Nouvelle-France

Infos
Carte de la Nouvelle France, par Samuel de Champlain La Nouvelle-France est le nom de l'immense territoire qui comprenait toutes les colonies françaises de l'Amérique du Nord, de l'embouchure du fleuve Saint-Laurent au delta du fleuve Mississippi, en passant par le territoire de la vallée de l'Ohio. La Nouvelle-France barrait l'expansion vers l'Ouest des treize colonies anglaises / britanniques côtières, ce qui a occasionné une guerre contre les Français et les Indiens,
Nouvelle-France

Carte de la Nouvelle France, par Samuel de Champlain La Nouvelle-France est le nom de l'immense territoire qui comprenait toutes les colonies françaises de l'Amérique du Nord, de l'embouchure du fleuve Saint-Laurent au delta du fleuve Mississippi, en passant par le territoire de la vallée de l'Ohio. La Nouvelle-France barrait l'expansion vers l'Ouest des treize colonies anglaises / britanniques côtières, ce qui a occasionné une guerre contre les Français et les Indiens, dans laquelle s'est illustré le colonel britannique George Washington de l'Armée continentale (qui devait par la suite devenir le premier président de la jeune république des États Unis d'Amérique). Lors du premier recensement effectué en Nouvelle-France, en 1666, on comptait quelque 4000 personnes dans la vallée du Saint-Laurent (voir canadiens) alors en possession de la France. Un siècle plus tard, la population française s'élevait à 90 000 personnesHavard, Vidal, Histoire de l'Amérique française, Flammarion, 2003, page 67.. La capitale était la ville de Québec.

Histoire

Carte de l'Amérique en 1681 Article principal : Histoire de la Nouvelle-France Terre amérindienne lors des voyages d'exploration de Cartier, la Nouvelle-France fut progressivement occupée par la France de l'Ancien Régime de 1604 à 1629 et de 1632 à 1760. Elle demeura sous occupation militaire britannique de 1760 à 1763, en attendant les résultats de la guerre de Sept Ans. Dans sa plus grande étendue, avant le Traité d'Utrecht (1713), la Nouvelle-France comprenait cinq régions possédant chacune sa propre administration :
-le Canada (partie sud de l'actuel Québec), subdivisé en trois «gouvernements» : de Québec, des Trois-Rivières, de Montréal et une dépendance nommée les Pays d'en Haut comprenant les actuelles régions canadienne et américaine des Grands Lacs et dont les forts de Pontchartrain (Detroit) et Michillimakinac formaient à peu près les uniques pôles de peuplement français après la destruction de la Huronie,
-l'Acadie, (actuels Nouvelle-Écosse et Nouveau-Brunswick) puis, après la cession, l'Île Royale.
-la baie d'Hudson (actuel Canada)
-L'établissement de Plaisance sur l'île de Terre-Neuve,
-la Louisiane (centre des États-Unis, des Grands Lacs à la Nouvelle-Orléans), subdivisée en deux régions administratives : Basse-Louisiane et le Pays des Illinois, dit la Haute-Louisiane. À l'époque, le territoire de la Louisiane s'étendait des Grands Lacs jusqu'au golfe du Mexique, sur environ un tiers de l'Amérique du Nord. Il comprenait alors une bonne partie de ce qui allait devenir le centre-ouest des États-Unis, dont dix États américains actuels (Arkansas, Dakota du Sud, Dakota du Nord, Iowa, Kansas, Missouri, Montana, Nebraska, Oklahoma, et la Louisiane actuelle) ainsi que des parcelles des futurs Colorado, Wyoming, Minnesota et Texas. Le Canada, la plus importante des colonies de la Nouvelle-France, fut exploré par Jacques Cartier en 1534. Une population française s'y implante de façon permanente après la fondation de la Ville de Québec en 1608. Avec le traité de Paris, la France céda une partie de la Louisiane à l'Espagne et le reste de la Nouvelle-France à la Grande-Bretagne. L'Espagne restitua la Louisiane à la France en 1800 par le traité de San Ildefonso. Mais Napoléon vendit la Louisiane aux États-Unis en 1803. La France ne conserva que ses territoires aux Antilles et l'île de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Politique coloniale et administration du territoire

Carte de la Nouvelle-France par Nicolas de Fer - 1702 Si le fut l'ère des premières expéditions et des établissements français éphémères, le règne d'Henri IV donna une impulsion importante à la colonisation de la Nouvelle-France. Le premier roi Bourbon s'intéressa personnellement aux affaires d'outre-mer. Au , Richelieu puis Colbert conduisent la politique coloniale. Le ministre de Louis XIV souhaite exploiter les ressources du Nouveau Monde afin de réduire les dépenses de la France : le mercantilisme (ou colbertisme) inspire les décisions prises pour la Nouvelle-France. D'abord confiée aux compagnies de commerce à monopole, l'État finit par contrôler les colonies : elles sont placées sous l'autorité du secrétaire d'État à la Marine, même si, dans le cadre de la monarchie absolue, le roi gouverne seul en dernier lieu. Sur place, administrateurs et officiers représentaient le roi et devaient obéir aux décisions prises à Versailles. Les missionnaires étaient chargés de convertir les Amérindiens à la religion du roi : le catholicisme. Le 8 octobre 1612, Louis XIII désigne pour son lieutenant général en Nouvelle-France Charles de Bourbon, comte de Soissons, qui prend le titre de vice-roi mais meurt peu après. Le roi transmet la charge à Henri de Bourbon, prince de Condé, puis à Henri II duc de Montmorency, et enfin à Henri de Lévis, duc de Ventadour (1625), puis à François-Christophe, duc de Damville (1644). L'organisation politique de la Nouvelle-France en 1759. Québec fut la capitale administrative de la Nouvelle-France jusqu'à la défaite de la bataille des Plaines d'Abraham, en 1759. Au début du règne personnel du Roi Soleil, la colonie est rattachée au domaine royal. Elle est toujours sous la coupe d'un gouverneur (le comte de Frontenac pendant 19 ans). Louis XIV dissout la Compagnie des Cent Associés, mettant un terme à son monopole. En 1665, il envoie le premier intendant au Canada, Jean Talon ; pendant son mandat, l'État français investit un million de livresHavard, Vidal, Histoire de l'Amérique française, Flammarion, 2003, page 101. pour développer l'économie de la Nouvelle-France. L'émigration française est également encouragée.

L'apogée de la Nouvelle-France

La Nouvelle-France à son apogée. La Nouvelle-France connut des années de paix relative où elle put prendre de l'expansion vers l'ouest. C'est vers les années 1750 qu'elle atteint son apogée territoriale qui menaçait les colonies britanniques. Sur la carte ci-contre, nous pouvons voir les territoires contrôlés par les puissances européennes en Amérique du Nord: la France, la Grande-Bretagne et l'Espagne. C'est l'expansion française vers l'ouest, pour le contrôle du commerce des fourrures, qui décida les britanniques d'agir pour conquérir la Nouvelle-France.

Alliances avec les Amérindiens

Dès le début du , les colonisateurs français entrèrent en contact avec les tribus autochtones. Ils s'allièrent avec les Micmacs, les Abénaquis, les algonquins, les Montagnais et enfin les Hurons. Samuel de Champlain participa à plusieurs attaques contre les Iroquois, qui sont devenus les ennemis des Hurons et des Algonquins, à cause de leur rivalité engendré par le commerce des fourrures avec les colons.

Vie quotidienne en Nouvelle-France

Pendant les premières années de la colonisation, jusqu'à la fin du XVIIe siècle, la vie des colons en Nouvelle-France est marquée par de constantes contraintes : raids amérindiens, conditions climatiques auxquelles il fallut s'adapter, éloignement de la métropole, commerce incertain avec la France et les Antilles, etc. Les habitants doivent donc s'autosuffire dans la mesure du possible en produisant leurs propres denrées, en adaptant des méthodes et des techniques françaises aux réalités nord-américaines, en s'appropriant des éléments culturels des nations autochtones environnantes. Ces conditions créent bien sûr un milieu propice au développement des corps de métier locaux, et bientôt apparaît une petite bourgeoisie coloniale qui stimule la production de biens et de services. De cette manière, les capitaux ne sont pas drainés vers la métropole : en achetant les produits locaux, les colons se trouvent à favoriser un certain enrichissement. Au XVIIIe siècle, la population de la Nouvelle-France vit dans une certaine aisance matérielle (surtout quand on compare leur condition à leurs homologues de France), d'autant plus que l'amélioration des relations commerciales avec la métropole et avec les Antilles permet l'entrée de denrées et de produits importés, qui viennent s'ajouter aux produits locaux pour faciliter la vie quotidienne des colons. Durant la paix de Trente ans (1713-1744), la colonie prospère et la population, dans son ensemble, atteint un niveau d'aisance matérielle qui sera malheureusement compromis par les troubles liés à la Guerre de Succession d'Autriche puis à la guerre de Sept Ans.

Les fêtes de la Nouvelle-France

Pavillon de Louis XIV, drapeau utilisé en Nouvelle-France lorsque le Roi-Soleil l'annexa comme Province française Aujourd'hui, , qui se déroulent dans le quartier du Vieux-Québec, dans la ville de Québec, rappellent l'époque de la Nouvelle-France. Pendant plus de 5 jours au début du mois d'août, des centaines de figurants y recréent l'ambiance des marchés publics tandis que des spécialistes y effectuent de l'animation historique. Plus de 400 000 visiteurs s'y sont retrouvés pour la dixième édition en 2006.

Bibliographie

-Beaulieu, Alain, et Roland Viau. La grande paix: chronique d'une saga diplomatique. Québec, Éditions Libre Expression, 2001, ISBN 2-89111-939-8
-Choquette, Leslie. De France à paysans : modernité et tradition dans le peuplement du Canada français. Sillery, Québec : Septentrion, 2001. ISBN 20010126848.
-Eccles, William John. The French in North America 1500-1763. East Lansing : Michigan State University Press, 1998. ISBN 0870134841.
-Havard, Gilles et Vidal, Cécile. Histoire de l'Amérique française. Paris : Flammarion, 2003. ISBN 2082100456.
-Lahaise, Robert et Vallerand, Noël. La Nouvelle-France 1524-1760. Outremont, Québec : Lanctôt, 1999. ISBN 2894850603.
-Moogk, Peter N. La Nouvelle-France : the making of French Canada : a cultural history. East Lansing: Michigan State University Press, 2000. ISBN 0870135287.
-Trigger, Bruce. Les enfants d'Aataentsic: l'histoire du peuple huron, Montréal, Libre Expression, 1991. (McGill-Queens University Press, 1976).
-Trudel, Marcel. Histoire de la Nouvelle-France. 10 vol., Paris et Montréal, Fides, 1963-1999.

Voir aussi

- Colonisation française des Amériques
- Louisiane française
- Premier espace colonial français
- Histoire des relations franco-américaines
- Histoire du Québec
- Gouverneur (Nouvelle-France)
- Frontenac (Louis de Buade, comte de)
- Royaume d'Araucanie et de Patagonie
- De remarquables oubliés ==
Sujets connexes
Absolutisme   Abénaquis   Acadie   Algonquins (tribu)   Amérindiens   Amérique du Nord   Ancien Régime   Antilles   Arkansas   Armée continentale   Articles de capitulation de Montréal   Baie d'Hudson   Bataille des Plaines d'Abraham   Canada   Canada (Nouvelle-France)   Colonisation française des Amériques   Colorado   Dakota du Nord   Dakota du Sud   De remarquables oubliés   Espagne   Fleuve Saint-Laurent   Fort Michillimakinac   France   Français   George Washington   Golfe du Mexique   Gouverneur (Nouvelle-France)   Grande-Bretagne   Grands Lacs (Amérique du Nord)   Guerre de Sept Ans   Guerre de Succession d'Autriche   Henri II de Bourbon-Condé   Henri II de Montmorency   Henri IV de France   Histoire de l'Amérique française (monographie)   Histoire de la Nouvelle-France   Histoire des relations franco-américaines   Histoire du Québec   Huronie   Iowa   Iroquois   Jacques Cartier   Jean-Baptiste Colbert   Jean Talon   Kansas   Louisiane   Louisiane (Nouvelle-France)   Marcel Trudel   Mercantilisme   Micmacs   Minnesota   Mississippi (fleuve)   Missouri (État)   Montana   Montréal   Nebraska   Nouveau-Brunswick   Nouvelle-Angleterre   Nouvelle-Écosse   Ohio (rivière)   Oklahoma   Pays d'en Haut (Nouvelle-France)   Pays des Illinois (Nouvelle-France)   Plaisance (Nouvelle-France)   Premier espace colonial français   Province de Québec (1763-1791)   Québec   Québec (ville)   Royaume d'Araucanie et de Patagonie   Saint-Pierre-et-Miquelon   Samuel de Champlain   Terre-Neuve   Texas   Traité de Paris (1763)   Traité de San Ildefonso   Trois-Rivières   Versailles   Vice-roi   Wyoming  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^