alcoolisme » n'a été posé les concernant, peuvent être détenues à des fins de protection du public ou dans leur propre intérêt, par exemple leur santé ou leur sécurité personnelle.62. Il ne faut pas en déduire que l'article 5 § 1 e) de la Convention peut être interprété comme autorisant la détention d'un individu simplement parce qu'il consomme de l'alcool. Toutefois, pour la Cour, dans le texte de l'article 5, rien n'indique que cette disposition interdit à un État de prendre cette mesure à l'égard d'un individu qui abuse d'alcool afin de restreindre les effets néfastes de sa consommation pour lui-même et pour la société, ou pour empêcher un comportement dangereux après l'ingestion d'alcool. »

L'alcoolisme dans les arts

En littérature

- L'Assommoir, Émile Zola
- Un singe en hiver, Antoine Blondin
- La taverne de la dernière chance, Jack London
- Avec les alcooliques anonymes, Joseph Kessel
- Le Poison, poème faisant partie des Fleurs du mal de Charles Baudelaire
- Le dernier pour la route, Chronique d’un divorce avec l’alcool, Hervé Chabalier
- Au-dessous du volcan, Malcolm Lowry
- Les œuvres de Charles Bukowski en général

Au cinéma

- Le Poison, de Billy Wilder, 1945 ;
- Le Jour du vin et des roses, de Blake Edwards, 1962 ;
- Leaving Las Vegas, de Mike Figgis, 1995 ;
- Le Cercle rouge, de Jean-Pierre Melville, 1970 (avec Alain Delon, Bourvil et Yves Montand) ;
- 20h17 rue Darling, de Bernard Émond ;
- My Name Is Bill W., de Daniel Petrie ;
- Barfly, de Barbet Schroeder, 1987;
- Pour l'amour d'une femme, de Luis Mandoki, 1994 (avec Meg Ryan et Andy Garcia) ;
- Un monde meilleur, de Mimi Leder, 2000 (avec Kevin Spacey et Helen Hunt) ;
- Le Petit Lieutenant, de Xavier Beauvois, 2005 (avec Nathalie Baye, Jalil Lespert, Roschdy Zem).

Voir aussi

- Alcooliques Anonymes
- Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie
- Fédération des acteurs de l'alcoologie et de l'addictologie F3A
- Loi Evin
- Prévention
- Syndrome d'alcoolisation fœtale
- Dépendance
- Addiction
- Toxicomanie
- Cirrhose
- Binge drinking ===
Sujets connexes
Abstinence   Addiction   Alain Delon   Alain de Mijolla   Alcool (chimie)   Alcooliques Anonymes   Alcoologie   Antoine Blondin   Association à but non lucratif   Au-dessous du volcan   Barbet Schroeder   Barfly   Benzodiazépine   Bernard Émond   Billy Wilder   Binge drinking   Blake Edwards   Boisson alcoolisée   Bouche   Bourvil   Cancer   Charles Baudelaire   Charles Bukowski   Cigarette   Cirrhose   Coma   Conseil de l'Europe   Convention européenne des droits de l'homme   Cour européenne des droits de l'homme   Céphalée   Daniel Petrie   Delirium tremens   Disulfirame   Droit   Encéphalopathie de Wernicke   Estomac   Foie   France   Hallucination   Helen Hunt   Hervé Chabalier   Jack London   Jalil Lespert   Jean-Pierre Melville   Joseph Kessel   Jurisprudence   Kevin Spacey   L'Assommoir   Langue   Larynx   Le Cercle rouge   Le Jour du vin et des roses   Le Petit Lieutenant   Le Poison   Leaving Las Vegas   Les Fleurs du mal   Libération (journal)   Luis Mandoki   Lèvre   Maladie   Maladie infectieuse   Malcolm Lowry   Meg Ryan   Mike Figgis   Mimi Leder   Nathalie Baye   Obésité   Organisation mondiale de la santé   Pancréas   Pas-de-Calais   Pharynx   Pour l'amour d'une femme   Prévention   Psychanalyse   Roschdy Zem   Salem Shentoub   Sevrage (toxicologie)   Statistiques   Symptôme   Syndrome   Syndrome d'alcoolisation fœtale   Syndrome de Korsakoff   Système nerveux   Tachycardie   Toxicomanie   Tribunal   Un monde meilleur   Xavier Beauvois   Yves Montand  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^