Philippe IV de France

Infos
Philippe IV de France, dit Philippe le Bel, (1268-29 novembre 1314), est roi de France de 1285 à 1314, onzième roi de la dynastie des Capétiens directs.
Philippe IV de France

Philippe IV de France, dit Philippe le Bel, (1268-29 novembre 1314), est roi de France de 1285 à 1314, onzième roi de la dynastie des Capétiens directs.

Biographie

Enfance

Né en 1268 à Fontainebleau, il est le fils du roi Philippe III de France (Philippe le Hardi) (1245-1285) et de sa première épouse Isabelle d'Aragon (1247-1271).

Personnalité

Il a comme précepteur Guillaume d'Ercuis, ancien jeune aumônier de son père. Surnommé par ses ennemis tout comme par ses admirateurs le " roi de marbre " ou " le Roi de Fer ", il se démarque par sa personnalité rigide et sévère. L'un de ses plus farouches opposants, l'évêque de Pamiers Bernard Saisset, dit d'ailleurs de lui : « Ce n'est ni un homme ni une bête. C'est une statue ». Philippe le Bel fut un roi qui souleva au cours de son règne beaucoup de polémiques, le pape Boniface VIII le traitant par exemple de « faux monnayeur ».

Mariage et descendance

Le 14 août 1284, Philippe épouse à l'âge de 16 ans Jeanne I de Navarre, (reine de Navarre de 1274 à 1305) ce qui lui confère le titre de roi de Navarre (Philippe I) de 1284 à 1305. De cette union naissent sept enfants :
- Louis X de France (1289-1316), roi de Navarre et roi de France de 1314 à 1316.
- Marguerite de France (1290-1294) (promise en 1294 à Ferdinand IV de Castille)
- Philippe V de France (v. 1291-1322), roi de France de 1316 à 1322.
- Isabelle (1292-1358), reine d'Angleterre en épousant Édouard II d'Angleterre (1284-1327)
- Blanche de France (v. 1293-peu après 1294)
- Charles IV de France - (1294-1328), roi de France de 1322 à 1328.
- Robert de France (v. 1296-1308)

Assainissement des finances du Royaume

Pièce d'or de Philippe le Bel, Cabinet des Médailles (Louvre). Pour assainir les finances du royaume, acheter le Quercy aux Anglais contre une rente de 3 000 livres, il s'attaque à ceux qui ont de l'argent, y compris les religieux dont l'Église catholique, les Lombards, les juifs et les Templiers. Pour obtenir le passage de l'armée française afin d'évacuer la Guyenne, Philippe donne sa sœur, Marguerite de France en mariage au roi Édouard I d'Angleterre, et promet sa propre fille, Isabelle de France, au fils issu de la précédente union, (le futur roi Édouard II d'Angleterre).

Conflit de pouvoir avec le Pape

Le règne de Philippe le Bel est marqué par ses différends avec le pape Boniface VIII, dont la décrétale Clericis laicos du 24 février 1296 est le point de départ. Boniface VIII, qui a alors d'autres préoccupations (conflits avec les Aragonais de Sicile et les Colonna) se trouve dans l'embarras, et, en dépit de son caractère hautain, cède bientôt. Les bulles Romana mater (février 1297) et Etsi de statu (juillet 1297) donnent au roi gain de cause. Ce dernier document contient une renonciation formelle aux prétentions émises pour la défense des biens ecclésiastiques contre l'arbitraire des rois dans la décrétale Clericis laicos. Cependant, en 1300, par la bulle Unam Sanctam, Boniface VIII déclare la supériorité du pouvoir spirituel sur le pouvoir temporel, et par ce biais la supériorité du pape sur les rois, ces derniers étant responsables devant le chef de l'Église. En fait, il tente d'instaurer une théocratie occidentale. Philippe le Bel réunit un concile des évêques de France pour condamner le pape et réunit également des assemblées de nobles et de bourgeois à Paris (précurseurs des Etats Généraux qui apparaissent pour la première fois sous son règne). Le roi cherche l'appui de tous ses sujets, afin de légitimer la lutte qu'il mène contre le pape. Ce dernier menace de l'excommunier et de jeter l'interdit sur le royaume de France. Les légistes falsifient la bulle pour la rendre injurieuse au pouvoir civil et à la France. Fort du soutien de la population et des ecclésiastiques, le roi envoie alors son conseiller (et futur Garde des Sceaux) le chevalier Guillaume de Nogaret avec une petite escorte armée vers l'Italie, dans le but d'arrêter le pape et de le faire juger par un concile. Nogaret est bientôt rejoint par un ennemi personnel de Boniface VIII, Sciarra Colonna, membre de la noblesse romaine, qui lui indique que le pape s'est réfugié à Anagni en Italie. Nogaret et Colonna arrivent à Anagni et trouvent le pape seul dans la grande salle du palais épiscopal, abandonné par ses partisans. Le vieil homme de 68 ans est assis sur un haut siège, en habit de cérémonie, et ne réagit pas à l'irruption de la troupe armée. En voyant Guillaume de Nogaret et Sciarra Colonna approcher, il incline légèrement la tête et déclare :" Voici ma tête, voici ma tiare : je mourrai, certes, mais je mourrai Pape ". Guillaume de Nogaret recule, impressionné, tandis que Sciarra Colonna, dans sa haine de Boniface VIII, s'avance insolemment et lui donne une gifle avec son gantelet de fer. Cet énorme scandale éclabousse Philippe le Bel, bien qu'il n'en soit pas directement responsable, mais ceux qui ne le savaient pas encore, comprennent qu'il vaut mieux ne pas s'opposer au roi de France. Celui-ci trouve d'ailleurs en la personne du nouveau pape Clément V, successeur de Boniface, une personnalité beaucoup plus malléable qu'il tient sous son pouvoir. Clément V d'origine française, est installé par Philippe le Bel à Avignon dans le sud de la France et sera d'une aide précieuse pour anéantir l'Ordre du Temple.

Anéantissement de l'ordre du Temple

Le vendredi 13 octobre 1307, les Templiers sont mis en prison puis torturés pour leur faire admettre l'hérésie dans leur ordre. Le maître de l'Ordre, Jacques de Molay périt sur le bûcher, à Paris en 1314. C'est lors de son exécution, alors que Jacques de Molay brûle, qu'il aurait proféré sa célèbre malédiction, exploitée par l'écrivain français Maurice Druon dans son roman historique en sept tomes les Rois maudits : En réalité, selon Geoffroy de Paris, chroniqueur de l'époque, la malédiction est : Une succession de malheurs touche ensuite la famille royale capétienne, dont la plus célèbre reste l'affaire des deux brus adultères du roi (affaire de la tour de Nesle). Marguerite de Bourgogne, capétienne, fille du duc Robert II de Bourgogne (1248-1306) et d'Agnès de France (1260-1325), Jeanne de Bourgogne et Blanche de Bourgogne, toutes deux filles du comte Othon IV de Bourgogne et de la comtesse Mahaut d'Artois, épousent respectivement les rois Louis X de France, Philippe V de France et Charles IV de France, les trois fils de Philippe le Bel.

Scandale de succession

Enluminure : Hommage d'Édouard I d'Angleterre à Philippe le Bel, in Grandes Chroniques de France En avril 1314, année même de la mort de Philippe le Bel, un grand scandale éclate : Marguerite de Bourgogne, épouse de Louis X de France déjà roi de Navarre (par sa mère, Jeanne Ire de Navarre) et Blanche de Bourgogne, femme de Charles (futur Charles IV le Bel), sont dénoncées par Isabelle de France (fille de Philippe le Bel et reine d'Angleterre) dans l'affaire de la tour de Nesle. Elles auraient trompé leurs maris sans honte avec deux frères : Philippe et Gauthier d'Aunay, tous deux chevaliers de l'hôtel royal. Les deux amants sont jugés et condamnés pour crime de lèse majesté, ils sont exécutés sur le champ en place publique à Pontoise : dépecés vivants, leur sexe tranché et jeté aux chiens, ils sont finalement décapités, leurs corps traînés puis pendus par les aisselles au gibet. Une telle cruauté s'explique par l'affront fait à la famille royale, mais aussi pour atteinte aux institutions du royaume : cet acte met en péril la dynastie capétienne et le royaume de France. Les implications politiques sont si graves que le châtiment se doit d'être exemplaire. Marguerite de Bourgogne est condamnée à être tondue et est conduite dans un chariot couvert de draps noirs à Château-Gaillard. Occupant une cellule ouverte à tous vents au sommet du donjon, elle y meurt en 1315 (certains disent qu'elle fut étranglée, ses conditions d'incarcération ne mettent pas en doute une mort d'usure). Blanche de Bourgogne est aussi tondue mais bénéficie d'un « traitement de faveur » : elle est emprisonnée sous terre pendant sept ans, puis obtient l'autorisation de prendre l'habit de religieuse. Femme du cadet, et non pas du futur roi de France (du moins c'est ce que l'on croit, puisque son époux deviendra le roi Charles IV le Bel en 1322), Blanche a donc un traitement moins cruel que sa cousine. Elle devient reine de France en prison le 21 février jusqu'à ce que son mariage soit annulé le 19 mai par le pape Jean XXII. Quant à la troisième, comtesse Jeanne de Bourgogne et d'Artois, femme du futur Philippe V de France, elle est enfermée à Dourdan pour avoir gardé ce secret. Soutenue par sa mère Mahaut d'Artois, elle se réconcilie avec son mari le roi Philippe le Long et devient reine de France en 1317.

Décès

Philippe le Bel meurt des suites d'un accident de chasse le 29 novembre 1314 à Fontainebleau, écorné par un sanglier. Il est inhumé dans la basilique de Saint-Denis. Sa sépulture, comme celles des autres princes et dignitaires reposant en ce lieu, est profanée par les révolutionnaires en 1793.

Postérité

La nature même du pouvoir de ce grand souverain reste une énigme : fut-il le jouet de ses ministres ou le premier " Roi absolu " ? La plupart des analyses tendent vers la seconde proposition, au vu de sa politique au long terme, qui témoigne d'une volonté unique et cohérente (alors qu'il changea souvent de conseillers), et de son caractère intransigeant. Grâce à l'aide de juristes, il va véritablement transformer un État encore féodal en une monarchie moderne où la volonté du roi s'impose à tous et un impôt national est prélevé sur tout le royaume français. Il va également agrandir le territoire du royaume, notamment avec l'annexion de Lille après la signature du traité d'Athis-sur-Orge. Ses contemporains le jugent comme étant d'une rare beauté, et son physique tout entier (d'après une chronique médiévale).

Voir aussi

===
Sujets connexes
Absolutisme   Affaire de la tour de Nesle   Agnès de France (1260-1325)   Anagni   Angleterre   Arbitraire   Aumônier   Avignon   Bernard Saisset   Blanche de Bourgogne (v. 1296-1326)   Boniface VIII   Bûcher   Capétiens   Catholicisme   Charles IV de France   Chasse   Chevalerie   Chronique   Chronique médiévale   Château-Gaillard (Eure)   Châtiment   Claude Barma   Clément V   Colonna   Communauté autonome d'Aragon   Concile   Donjon   Dourdan   Dynastie   Décrétale   Enluminure   Excommunication   Faux-monnayage   Ferdinand IV de Castille   Finance   Fontainebleau   France   Français   Gantelet   Garde des Sceaux   Gauthier d'Aunay   Georges Marchal (acteur)   Gifle   Grandes Chroniques de France   Guillaume d'Ercuis   Guillaume de Nogaret   Guyenne   Hérésie   Impôt   Interdit (droit canonique)   Isabelle d'Aragon (1247-1271)   Isabelle de France (1292-1358)   Italie   Jacques de Molay   Jean Favier   Jean XXII   Jeanne Ire de Navarre   Josée Dayan   Les Rois maudits   Les Rois maudits (feuilleton télévisé, 1972)   Les Rois maudits (feuilleton télévisé, 2005)   Lille   Liste des monarques de France   Liste des rois de Navarre   Liste des évêques de Pamiers   Loi   Lombardie   Louis X de France   Louvre   Mahaut d'Artois   Malédiction   Marguerite de Bourgogne (1290-1315)   Marguerite de France (1275-1318)   Maurice Druon   Ministre   Monarchie   Noblesse   Occident   Ordre du Temple   Othon IV de Bourgogne   Pape   Paris   Personnalité   Philippe III de France   Philippe V de France   Philippe d’Aunay   Politique   Pontoise   Prison   Quercy   Raison   Robert II de Bourgogne   Roi   Roman historique   Rome   Royaume de France   Révolution française   Sanglier   Scandale   Sciarra Colonna   Sicile   Tchéky Karyo   Théocratie   Tiare   Torture   Traité d'Athis-sur-Orge  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^