Palestine mandataire

Infos
La Palestine mandataire désigne le statut politique établi par la Société des Nations en Palestine de 1922 à 1947. L'administration de la Palestine est confiée au Royaume-Uni, lequel, conformément à la déclaration Balfour, prend la charge d'y constituer un « foyer national juif ».
Palestine mandataire

La Palestine mandataire désigne le statut politique établi par la Société des Nations en Palestine de 1922 à 1947. L'administration de la Palestine est confiée au Royaume-Uni, lequel, conformément à la déclaration Balfour, prend la charge d'y constituer un « foyer national juif ».

Origine

Le mouvement sioniste souhaitait depuis la fin du XIXe siècle fonder un foyer national juif avec l'aide d'une grande puissance. En 1917, en réponse aux sollicitations de certains dirigeants sionistes, comme Haïm Weizmann, le gouvernement britannique rend publique la déclaration Balfour, laquelle promet un tel foyer national en Palestine.

La mise en place du mandat

Restait à faire officialiser cette promesse, puis à la mettre en œuvre. En février 1919, les représentants sionistes à la conférence de la paix de Paris demandent donc l'octroi d'un mandat sur la Palestine au Royaume-Uni, dont ils apparaissent comme les alliés privilégiés. Les puissances alliées se rangent à ce choix lors de la conférence de San Remo, en avril 1920. Le mandat britannique est officialisé par la Société des Nations (SDN) en juillet 1922. Le mandat indique que le Royaume-Uni doit « placer le pays dans des conditions politiques, administratives et économiques qui permettront l'établissement d'un foyer national juif et le développement d'institutions d'auto-gouvernement ». Elle doit également « faciliter l'immigration juive et encourager l'installation compacte des Juifs sur les terres ». Le mandat précise de façon beaucoup plus vague que le mandataire doit veiller à la préservation des droits civils et religieux de la population arabe (on ne parle pas de « droits politiques »). Cette différence de traitement sera fortement critiquée par les leaders arabes palestiniens, que ce soit par les radicaux regroupés autour du mufti Haj Amin al Husseini, ou par les modérés regroupés autour de la famille Nashashibi.

La définition des frontières

le foyer national juif dans ses premières frontières (1920) Après la conférence de San Remo, la Palestine mandataire regroupe les territoires actuels d'Israël, des territoires palestiniens et de la Jordanie. Dès septembre 1922, les Britanniques fondent le Royaume Hachémite de Transjordanie, partie de la Palestine mandataire située à l'est du Jourdain et placent à sa tête le roi Abdallah.

Le conflit entre sionistes et Arabes

La partie située à l'ouest du Jourdain conserve le nom de Palestine. Une "Agence juive" et une large immigration juive y sont mises en place. L'agence juive devient progressivement un proto-État doté d'une assez large autonomie au sein de l'empire britannique. La population juive passe de 83 000 en décembre 1918 à 650 000 en 1948. Refusant le projet sioniste, la population arabe organisera à plusieurs reprises des troubles (émeutes de 1920 et de 1929), et même un véritable soulèvement, entre la fin de 1935 et 1939 (la Grande Révolte arabe). Pour répondre à cette révolte, les Britanniques réduisent drastiquement l'immigration juive en 1939, et annonce que sous 10 ans, la Palestine pourra devenir un Etat indépendant unitaire (donc à majorité arabe). Après la Seconde Guerre mondiale, les sionistes entrent donc en conflit avec le Royaume-Uni. Les groupes radicaux (Irgoun et Lehi) utilisent largement les attentats contre les Britanniques, et de nombreux soldats et fonctionnaires britanniques sont tués. Frontières de la Palestine en 1922 Les Britanniques annoncent leur souhait de remettre leur mandat à l'ONU en 1947. Le 30 novembre 1947, l'Assemblée générale des Nations unies décide alors de partager la Palestine entre un État juif et un État arabe. La guerre civile éclate le lendemain et l'escalade de la violence prend rapidement de l'ampleur. Les Britanniques restent relativement neutres et passifs et retirent progressivement leurs troupes du pays. L'administration britannique se termine définitivement le 14 mai 1948. L'Etat d'Israël est proclamé le lendemain. La guerre civile se transforme en guerre ouverte entre Israël et les pays arabes voisins.

Voir aussi

- Société des Nations
- Histoire du sionisme, des origines à nos jours
- Plan de partage de la Palestine de 1947
- Histoire d'Israël, pour la période postérieure à 1948
- Palestine Catégorie:Histoire du sionisme Catégorie:Histoire de la Palestine ar:الانتداب البريطاني على فلسطين bg:Британски мандат в Палестина ca:Mandat Britànic de Palestina da:Mandatområdet i Palæstina de:Palästina (Region)
-Britisches_Mandat en:British Mandate of Palestine es:Mandato Británico de Palestina fa:قیومیت بریتانیا بر فلسطین he:המנדט הבריטי id:Mandat Britania atas Palestina no:Palestinamandatet pl:Palestyna (mandat) pt:Mandato Britânico da Palestina ro:Palestina ru:Британский мандат в Палестине sv:Palestinamandatet yi:דאס בריטישע מאנדאט it:Mandato britannico della Palestina
Sujets connexes
Abdallah   Agence juive   Conférence de paix de Paris (1919)   Déclaration Balfour de 1917   Guerre israélo-arabe de 1948   Histoire d'Israël   Histoire du sionisme   Irgoun   Israël   Jordanie   Jourdain   Lehi   Organisation des Nations unies   Palestine   Plan de partage de la Palestine   Royaume-Uni   Seconde Guerre mondiale   Société des Nations  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^