Tadeusz Kościuszko

Infos
Tadeusz Kosciusko Andrzej Tadeusz Bonawentura Kościuszko (1746 – 1817) est un héros national polonais, lituanien et bielorusse, général et dirigeant du soulèvement de 1794 contre la Russie. Il participe à la guerre d'indépendance américaine comme colonel dans l'armée continentale aux côtés de Washington. En signe de reconnaissance de ses services, il est élevé par le Congrès au grade de général de brigade en et naturalisé citoyen des États-Unis en 1783. S
Tadeusz Kościuszko

Tadeusz Kosciusko Andrzej Tadeusz Bonawentura Kościuszko (1746 – 1817) est un héros national polonais, lituanien et bielorusse, général et dirigeant du soulèvement de 1794 contre la Russie. Il participe à la guerre d'indépendance américaine comme colonel dans l'armée continentale aux côtés de Washington. En signe de reconnaissance de ses services, il est élevé par le Congrès au grade de général de brigade en et naturalisé citoyen des États-Unis en 1783. Son nom s'écrit Tadas Kosciuška en lituanien, Тадэвуш Касцюшка (Tadevuš Kaściuška) en bielorusse.

Biographie

Jeunesse

Manoir de Mereszowszczyzna Tadeusz Kościuszko naît le 4 février 1746, dans le village de Mereczowszczyzna, dans le Grand Duché de Lituanie, dans la confédération lituano-polonaise (maintenant Kosava en Biélorussie) ; il est le fils de Ludwik Tadeusz Kościuszko et de Tekla (née Ratomska). Son ancêtre était un certain Konstanty, un courtisan du roi Sigismond I, qui lui accorda en 1509 le village de Sihnievičy (en polonais : Siechnowicze) et des fonctions importantes, et l'anoblit. Cependant, à l'époque où Tadeusz voit le jour, sa famille est déjà quelque peu appauvrie et le village, avec son petit manoir, est son unique propriété. En 1755, Tadeusz et son frère aîné Józef entament des études dans une école de Piarist, à Lubieszów. Après cinq ans, en 1760, l'un et l'autre son contraints de rentrer chez eux, suite à des problèmes familiaux. Józef est choisi pour hériter de la propriété familiale, et Tadeusz décide d'embrasser la carrière militaire. Armoiries de la famille. En 1764, le roi Stanislas II Auguste crée la Szkoła Rycerska, une université qui doit former des officiers et des serviteurs de l'État compétents. Le 18 décembre 1765, Tadeusz Kościuszko fait son entrée dans la nouvelle école et dans le corps des cadets. Indépendamment des sujets strictement militaires, il étudie l'histoire de la Pologne et du monde, la philosophie, le latin, le polonais, l'allemand et le français, aussi bien que le droit, l'économie, la géographie, l'arithmétique, la géométrie et l'ingénierie. Diplômé, il est promu au grade de capitaine.

Kościuszko en France

En 1769, Kościuszko et son collègue Orłowski se voient accorder une bourse royale d'études et, le 5 octobre, partent pour Paris. Là, Kościuszko étudie brièvement à l'Académie des Beaux-Arts, mais, bientôt, il réalise que la carrière de peintre ne correspond pas à ses rêves. Cependant, en tant qu'étranger, il ne peut entrer dans aucune académie militaire française et il manque des fonds nécessaire pour suivre des études d'ingénieur. Cependant, pendant cinq ans, Kościuszko étudie comme externe, en allant à diverses conférences et dans les bibliothèques des académies militaires de Paris. Son séjour dans la France prérévolutionnaire a une influence énorme sur ses vues politiques ultérieures.

Retour en Pologne

Après le partage de la Pologne de 1772, ses voisins, la Russie, la Prusse et l'Autriche, annexent une large partie du territoire polonais et assoient leur influence sur la politique interne de la Pologne et de la Lituanie. Le pays est contraint de réduire l'armée polonaise à 10 000 soldats. Quand Kościuszko rentre finalement chez lui en 1774, il n'y a plus de place pour lui dans les forces armées. Sa difficile situation économique brise également tout espoir de pouvoir se marier et, à l'automne 1775, Kościuszko décide d'émigrer.

Dresde et Paris

À la fin de 1775, Kościuszko arrive à Dresde, où il espère entrer dans l'armée du prince-électeur de Saxe. Cependant, il est refusé et décide de retourner à Paris. Là, il apprend la nouvelle du déclenchement de la guerre d'indépendance américaine, qui voit les anciennes colonies britanniques d'Amérique du Nord se révolter contre la Couronne et engager le combat pour l'indépendance. Les premiers succès américains connaissent une bonne publicité en France, où le peuple défend ouvertement la cause des révolutionnaires.

La guerre d'indépendance américaine

Portrait de Tadeusz Kościuszko par Marcin Jabłoński, 1827 Kościuszko est recruté en France par Silas Deane et Benjamin Franklin. En août 1776, il arrive en Amérique. Il sert d'abord comme volontaire, mais le Congrès le nomme colonel des ingénieurs dans l'armée continentale le 18 octobre 1776. Grâce à la recommandation du prince Adam Kazimierz Czartoryski et du général Charles Lee, Kościuszko est nommé à la tête du corps d'ingénieurs de l'armée américaine. Il est envoyé en Pennsylvanie pour travailler avec l'armée américaine. Peu après son arrivée, il lit la déclaration d'indépendance des États-Unis. Kościuszko est bouleversé par le document car il y retrouve ses propres convictions - si ému qu'il décide de rencontrer Thomas Jefferson, l'auteur de la Déclaration. Les deux hommes se rencontrent en Virginie peu de mois après. Après avoir passé la journée à discuter de philosophie et d'autres sujets, ils finissent pas devenir de grands amis. À plusieurs occasions, Kościuszko est invité à Monticello, où il fait des séjours prolongés. La première tâche de Kościuszko en Amérique est la fortification de Philadelphie. Le 24 septembre 1776, Kościuszko reçoit l'ordre de fortifier les rives de le Delaware contre une possible traversée britannique. Au printemps 1777, il est affecté à l'Armée du Nord sous les ordres du général Horatio Gates. Comme ingénieur en chef de l'armée, il dirige la construction de plusieurs forts et camps militaires fortifiés le long de la frontière canadienne. Son travail contribue de manière significative au succès de la retraite américaine après la bataille de Ticonderoga et la victoire de Saratoga en 1777. Après la bataille, Kościuszko, considéré comme l'un des meilleurs ingénieurs du service américain, est chargé par George Washington de travaux d'ingénierie militaire sur la forteresse de West Point, sur la Hudson River. Il demande à être transféré à l'Armée du Sud, où il contribue également de manière significative aux victoires américaines. Après sept ans de service, le 13 octobre 1783, Kościuszko est promu par le Congrès au grade de général de brigade. Il se voit accorder la citoyenneté américaine, deux kilomètres carrés et demi de terre en Amérique et une importante somme d'argent. Il se sert de l'argent pour aider plusieurs esclaves noirs à gagner leur liberté. En outre, il est admis au sein de la prestigieuse Société de Cincinnati, l'une des trois seuls étrangers amis dans ses rangs, et à la Société philosophique américaine.

Retour en Pologne

Vue aérienne du Fort Kościuszko à Cracovie (1915) En juillet 1784, Kościuszko se met en route vers la Pologne, où il arrive le 12 août. Il s'installe dans son village de Siechnowicze. La propriété, administrée par le beau-frère de Tadeusz, rapporte de faibles mais stables profits et Kościuszko décide de limiter la corvée de ses serfs à deux jours par semaine, tandis qu'il libère complètement toutes les serves. Ce geste est vu par la szlachta locale comme un signe du dangereux libéralisme de Kościuszko. À cette époque, la situation interne en Pologne change rapidement. Un groupe important, mais encore informel, de politiciens met en avant la nécessité de réformes et de la consolidation de l'État. Des écrivains politiques notables comme Stanisław Staszic et Hugo Kołłątaj défendent l'idée d'une libération des serfs, l'octroi de plus de droits aux bourgs et le renforcement de l'autorité centrale. Ces idées sont soutenues par une large partie de la szlachta, qui veut également la fin du diktat étranger et meddling in les affaires internes polonaises. Finalement, le Sejm Wielki de 1788-1792 vote les réformes nécessaires. L'une des premières mesures votées par le nouveau parlement est la création d'une armée forte de 100 000 hommes pour défendre les frontières de la Pologne contre une agression étrangère. Kościuszko voit là une chance de reprendre du service dans l'armée et de servir son pays dans le champ où il a le plus d'expérience. Il s'engage dans l'armée et, le 12 octobre 1789, est nommé par le roi général de division. Avec ce poste, il obtient un salaire élevé de 12 000 złotys par an, qui met un terme à ses difficultés financières. La situation interne en Pologne et les réformes de la Constitution polonaise du 3 mai 1791, la première constitution écrite de l'ère moderne en Europe (quelques mois avant la constitution française du 3 septembre 1791) et la seconde au monde, après la constitution américaine de 1787, sont regardées par les pouvoirs voisins comme une menace pour leur influence sur la politique polonaise. Le 14 mai 1792, les magnats conservateurs créent la Confédération de Targowica, qui demande à l'impératrice russe Catherine II de les aider à renverser la constitution. Le 8 mai 1792, une armée russe de 100 000 hommes traverse la frontière polonaise et avance vers Varsovie, ouvrant ainsi la guerre de défense de la constitution.

Guerre de défense de la constitution

"Kościuszko à la bataille de Racławice" (fragment), Jan Matejko 465 x 897 cm, musée national de Cracovie. Bien que le plan pour la création d'une armée forte de 100 000 hommes en Pologne n'ait pas été pas accompli en raison de difficultés économiques, l'armée polonaise est bien entraînée et préparée à la guerre. Avant que les Russes aient envahi la Pologne, Kościuszko est nommé commandant adjoint de la 3 division d'infanterie de la Couronne du prince Józef Poniatowski. Quand ce dernier est nommé commandant en chef de l'ensemble de l'armée polonaise en mai 1792, Kościuszko assume automatiquement le commandement de l'unité. Après la trahison des alliés prussiens, l'armée de Lituanie ne s'oppose pas à l'avancée russe. L'armée polonaise est trop faible pour s'opposer à l'ennemi, qui avance en Ukraine, et se retire sur la rive ouest de la rivière Bug, où elle se regroupe et contre-attaque. Victorieux à la bataille de Zieleńce (18 juin), Kościuszko est parmi les premiers à recevoir la médaille de la vertu militaire nouvellement créée, la plus haute distinction militaire de la Pologne, encore aujourd'hui. Lors des batailles suivantes de Włodzimierz (17 juillet) et de Dubienka (18 juillet), Kościuszko repousse un ennemi supérieur en nombre et commence à être regardé comme le plus brillant commandant militaire polonais de l'époque. Le 1792, le roi promeut Kościuszko au grade de général de corps d'armée. Cependant, avant l'arrivée de sa nomination au camp de Kościuszko à Sieciechów, Stanislas Auguste rejoint les rangs de la Confédération de Targowica et se rend aux Russes.

Émigration

La capitulation du roi est un rude coup pour Kościuszko, qui n'a subi aucune défaite durant la campagne. Avec de nombreux autres commandants et hommes politiques polonais notables, il s'enfuit à Dresde, puis à Leipzig, où les émigrés commencent à préparer un soulèvement contre le gouvernement russe en Pologne. Les politiciens, regroupés autour d'Ignacy Potocki et d'Hugo Kołłątaj, prennent contact avec des groupes d'opposition similaires formés en Pologne et, au printemps 1793, sont rejoints par d'autres politiciens et révolutionnaires, parmi lesquels Ignacy Działyński et Karol Prozor. Tadeusz Kościuszko en 1789 peint par Juliusz Kossak Le 26 août 1792, l'Assemblée législative française décerne à Kościuszko la citoyenneté française à titre honorifique en l'honneur de son combat en faveur de la liberté de sa patrie et des idées d'égalité et de liberté. Après deux semaines à Leipzig, Kościuszko se rend à Paris, où il tente de gagner le soutien français dans les projets de soulèvement polonais. Le 13 janvier 1793, la Prusse et la Russie signent le second partage de la Pologne, qui est ratifié par l'Union de Grodno le 17 juin. Une telle conclusion représente un immense espoir pour les membres de la Confédération de Targowica, qui voient leur action comme une défense des privilèges séculaires des magnats, mais ils sont aujourd'hui considérés par la majorité de la population polonaise comme des traitres. Après le partage, la Pologne devient un petit pays d'environ 200 000 kilomètres carrés et d'une population d'environ 4 millions d'habitants. L'économie est ruinée et le soutien à la cause de l'insurrection monte de manière significative, en particulier parce qu'il ne reste plus aucune opposition sérieuse, avec le discrédit de Confédération de Targowica. En juin 1793, Kościuszko prépare un plan de soulèvement de l'ensemble de la nation, la mobilisation de toutes les forces et une guerre contre la Russie. En Pologne, les préparatifs sont lents, et il décide de remettre son déclenchement. Cependant, la situation, en Pologne, change rapidement. Les gouvernements russes et prussiens contraignent à nouveau la Pologne à disperser la majorité de ses forces armées et des unités réduites sont recrutées par l'armée russe. En outre, en mars, les agents tsaristes découvrent le groupe des révolutionnaires de Varsovie et commence l'arrestation des politiciens et commandants militaires polonais notables. Kościuszko est contraint d'avancer l'exécution de son plan et, le 15 mars 1794, il se rend à Cracovie.

Le soulèvement de Kościuszko

Tadeusz Kościuszko faisant le vœu de libérer la Pologne de l'oppression sur la place du marché de Cracovie le 24 mars 1794. Une peinture de 1797 pat Franciszek Smuglewicz. Mémorial du vœu de Tadeusz Kościuszko le 24 mars 1794 à Cracovie Pendant le soulèvement, Kościuszko devient le Naczelnik (commandant en chef) de l'ensemble des forces polono-lituaniennes combattant contre l'occupation russe et lance l'appel à l'insurrection, la fameuse proclamation de Połaniec. Le soulèvement dure plusieurs mois, en particulier tourné contre les Russes. Sa principale caractéristique est d'intégrer de nombreux paysans. Kościuszko remporte des succès initiaux, en particulier la bataille de Racławice, notamment grâce à ces bataillons de « faucheurs ». L'ouest de la Pologne se soulève alors contre les Prussiens. Ce soulèvement oblige ces derniers à retirer leurs troupes engagées en France pour les amener en Pologne, favorisant la victoire des armées révolutionnaires françaises. Admirateur de l'exemple français et conscient que la révolution ne peut durer qu'avec le soutien de la paysannerie, Kościuszko lui accorde certaines libertés par l'édit de Polaniec. Mais celui-ci vient trop tard, après des siècles de servage, et ses effets sont limités par la noblesse. Le général est blessé à la bataille de Maciejowice et fait prisonnier par les Russes, qui l'emprisonnent à Saint-Petersbourg. Le soulèvement est brisé peu après avec le massacre de Praga. Kościuszko ne peut éviter le dernier partage de la Pologne, en 1795, qui fait totalement disparaître le pays de la carte européenne.

Dernières années

En 1796, Paul Ier de Russie pardonne à Kościuszko, qu'il libère. En échange de son serment de loyauté, Paul Ier libère également environ 20 000 prisonniers politiques polonais encore internés dans les prisons russes et exilés en Sibérie. Kościuszko émigre aux États-Unis, mais, l'année suivante, il rentre en Europe et, en 1798, il arrive à Breville, près de Paris. Toujours dévoué à la cause polonaise, Tadeusz Kościuszko prend part à la création des Légions polonaises. En outre, le 17 octobre et le 6 novembre 1799, il rencontre Napoléon Bonaparte. Cependant, il ne fait pas confiance au consul français et décide de ne pas soutenir ses idées de re-création de la Pologne sous les auspices de la France. Il demeure un homme politique actif dans le cercle des émigrés polonais en France et, en 1799, est l'un des membres fondateurs de la Société des Polonais républicains (en polonais : Towarzystwo Republikanów Polskich). Cependant, il ne rentre pas dans le Duché de Varsovie et ne rejoint pas l'armée polonaise reconstituée, alliée à Napoléon. Au lieu de cela, après la chute de Empire de Napoléon en 1815, il rencontre le tsar Alexandre Ier de Russie à Braunau. Alexandre lui demande d'aller à Varsovie. Cependant, peu après, à Vienne, Kościuszko apprend que le Congrès du Royaume de Pologne créé par le tsar serait toujours aussi réduit que le Duché de Varsovie. Kościuszko qualifie cette entité de « plaisanterie »Voir et, ne recevant aucune réponse aux lettres qu'il a envoyé au tsar, il quitte Vienne et se rend à Soleure, en Suisse, où son ami Franciszek Zeltner est maire. Souffrant d'une médiocre santé et de vieilles blessures, Tadeusz Kościuszko meurt là d'une chute de cheval le 15 octobre 1817. En 1818, ses cendres sont transférées à Cracovie et déposées dans une crypte de la cathédrale Wawel, le panthéon des héros et rois nationaux polonais. Ses descendants sont encore l'objet d'honneurs de nos jours.

Choses et lieux nommés d'après Kościuszko

Philadelphie. La maison est maintenant le Mémorial national Tadeusz Kosciusko, administré par le Parc historique de l’Indépendance nationale. Héros national à la fois de la Pologne et des États-Unis, Kościuszko a donné son nom à de nombreux lieux dans le monde : En Australie. Un explorateur polonais, le comte Paweł Edmund Strzelecki, a baptisé le sommet de l’Australie mont Kosciuszko, en son honneur. De nos jours, la montagne est le centre du Parc national du Kosciuszko. Monument en hommage à Tadeusz Kościuszko à Poznań Aux États-Unis. Il a donné son nom à la ville de Kosciusko dans le Mississippi, au comté de Kosciusko, dans l’Indiana, à l'île Kosciusko, dans l'archipel Alexandre du Sud-Est de l'Alaska, aux deux ponts Kosciuszko de l’État de New York (l’un juste au nord d'Albany, l’autre sur la voie express reliant Brooklyn au Queens), à la rue Kosciuszko et au pont Kosciuszko qui traverse le fleuve Naugatuck, à Naugatuck (Connecticut), au parc Kosciuszko près de la basilique polonaise de Saint-Josaphat à Milwaukee (Wisconsin) (elle possède une statue équestre en son honneur), ou à la voie Tadeusz Kosciusko de Los Angeles. Il existe des statues de lui à Détroit, au Jardin public de Boston, à Scranton (Pennsylvanie), au Museum Campus de Chicago, au parc Lafayette de Washington, à la USMA de West Point (New York), au Parc Williams de St Petersburg (Floride) et, depuis 2006, au Red Bud Springs Memorial Park de Kosciusko (Mississippi). À Philadelphie, sa demeure est conservée sous la forme du Mémorial national Tadeusz Kiosciusko et son monument se tient au coin de Benjamin Franklin Parkway et de la 18 rue. À Hamtramck (Michigan) existe une école Kosciuszko Middle School. Chicago a un parc public à son nom, et la ville d'East Chicago, dans l’Indiana, a un parc public (avec une statue), une école, tous au nom de Kosciuszko. Monticule Kościuszko à Olkusz. Élevé en 1861 en mémoire de Tadeusz Kościuszko. Reproduction plus petite du monticule Kościuszko de Cracovie. Détruit par les Russes durant le soulèvement en 1863. Reformé en 1917. En Pologne. Chaque ville importante a une rue ou une place baptisée du nom de Kościuszko. En outre, entre 1820 et 1823, les citoyens de Cracovie ont érigé un monticule en mémoire le patrioteVoir . Une élévation semblable a été érigée en 1861 à OlkuszVoir . Il est également patron de l’université de technologie de Cracovie, de l’université militaire de Wrocław (en polonais : Wyższa Szkoła Oficerska Wojsk Lądowych) et d'innombrables autres écoles et gymnasia de Pologne. Il est également le patron du 1 régiment de la 5 division polonaise Rifle, de la 1 division de la 1 armée polonaise et du 303 escadrille de chasse polonaise de la RAF. Il a également donné son nom à des navires : le S/S Kosciuszko, un transtatlantique lancé en 1915 et l’ORP Generał Tadeusz Kościuszko, une ancienne frégate de la marine américaine passée à la Pologne. Plusieurs lieux d’Europe ont reçu le nom de Kościuszko à Belgrade en Serbie (Ulica Tadeuša Košćuška) ou à Budapest en Hongrie (Kosciuszkó Tádé utca). À Vilnius, la capitale de la Lituanie, l'une des rues les plus importantes est baptisée du nom de Kosciuszko (Kosciuškos gatvė).

Voir aussi

-Constitution polonaise du 3 mai 1791
-Partitions de la Pologne
-Confédération de Targowica
-Légions polonaises (armée française)

Bibliographie

- James S. Pula, Thaddeus Kosciuszko: The Purest Son of Liberty, Hippocrene Books, 1998
- Leanid Niestsiarchuk, Андрэй Тадэвуш Банавентура Касцюшка: Вяртаннегероя нарадзіму (en bielorusse) Andrzej Tadeusz Bonawentura Kosciuszko : Retour du héros sur sa terre natale, Brest-Litovsk, 2006
- Manifeste constitutif de l’insurrection nationale, dressé par les habitants du palatinat de Krakovie, sous les auspices de Thade Kościuszko, en commençant une nouvelle guerre de l’indépendance de la Pologne - Recueil des traités, convention et actes diplomatiques concernant la Pologne (1762 – 1862) par le comte d’Angeberg
- "Notice biographique sur Kościuszko" ; par Léonard Chodzko ; Fontainebleau 1837
-
- "Histoire des Légions Polonaises en Italie, sous le commandement du Général Dombkowski" ; par Léonard Chodzko ; 2 vol. Paris 1829.
- "Histoire militaire, politique et privée de Kościuszko" par Léonard Chodzko ==
Sujets connexes
Adam Kazimierz Czartoryski   Alaska Panhandle   Albany (New York)   Alexandre Ier de Russie   Allemand   Amérique   Archipel Alexandre   Arithmétique   Australie   Autriche   Bataille de Praga   Bataille de Racławice   Bataille de Saratoga   Belgrade   Benjamin Franklin   Biélorussie   Boston   Braunau   Budapest   Canada   Capitaine   Catherine II de Russie   Chicago   Cincinnati   Colonel   Comté de Kosciusko   Confédération de Targowica   Congrès   Constitution de 1791   Constitution polonaise du 3 mai 1791   Courtisan   Cracovie   Delaware (fleuve)   Dresde   Droit   Duché de Varsovie   Détroit   Europe   France   Français   George Washington   Grade   Gymnasium   Général de brigade   Général de corps d'armée   Géographie   Géométrie   Hamtramck (Michigan)   Histoire de la Pologne   Hongrie   Horatio Gates   Hugo Kołłątaj   Indiana   Jan Matejko   Kilomètre   Latin   Leipzig   Libéralisme   Lituanie   Lituanien   Los Angeles   Légions polonaises (armée française)   Mississippi (État)   Mont Kosciuszko   Monticello (Virginie)   New York (État)   Parc national du Kosciuszko   Paris   Partitions de la Pologne   Paul Ier de Russie   Pennsylvanie   Philadelphie   Philosophie   Pologne   Polonais   Premier Empire   Prusse   Royal Air Force   Russie   Révolution française   Saxe   Scranton (Pennsylvanie)   Serbie   Sibérie   Sigismond Ier de Pologne   Silas Deane   Stanisław Staszic   Suisse   Szlachta   Thomas Jefferson   Ukraine   Université   Varsovie   Vienne (Autriche)   Village   Vilnius   Virginie   Washington (District de Columbia)   Wrocław  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^