Censure

Infos
La censure est la limitation arbitraire ou doctrinale de la liberté d'expression de chacun. Elle passe par l'examen du détenteur d'un pouvoir (étatique, religieux...) sur des livres, journaux, bulletins d'informations, pièces de théâtre et films, etc, avant d'en permettre la diffusion au public. Par extension, la censure désigne différentes formes d'atteintes à la liberté d'expression, avant et/ou après leur diffusion (censure a priori et a posteriori).
Censure

La censure est la limitation arbitraire ou doctrinale de la liberté d'expression de chacun. Elle passe par l'examen du détenteur d'un pouvoir (étatique, religieux...) sur des livres, journaux, bulletins d'informations, pièces de théâtre et films, etc, avant d'en permettre la diffusion au public. Par extension, la censure désigne différentes formes d'atteintes à la liberté d'expression, avant et/ou après leur diffusion (censure a priori et a posteriori). On distingue la censure politique (limitation par le gouvernement de la liberté d'expression) de la censure indirecte, non officielle, mais sous forme de pression, en particulier une forme de censure économique (due notamment à la concentration des médias, etc.) ; on peut aussi ajouter les phénomènes d'auto-censure. La censure peut aussi être institutionnelle ou sociale par la privation de l'information disponible à des particuliers ou à un groupe. Cette forme de censure peut se justifier dans certains cas pour des raisons médicales (voir psychiatrie) mais elle prend majoritairement une forme négative. La censure positive peut prendre aussi la forme de censure liée à l'âge. Un tel type de censure positive comporte par exemple la classification de film selon la thématique. (voir pornographie et violence) La censure est représentée sous la forme d'Anastasie tenant de grands ciseaux.

Histoire de la censure

La censure a accompagné la liberté d'expression depuis le début de l'Histoire. Ainsi, l'origine du terme censure remonte au poste de censeur, crée à Rome en -443, dont le but était de maintenir les mœurs (mais pas de censurer). Dans la Chine et l'Israël antique, la censure était considérée comme un moyen de régulation des mœurs et de la vie politique. La première loi sur la censure fut instaurée en Chine en 300. Le plus célèbre cas de censure antique est celui de Socrate, condamné à boire la ciguë pour avoir « incité les jeunes à la débauche ». Le combat pour la liberté d'expression remonte aussi loin, Euripide défendant déjà la liberté d'expression au . La naissance de l'Église catholique, et son besoin de maintenir l'orthodoxie, développa la censure exponentiellement. Nombres de mesures de censures furent appliquées pour éradiquer les menaces hérétiques au dogme chrétien, comme par exemple au concile de Nicée. Cependant, elles ne suffirent pas, et le nombre d'ouvrages illicites écrits et copiés explosa, et échappa au contrôle de l'Église, qui instaura des mesures plus draconiennes. Avec l'arrivée de l'imprimerie, les autorités civiles et religieuses sentent le besoin de créer un cadre plus solide à la censure, et légifèrent sur la censure.

Censure par les autorités religieuses

Les autorités de l'Église catholique romaine nommaient des censores librorum chargés de s'assurer que rien de contraire à la foi ne puisse être publié. Cette première étape de vérification était sanctionnée par le Nihil obstat (pas d'obstacle à la publication). Une deuxième étape permettait à l'évêque de donner son autorisation d'imprimer (Imprimatur, « qu'il soit imprimé ! »). En 1515 lors du V concile du Latran, le pape Léon X, ordonne qu'à l'avenir personne n'ose imprimer ou faire imprimer un livre dans quelque diocèse que ce soit, sans qu'il n'ait été examiné avec soin par l'évêque ou son représentant, sous peine d'excommunication. En 1559 l'inquisition établit Index Librorum Prohibitorum, liste de livres interdits aux personnes non averties. Celui-ci perdurera jusqu'au concile Vatican II.

Censure par les autorités civiles

En 1534, après avoir été excommunié et proclamé chef de l'Église d'Angleterre, le roi Henri VIII instaure l'obligation d’obtenir une approbation de son conseil privé avant qu'un livre ne puisse être imprimé. Sous le règne d'Élisabeth Ire, le Master of the Revels est chargé d'approuver les pièces de théâtre. En 1662 le parlement anglais vote le licensing act. Suite à l'affaire des Placards (18 octobre 1534), le roi François I qui était jusqu'alors favorable aux idées nouvelles, ordonne la chasse aux hérétiques et promulgue un édit contre les imprimeurs insoumis. En 1629 Richelieu laïcise la censure jusqu'alors sous la responsabilité de l'Église catholique. Pendant la Révolution française, la du 26 août 1789 affirme solennellement : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi. » (article 10) et « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas prévus par la loi. » (article 11). En d'autres termes, on peut sanctionner une publication, mais en aucun cas empêcher celle-ci. En 1810, un décret de Napoléon rétablit officiellement la censure. Suit une succession de suppression et de rétablissement de la censure. Les articles ou dessins censurés étaient alors remplacés par des « blancs ». La censure disparaît officiellement en 1881, lors de la promulgation de la loi du 29 juillet 1881, sur la liberté de la presse. Cette loi confie au système judiciaire l'essentiel du contrôle des informations publiées en France. Ce contrôle s'effectue après diffusion ce qui limite les abus de pouvoirs. Toutefois, la censure théâtrale subsiste jusqu'en 1906. La censure n'a jamais été officiellement rétablie en France, sauf en temps de guerre, notamment lors des deux guerres mondiales, avec le retour des « blancs » dans les pages. Sous le régime de Vichy, on alla plus loin et la censure devint préventive. Ainsi les directeurs de journaux recevaient-ils de l'autorité compétente des consignes sur les informations à mettre en évidence en première page, à éliminer, ou à réduire à l'état d'entrefilets dans les pages les moins lues (Le Canard enchaîné à ses début dut se débattre contre la censure en adoptant son ton ironique pour la détourner, de nombreux articles, même anodins, étant censurés). Pour la guerre d'Algérie le pouvoir innova et décida de saisir les journaux (notamment ceux qui évoquaient les actes de torture). Pour la censure en France après 1962, voir plus bas ainsi que l'article détaillé Censure en France.

Censure postale

La censure occulte des correspondances a été pratiquée dans toute l'Europe, à partir de l'ouverture des postes royales aux particuliers, malgré la reconnaissance officielle du secret des lettres, et ce par tous les régimes, jusqu'à la fin du règne de Napoléon III (cf. Cabinet noir). La censure postale a cependant été rétablie en temps de guerre par les différents belligérants au nom de leur intérêt national, mais elle l'a alors été de façon ouverte, avec apposition de diverses marques de censure et bandes de fermeture (cf. Histoire postale (Données générales)).

Internet et la censure

Les autres atteintes à la liberté d'expression

Dans un sens plus large la censure regroupe différentes formes d'atteinte à la liberté d'expression. Le fonctionnement des médias implique de nombreuses personnes ayant chacune à son niveau un pouvoir de modification voire de suppression de certaines propositions initialement faites. Nombreux sont ceux qui assimilent une telle action à de la censure dans les faits, ce qui étend assez largement la définition de la censure. Même s'il n'en demeure pas moins que les propriétaires des médias évitent évidemment de publier ce qui peut déplaire à des clients, à l'État, à des syndicats, etc. et que même les professionnels s'abstiennent généralement de simplement proposer un article potentiellement litigieux (auto-censure). Quelquefois, une information spécifique et unique dont la véritable existence est à peine connue du grand public, est gardée dans une subtile situation de quasi-censure, étant classée comme « subversive » ou « inconvenante ». Le texte de 1978 de Michel Foucault, La loi de la pudeur, par exemple – défend l’abolition de l’âge du consentement, et depuis août 2006, est presque totalement invisible sur Internet, que ce soit en français ou anglais, et n’apparaît même pas sur les sites Web spécialisés sur Foucault. Paradoxalement, les appels à la censure constituent souvent une véritable publicité qui, en éveillant la curiosité du public, provoque l'effet inverse à celui recherché. Les films Amen. et La Dernière Tentation du Christ, le roman Les Versets sataniques ont reçu une publicité qu'ils n'auraient sans doute pas eue sans les menaces dont ces œuvres ou leurs auteurs ont été la cible.

Débats sur la censure et la liberté d’expression

Depuis Spinoza, la liberté d'expression est devenue l'un des socles de la philosophie politique, qu'elle soit libérale ou républicaine. On définit ainsi la censure comme la limitation arbitraire par le gouvernement de la liberté d’expression : la censure s'exerce d'en haut. Certains philosophes, pourtant, ont légitimé une telle censure dans certaines situations déterminées. Ainsi, Kant justifiait le « despotisme éclairé » et, s'il affirmait l'impératif éthique du Aude sapere (Ose savoir) dans Was ist Aufklarüng? (Qu'est-ce que les Lumières ?), il assignait aussi des limites à cette liberté d'expression. Il y écrivait ainsi : « Le citoyen ne peut se refuser à payer les impôts dont il est redevable; une critique déplacée de telles charges, quand il doit lui-même les payer, peut même être punie comme scandale (susceptible de provoquer des actes d'insoumission généralisés). Néanmoins celui-là ne contrevient pas au devoir d'un citoyen s'il exprime publiquement, en tant que savant, ses pensées contre l'incongruité ou l'illégitimité de telles impositions. De même un prêtre est tenu de faire son exposé à ses catéchumènes et à sa paroisse selon le symbole de l'église qu'il sert, car c'est à cette condition qu'il a été engagé. Mais, en tant que savant, il a pleine liberté, et c'est même sa vocation, de communiquer à son public les pensées soigneusement examinées et bien intentionnées qu'il a conçues sur les imperfections de ce symbole ainsi que des propositions en vue d'une meilleure organisation des affaires religieuses et ecclésiastiques. » C'est ce qu'il appelait l'« usage privé de la raison ». Ainsi, la liberté d'expression était garantie dans ce cadre, Kant maintenant ainsi la préservation de l'ordre public. Les lois actuelles limitant la liberté d'expression au nom du maintien de l'ordre public (mais s'opposant à la censure proprement dite) sont donc d'inspiration kantienne. Les opposants à toute censure affirment non seulement la liberté d'opinion, mais défendent le droit de chacun de « tout dire », y compris à leurs pires ennemis. C'est à ce titre, par exemple, que Noam Chomsky a pu défendre le droit des négationnistes à rendre public leur discours, bien qu'il soit en complet désaccord avec celui-ci. Ainsi, le débat sur les lois restreignant les discours révisionnistes continuent à agiter le monde contemporain, en opposant notamment les États-Unis et le monde anglo-saxon au continent européen — qui, il est vrai, à fait l'expérience directe de l'Holocauste — qui, dans l'ensemble, réprime de tels propos. Le problème est bien sûr complexe, et les positions en général nuancées, bien que fermes. Ainsi, si Chomsky prend parti pour une liberté d'expression illimitée, l'historien Pierre Vidal-Naquet tolérait de même le droit de chacun à s'exprimer, tout en affirmant qu'on ne discute pas avec des négationnistes, de la même façon qu'un « astronome ne discute pas avec un astrologue ». Enfin, le droit à la liberté d'expression constitue le fondement des démocraties libérales, tandis que le marxisme a pu justifier la restriction temporaire de certains discours, au nom d'une conception de la « dictature du prolétariat » (quoi qu'on entende par là). La tradition marxiste rappelait ainsi que si les libéraux défendent le droit formel à la liberté d'expression, ils n'en assurent pas nécessairement les moyens matériels de l’exercer : ainsi, celle-ci peut être restreinte par les pouvoirs économiques (censure économique), entre autres par le biais de la concentration des médias (à l'œuvre aussi dans le domaine de l'édition). À ce titre, le philosophe italien Antonio Gramsci écrivait dans l’Avanti!, le 18 avril 1919 : « À l’« initiative privée » qui se promet — par les complots, par le poignard, par des gestes audacieux — d'anéantir l'élan irrésistible de la lutte de classe, menée par le prolétariat pour son autonomie dans la production industrielle et agricole et dans les obscurs méandres de la politique internationale, l'appareil autoritaire de l'organisation étatique ajoute l'artillerie lourde de ses institutions: la censure, le monopole du télégraphe, du téléphone, de la poste, des chemins de fer, l'agence Stefani. L'artillerie légère de l'initiative privée attaque la classe prolétarienne (…) L'artillerie lourde de l'appareil d'État protège les dévastations de l'artillerie légère (…) Mais l'histoire qui est essentiellement liberté, et vérité, ne se laisse pas enfermer dans une bouteille comme le diable par le magicien (…) Hier les journaux de la bourgeoisie de Milan et de Turin n'ont pas paru : la solidarité de classe des typos a supprimé pour un jour la déloyauté et le mensonge antiprolétarien. La Vérité, mutilée, a triomphé dans cette modeste édition turinoise de l’Avanti! (…) la classe ouvrière et paysanne se révèle, avec une efficacité toujours accrue, comme l'Anti-État, qui peut opposer à l'État capitaliste un colossal appareil de forces (…) Le journal est la grande tranchée de la lutte de classe; mais le journal est fabriqué par les ouvriers, c'est grâce au travail de l'ouvrier que la nouvelle et l'opinion prennent une forme sensible (…) Chaque force adverse doit être combattue avec des forces adéquates: à la censure du mensonge et de la déloyauté, qui veut impunément poursuivre et intensifier le travail accru de la délinquance privée, au mensonge et à la déloyauté, la classe prolétarienne doit opposer, dans ses corporations compétentes, la censure rouge. » Antonio Gramsci, « Les ruses de l'histoire », 19 avril 1919, publié sans signature dans Avanti! le 19 avril 1919 (in Écrits politiques I, Gallimard, 1974, p.217-219) Ainsi, le théoricien marxiste pensait le problème non pas dans les termes de la liberté formelle d'expression, mais dans une opposition de rapports de force, censure contre censure. En posant la question de l'idéologie, les marxistes soulignent ainsi l'effet d'une censure insidieuse, l'hégémonie, qu'il convient de combattre en lui opposant un discours libre et offensif. Dès lors, il convient de distinguer entre plusieurs types de censure, politique, économique, etc., et, selon Gramsci, de leur opposer non pas une liberté d'expression individuelle, mais une censure rouge, force d'opposition collective.

La censure dans le monde aujourd’hui

Reporters sans frontières (RSF) a présenté en 2005 la liste des 15 pays qui censurent le plus dont la Chine, la Biélorussie, l'Iran, le Viêt Nam, l'Arabie saoudite, les Maldives et la Tunisie. Dans les pays plus démocratiques, la censure d'informations générales, politiques ou commerciales s'exerce généralement par voie de décisions de justice et non par le contrôle d'un organe de censure pérenne.

En République populaire de Chine

Le Parti communiste chinois, parti unique de la RPC, censure systématiquement tout ce qui concerne :
- les manifestations de la place Tian'anmen en 1989
- l'indépendance des Tibétains
- l'indépendance des Ouïghours
- et de manière générale, tout ce qui peut remettre en cause sa légitimité. Les Chinois n'ont toujours pas accès à la moindre information indépendante sur ces sujets. Il existe un Ministère de la propagande qui garde la main sur les médias. Le Bureau du film contrôle la diffusion des films en Chine : il a par exemple fait retirer des salles le film américain Da Vinci Code au mois de juin 2006Brice Pedroletti, « Pékin censure le film "Da Vinci Code" pour ménager les chrétiens chinois » dans Le Monde, 11/06/2006 . La télévision n'échappe pas à la censure puisque le gouvernement a décrété que les dessins animés (la plupart sont japonais ou américains) seront interdits entre 17h et 20h à partir du 1 septembre 2006Hélène Lepelletier, « Télévision chinoise : le nouvel ordre moral », dans Le Point, n°1770, p.45, 17/08/06, . Le Bureau du cinéma peut interdire un film sous divers prétextes : ainsi, le film de Lou Ye, Palais d'été a été censuré au motif qu'il comportait «trop de scènes sexuelles et de sujets sensiblesPascal Nivelle, « La Chine en char et en os », dans Libération du 13/04/2007, .» Les cinéastes doivent obtenir une autorisation pour tourner leurs œuvres.

En France

Actuellement, la censure préventive s'exerce essentiellement dans deux domaines :
-le cinéma, avec la Commission de classification des œuvres cinématographiques ;
-les publications pour la jeunesse. Une autre forme de censure a subsisté longtemps : celle du contrôle de la presse étrangère, à travers le décret-loi du 6 mai 1939, qui permettait au ministère de l'Intérieur (France) d'interdire en France certaines publications éditées à l'étranger. Mais dans un arrêt du 7 février 2003 (243634), à la demande du GISTI, le Conseil d'État a annulé le refus du Premier ministre d'abroger le décret-loi en question qui modifiait l'article 14 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Le Conseil d'État a estimé que cet article violait l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme et le décret-loi a été abrogé par le décret 2004-1044 du 4 octobre 2004. Toutefois, des faits de censure directe ou indirecte subsistent dans la période récente. Au milieu des années 1980, un livre de Jean-Bedel Bokassa mettant en cause l'ancien président Valéry Giscard d'Estaing au sujet de l'affaire des diamants est pilonné. Le livre Le Grand Secret de Claude Gubler, ancien médecin du président François Mitterrand, est interdit par décision de justice peu de jours après sa parution en 1996. En juin 2000, le groupe de rock français Matmatah est condamné à 15 000 francs d'amende pour « provocation à l’usage de stupéfiants » et « présentation sous un jour favorable de l’usage et du trafic » à cause de sa chanson « L'apologie » qui n'est pourtant pas forcément beaucoup plus provocatrice qu'un grand nombre de chansons d'artistes moins en vogue à l'époque traitant du même sujet. En novembre 2005, le député UMP François Grosdidier porte plainte contre divers groupes de rap français, certains dissous, pour avoir pratiqué selon lui, une « incitation au racisme et à la haine ». Déposée dans le contexte des émeutes de l'automne, elle est vue, à gauche, comme un « acharnement » et une tentative de censurer la « parole des quartiers ». Les groupes concernés sont : Monsieur R, Smala, les groupes Lunatic (dissous), 113, Ministère A.M.E.R. et les chanteurs Fabe et Salif , dans L'Humanité du 30 novembre 2005 . En outre, le groupe de rap La Rumeur a été poursuivi par le ministère de l'intérieur pour des propos tenus dans La Rumeur Magazine. La plainte a été déposée en 2002 par le ministère de la Justice mais a fait l'objet d'une décision de non-lieu rendue en première instance le 17 décembre 2004. Le procureur de la République en a fait appel en 2005 (alors que Dominique de Villepin dirigeait l'Intérieur). Tout récemment, l'annulation par l'administrateur général de la Comédie française, Marcel Bozonnet, des représentations de la pièce de Peter Handke Voyage au pays sonore ou l'art de la question, prévues pour l'année 2007, constitue une forme de censure. Elle est la conséquence de la présence de Peter Handke à l'enterrement du dirigeant serbe Slobodan Milosevic, et, de manière plus générale, des opinions de Handke sur le rôle de la Serbie dans les conflits yougoslaves des années 90. Enfin, la loi sur la liberté d'expression permet de poursuivre toute personne diffusant des propos jugés "diffamatoires" ou "injurieux". C'est ainsi que le père d'un élève dont l'inscription dans un collège public, était refusée du fait de son inscription antérieure dans un collège privé, a été condamné pour la diffusion de ses courriers sur Internet. Diffusion publique qui permet d'obtenir l'inscription en 4 jours (après trois mois de refus). Voir le site www.inscription-ugo.eu censuré. Un site similaire non censuré et protégé par le prescription permet de retrouver les courriers non censuré.

En Russie

L'indépendance des médias russes est mise en doute lorsque l'on sait que les deux principales chaînes de télévision publique (ORT et RTR) sont contrôlées par le gouvernement. Selon Marie Mendras, au moins la moitié des journaux télévisés de ces chaînes est dédiée aux faits et gestes du président PoutineEntretien avec Marie Mendras, « Une Russie imprégnée de violence », dans Le Monde du 15/10/2006, ; Marie Mendras est chercheuse au Centre d'études et de recherches internationales (CERI), professeur de politique russe à l'Institut d’études politiques de Paris . Depuis 2003-2004, Moscou a resserré son emprise sur les chaînes de télévision privées telles que NTV. Après la prise d'otages de Beslan en 2004, les Izvestia avaient publié plusieurs photographies de la tragédie et le rédacteur en chef avait été renvoyé immédiatement. Seuls l'internet, les radios et la presse indépendantes moscovites (Novaïa Gazeta, Kommersant, Radio Echo de Moscou ou Radio Liberté) échappent aujourd'hui à la mainmise du pouvoir. Cependant, 20 à 30 % de la population russe seulement a accès au webEntretien avec Marie Mendras, « Une Russie imprégnée de violence », dans Le Monde du 15/10/2006, .

En Côte d'Ivoire

En Côte d'Ivoire, le CNCA est l'organisme qui a, en autres, pour rôle de censurer. 'Documents censurés ' :
- Clips jugé proche de la pornographie
- 2 eme clip de Jet Dj
- Ambiance Mapouka
- Le Déshabillement
-
etc

Références

Bibliographie

- Jen-Michel Ducomte, "La censure", Toulouse, "Les Essentiels Milan", Milan 2007, 64 p.
-Maxime Dury, La Censure, Paris, Publisud, 1995, 325 p., (d'après une thèse de science politique : La prédication silencieuse. Recherche sur la signification de la censure en France depuis la fondation du droit moderne, XIIIe-XXe siècles réalisée sous la direction de Claude Courvoisier, Dijon, 1992).
-Pierre Hébert, Yves Lever et Kenneth Landry (dir.), Dictionnaire de la censure au Québec, littérature et cinéma. Fides, Montréal, 2006, 715 p.
-Jean-Jacques Pauvert, Nouveaux (et moins nouveaux) visages de la censure, Belles Lettres, Paris
-Septentrion, (1963), Denoël, 1984, le livre de Louis Calaferte, censuré ne fut réédité que vingt ans plus tard.
-Les censurés de la télé (2007), Frédéric Vignale (Editions Le Bord de L'eau), préface de Gilbert Collard.
- Aude Vassallo, La télévision sous de Gaulle. Le contrôle gouvernemental de l'information 1958/1969 Bruxelles, INA-De Boeck, 2005.
-Dictionnaire de la censure, Jean-Pierre Krémer et Alain Pozzuoli - Ed. Scali-2007.

Voir aussi

- autocensure
- Liberté d'expression
- Signalétique d'avertissement
- Liberté de la presse
- L'Empire des sens, film censuré de Nagisa Ōshima (1976)
- Loi sur le sacrilège
- International Freedom of Expression Exchange
- Index Librorum Prohibitorum
- Irrepressible.info (campagne d'Amnesty International contre la censure sur Internet)
- Vers brisés
- Dictature
- Totalitarisme
- Art officiel ==
Sujets connexes
Affaire des Placards   Affaire des diamants   Amen.   Amnesty International   Anastasie   Angleterre   Anglicanisme   Antonio Gramsci   Arabie saoudite   Arbitraire   Art officiel   Autocensure   Avanti!   Baruch Spinoza   Biélorussie   Cabinet noir   Censure en France   Centre d'études et de recherches internationales   Cinéma français   Civilisation chinoise   Claude Gubler   Commission de classification des œuvres cinématographiques   Concentration des médias   Concile de Nicée   Conseil d'État (France)   Convention européenne des droits de l'homme   Côte d'Ivoire   Da Vinci Code   Despotisme éclairé   Dictature   Dictature du prolétariat   Diocèse   Dogme   Dominique de Villepin   Décret-loi   Emmanuel Kant   Euripide   Excommunication   Fabe   François Grosdidier   François Ier de France   François Mitterrand   Gouvernement   Guerre d'Algérie   Henri VIII d'Angleterre   Holocauste   Hégémonie   Idéologie   Imprimerie   Index Librorum Prohibitorum   Inquisition   Institut d'études politiques de Paris   International Freedom of Expression Exchange   Iran   Irrepressible.info   Israël   Izvestia   Jean-Bedel Bokassa   Juge   Kommersant   L'Empire des sens   L'Humanité   La Rumeur   La loi de la pudeur   Le Canard enchaîné   Le Grand Secret   Le Monde   Le Point   Les Versets sataniques   Liberté d'expression   Liberté d'opinion   Liberté de la presse   Libéralisme   Libération (journal)   Loi sur le sacrilège   Lou Ye   Louis Calaferte   Lunatic   Léon X   Majorité sexuelle   Maldives   Manifestations de la place Tian'anmen   Mapouka   Marcel Bozonnet   Marxisme   Matmatah   Maxime Dury   Michel Foucault   Ministère A.M.E.R.   Ministère de l'Intérieur (France)   Monsieur R   Moscou   Média   NTV   Nagisa Ōshima   Noam Chomsky   Novaïa Gazeta   Ordre public   Ouïghour   Parlement   Parti communiste chinois   Peter Handke   Philosophie politique   Pierre Vidal-Naquet   Pornographie   Prise d'otages de Beslan   Promulgation   Propagande   Psychiatrie   Radio Echo de Moscou   Reporters sans frontières   Rome   Régime de Vichy   Républicanisme   République populaire de Chine   Révolution française   Signalétique d'avertissement   Smala   Socrate   Tibétains   Torture   Totalitarisme   Tunisie   Union pour un mouvement populaire   Unique   Valéry Giscard d'Estaing   Ve concile du Latran   Vers brisés   Violence   Viêt Nam  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^