Richard Wagner

Infos
Richard Wagner (22 mai 1813 - 13 février 1883) est un compositeur allemand du ainsi qu'un important théoricien de la musique. On le connaît surtout pour ses opéras dont les principaux sont en réalité des drames lyriques. L'influence de Wagner sur la musique occidentale, et en particulier dans l'univers de l'opéra qu'il a révolutionné, est immense.
Richard Wagner

Richard Wagner (22 mai 1813 - 13 février 1883) est un compositeur allemand du ainsi qu'un important théoricien de la musique. On le connaît surtout pour ses opéras dont les principaux sont en réalité des drames lyriques. L'influence de Wagner sur la musique occidentale, et en particulier dans l'univers de l'opéra qu'il a révolutionné, est immense.

Biographie

La jeunesse

Richard Wagner est né à Leipzig le 22 mai 1813. Son père, petit fonctionnaire municipal, mourut six mois après sa naissance. Au mois d'août de l'année 1814, sa mère épousa l'acteur Ludwig Geyer qui pourrait bien être le véritable père de Wagner. Geyer mourut quelques années plus tard, non sans avoir transmis au jeune Richard sa passion pour le théâtre. Ce dernier nourrit d'abord l'ambition de devenir dramaturge, puis, vers l'âge de quinze ans, découvrit la musique qu'il décida d'étudier en s'inscrivant à l'université de Leipzig (1831). Parmi les compositeurs qui ont exercé sur lui une influence notable, on peut citer Carl Maria von Weber et Ludwig van Beethoven. En 1833, Wagner avait achevé l'un de ses premiers opéras, Les Fées. Cette œuvre, qui imitait nettement le style de Weber, ne sera pas jouée pendant plus d'un demi-siècle. À la même époque, il réussit à décrocher successivement les postes de directeur musical aux opéras de Wurtzbourg et de Magdebourg, ce qui le sortit de quelques ennuis pécuniaires. C'est à cette époque que Wagner écrivit La Défense d'aimer (Das Liebesverbot), opéra inspiré d'une pièce de William Shakespeare (Mesure pour mesure). La création eut lieu en 1836, mais l'œuvre fut accueillie avec peu d'enthousiasme. Un peu plus tard, en 1836, Wagner épousa l'actrice Minna Planer. Le couple emménagea alors à Königsberg puis à Rīga, où Wagner occupa le poste de directeur musical. Après quelques semaines, Minna le quitta pour un autre qui la laissa sans le sou. Bien que Wagner acceptât son retour, ce fut le signe annonciateur de la progressive décadence de leur mariage qui se termina dans la souffrance, trente années plus tard. Avant même 1839, le couple était criblé de dettes et dut fuir Riga pour échapper à ses créanciers (les ennuis d'argent devaient tourmenter Wagner le restant de ses jours). Pendant leur fuite à Londres, ils furent pris dans une tempête qui inspira à Wagner Le Vaisseau fantôme. Le couple vécut également quelques années à Paris où Richard gagnait sa vie en réorchestrant les opéras d'autres compositeurs.

Dresde

En 1840, Wagner mit la dernière main à son opéra Rienzi. Il retourna en Allemagne deux ans plus tard pour le faire jouer à Dresde, où il rencontra un succès considérable. Wagner s'installa dans cette ville où il vécut six ans, exerçant avec brio la charge de chef d'orchestre du grand théâtre. Pendant cette période, il composa et mit en scène Le Vaisseau fantôme et Tannhäuser, ses premiers chefs-d'œuvre. Le séjour des Wagner à Dresde dut prendre fin en raison de l'engagement de Richard dans les milieux anarchistes. Dans les États allemands indépendants de l'époque, un mouvement nationaliste commençait à faire entendre sa voix, réclamant davantage de libertés ainsi que l'unification de la nation allemande. Wagner, qui mettait beaucoup d'enthousiasme dans son engagement, recevait fréquemment chez lui des anarchistes, tels que le Russe Bakounine. Le mécontentement populaire contre le gouvernement saxon, largement répandu, parvint à ébullition en avril 1849, quand le roi Frédéric-Auguste II de Saxe décida de dissoudre le Parlement et de rejeter la nouvelle constitution que le peuple lui présentait. En mai, une insurrection — vaguement soutenue par Wagner — éclata. La révolution naissante fut rapidement écrasée par les troupes saxonnes et prussiennes et des mandats d'arrêt furent délivrés contre les révolutionnaires. Wagner fut forcé de fuir, d'abord à Paris, puis à Zurich. Bakounine ne parvint pas à s'échapper et fut emprisonné pour de nombreuses années.

Exil et influences conjuguées de Schopenhauer et Mathilde Wesendonck

C'est en exil que Wagner passa les douze années suivantes. Ayant achevé Lohengrin avant l'insurrection de Dresde, il sollicita son ami Franz Liszt, le priant de veiller à ce que cet opéra fût joué en son absence. Liszt, en bon ami, dirigea lui-même la première à Weimar, en août 1850. Wagner se trouvait néanmoins dans une situation très précaire, à l'écart du monde musical allemand, sans revenu et avec fort peu d'espoir de pouvoir faire représenter les œuvres qu'il élaborait. Sa femme Minna, qui avait peu apprécié ses derniers opéras, s'enfonçait peu à peu dans une profonde dépression. Pour couronner le tout, Wagner fut lui-même atteint d'érysipèle, ce qui accrut encore la difficulté de son travail. Pendant les premières années qu'il passa à Zurich, Wagner produisit un ensemble de remarquables essais (L'œuvre d'art de l'avenir, Opéra et drame) ainsi qu'un ouvrage antisémite, Le judaïsme dans la musique. Avec L'œuvre d'art de l'avenir (1849), il présente une nouvelle conception de l'opéra, la « Gesamtkunstwerk » ou « œuvre d'art totale », dans laquelle la musique, le chant, la danse, la poésie, le théâtre et les arts plastiques sont mêlés de façon indissociable. Au cours des années qui suivirent, Wagner tomba sur deux sources d'inspiration indépendantes qui allaient le mener à son opéra révéré entre tous, Tristan et Isolde. La première fut la découverte de la philosophie d'Arthur Schopenhauer. Wagner prétendra plus tard que cette expérience fut le moment le plus important de sa vie. La philosophie de Schopenhauer, axée sur une vision pessimiste de la condition humaine, fut très vite adoptée par Richard Wagner, ses difficultés personnelles n'étant vraisemblablement pas étrangères à cette adhésion. Il restera toute sa vie un fervent partisan de Schopenhauer, même quand sa situation personnelle sera moins critique. Selon Schopenhauer, la musique joue un rôle central parmi les arts car elle est le seul d'entre eux qui n'ait pas trait au monde matériel. Cette opinion trouva un écho en Wagner qui l'adopta très vite, malgré l'incompatibilité apparente avec ses propres idées selon lesquelles c'est la musique qui est au service du drame. Quoi qu'il en soit, de nombreux aspects de la doctrine de Schopenhauer transparaîtront dans ses livrets ultérieurs : Hans Sachs, le poète cordonnier des Maîtres Chanteurs, est une création typiquement schopenhauerienne. C'est sous l'influence de Schopenhauer (fortement influencé par la philosophie orientale) que Richard Wagner deviendra végétarien et défenseur de la cause animale dont il dévelopera une apologie dans "Art et Religion"Qui sera reprise au 17 Congrés Mondial du Végétarisme en 1957 http://www.ivu.org/congress/wvc57/souvenir/wagner.html. . Il transmettra plus tard, mais temporairement, ce point de vue à Nietzsche. La seconde source d'inspiration de Wagner fut le poète et écrivain Mathilde Wesendonck, la femme du riche commerçant Otto von Wesendonck. Il rencontra le couple à Zurich en 1852. Otto, grand admirateur de Wagner, mit à sa disposition une petite maison de sa propriété. Au bout de quelques années, Wagner s'était épris de Mathilde. Bien que ses sentiments fussent réciproques, Mathilde n'avait nullement l'intention de compromettre son mariage. Aussi tenait-elle son mari informé de ses contacts avec Wagner. Néanmoins, on ne saura jamais si cette liaison resta platonique ou eut une ou deux fois un début de concrétisation. Wagner n'en laissa pas moins de côté, brusquement, la composition de la Tétralogie – qu'il ne reprendra que douze ans plus tard – pour commencer à travailler sur Tristan et Isolde, œuvre issue d'une crise psychosomatique déclenchée par cet amour non réalisable, et correspondant à la perfection au modèle romantique de l'œuvre inspirée par les sentiments contrariés. Du reste, deux des ravissants Wesendonck-Lieder, “Traüme” et “Im Treihaus”, composés sur les poèmes de Mathilde, seront repris, étoffés, dans Tristan : “Traüme” donnera “Descend sur nous nuit d'extase” et “Im Treibhaus” l'inquiétant prélude du troisième acte et ses sombres accords confiés aux violoncelles et contrebasse. En 1858, Minna intercepta une lettre de Wagner à Mathilde. Wagner, après la confrontation qui s'ensuivit, quitta Zurich pour Venise. Il retourna à Paris l'année suivante afin de superviser la mise en scène d'une adaptation de Tannhäuser dont la création, en 1861, provoqua un scandale. Les représentations à venir furent alors annulées et Wagner quitta la ville précipitamment. Quand il put enfin retourner en Allemagne, il s'installa à Biebrich, en Prusse, où il commença à travailler sur Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg. Cet opéra est de loin son œuvre la plus joyeuse. Sa seconde femme Cosima écrira plus tard : « Puissent les générations futures, en cherchant du rafraîchissement dans cette œuvre unique, avoir une petite pensée pour les larmes qui ont mené à ces sourires ! ». En 1862, Wagner se sépara finalement de Minna, mais il continuera de la soutenir financièrement jusqu'à sa mort en 1866 (ou du moins ses créanciers le feront-ils).

Sous le patronage du roi Louis II de Bavière

La carrière de Wagner prit un virage spectaculaire en 1864, lorsque le roi Louis II accéda au trône de Bavière à l'âge de 18 ans. Le jeune roi, qui admirait les opéras de Wagner depuis son enfance, fit venir le compositeur à Munich, régla ses considérables dettes et s'arrangea pour que son nouvel opéra puisse être représenté. Malgré les énormes difficultés rencontrées lors des répétitions, la création de Tristan et Isolde le 10 juin 1865 fut un succès retentissant. Pendant ce temps, Wagner se trouvait mêlé à une nouvelle affaire qui concernait sa liaison avec Cosima von Bülow. Celle-ci était la femme d'un fervent partisan de Wagner : Hans von Bülow, le chef d'orchestre qui avait dirigé la création de Tristan. Fille de Franz Liszt et de la célèbre comtesse Marie d'Agoult, elle était de vingt-quatre ans la cadette de Wagner. En avril 1865, elle accoucha d'une fille illégitime qui fut prénommée Isolde. La nouvelle s'ébruita rapidement et scandalisa tout Munich. Pour ne rien arranger, Wagner était tombé en disgrâce parmi les membres de la Cour qui le soupçonnaient d'influencer le jeune roi. En décembre 1865, Louis II fut contraint de demander au compositeur de quitter Munich. Il aurait caressé un instant l'idée d'abdiquer son pouvoir pour suivre son héros en exil, mais Wagner l'en aurait rapidement dissuadé. Celui-ci s'installa alors à Tribschen, près de Lucerne, sur les bords du lac des Quatre Cantons. Son opéra Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg fut terminé en 1867 et créé à Munich le 21 juin de l'année suivante. En octobre, Cosima réussit finalement à convaincre son mari d'accepter le divorce. Le 25 août 1870, elle épousa Wagner qui, quelques mois plus tard, lui offrit l’Idylle de Siegfried à l'occasion de son anniversaire. Ce mariage dura jusqu'à la mort du compositeur. Ils eurent une autre fille, Eva, et un fils prénommé Siegfried.

Bayreuth

Une fois installé dans sa nouvelle vie de famille, Wagner mit toute son énergie à terminer la Tétralogie. Devant l'insistance de Louis II, on donna à Munich des avant-premières de L'Or du Rhin et de La Walkyrie, mais Wagner tenait quant à lui à ce que le cycle complet fût représenté dans un opéra spécialement conçu à cet effet. En 1871, il choisit la petite ville de Bayreuth pour accueillir sa nouvelle salle d'opéra. Les Wagner s'y rendirent l'année suivante : on posa la première pierre du Festspielhaus (Palais des festivals). Afin de rassembler les fonds pour la construction, le compositeur entreprit une tournée de concerts à travers l'Allemagne, et diverses associations de soutien furent créées dans plusieurs villes. Il fallut cependant attendre une donation du roi Louis II, en 1874, pour que l'argent nécessaire fût enfin rassemblé. Un peu plus tard dans l'année, les Wagner emménagèrent à Bayreuth dans une villa que Richard surnomma « Wahnfried ». Le Festspielhaus ouvrit ses portes au mois d'août 1876 à l'occasion de la création de L'Anneau du Nibelung. D'illustres invités l'honorèrent de leur présence : citons notamment l'empereur Guillaume II, l'empereur Pierre II du Brésil, le roi Louis – qui resta incognito –, ainsi que des compositeurs aussi accomplis qu'Anton Bruckner, Edvard Grieg, Piotr Ilitch Tchaïkovski, ou Franz Liszt. D'un point de vue artistique, ce festival fut un succès remarquable. Tchaïkovski, qui y avait assisté en tant que correspondant russe, écrivit : « Ce qui s'est passé à Bayreuth restera dans la mémoire de nos petits-enfants et de leur descendance ». Financièrement, ce fut cependant un désastre absolu. Wagner dut renoncer à organiser un second festival l'année suivante et tenta de réduire le déficit en donnant une série de concerts à Londres.

Les dernières années

En 1877, Wagner s'attela à son dernier opéra, Parsifal. La composition lui en prit quatre ans, durant lesquels il écrivit également une série d'essais réactionnaires sur la religion et l'art. Il mit la dernière main à Parsifal en janvier 1882, et le fit représenter lors du second Festival de Bayreuth. Pendant l'acte III de la seizième et dernière représentation, le 29 août, le chef Hermann Levi fut victime d'une indisposition. Wagner entra discrètement dans la fosse d'orchestre, prit la baguette et dirigea l'œuvre jusqu'à son terme. À cette époque, Wagner était gravement malade. Après le festival, la famille Wagner voyagea à Venise pour l'hiver. Le 13 février 1883, Richard fut emporté par une crise cardiaque. Son corps fut rapatrié et inhumé dans le jardin de Wahnfried. L'éditeur exclusif de Wagner est la maison Schott à Mayence.

Style et apports de Wagner

L'on ne comprend rien à Wagner si l'on ignore qu'il eût voulu, dans sa jeunesse, être Shakespeare et non pas Beethoven. Wagner était l'auteur de ses livrets d'opéra, cas fort rare dans l'histoire de la musique de scène. En tant que poète il avait un talent évident, que seul le lecteur francophone familier de l'allemand peut apprécier à sa juste valeur. La poésie est un art qui ne pardonne pas et ne souffre aucune forme « moyenne ». Wagner a donc pris un risque important en écrivant lui-même ses livrets d'opéra, pari réussi tant au niveau de la forme que du fond, performance qu'il convient de saluer : le double génie (Victor Hugo peintre, Hoffmann compositeur littérateur, etc.) étant assez exceptionnel. Richard Wagner a entièrement transformé la conception de l'opéra à partir de 1850, le concevant non plus comme un divertissement, mais comme une dramaturgie sacrée. Les quatre opéras de L'Anneau du Nibelung illustrent cette réforme wagnérienne à la perfection. Dans la Tétralogie, chaque personnage (l'Anneau y compris) est associé à un thème musical autonome dont les variations indiquent dans quel climat psychologique ce personnage évolue : c'est le fameux « leitmotiv » (en allemand : motif conducteur), procédé préexistant que Wagner a poussé aux limites ultimes de la dramaturgie sonore. Ainsi lorsque Wotan évoque l'Anneau, les thèmes musicaux associés se mêlent en une nouvelle variation. On peut y voir une manifestation de « l'art total » au travers d'une musique reflétant à la fois les personnages et leurs sentiments, tout en soutenant le chant et soulignant l'action scénique. Mais l'apport de Richard Wagner à la musique sur le plan technique (harmonie et contrepoint) est tout aussi considérable, sinon plus encore. C'est principalement dans son œuvre la plus déterminante à cet égard, à savoir Tristan et Isolde, que Wagner innove de manière radicale. Conçu dans des circonstances psychologiques très particulières, plus rapidement que les autres opéras, Tristan constitue une singularité, et aussi une charnière tant dans l'œuvre de Wagner que dans l'histoire de l'harmonie et du contrepoint. Certes, comme le dit Wilhelm Furtwängler, il n'est pas dans Tristan un seul accord qui ne puisse être analysé tonalement, et cela a été démontré de manière irréfutable par le musicologue français Jacques Chailley dans une très précise et très fouillée analyse du fameux “Prélude”, où tous les accords et modulations sont ramenés, une fois éliminées les notes de passage, les appoggiatures, les échappées et autres broderies, à des enchaînements harmoniques parfaitement répertoriés. Il s'agissait il est vrai pour Chailley de faire un sort aux analyses qu'il trouvait tendancieuses de Arnold Schoenberg et plus tard Boulez sur lesquelles nous reviendrons, mais il n'en reste pas moins que sa démonstration, partition à l'appui, est irréfutable. Cela ne retire rien au génie de Wagner, bien au contraire, puisqu'il a su justement faire du neuf avec du vieux : si presque tous ses accords, dont le célèbrissime accord de neuvième sans fondamentale (que l'on peut aussi analyser comme une septième d'espèce), dit « accord de Tristan » qui intervient dans les premières mesures du “Prélude” peut se retrouver dans les chorals de Bach ou même chez Mozart, son emploi de manière isolée et expressive est une nouveauté géniale. Mais ce n'est pas là la plus grande audace harmonique de Wagner, qui va bien plus loin avec des formules moins connues (résolution d'une neuvième mineure par sa forme majeure, appoggiature de neuvième mineure formant dissonance avec la tierce, très utilisée en jazz, emploi simultané d'appoggiatures, broderies et autres notes étrangères amenant aux limites de l'analyse de l'accord réel, etc.). Par ailleurs, et contrairement à une idée reçue, ce qui frappe nettement à l'analyse de Tristan est l'influence évidente de Bach, et particulièrement du Bach de L'Art de la fugue dont l'étude attentive se voit clairement dans les formules contrapuntiques et les enchaînements harmoniques du “Prélude du I Acte” de Tristan. Bach attaque dans le “Contrapunctus IV” une neuvième mineure sans préparation (“Contrapunctus IV”, mesure 79) cent ans avant Tristan, une audace de Bach parmi d'autres dont Wagner ne pouvait que se souvenir. Wagner a certes, apparemment, peu pratiqué la fugue, mais en réalité les entrées fuguées, camouflées ou non, sont innombrables dans Tristan, et permettent de plus grandes audaces harmoniques encore que les agrégations harmoniques « inédites ». Wagner est également réputé avoir innové de façon décisive sur le plan de l'orchestration, ce qui n'est pas aussi vrai qu'il n'y paraît : c'est en fait son génie proprement musical qui fait vibrer l'orchestre tel que Beethoven le laisse à la fin de sa vie (IX Symphonie et Missa Solemnis) d'une sonorité jamais entendue jusqu'alors. Bizarrement, Wagner doit presque toutes ses formules à Gluck, à Beethoven et à Weber, l'ensemble sonnant pourtant… comme du Wagner. Wagner étire en effet des accords sur lesquels ses devanciers ne restent que deux notes, il utilise massivement des combinaisons que Beethoven n'a fait qu'employer une ou deux fois, son emploi des redoublements voire triplements de timbre qu'il reprend de Gluck et même de Haydn devient systématique, avec l'effet « magique » bien connu qui souvent se révèle, à la lecture de la partition, obtenu avec une étonnante économie de moyens. Wagner était, il faut l'avoir constamment à l'esprit, un autodidacte qui a toute sa vie acquis du métier en innovant. Comme tous les autodidactes efficaces, il a su être très conventionnel à ses débuts afin d'apprendre les ficelles de son art et faire éclore son génie. On a été jusqu'à affirmer que le génie de Wagner venait de ses lacunes même. Et de fait, Wagner n'a jamais réussi à créer de musique de chambre ou de musique instrumentale : ses essais dans ces domaines se sont soldés par de piètres résultats. Seul un motif scénique l'inspirait. Et pourtant, paradoxalement, transcrites pour piano seul ou petit ensemble, ses pages symphoniques de scènes conservent intacte leur magie : mystère insondable de tous les créateurs… On ne peut négliger ce qui fait encore une spécificité de Wagner, à savoir l'influence considérable qu'il a eue sur ses successeurs, et notamment le plus illustre, Arnold Schoenberg. Schoenberg, par son génie même, est sans doute le responsable d'un grand malentendu. Seul Schoenberg a su à ses débuts pasticher, ou plutôt continuer Wagner, avec un niveau égal de qualité. La poignante Nuit Transfigurée, les monumentaux Gurre-Lieder et le génial poème symphonique (dévalué de manière contestable par René Leibowitz) Pelleas und Melisande sont les seuls véritables exemples de continuation, non de Wagner, mais des techniques inventées par lui dans Tristan, avec un génie équivalent à celui du maître. Schoenberg en a déduit qu'une tendance évolutive était à l'œuvre dans l'harmonie moderne, et c'est bien Schoenberg qui a cru pouvoir faire progresser une tradition musicale exclusivement germanique, de Wagner vers son système, l'atonalisme et la composition avec douze sons.

Opéras

Les opéras de Wagner constituent son principal testament. On peut schématiquement les séparer en trois groupes : Les Fées (Die Feen), La Défense d'aimer (Das Liebesverbot) et Rienzi sont les opéras de jeunesse. Ces œuvres n'ont rien de particulièrement remarquable et sont rarement jouées de nos jours. Avec Le Vaisseau fantôme (Der fliegende Holländer), puis Tannhäuser et Lohengrin, Wagner écrit ses premiers grands opéras romantiques. La période de la maturité débute avec la composition de Tristan et Isolde (Tristan und Isolde), souvent considéré comme son chef-d'œuvre. Viennent ensuite Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg (Die Meistersinger von Nürnberg) et L'Anneau du Nibelung (Der Ring des Nibelungen). L'Anneau du Nibelung, également appelé Tétralogie, est un ensemble de quatre opéras inspirés des mythologies allemandes et scandinaves. Le dernier opéra de Wagner, Parsifal, est une œuvre contemplative tirée de la légende chrétienne du saint Graal. À travers ses œuvres et ses essais théoriques, Wagner exerça une grande influence dans l'univers de la musique lyrique. Mariant le théâtre et la musique pour créer le « drame musical », il se fit le défenseur d'une conception nouvelle de l'opéra, dans laquelle l'orchestre occupe une place au moins aussi importante que celle des chanteurs. L'expressivité de l'orchestre est accrue par l'emploi de leitmotivs (petits thèmes musicaux d'une grande puissance dramatique qui évoquent un personnage, un élément de l'intrigue, un sentiment...), dont l'évolution et l'enchevêtrement complexe éclairent la progression du drame avec une richesse infinie. Contrairement à presque tous les autres compositeurs d'opéras, Wagner écrivait lui-même ses livrets, empruntant la plupart de ses arguments à des légendes et mythologies européennes, le plus souvent germaniques. Ses œuvres acquièrent de ce fait une unité profonde.

Quelques rares œuvres non scéniques

En dehors de ses opéras, Wagner a composé relativement peu de musique : une seule symphonie (écrite à l'âge de 19 ans), quelques ouvertures, chorals et pièces pour piano. Parmi ces œuvres, la seule qui soit encore couramment jouée est l’Idylle de Siegfried, une merveilleuse pièce de musique de chambre écrite pour l'anniversaire de sa seconde femme Cosima, souvent jouée aujourd'hui sous sa forme symphonique. L’Idylle réunit plusieurs motifs de la Tétralogie, bien qu'elle n'en fasse pas partie. Une pièce vocale et instrumentale assez peu jouée et un peu oubliée mérite d'être mise en lumière. Elle date de 1843 et se nomme Das Liebesmahl der Apostel (La Cène des apôtres). Il s'agit d'une pièce pour chœurs d'hommes et orchestre. Début 1843, Wagner vient de faire jouer Rienzi à Dresde ; grand succès. Par contre, Le Vaisseau fantôme a connu un échec cuisant. Richard Wagner, qui a été élu en début d'année au comité d'une association culturelle de la ville de Dresde, reçoit une commande qui doit évoquer le thème de la Pentecôte. La première de cette œuvre aura lieu à la Dresdner Frauenkirche le 6 juillet 1843, et sera interprétée par une centaine de musiciens et près de 1 200 choristes. Cette interprétration recevra un accueil chaleureux. Notons aussi la présence au catalogue d'un recueil de lieder : Die Wesendonck Lieder. Ces chants furent composés pour célébrer l'amour que Richard Wagner portait à Mathilde Wesendonck. Lors de son premier séjour à Paris, Wagner réalisa des transcriptions pour piano d'airs d'opéras à la mode et écrivit quelques mélodies pour piano dont un inattendu Mignonne, allons voir si la rose d'après Ronsard. Après avoir achevé Parsifal, Wagner eut apparemment l'intention de se tourner vers la composition de symphonies, mais il est mort sans avoir rien écrit d'important dans ce domaine. Des extraits de ses opéras sont fréquemment joués en concert comme des pièces à part entière, dans des versions éventuellement légèrement modifiées. Par exemple, le prélude du premier acte de Tristan et Isolde, joué tel quel, se prolonge souvent par la fin de l'opéra, La Mort d'Isolde, où la soprano a été remplacée par une instrumentation. Ajoutons qu'il n'est pas rare d'entendre, lors d'un mariage, le “Chœur des fiançailles”, extrait de Lohengrin.

Œuvres non musicales

Wagner était un écrivain extrêmement prolifique. On compte à son actif des centaines de livres, poèmes et articles, en plus de sa volumineuse correspondance. Ses écrits couvrent un large éventail de sujets, comme la politique, la philosophie, ou encore l'analyse de ses propres opéras. Parmi les essais les plus significatifs, on peut citer Opéra et drame (1851) et L'œuvre d'art de l'avenir (1849). Il a également écrit une autobiographie, Ma vie (1880). Wagner est à l'origine de plusieurs innovations théâtrales, telles que la conception et la construction du Festspielhaus de Bayreuth. Ce bâtiment à l'acoustique légendaire a été spécialement construit pour y jouer ses propres œuvres. Chaque été, des milliers d'amateurs d'opéra viennent du monde entier assister au célèbre festival de Bayreuth. Pendant les représentations, le public est plongé dans l'obscurité et l'orchestre joue dans une fosse, hors de la vue des spectateurs. Pour lire les textes de Wagner en anglais, se reporter à la section Références et liens.

L'antisémitisme de Wagner et l'appropriation de sa musique par les nazis

Cet aspect de la personnalité de Wagner a donné lieu à une abondante littérature polémique, largement alimentée tant par la récupération de sa musique par le régime national-socialiste que par la proximité de la famille Wagner avec l'entourage d'Adolf Hitler. L'antisémitisme de Wagner n'a rien d'exceptionnel à son époque. Ces discours, comme les préjugés raciaux en général, étaient courants. Mais ces thèses étaient déjà combattues : Nietzsche par exemple se brouillera avec Wagner en partie pour ses opinions antisémites. L'antisémitisme était un débat central à l'époque, y compris aux yeux mêmes de nombreux intellectuels juifs. Entre pogrom et assimilation, les discussions entre penseurs juifs faisaient rage. Tout au long de sa vie, dans ses conversations, dans ses écrits, Richard Wagner n'a cessé d'émettre des opinions violemment antisémites. Accusant fréquemment les Juifs, et en particulier les musiciens juifs, d'être des étrangers nuisibles à l'Allemagne, il préconisait leur assimilation à la culture germanique. L'assimilation était aussi sujet de débat entre les intellectuels juifs. Le premier essai de Wagner, Le Judaïsme dans la musique, est publié en 1850 dans la revue Neue Zeitschrift für Musik sous le pseudonyme de « K. Freigedenk » (« libre pensée »). Wagner s'était donné pour but d'expliquer la prétendue « aversion populaire » envers la musique des compositeurs juifs tels que Felix Mendelssohn Bartholdy ou Giacomo Meyerbeer. Il écrivit notamment que le peuple allemand était « repoussé » par les Juifs en raison « de leur aspect et de leur comportement d'étrangers » ; les Juifs « sont des anomalies de la nature » jasant « de leurs voix grinçantes, couinantes et bourdonnantes ». Wagner alléguait que les musiciens juifs, n'étant pas en relation avec l'esprit authentique du peuple allemand, ne pouvaient qu'écrire une musique artificielle, sans aucune profondeur, et rabâcher la vraie musique à la manière des perroquets. L'article attira peu l'attention. Cependant, après que Wagner l'eut publié de nouveau en 1869 sous la forme d'un pamphlet signé de son véritable nom, de vives protestations s'élevèrent dans le public d'une représentation des Maîtres Chanteurs. Wagner a également attaqué les Israélites dans d'autres essais. Dans Qu'est-ce qui est allemand ? (1879), il écrivit par exemple : « Les Juifs le travail intellectuel allemand entre leurs mains. Nous pouvons ainsi constater un odieux travestissement de l'esprit allemand, présenté aujourd'hui à ce peuple comme étant sa prétendue ressemblance. Il est à craindre qu'avant longtemps la nation prenne ce simulacre pour le reflet de son image. Alors, quelques-unes des plus belles dispositions de la race humaine s'éteindraient, peut-être à tout jamais. » En dépit de ses écrits antisémites, Wagner eut plusieurs amis juifs. Le plus représentatif d'entre eux est sans doute le chef d'orchestre Hermann Levi, un Juif pratiquant que Wagner désigna pour diriger la première représentation de Parsifal. Le compositeur souhaita d'abord que Levi se fît baptiser (sans doute en raison du contenu religieux de cet opéra), mais renonça finalement à cette exigence. Levi maintint des relations très amicales avec Wagner et fut sollicité, à ses funérailles, pour porter son cercueil. Notons enfin que l'antisémitisme de Wagner n'est quasiment pas évoqué, dans ses abondants écrits, par son plus fervent admirateur, le viennois Arnold Schoenberg (1874 - 1951), fils de commerçants israélites convertis. Schoenberg réembrassa la foi judaïque dans les années 1930. Après la mort de Wagner à Venise en 1883, Bayreuth devint le lieu de rassemblement d'un groupe soutenu par Cosima et formé d'admirateurs zélés du compositeur. À la mort de Cosima et de Siegfried en 1930, la responsabilité du festival échut à la veuve de ce dernier, Winifred Wagner, une amie personnelle d'Adolf Hitler. Hitler était lui-même un zélateur de Wagner, donnant une lecture national-socialiste à un antisémitisme retiré de son contexte et aux thèmes germaniques qui jalonnent son œuvre, censée inscrire le maître de Bayreuth dans l'idéologie nazie. Il déclara un jour que le national-socialisme n'avait qu'un seul prédécesseur légitime : Richard Wagner. Woody Allen en a fait un trait d'humour célèbre : « Quand j'écoute trop Wagner, j'ai envie d'envahir la Pologne. » Les nazis faisaient un usage courant de cette musique et la jouaient lors de leurs grands rassemblements. Ce n'était pas le seul compositeur apprécié des nazis : on oublie que Beethoven ou Bruckner furent aussi récupérés par le régime. Eut égard à cette ambiguïté, les œuvres de Wagner ne sont pas représentées en public en Israël, pays pourtant de très haute culture musicale (largement fondée à l'origine par des Juifs d'Europe centrale imprégnés de civilisation germanique), où d'ailleurs Wagner est couramment diffusé sur des stations de radio ou sur des chaînes de télévision d'État sans créer plus de scandale qu'à New York, Paris ou Berlin. Jusqu'à présent, toutes les tentatives de représentation publique (notamment par le pianiste et chef d'orchestre Daniel Barenboïm) ont déclenché les plus vives protestations, certains auditeurs ayant même quitté la salle.

Films inspirés par Richard Wagner

- Richard Wagner, Carl Froelich, 1913 (muet).
- Toutes ses femmes (Magic fire), William Dieterle, 1956. Les arrangements musicaux sont d'Erich Wolfgang Korngold, qui interprète le rôle du chef d'orchestre Hans Richter.
- Ludwig, Requiem pour un roi vierge (Ludwig - Requiem für einen jungfräulichen König), Hans-Jürgen Syberberg, 1972.
- Ludwig, le crépuscule des dieux (Ludwig), Luchino Visconti, 1972.
- Wagner, Tony Palmer, 1983 (TV). Vaut surtout pour la reconstitution du Ring de Bayreuth en 1876.
- Richard et Cosima, Peter Padzak, 1987. En raison sans doute de son côté théâtral mais aussi de son romantisme, la musique de Wagner a été très utilisée par l'industrie cinématographique. Nul n'a oublié l'attaque des hélicoptères rythmée par la “Chevauchée des Walkyries” dans Apocalypse Now de Francis Ford Coppola ni le “Prélude” de Lohengrin au son duquel Charlie Chaplin, déguisé en Hitler, joue avec un globe dans Le Dictateur. La “Chevauchée des Walkyries” accompagne également Marcello Mastroianni dans ses fantasmes lorsqu'il s'imagine coursant et fouettant des femmes dans une ronde infernale, dans Huit et demi de Federico Fellini. On en retrouve également les notes dans la "Horde Sauvage" d'Ennio Morricone, thème illustrant la charge de 150 cavaliers sans foi ni loi dans "Mon Nom est Personne" (1973). En 1965, Yukio Mishima accomplit au cinéma le morbide rituel du seppuku aux sons du “Liebestod” de Tristan et Isolde, dans Yukoku (Patriotisme), film de trente minutes, longtemps interdit à la projection par la veuve de l'écrivain. Ce liebestod avait déjà été utilisé en 1961 par Luis Buñuel et Salvador Dalí dans Un chien andalou. C'est aussi la musique de Tristan qui accompagne le traquenard qui conclut Freaks, la monstrueuse parade de Tod Browning ; elle apparaît aussi dans les arrangements de Bernard Herrmann pour Vertigo et dans The Milkman collector, un sketch des Monty Python ! Excalibur de John Boorman est rythmé par la musique du Ring, tandis que Le Nouveau Monde de Terrence Malick s'ouvre avec le “Prélude” de L'Or du Rhin que l'on peut entendre aussi dans une scène du "Nosferatu" de Werner Herzog (1979). De nombreux musiciens hollywoodiens ont été influencés par Wagner : Erich Wolfgang Korngold, Max Steiner… Entre autres sources d'inspiration pour La Guerre des étoiles de George Lucas figure la Tétralogie : Luke Skywalker et Leia partagent avec Siegmund et Sieglinde la gémellité amoureuse. Leur père, Darth Vader, est proche de Wotan dans sa volonté de pouvoir contrariée par ses propres enfants. Le leitmotiv de Darth Vader évoque celui des Géants et, symboliquement, il est immolé sur un bûcher pour clore le cycle. Notons également que "la chevauchée des Walkyries" a été utilisé dans le film "naissance d'une nation" de Griffith démontrant une nature vile et fourbe des afro-américains.

Références et liens

===
Sujets connexes
Adolf Hitler   Allemagne   Anton Bruckner   Apocalypse Now   Appoggiature   Arnold Schönberg   Arthur Schopenhauer   Bayreuth   Bernard Herrmann   Biebrich   Broderie (musique)   Bruno Lussato   Carl Maria von Weber   Charlie Chaplin   Chef d'orchestre   Choral   Christoph Willibald Gluck   Compositeur   Contrepoint rigoureux   Cosima Wagner   Daniel Barenboïm   Dresde   Edvard Grieg   Erich Wolfgang Korngold   Ernst Theodor Amadeus Hoffmann   Excalibur (film, 1981)   Federico Fellini   Felix Mendelssohn Bartholdy   Festival de Bayreuth   Francis Ford Coppola   Franz Liszt   Freaks, la monstrueuse parade   Friedrich Nietzsche   Frédéric-Auguste II de Saxe   Fáfnir   George Bernard Shaw   George Lucas   Giacomo Meyerbeer   Graal   Guillaume II d'Allemagne   Gurre-Lieder   Hans-Jürgen Syberberg   Hans Richter (chef d'orchestre)   Hans Sachs   Hans von Bülow   Harmonie   Henri Albert   Hermann Levi   Huit et demi   Israël   Italie   Jacques Chailley   Jazz   Johann Sebastian Bach   John Boorman   Joseph Arthur de Gobineau   Joseph Haydn   L'Anneau du Nibelung   L'Art de la fugue   L'Or du Rhin   La Guerre des étoiles   La Nuit transfigurée (Arnold Schönberg)   La Walkyrie   Lac des Quatre Cantons   Le Cas Wagner   Le Crépuscule des dieux (opéra)   Le Dictateur   Le Nouveau Monde (film, 2005)   Le Vaisseau fantôme (opéra)   Leipzig   Leitmotiv   Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg   Lied   Liste des œuvres en prose de Richard Wagner   Lohengrin (opéra)   Londres   Louis II de Bavière   Lucerne   Luchino Visconti   Ludwig, le crépuscule des dieux   Ludwig van Beethoven   Luis Buñuel   Magdebourg   Marcel Schneider   Marcello Mastroianni   Marie d'Agoult   Max Steiner   Mayence   Mesure pour mesure   Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine   Missa Solemnis   Monty Python   Munich   Musique de chambre   Mythologie   Neue Zeitschrift für Musik   Note de passage   Opéra (musique)   Ouverture (musique)   Palais des festivals de Bayreuth   Paris   Parsifal   Philosophie   Piano   Pierre Boulez   Pierre de Ronsard   Piotr Ilitch Tchaïkovski   Politique   Pologne   René Leibowitz   Rienzi   Rīga   Salvador Dalí   Seppuku   Siegfried (opéra)   Siegfried Wagner   Sueurs froides   Symphonie   Symphonie n° 9 de Beethoven   Tannhäuser (opéra)   Terrence Malick   Thomas Mann   Théorie de la musique occidentale   Tod Browning   Tristan et Isolde   Un chien andalou   Université de Leipzig   Venise   Victor Hugo   Wahnfried   Weimar   Wesendonck-Lieder   Wilhelm Furtwängler   William Dieterle   William Shakespeare   Winifred Wagner   Wolfgang Amadeus Mozart   Woody Allen   Wurtzbourg   Yukio Mishima   Zurich  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^