Théâtre italien de Paris

Infos
Il y a eu à plusieurs reprises un Théâtre-Italien à Paris. Suivant les époques, le Théâtre-Italien de Paris produisait des pièces sans musique ou des opéras. On distingue ainsi la Comédie-Italienne ancienne, le Théâtre-Lyrique italien (lui-même sous des noms différents), et la Comédie-Italienne moderne.
Théâtre italien de Paris

Il y a eu à plusieurs reprises un Théâtre-Italien à Paris. Suivant les époques, le Théâtre-Italien de Paris produisait des pièces sans musique ou des opéras. On distingue ainsi la Comédie-Italienne ancienne, le Théâtre-Lyrique italien (lui-même sous des noms différents), et la Comédie-Italienne moderne.

Origines : l'ancienne Comédie-Italienne

Départ des comédiens italiens en 1697, gravure de L. Jacob d'après Watteau. La Comédie-Italienne historique était, aux , sous la protection du roi, et présentait au public francophone des spectacles avec des comédiens professionnels italiens. Jouant d'abord des pièces de commedia dell'arte dans leur langue maternelle, les comédiens italiens travaillèrent ensuite avec les plus grands dramaturges français de l'époque (de Molière à Marivaux en passant par Dufresny, Regnard, Houdar de La Motte, Nolant de Fatouville, Brugière de Barente, Évariste Gherardi, Jacques Losme de Monchesnay, Palaprat, Eustache Le Noble, Louis Biancolelli, Mongin ou Boisfranc). La Comédie-Italienne fut installée parfois au théâtre du Petit-Bourbon ou à l'Hôtel de Bourgogne, jusqu'en 1697. Les comédiens venaient d'annoncer les représentations prochaines de La Fausse prude, une pièce qui visait directement Madame de Maintenon. Il n'en fallut pas plus pour que Louis XIV chasse les comédiens impudents, qui durent fermer leur théâtre le 4 mai. Dès lors, la troupe se dispersa aux quatre vents et gagna la province. Les comédiens italiens revinrent à Paris en 1716, puis fusionnèrent avec l'Opéra-Comique en 1762. Ce théâtre prit alors également le nom de Comédie-Italienne jusqu'en 1780.

Troupes de la Comédie-Italienne

-
- : 1752 - 1754 - 1755 -

Le Théâtre-Lyrique italien ou Opéra-Italien

Watteau Les premiers opéras représentés à Paris étaient italiens ; cependant, l'opéra italien a été rapidement abandonné au profit d'un opéra français, comme en témoigne la création de l'Académie royale de musique. Toutefois, au cours du , des troupes lyriques italiennes sont venues jouer à Paris. En particulier, en 1752, les représentations de La Serva padrona ont donné lieu à la Querelle des Bouffons. En 1787, une troupe italienne chantante ayant connu un grand succès, l'idée est venue d'établir un théâtre permanent qui jouerait l'opéra-bouffe. Cette initiative s'est concrétisée en janvier 1789 avec l'ouverture d'un théâtre, qui s'est placé aussitôt sous la protection du comte de Provence, frère du roi, d'où son nom de Théâtre de Monsieur. Les représentations ont eu lieu d'abord au théâtre des Tuileries, avant de s'installer au Théâtre Feydeau. Cependant, en 1792, ce théâtre a fermé avec le départ de la troupe. Le Théâtre-Italien de Paris a été reconstitué en 1801, cette fois pour jouer aussi bien l'opera seria que l'opera buffa. Une nouvelle troupe s'est donc installée à la salle Favart puis à la salle Louvois. En 1808, les chanteurs italiens se sont installés au Théâtre de l'Odéon, alors appelé « Théâtre de l'Impératrice ». Ils y sont restés jusqu'en 1815. Au moment de la Restauration, Louis XVIII a voulu confier l'établissement à la cantatrice Angelica Catalani. Tout était presque prêt pour ce transfert, au moment du retour de Napoléon pour les Cent-Jours. Les Italiens sont donc restés un peu plus longtemps au théâtre de l'Impératrice, mais au début de la Seconde Restauration, le projet initialement prévu a été remis sur pied. C'est ainsi que Mme Catalani a repris la troupe à partir d'octobre 1815. De 1815 à 1818 le Théâtre royal italien a retrouvé son indépendance. Cependant, Mme Catalani s'est rapidement lancée dans une tournée à travers l'Europe, laissant la gestion du théâtre à Ferdinando Paër. En 1818, le privilège de Mme Catalani a été révoqué et le théâtre fermé. Il a alors été décidé de confier l'administration du Théâtre royal italien à l'Académie royale de musique, mais en maintenant l'autonomie de chacun des établissements. Ce système n'a duré que jusqu'en 1827, date à laquelle le Théâtre a recouvré son indépendance, confié à un directeur entrepreneur. En 1828 et 1830, le Théâtre-Italien a été associé à un théâtre anglais, qui a fait notamment connaître les pièces de Shakespeare. Le Théâtre-Italien présentait des œuvres de Paër, Mozart et Cimarosa, mais il a surtout accueilli les grands opéras de Rossini, venu à Paris en 1823. Ensuite, le Théâtre-Italien a encore monté les succès de Meyerbeer et de Verdi, mais le décret de 1864, en rétablissant la liberté des théâtres, a causé la perte du Théâtre lyrique italien, contraint de fermer en 1878. Cette fermeture n'a pas empêché la représentation d'opéras italiens, tantôt au Théâtre de la Gaîté, au Théâtre du Châtelet et, surtout, à l'Opéra national de Paris.

La Comédie-Italienne moderne

La Comédie-Italienne actuelle est située rue de la Gaîté, elle a été fondée en 1980 par le metteur en scène Attilio Maggiulli (après la fermeture de son Teatrino Italiano de l'avenue du Maine). La Comédie Italienne reste le seul théâtre italien de France et programme exclusivement des pièces d’auteurs italiens jouées en français, classiques et contemporains (de Goldoni à Iago Migatti Lulli).

Bibliographie

- Antoine d'Origny, Annales du Théâtre italien, Paris, Veuve Duchesne, 1788, 3 vol. Réimpression Genève, Slatkine, 1970.
- Castil-Blaze, L'Opéra italien de 1645 à 1855, Paris, Castil-Blaze, 1856.
- Émile Campardon, Les Comédiens du roi de la troupe italienne, Paris, Berger-Levrault, 1880, 2 vol.
- Albert Soubiès, Le Théâtre italien de 1801 à 1913, Paris, Fischbacher, 1913.
- Micheline Boudet, La Comédie Italienne, Marivaux et Silvia, Paris, Albin Michel, 2001.
- Alessandro di Profio, L'Opéra italien au théâtre de Monsieur, 1789-1792, Paris, Éditions du CNRS, 2003. ==
Sujets connexes
Alessandro di Profio   Angelica Catalani   Anne Mauduit de Fatouville   Antoine Houdar de La Motte   Antoine Watteau   Cantatrice   Castil-Blaze   Cent-Jours   Charles Dufresny   Commedia dell'arte   Domenico Cimarosa   Europe   Ferdinando Paër   Giacomo Meyerbeer   Gioacchino Rossini   Giuseppe Verdi   Hôtel de Bourgogne   Jean-François Regnard   Jean de Palaprat   Louis XVIII de France   Madame de Maintenon   Molière   Opera seria   Opéra-bouffe   Opéra (musique)   Opéra national de Paris   Paris   Pièce de théâtre   Querelle des Bouffons   Restauration française   Seconde Restauration   Théâtre de l'Odéon   Théâtre de la Gaîté   Théâtre du Châtelet   Théâtre national de l'Opéra-Comique   Troupe de la Comédie-Italienne en 1752   Tuileries   William Shakespeare   Wolfgang Amadeus Mozart  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^