Enceintes de Paris

Infos
Au fur et à mesure de sa croissance, Paris s'est entourée de plusieurs enceintes ou murs successifs. Les enceintes de Paris ont rythmé la croissance de la capitale, favorisant son extension lorsqu'elles englobaient et protégaient une partie de la campagne environnante, au risque souvent d'une certaine surpopulation. Ils ont laissé peu de traces sur le plan architectural : quelques pans de l'enceinte de Philippe-Auguste, quelques pavillons de Ledoux rescapé
Enceintes de Paris

Au fur et à mesure de sa croissance, Paris s'est entourée de plusieurs enceintes ou murs successifs. Les enceintes de Paris ont rythmé la croissance de la capitale, favorisant son extension lorsqu'elles englobaient et protégaient une partie de la campagne environnante, au risque souvent d'une certaine surpopulation. Ils ont laissé peu de traces sur le plan architectural : quelques pans de l'enceinte de Philippe-Auguste, quelques pavillons de Ledoux rescapés du Mur des Fermiers généraux... C'est surtout dans le tissu urbain, en particulier dans les ceintures concentriques de boulevards, que les enceintes ont profondément marqué l'évolution urbaine de Paris.

Liste des enceintes de Paris

César indique seulement que Lutèce était un camp fortifié installé sur une île, dont l'identification avec l'Île de la Cité est d'ailleurs contestée. La première enceinte de Paris fut donc sans doute construite par les Gaulois et doublée d'une protection naturelle : la Seine.

Enceinte gallo-romaine

Lors des premières invasions barbares, vers 285, les habitants de Lutèce abandonnent les quartiers de la rive gauche et se réfugient sur l'Île de la Cité. Ils protègent la moitié orientale de l'île par un mur pour la construction duquel ils récupèrent certaines pierres dans les Arènes de Lutèce.

Une première enceinte médiévale ?

En se basant sur certains témoignages et noms de lieux ou de bâtiments, on estime qu'il a peut-être existé une enceinte autour du centre de Paris vers le . On n'en a toutefois retrouvé aucune trace concrète.

Enceinte de Philippe-Auguste

Enceinte de Charles V

Enceinte de Louis XIII

Mur des Fermiers généraux

Enceinte de Thiers

La poterne des Peupliers, l'un des seuls vestiges encore visibles de l'enceinte de Thiers La porte de Pantin vers 1908 Saint-Ouen Louis-Philippe, proclamé roi des Français en 1830, était convaincu que la clé de la défense du territoire était d'empêcher Paris de tomber trop facilement aux mains des armées étrangères comme en 1814. Aussi conçut-il le projet de construire autour de la capitale une enceinte de fortifications qui rendraient la ville imprenable. Un premier projet fut présenté à la Chambre des députés au début de 1833 par le maréchal Soult, président du Conseil et ministre de la Guerre. Il suscita d'emblée une très vive résistance de la part de la gauche, dont les orateurs soupçonnèrent – ou feignirent de soupçonner – de la part du gouvernement des arrière-pensées de politique intérieure : on affirmait que les fortifications étaient en réalité destinées non à défendre la France, mais à menacer les Parisiens au cas où ils viendraient à se révolter contre le pouvoir royal. Cette enceinte de 33 kilomètres, familièrement désignée par le terme « les fortif' », était constituée de 94 bastions, 17 portes, 23 barrières, 8 passages de chemins de fer, 5 passages de rivières ou canaux et 8 poternes, dont seuls subsistent de nos jours la Poterne des Peupliers par où la Bièvre entrait dans Paris, le bastion numero 1 situé au milieu de l'échangeur de la porte de Bercy, le bastion 45 porte de Clichy, un mur porte de la Villette, une partie de la porte d'Arcueil ainsi que différentes parties de moindre importance. Devenues inutiles, les fortifications furent détruites à partir de 1919. Leurs emplacements font d'abord place à des terrains vagues, souvent désignés par le terme « la Zone », qui seront progressivement réhabilités à partir des années 1930 par la construction de logements sociaux (les HBM) et d'équipements sportifs. La forme des anciens bastions se retrouve en plusieurs endroits dans la topologie de la voirie sur cet espace. La Zone n'était pas à proprement dit l'emplacement anciennement occupé par le mur d'enceinte, mais une bande de terre non constructible en avant du mur d'enceinte, de son fossé et de la contrescarpe qui mesurait 250 mètres de long. Désignée comme zone non-aedificandi (zone non constructible), elle fut occupée par des bidonvilles dès la fin du , avec l'abandon de sa fonction militaire. L'argot « zonard » dérive bien entendu de la ZoneGuy Le Hallé, Les fortifications de Paris, éditions Horvath.

Les forts détachés

À cette enceinte entourant Paris se rajoutait un système de forts détachésSource : extraite du site de référence, http://www.fortifs.org/ , placés à quelques kilomètres de Paris afin de constituer une première ligne de défense :
- Fort de Charenton
- Redoute de la Faisanderie
- Redoute de Gravelle
- Fort Neuf de Vincennes
- Fort de Nogent-sur-Marne
- Lunette de Nogent-sur-Marne
-Redoute de Fontenay-sous-Bois
-Fort de Rosny-sous-Bois
-Lunette de Rosny-sous-Bois
-Redoute de la Boissière (Montreuil)
- Redoute de Montreuil
-Fort de Noisy-le-Sec (Romainville)
-Lunette de Noisy-le-Sec
-Redoute de Noisy-le-Sec
- Fort de Romainville (aux Lilas)
- Lunette de Romainville
- Courtine de Romainville
- Fort d’Aubervilliers
- Batterie de Pantin
- Batterie du Rouvray
- Batterie des Vertus
- Batterie de Bouviers
- Ouvrage d’Aubervilliers
- Batterie d’Aubervilliers
- Digue du Rû de Montfort
- Fort de l’Est (Saint-Denis)
- Digue du Croult (Saint-Denis)
- Fort de la Double couronne du Nord (Saint-Denis)
- Rigole de la Briche (Saint-Denis)
- Fort de de la Briche (Saint-Denis)
- Fort du Mont-Valérien
- Fort d’Ivry
- Fort de Bicêtre (au Kremin-Bicêtre)
- Fort de Montrouge (à Arcueil)
- Fort de Châtillon (à Châtillon-sous-Bagneux et à Fontenay-aux-Roses)
- Fort de Vanves (situé à Châtillon-sous-Bagneux, puis à Vanves, et enfin à Malakoff à partir de 1860)
- Fort d’Issy Image:Fort de NOISY - Casernement du 401e DDA.JPG|Le Fort de Noisy Image:AUBERVILLIERS - Le Fort - Les Glacis.JPG|Le Fort d'Aubervilliers, aujourd'hui désaffecté et sans emploi, a été utilisé par le CEA. Des pollutions radio-actives doivent être éliminées avant toute réutilisation des emprises du Fort. Image:SAINT-DENIS-Fort de l'Est, Lycée Suger et Stade de France .JPG|Le Fort de l'Est et le Stade de France à Saint-Denis. Image:Double-Couronne de Saint-Denis -Explosion du 4 Mars 1916 - Partie du Fort qui a sauté.JPG|Le fort de la Double-Couronne de Saint-Denis, a été rasé après la Première guerre mondiale et ses emprises utilisées par des ensembles de logements. Image:SAINT-DENIS (93) - Fort de la Briche.JPG|Le fort de la Briche, aux confins de Saint-Denis et d'Épinay-sur-Seine abrite aujourd'hui la 26e compagnie d'incendie et le Centre de Formation des Cadres de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris. Image:Fort Mont-Valerien.JPG|Le Mont-Valérien. De nouveaux ouvrages avancés seront réalisés vers 1870-1880, dans la cadre des fortifications du Système Séré de Rivières Carte postale allemande antérieure à la guerre de 1914-18, montrant l'ensemble du système défensif du camp retranché de Paris

Notes de bas de page

Bibliographie

- Renaud Gagneux et Denis Prouvost, Sur les traces des enceintes de Paris, Parigramme, 2004.
- Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris.

Voir aussi

- Histoire de l'urbanisme parisien
- Portes de Paris • La Zone
- Liste de forts, fortifications, citadelles et places fortes en France ==
Sujets connexes
Adolphe Thiers   Années 1930   Arcueil   Argot   Arènes de Lutèce   Aubervilliers   Bastion   Batterie de Bouviers   Bièvre (rivière)   Boulevard périphérique de Paris   Boulevards des Maréchaux   Brigade de sapeurs-pompiers de Paris   Charles VI de France   Charles V de France   Chemin de fer   Claude Nicolas Ledoux   Commissariat à l'énergie atomique   Ferme générale   Fontenay-aux-Roses   Fort de Charenton   Fort de Châtillon (Fontenay-aux-Roses)   Fort de Romainville   Fortification   Gaule   Grandes invasions   Grands boulevards   Histoire de l'urbanisme parisien   Ivry   Jacques Hillairet   Jules César   La Zone   La Zone (Paris)   Les Lilas   Liste de forts, fortifications, citadelles et places fortes en France   Louis-Philippe Ier   Lutèce   Marais   Montreuil (Seine-Saint-Denis)   Montrouge   Nogent-sur-Marne   Noisy-le-Sec   Octroi   Pantin   Paris   Portes de Paris   Poterne   Poterne des Peupliers   Romainville   Rosny-sous-Bois   Règlements d'urbanisme de Paris   Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)   Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis)   Seine   Stade de France   Système Séré de Rivières   Topologie   Vanves   Vincennes  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^