Frédéric Mistral

Infos
Frédéric Mistral (Maillane, 8 septembre 1830 - 25 mars 1914) est un écrivain et un lexicographe français de langue provençale (occitane), membre fondateur du Félibrige, membre de l'Académie de Marseille et Prix Nobel de littérature en 1904. Son nom en provençal est Frederi Mistral (/Mistrau) selon la norme mistralienne ou Frederic Mistral (/Mistrau) selon la norme classique.
Frédéric Mistral

Frédéric Mistral (Maillane, 8 septembre 1830 - 25 mars 1914) est un écrivain et un lexicographe français de langue provençale (occitane), membre fondateur du Félibrige, membre de l'Académie de Marseille et Prix Nobel de littérature en 1904. Son nom en provençal est Frederi Mistral (/Mistrau) selon la norme mistralienne ou Frederic Mistral (/Mistrau) selon la norme classique.

Biographie

Né le 8 septembre 1830 à Maillane en Provence, fils de ménagers aisés (François Mistral et Adélaide Poulinet, par lesquels il est apparenté aux plus anciennes familles de Provence : Cruvelier, Expilly, Roux nés Ruffo di Calabria, elles-mêmes très étroitement apparentées entre elles ; marquis d'Aurel), il ne va à l'école qu'à partir de l'âge de neuf ans. Statue de Frédéric Mistral à Arles Après avoir passé son baccalauréat à Nîmes, il étudie le droit à Aix-en-Provence de 1848 à 1851, et se fait alors le chantre de l'indépendance de la Provence et surtout du provençal « première langue littéraire de l'Europe civilisée ». C'est au cours de ses études de droit qu'il apprend l'histoire de la Provence, jadis État indépendant. Émancipé par son père, il prend alors la résolution : « de relever, de raviver en Provence le sentiment de race (...) ; d'émouvoir cette renaissance par la restauration de la langue naturelle et historique du pays (...) ; de rendre la vogue au provençal par le souffle et la flamme de la divine poésie ». Pour Mistral, le mot race désigne un « peuple lié par la langue, enraciné dans un pays et dans une histoire ». Mistral reçoit le Prix Nobel de littérature en 1904 conjointement avec José Echegaray. Il consacrera le montant de ce prix à la création du Museon Arlaten à Arles. Marié à une bourguignonne, Marie-Louise Rivière, il n'aura pas d'enfants et meurt le 25 mars 1914 à Maillane. Plaque commémorative en occitan, en Haute-Vienne

Félibrige

Rentré à Maillane, Mistral s'allie au poète Roumanille, et organise avec lui la renaissance de la langue provençale. Ils fondent alors avec cinq autres poètes provençaux le Félibrige, qui a permis de grandement promouvoir la langue d'oc. Placé sous le patronage de sainte Estelle, ce mouvement accueillera des poètes catalans chassés d'Espagne par Isabelle II. Les sept "primadié", fondateurs du félibrige sont Jóusè Roumaniho, Frederi Mistral, Teodor Aubanel, Ansèume Matiéu, Jan Brunet, Anfos Tavan et Pau Giera. Le Felibrige est encore aujourd'hui l'une des rares organisations culturelles présentes sur les 32 départements de langue d'oc. Par son œuvre, Mistral réhabilite la langue provençale en la portant aux plus hauts sommets de la poésie épique : la qualité de cette œuvre sera consacrée par les plus hauts prix. Il se lance dans un travail de moine pour faire un dictionnaire et, comme un troubadour, écrire des textes de chansons . Portrait de Frédéric Mistral par Jean Barnabé Amy

Lexicographie : Lou Tresor dóu Felibrige

Mistral est l'auteur de Lou Tresor dóu Felibrige (1878-1886), qui reste à ce jour le dictionnaire le plus riche de la langue occitane, et l'un des plus fiables pour la précision des sens. C'est un dictionnaire bilingue occitan-français, en deux grands volumes, englobant l'ensemble des dialectes d'oc, et en graphie mistralienne (voir provençal:Codification, standardisation, graphies).

Mireille

Son œuvre capitale est Mirèio (Mireille), publié en 1859 après huit ans d'effort créateur. Mirèio raconte l'amour de Vincent et Mireille, une belle provençale. Charles Gounod en fait un opéra en 1863. Mistral trouve ici l'occasion de proposer sa langue mais aussi de faire partager la culture d'une région en parlant notamment des Saintes-Maries-de-la-Mer, qui d'après la légende auraient chassé .

Citations


- Les arbres aux racines profondes sont ceux qui montent haut.
- Les cinq doigts de la main ne sont pas tous égaux.
- Quand le Bon Dieu en vient à douter du monde il se rappelle qu'il a créé la Provence.
- Chaque année, le rossignol revêt des plumes neuves, mais il garde sa chanson.
- Le soleil semble se coucher dans un verre de tavel aux tons rubis irisés de topaze. Mais c'est pour mieux se lever dans les cœurs.

Œuvres

- Mirèio (1859) - -
- Calendau (1867) -
- Lis Isclo d’or (1875) - en ligne : ,
- Nerto, nouvelle (1884) -
- La Rèino Jano, drame (1890) -
- Lou Pouèmo dóu Rose (1897) -
- Moun espelido, Memòri e Raconte (Mes mémoires) (1906) -
- Discours e dicho (1906) -
- La Genèsi, traducho en prouvençau (1910) -
- Lis óulivado (1912) -
- Lou Tresor dóu Felibrige (1878-1886), dictionnaire provençal-français ou dictionnaire de la langue d'oc moderne -
- Proso d’Armana (posthume) (1926, 1927, 1930) -
- Coupo Santo (1867)

Bibliographie

-Frédéric Mistral, Mémoires et Récits, Julliard.
-Les écrivains célèbres, Tome III, le XIXe et le XXe siècles, Editions d’art Lucien Mazenod.
-Mauron, Claude, 1993, Frédéric Mistral, Paris, Seuil. ==
Sujets connexes
Académie de Marseille   Aix-en-Provence   Arles   Catalan   Charles Gounod   Espagne   France   Félibrige   Haute-Vienne   Henryk Sienkiewicz   Isabelle II d'Espagne   Jean Barnabé Amy   Lexicographie   Maillane   Mirèio   Norme classique de l'occitan   Norme mistralienne   Nîmes   Occitan   Prix Nobel de littérature   Provence   Provençal   Saintes-Maries-de-la-Mer   Troubadour  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^