Julia Margaret Cameron

Infos
Julia Margaret Cameron (1870), par son fils Henry Herschel Hay Cameron Julia Margaret Cameron (11 juin 1815 à Calcutta – 26 janvier 1879 à Ceylan) était une photographe britannique, surtout connue pour ses portraits de célébrités de son temps. Elle réalisa aussi des illustrations photographiques inspirées par la peinture préraphaélite anglaise. Photographe amateur devenue portraitiste renommée, Julia Margaret Cameron eut une véritable démarche artistique. Animée
Julia Margaret Cameron

Julia Margaret Cameron (1870), par son fils Henry Herschel Hay Cameron Julia Margaret Cameron (11 juin 1815 à Calcutta – 26 janvier 1879 à Ceylan) était une photographe britannique, surtout connue pour ses portraits de célébrités de son temps. Elle réalisa aussi des illustrations photographiques inspirées par la peinture préraphaélite anglaise. Photographe amateur devenue portraitiste renommée, Julia Margaret Cameron eut une véritable démarche artistique. Animée par une recherche de la beauté et de l’esthétique, elle cherchait à capter la personnalité des sujets qui posaient pour elle. Cette démarche était novatrice, à une époque où la photographie, technique encore récente, était surtout estimée pour sa précision documentaire. La carrière photographique de Cameron fut courte (environ 12 ans) et commença tardivement dans sa vie. Son travail a eu un impact notable sur la photographie moderne, en particulier ses portraits au cadrage serré et au flou artistique.

Premières années

Julia Margaret Cameron naquit Julia Margaret Pattle le 11 juin 1815 à Calcutta, en Inde, de James Pattle, un fonctionnaire anglo-indien du Bengal Civil Service, et d’Adeline de l'Étang, fille d’aristocrates français. Julia Margaret fut élevée en France et en Angleterre, avant de retourner en Inde en 1834. En 1838, elle épousa Charles Hay Cameron, un juriste de vingt ans son aîné. Ils s’établirent à Ceylan (aujourd’hui Sri Lanka), où, en plus de son activité de juriste, Cameron acquit des plantations de café. En 1848, Charles Hay Cameron prit sa retraite et la famille déménagea à Londres, en Angleterre. La sœur de Julia, Sarah Prinsep, habitait Londres et tenait un salon littéraire fréquenté par des auteurs et des artistes célèbres. En 1860, les Cameron achetèrent une propriété sur l'île de Wight et devinrent voisins et amis du poète Alfred Tennyson.

Une photographe tardive mais passionnée

En 1863, alors que Julia Margaret Cameron fêtait ses 49 ans, sa fille aînée lui offrit un appareil photo. Elle débuta alors sa carrière de photographe, qu’elle se mit aussitôt à pratiquer avec passion. Elle employait le procédé au collodion humide, convertissant sa cave à charbon en cabinet noir et un poulailler vitré en atelier. En moins d’un an, elle devint membre de la Société photographique de Londres. Sa force de caractère et sa position sociale lui permettaient de mener de front cette activité dévorante et la conduite d'une nombreuse maisonnée — dont six enfants. Julia Margaret Cameron n’était pas une technicienne accomplie mais elle ne cherchait pas à produire des images documentaires nettes et détaillées. Elle pensait que la photographie pouvait être un art, si elle était pratiquée avec imagination, esprit et sens esthétique. Elle écrivit : « j’aspirais à capter toute la beauté qui se présentait devant moi et finalement, cette aspiration a été satisfaite. ». Elle prit ainsi part au débat qui avait surgi depuis quelques années, à savoir si la photographie pouvait avoir une valeur artistique ou pas. La majeure partie des photographies de Cameron entre dans deux catégories : les portraits et les illustrations pour des œuvres littéraires.

Les portraits

Sir John Herschel, par Julia Margaret Cameron, 1867 Les portraits réalisés par Julia Margaret Cameron restent importants aujourd’hui. Ils sont parfois la seule photographie existante de personnalités historiques, prise à une époque où cette technique était encore nouvelle et complexe. Beaucoup de ces portraits ont également perduré en raison de leur qualité artistique. Julia photographiait tous ceux qui passaient à sa portée : famille, amis, domestiques ou voisins... Grâce au salon littéraire de sa sœur, elle fréquentait toute la société artistique et intellectuelle de son temps, ce qui lui fournit beaucoup de sujets pour ses portraits. Julia Jackson, par Julia Margaret Cameron, 1867 Parmi ces célébrités de l’ère victorienne, figurent par exemple : les poètes Alfred Tennyson et Robert Browning, les peintres Edward Burne-Jones, John Everett Millais et George Frederick Watts, l'actrice shakespearienne Ellen Terry, l'écrivain-historien Thomas Carlyle ainsi que les scientifiques John Herschel et Charles Darwin, etc. Elle cotoya notamment le peintre Dante Gabriel Rossetti, l'un des fondateurs du mouvement préraphaélite, qui sera une source majeure de son inspiration. Elle prit également de nombreux portraits de femmes, en particulier de sa nièce Julia Jackson, mère de l'écrivain Virginia Woolf. Julia Margaret Cameron était souvent amie avec les personnes qu'elle photographiait, et essayait de capter leur personnalité dans ses portraits. La plupart sont des plans rapprochés, cadrés serré autour du visage du sujet. Les détails sont estompés par l’éclairage en clair-obscur et l'objectif choisi. Un effet de flou volontaire donne un rendu vaporeux mais net aux bons endroits (soft focus). La pose pouvait durer plusieurs minutes, parce que Cameron utilisait une lumière tamisée et de grandes plaques. Il résulte de ces portraits une impression d'intimité et d'intensité psychologique. Les critiques de l’époque se sont souvent gaussés du flou de ses images, qui contrevenait à ce qu'on jugeait alors devoir être les qualités d'une bonne photographie : netteté, précision, fidélité de la représentation du réel.

Les illustrations photographiques

Whisper of the Muse (1865) La princesse, vers 1875) Les illustrations photographiques représentent l'autre facette du travail de Julia Margaret Cameron. Il s’agit essentiellement de scènes de genre en costumes, illustrant des thèmes religieux, littéraires, poétiques ou légendaires. Ces photographies sont très influencées par la peinture préraphaélite anglaise. Elles étaient conçues pour ressembler aux peintures à l'huile de ce mouvement, qui cherchait à retrouver la pureté des primitifs italiens. Femmes graciles à la longue chevelure défaite, nobles vieillards barbus, draperies élaborées, poses languides... aujourd'hui, ces compositions photographiques sont parfois écartées par les critiques d'art. Pour sa part, Cameron les voyait comme des travaux artistiques à part entière, à l'instar des tableaux qu'elles imitaient. Ces scènes allégoriques étaient notamment destinées à des œuvres littéraires. Cameron illustra ainsi en 1874 les Idylls of the King de son ami poète Alfred Tennyson. Cette contribution fut assez mal accueillie par la critique de l'époque.

Fin de vie

En 1875, les Cameron, à court d’argent, retournèrent à Ceylan. Julia y pratiqua très peu la photographie. Elle avait des difficultés à se procurer les produits chimiques et l'eau pure dont elle avait besoin pour développer et imprimer ses photographies. De plus, elle n'avait plus accès à la communauté artistique londonienne. Enfin, elle n’avait pas de marché pour diffuser ses photographies comme en Angleterre. Aussi prit-elle peu de photos, sinon quelques images posées d'hommes, de femmes ou d'enfants ceylanais, comme lorqu'elle saisissait ses voisins en Angleterre. Presque rien de ce travail ne subsiste aujourd’hui. Julia Margaret Cameron mourut à Ceylan le 26 janvier 1879.

Redécouverte

Au début du siècle, Alfred Stieglitz redécouvrit les travaux de Cameron et contribua à les sortir de l’oubli où ils étaient tombés. Les portraits et les « tableaux vivants » de la photographe victorienne se révélaient proches des effets recherchés par les pictorialistes, dont Stieglitz fut le chef de file. En 1926, parut Victorian Photographs of Famous Men and Fair Women, la première monographie consacrée à Julia Margaret Cameron, rassemblée et introduite par Roger Fry et la petite-nièce de la photographe, Virginia Woolf. Depuis une vingtaine d'années, plusieurs grandes expositions ont redonné à voir les photographies de Cameron, notamment ses portraits de femmes. ==
Sujets connexes
Alfred Stieglitz   Alfred Tennyson   Allégorie   Angleterre   Art   Bradford   Cadre (art)   Calcutta   Charles Darwin   Clair-obscur   Collodion humide   Dante Gabriel Rossetti   Edward Burne-Jones   Ellen Terry   Esthétique   Flou, netteté et contraste   Flou artistique   France   Inde   John Everett Millais   John Herschel   Londres   Photographe   Pictorialisme   Portrait   Préraphaélisme   Robert Browning   Roger Fry   Roi Arthur   Sri Lanka   Thomas Carlyle   Victoria du Royaume-Uni   Virginia Woolf   William Shakespeare  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^