Dragon (militaire)

Infos
Statue de dragon sur l'Arc de triomphe du Louvre Le terme dragon désigne des militaires se déplaçant à cheval mais combattant à pied. Les premiers exemples de telles unités remontent à l'Antiquité avec les dimaques d'Alexandre le Grand ou les Alamans.
Dragon (militaire)

Statue de dragon sur l'Arc de triomphe du Louvre Le terme dragon désigne des militaires se déplaçant à cheval mais combattant à pied. Les premiers exemples de telles unités remontent à l'Antiquité avec les dimaques d'Alexandre le Grand ou les Alamans.

Origine du nom

Plusieurs hypothèses existent sur l'origine du terme dragon. Au Moyen Âge, le dragon étant considéré comme le symbole de la puissance et de la vaillance, deux qualités qui le rendent quasiment invulnérable. C'est ce qui explique en partie que de nombreux chevaliers l'aient placés dans leurs armoiries. Dans les récits médiévaux des Chevaliers de la Table Ronde, l'étendard du roi Arthur est orné d'un dragon volant. Au , un corps de troupe adopta un dragon sur son étendard. C'est sans doute pour cette raison que le terme dragon a été utilisé pour désigner ces troupes. Cette hypothèse a été retenue par Voltaire et Littré, avec cependant quelques variantes. Une autre hypothèse sur l'origine du terme dragon a été développé par le capitaine Choppin, dans son Histoire des dragons, parue en 1893. Selon ce dernier, le surnom dragon a été donné à Guillaume de Gomiécourt, seigneur de Wailly au et ennemi acharné des Anglais, par Henri Ier. Plus tard, son fils, Raoul Dragon de Gomiécourt, leva une troupe de soldats combattant à pied et à cheval. Ces derniers se livrant au pillage et au carnage furent appelés Dragons comme leur chef. Une autre théorie dit que le terme dragon viendrait d'un type d'arquebuse du même nom, utilisé par des troupes de la Renaissance. On situe d'ailleurs sous le règne d'Henri II l'apparition du nom « dragon » qui désignait à l'époque les arquebusiers à cheval, corps créé par le maréchal de Brissac pour servir dans l'armée du Piémont. Mais bien que séduisante, cette hypothèse se heurte au fait qu'aucune arme à feu portative n'ait été désignée par le terme dragon en France — un mousquet portait ce nom en Angleterre — et que les récits des chroniqueurs militaires de l'époque ne font aucune allusion à la présence de dragons sur les étendards de la troupe du maréchal de Brissac. Certains ont alors avancé que l'origine du terme dragons serait en fait une déformation du mot allemand Trager. En effet, en 1524, les hommes du corps des arquebusiers à cheval de l'armée du Piémont étaient à deux par cheval : un cavalier qui dirigeait l'animal et un tireur avec une arquebuse. Quand ce dernier, ayant mis pied à terre pour combattre voulait remonter à cheval pour se replier ou pour poursuivre l'ennemi, il appelait son cavalier. Or, si les tireurs étaient majoritairement originaire du Pays Basque, les cavaliers étaient quant à eux des mercenaires étrangers, venant le plus souvent d'Allemagne. Les tireurs appelaient donc ces derniers par le mot allemand Trager. On peut penser que, avec l'usage, ce mot ait été déformé à force d'être mal entendu et mal répété et qu'il se soit transformé en Dragon. Enfin, le comte de Chesnel pense, quant à lui, que les dragons descendraient des drageons, mot qui signifie « rejeton » car les dragons étaient considérés comme étant les rejetons de l'infanterie.

Histoire

Gustave II Adolphe de Suède au développe dans son armée ce type de troupes. Le dragon est alors armé d'un sabre, d'une hache et d'un fusil. Il combat essentiellement à pied mais se déplace à cheval. La plupart des armées européennes imitent ce souverain. Tout au long du le caractère d'infanterie des dragons s'atténue pour finalement disparaître. Ainsi sous Napoléon Ier les dragons français sont assimilés à de la cavalerie légère puis lourde, et à de rares exceptions près ne combattent plus qu'à cheval. La France crée de nombreux régiments de dragons. Les dragons étaient à la fois un corps d'infanterie et de cavalerie. En 1678, Michel Le Tellier, marquis de Louvois, ministre de la Guerre, porte à quatorze le nombre des régiments de dragons avec un effectif de plus de dix mille hommes. Ces derniers, sous Louis XIV, sont envoyés dans les Cévennes et en Normandie afin de contraindre les protestants à se convertir « pacifiquement » (les dragons étaient logés chez l'habitant), d'où le nom de dragonnades. Sous Napoléon Ier les régiments de dragons servent essentiellement en Espagne. Durant la guerre de Sécession, les deux belligérants utilisent leur cavalerie comme unité de reconnaissance et comme unité d'infanterie montée. L'armée française conserve encore des unités de dragons mais avec la mécanisation du ces derniers combattent à bord de chars. Enfin, dans la deuxième moitié de ce siècle, le 13e régiment de dragons parachutistes est en fait un régiment de forces spéciales, spécialisé dans le renseignement en profondeur. Dans l'armée suisse, les unités de dragons ont été supprimées au début des années 1970. Le 5 décembre 1972, le Conseil national décide d'abolir les formations de cavalerie dans l'armée par 91 voix contre 71. Les unités sont reconverties en unités de grenadiers de chars Dragons toujours en selle, Editions Imprimerie Centrale, Neuchâtel (1974).

Régiments français de dragons

Dans l'armée française, le vert est la couleur de tradition des dragons.
-1er régiment de dragons
-2 régiment de dragons : le plus ancien régiment de dragons, devenu le 2e régiment de dragons – nucléaire, biologique et chimique. Basé à Crépy-Couvron (Aisne) de 1984 jusqu'en 1997, il fut déplacé à Fontevraud. Depuis 1994, un groupe d'amis belges, passionnés d'histoire et d'équitation, s'attache à reconstituer son existence sous le 1 empire:
-3e régiment de dragons : appelé Bourbon-Cavalerie puis « Bourbon-Dragons » sous l'Ancien Régime, il a été créé au XVII par Henri Jules de Bourbon, duc d'Enghien et fils du grand Condé, et sa devise est « Ardet et Audet » (il brûle et il ose) depuis 1761 suite à l'incorporation du régiment de Noé (ex Clermont-Tonnerre). Il a été dissout en 1996 ;
-4e régiment de dragons
-5e régiment de dragons
-6 régiment de dragons, ancien régiment des dragons de la Reine, Alexandre Dumas s'y est engagé ;
-7e régiment de dragons
-8e régiment de dragons
-9e régiment de dragons (Listenois Dragons, Grammont Dragons, Paysac Dragons, Bauffremont Dragons, Lorraine Dragons)
-10e régiment de dragons
-11e régiment de dragons
-12e régiment de dragons
-13e régiment de dragons parachutistes (13 RDP)
-16e régiment de dragons
-20e régiment de dragons, ancien régiment du Comte de Nancré en 1675, devenu 20 dragons par un décret de la Convention du 1 mars 1793.
-A noter que sous le Premier Empire, en plus des régiments de dragons de la ligne, un régiment de Dragons fut créé dans la Garde impériale : il s'agit des Dragons de l'Impératrice.

Notes et références

Voir aussi

Catégorie:Unité militaire bg:Драгуни cs:Dragoun da:Dragon de:Dragoner en:Dragoon es:Dragón (militar) fi:Rakuuna (sotilas) he:דרגון io:Dragono it:Dragone ja:竜騎兵 lt:Dragūnai nl:Dragonder no:Dragon pl:Dragoni (wojsko) pt:Dragão (militar) ru:Драгун sk:Dragún sl:Dragonci sv:Dragon (soldat) zh:龍騎兵
Sujets connexes
Alamans   Alexandre Dumas (général)   Alexandre le Grand   Allemagne   Ancien Régime   Angleterre   Années 1970   Antiquité   Armée suisse   Arquebuse   Cavalerie   Charles Ier de Cossé   Conseil national (Suisse)   Crépy-Couvron   Cévennes   Dragon (militaire)   Dragonnades   Espagne   France   François Michel Le Tellier de Louvois   Garde impériale   Guerre de Sécession   Gustave II Adolphe de Suède   Henri II de France   Henri Ier de France   Infanterie   Maison de Condé   Moyen Âge   Napoléon Ier   Normandie   Piémont   Premier Empire   Renaissance (période historique)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^