Cancer du col utérin

Infos
Cet article ne traite que des formes invasives des cancers du col de l'utérus. Pour la forme dite in situ voir l'article Dysplasie cervicale Le cancer du col utérin est un cancer qui se développe à partir de l'épithélium du col de l'utérus. Le cancer du col de l'utérus est la deuxième forme la plus fréquente de cancer chez les femmes à l’échelle mondiale. Ce cancer est directement en rapport avec l'activité sexuelle
Cancer du col utérin

Cet article ne traite que des formes invasives des cancers du col de l'utérus. Pour la forme dite in situ voir l'article Dysplasie cervicale Le cancer du col utérin est un cancer qui se développe à partir de l'épithélium du col de l'utérus. Le cancer du col de l'utérus est la deuxième forme la plus fréquente de cancer chez les femmes à l’échelle mondiale. Ce cancer est directement en rapport avec l'activité sexuelle. Le dépistage des lésions précancéreuses est possible grâce à la pratique du frottis de dépistage. La découverte des lésions précancéreuses et notamment des dysplasies sévères ou carcinome in situ permet un traitement assurant une guérison de la patiente avec un très faible taux de récidive.

Épidémiologie

Le cancer du col est la 1 cause de mortalité par cancer chez la femme dans de nombreux pays du tiers monde et représente 20 à 30% des cancers de la femme dans ces pays contre 4 à 6% des cancers féminins en Amérique du nord et Europe. Il représente la seconde cause des cancers féminins dans le monde avec près de 500 000 nouveaux cas annuels. Il est responsable de près de 270 000 décès annuels, dont plus des trois quarts dans les pays du tiers monde. Il a la particularité de toucher la femme relativement jeune, ce qui en fait le cancer responsable de la perte de plus d'années de vie dans le tiers mondeAgosti JM, Goldie SJ, , New Eng J Med, 2007; 356: 1908-1910.. En France, l'incidence standardisée du cancer du col est de 9, 5/100 000 en 1990 avec une mortalité de 3, 5/100 000. Le dépistage de masse par frottis cervico-vaginaux permet le diagnostic, et le traitement, des lésions tumorales peu avancées. Il contribue à une diminution de la mortalité de l'ordre de 50%.

Causes ou facteurs de risque

Les papillomavirus humains HPV16 et HPV18 sont présents dans 80% des cancers du col de l’utérus et des lésions in situ de haut grade. . La contraception par oestro-progestatifs est associée à une majoration modérée du risque de développer un cancer du col utérinInternational Collaboration of Epidemiological Studies of Cervical Cancer, Cervical cancer and hormonal contraceptives: collaborative reanalysis of individual data for 16573 women with cervical cancer and 35509 women without cervical cancer from 24 epidemiological studies, Lancet, 2007;370:1609-1621 (augmentation du risque de moins de 1 %). Le cancer du col chez une patiente séropositive HIV pourrait être plus agressif et moins sensible au traitement.

Prévention

La prévention du cancer invasif repose sur le dépistage des lésions précancéreuses. Les études cliniques ont démontré l'efficacité du vaccin contre les papillomavirus, en terme de prévention du cancer du colThe FUTURE II Study Group, , New Eng J Med. 2007; 356: 1915--1927. La commercialisation du premier vaccin anti HPV en 2006 est une étape importante dans la lutte contre le carcinome épidermoïde du col de l'utérus. Le carraghénane extrait d'algues rouges est cent fois plus efficace in vitro sur le papillomavirus que le meilleur inhibiteur de ce virus actuellement sur le marché. Son efficacité chez la femme reste cependant à être démontréeBuck CB, Thompson CD, Roberts JN, Müller M, Lowy DR, et al. (2006) . PLoS Pathog 2(7): e69..

Types histologiques

Il existe deux types principaux de cancer du col utérinPetignat P, Roy M, , BMJ, 2007;335:765-768 :
- Dans deux tiers des cas il s'agit d'un carcinome épidermoïde qui se développe à partir du revêtement épithélial du col.
- Dans moins d'un quart des cas, il s'agit d'un adénocarcinome qui se développe à partir du revêtement glandulaire du col.

Clinique

Signes fonctionnels

Le principal signe est un saignement par les voies génitales, provoqué le plus souvent lors d'un rapport sexuel, et ce, en dehors de la période des règles. Mais tout saignement anormal, quelles que soient ses caractéristiques, peut révéler un cancer. Des écoulements vaginaux sont aussi une manifestation surtout en cas d'infection surajoutée. La douleur est très tardive.

Examen clinique

Aux stades avancés, à l'examen au spéculum, on voit une lésion soit bourgeonnante soit ulcérante du col de l'utérus ou même parfois ulcéro-bourgeonnante. Le toucher vaginal permettra d'évaluer l'extension du cancer au-delà du col de l'utérus : vagin, paroi latérale du col de l'utérus, cul-de-sac latéral du vagin à travers lequel on palpe les paramètres qui peuvent aussi être envahis, vessie et rectum (au toucher rectal). En cas de lésion non visible, la colposcopie permet de retrouver la lésion et dirigera la biopsie. La biopsie de la lésion est l'examen clé du diagnostic et confirme le caractère invasif du cancer, son type histologique et son grade de différenciation.

Extension

Avant tout traitement, il est nécessaire de déterminer le volume du cancer. En effet, le pronostic est directement en rapport avec le volume. En fonction du volume, certains traitements s'avèrent inutiles car ils ne permettent pas une survie plus prolongée. L'imagerie à résonance magnétique, lors de l'étude des voies urinaires, permet de bien voir les adénopathies ; mais si ces dernières sont de petite taille, elle ne permet pas bien de discriminer les ganglions normaux des ganglions envahis. La tomographie à émission de positrons, couplée à la tomodensitométrie (scanner), semble être une technique prometteuse dans ces casSironi, S, Buda A, Picchio M et Als. , Radiology 2005; 238: 272--9..

Classification

Il existe plusieurs classifications permettant de proposer un traitement:
- classification de la Fédération internationale des gynécologues et obstétriciensCreasman WT, New gynecologic cancer staging, Gynecol Oncol, 1995;58:157-8, appelé « classification FIGO » ;
- classification TNM ;
- classification du MD Anderson Cancer Center ;
- classification de l’Institut Gustave Roussy. Ces classifications sont essentiellement cliniques et ne prennent pas en compte les résultats des examens d'imagerie.

Classification de la Fédération internationale des gynécologues et obstétriciens

Traitements

Le traitement d'un cancer relève, le plus souvent, d'établissements spécialisés et expérimentés. Il n'existe pas un traitement unique mais de multiples possibilités de traitement. Enfin, la rapidité de l'évolution des connaissances médicales impose le recours à des médecins bénéficiant d'une formation médicale adaptée.

Moyens

Chirurgie

Deux gestes sont possibles :
- Le traitement chirurgical de base est l’hystérectomie élargie, c'est-à-dire l'ablation de l'utérus en totalité, des trompes et des ovaires. Dans les formes très localisées et chez les femmes jeunes, peut se discuter une conservation ovarienne.
- L'ablation des ganglions lymphatiques ou lymphadénectomie pelvienne.

Radiothérapie

Plusieurs types de radiothérapies sont disponibles :
- Radiothérapie par le vagin ou curiethérapie endocavitaire. Ce traitement est un standard avec l'utilisation de curiethérapie à bas débit de dose.
- La radiothérapie externe utilise des photons d’énergie égale ou supérieure à 10 MV après réalisation d'une simulation.

Chimiothérapie

Selon le stade du cancer, la chimiothérapie pourra être utilisée en association avec la radiothérapie. Elle est aussi le seul moyen thérapeutique en cas de survenue de métastases.

Indications

Il est impossible de résumer les différentes modalités de traitement d'un cancer du col de l'utérus. Globalement seuls les cancers de petite taille peuvent bénéficier d'un traitement uniquement chirurgical. Pour les cancers plus volumineux, certains pays utilisent un traitement uniquement par radiothérapie, d'autres une combinaison de la chirurgie et de la radiothérapie ou la chirurgie exclusive. Les données disponibles ne permettent pas de montrer une différence d’efficacité pour l’une des trois options : la radiothérapie exclusive, la chirurgie exclusive et l’association radio-chirurgicale. La radiothérapie, sous forme d'irradiation externe et de curiethérapie, peut être considérée comme un standard de traitement des formes avancées. La récidive d'un cancer, malgré un traitement chirurgical bien conduit, est une éventualité grave avec un pronostic mauvais.

Surveillance

En fin du traitement, l'efficacité de ce dernier est évalué par un examen clinique accompagné d'une urographie intra-veineuse. La surveillance consiste en la réalisation tous les 6 mois d'un examen gynécologique et clinique complet, avec, tous les ans, la réalisation d'une échographie rénale et d'un frottis cervical.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adénocarcinome   Biopsie   Cancer   Carcinome épidermoïde   Carraghénane   Chimiothérapie   Chirurgie   Col de l'utérus   Colposcopie   Curiethérapie   Douleur   Dysplasie   Dépistage   Ecca   Facteur de risque   Frottis de dépistage   Hystérectomie   In situ   Incidence (épidémiologie)   Médecin   Métastase (médecine)   Papillomavirus humain   Paramètre   Photon   Pilule combinée   Radiothérapie   Rapport sexuel   Rectum   Rhodophyta   Sexualité humaine   Spéculum   Stroma   Tabagisme   Tiers monde   Tomodensitométrie   Toucher vaginal   Urographie intra-veineuse   Vaccin contre HPV   Vagin   Vessie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^