Chinois archaïque

Infos
Le chinois archaïque est la langue parlée en Chine avant la dynastie Han. Comme l'écriture chinoise n'indique pas directement la prononciation, il est nécessaire pour la reconstruire d'effectuer une recherche spécifique. Le premier à avoir tenté de reconstituer ces états anciens de la langue chinoise est le sinologue suédois Bernhard Karlgren. Le chinois archaïque est une langue plus proche typologiquement du rGyalrong ou du tibétain que des dialectes chinois moderne
Chinois archaïque

Le chinois archaïque est la langue parlée en Chine avant la dynastie Han. Comme l'écriture chinoise n'indique pas directement la prononciation, il est nécessaire pour la reconstruire d'effectuer une recherche spécifique. Le premier à avoir tenté de reconstituer ces états anciens de la langue chinoise est le sinologue suédois Bernhard Karlgren. Le chinois archaïque est une langue plus proche typologiquement du rGyalrong ou du tibétain que des dialectes chinois modernes. Cette langue avait une morphologie verbale et des groupes de consonnes compliqués qui ont disparu dans les dialectes modernes. La reconstruction du chinois archaïque est une branche de la phonétique historique appliquée au chinois. Il convient tout d'abord de reconstruire le chinois médiéval de l'époque de la dynastie Sui, pour lequel nous avons davantage de documents. Sur la base de cette prononciation, on reconstruit le chinois archaïque avec quatre sources de données différentes :

Les séries phonétiques

On compare la prononciation en chinois médiéval de tous les caractères ayant la même partie phonétique. Par exemple :
-兑
- mandarin : dui4
- chinois médiéval : dwajH
-说
- mandarin : shuo1, shui4
- chinois médiéval : sywet, sywejH
-悦
- mandarin : yue4
- chinois médiéval : ywet
-脱
- mandarin : tuo1
- chinois médiéval : thwat
-锐
- mandarin : rui4
- chinois médiéval : ywejH
-税
- mandarin : shui4
- chinois médiéval : sywejH La reconstruction en chinois archaïque va rendre compte de cette diversité en montrant que tous ces caractères avaient autrefois une prononciation similaire. Par exemple, voici la recontruction en chinois archaïque pour les caractère ci-dessus (l'astérisque indique qu'il s'agit d'une reconstruction) :
-兑
-lots
-说
-lhjot,
-lhjots
-悦
-ljot
-脱
-hlot
-锐
-ljots
-税
-hljots

Les rimes

Il existe une quantité importantes de textes rimés en chinois archaïque, surtout le Shijing 诗经 mais aussi les Chuci 楚词 et le Daodejing 道德经. Or, ce qui a frappé les érudits chinois dès la période des Dynasties du Nord et du Sud, c'est que les rimes du Shijing sont souvent imparfaites. Comme les gens de cette époque ne se rendaient pas compte que la prononciation du chinois avait changé depuis l'antiquité, certains pensaient simplement que les normes poétiques des anciens étaient plus lâches. À l'époque Song, dans le néo-confucianisme de Zhu Xi 朱熹, on fait artificiellement rimer les poèmes anciens par le principe des xiéyin 叶音. Ce n'est que durant la dynastie Ming que Chén Dì 陈第 propose pour la première fois que les poèmes ne riment pas du fait d'un changement dans la prononciation. L'étude systématique de ce problème commence au début de la Dynastie Qing avec Gu Yanwu 顾炎武, qui établit les premières classes de rimes (yunbu 韵部) du chinois archaïque, en projetant les catégories du chinois médiéval. Toutefois, sa division des catégories de rimes est encore très grossière : il n'en distingue que 10. D'autres linguistes vont par la suite prendre la relève et affiner son travail sur les rimes :
-Jiang Yong 江永 distingue 13 catégories.
-Duan Yucai 段玉裁 en distingue 17 (il découvre l'opposition entre 支 
--e 脂 
--ij et  之
--y ainsi que celle entre 文
--yn et 真
--in), même si la réalité phonétique de ces oppositions lui échappait. Dans une lettre célèbre à Jiang Yougao, il se plaint de ne jamais pouvoir connaître la nature de la distinction entre ces rimes. Par ailleurs, il découvre un principe fondammental : les catégories de rimes du Shijing correspondent aux séries phonétiques (同声必同部), c’est-à-dire que des mots ayant le même phonétique devaient rimer en chinois archaïque, même s'il ne riment plus en chinois médiéval ou à plus forte raison dans les dialectes modernes.
-Dai Zhen 戴震 élève de Jiang Yong et maître de Duan Yucai, en distingue 25 (il publie après son élève). C'est le premier savant à considérer les rimes à occlusives finales comme des rimes indépendantes.
-Kong Guangsen 孔广森 en distingue 18 (il découvre la division entre les rimes 东
--ong et 冬
--ung). Il émet l'hypothèse incorrecte que les occlusives finales du rusheng n'existaient pas en chinois archaïque pour expliquer les rimes entre occlusives finales et syllabes ouvertes dans le Shijing (voir plus bas pour l'explication moderne de ce phénomène).
-Wang Niansun 王念孙 étudiant de Dai Zhen, parvient à distinguer 21 rimes. 
-Jiang Yougao  江有诰 distingue 21 rimes.
-Wang Li 王力 découvre la distinction entre les rimes 脂
--ij et 微 
--yj. C'est dernière découvert de distinction du chinois archaïque effectuée dans le cadre traditionnel de recherche.

Références

- William Baxter, A Handbook of Old Chinese Phonology, 1992 ;
- 潘悟云 / Pān Wùyún , 汉语历史音韵学 (Hàn yǔ lì shǐ yīn yùn xué), 2000 ;
- Laurent Sagart, The Roots of Old Chinese, 1999 ;
- Sergej Starostin, Rekonstrukcija drevnekitajskoj fonologicheskoj sistemy, 1989.

Table des correspondances entre chinois médiéval et chinois archaïque

La première colonne indique le chinois médiéval dans la transcription de Baxter (1992), la seconde la reconstruction de Starostin (1989) en chinois archaïque, la troisième la reconstruction de Baxter (1992). V indique que la reconstruction ne peut s'effectuer que devant une consonne vélaire, A devant une consonne aiguë, LV devant une labio-vélaire, L devant une labiale. Catégorie:Langue chinoise en:Old Chinese id:Bahasa Tionghoa Kuna ja:上古音 pl:Język starochiński ru:Древнекитайский язык sv:Fornkinesiska zh:上古汉语
Sujets connexes
Bernhard Karlgren   Chants de Chu   Chinois médiéval   Civilisation chinoise   Consonne vélaire   Dynastie Han   Dynastie Ming   Dynastie Qing   Dynastie Song   Dynastie Sui   Dynasties du Nord et du Sud   Langue   Mandarin (langue)   Néo-confucianisme   Phonétique historique   Rime   Tibétain   Wang Li   Zhu Xi  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^