Sûtra

Infos
Un sūtra (ou soutra, sûtra voire soûtra) désigne ce qu'on nommerait en Occident un « classique », un « canon » voire, simplement, un « livre ». Il s'agit d'un mot sanskrit — सूत्र sūtra — signifiant « fil » et s'appliquant à des écrits spéculatifs ou philosophiques rédigés sous forme d'aphorismes. Soit l'appellation est métaphorique (ce sont les « fils de la pensée », la « trame des
Sûtra

Un sūtra (ou soutra, sûtra voire soûtra) désigne ce qu'on nommerait en Occident un « classique », un « canon » voire, simplement, un « livre ». Il s'agit d'un mot sanskrit — सूत्र sūtra — signifiant « fil » et s'appliquant à des écrits spéculatifs ou philosophiques rédigés sous forme d'aphorismes. Soit l'appellation est métaphorique (ce sont les « fils de la pensée », la « trame des idées »), soit elle est métonymique (on entend : « les fils qui servent à coudre les pages ensemble »). Par métonymie, on nomme aussi sūtra les livres contenant de tels écrits. Enfin, par extension, le terme en vient à désigner toutes sortes de traités, grammaires, analyses. C'est le cas du Kāmasūtra, Livre de Kāma (dieu de l'amour charnel).

Le sūtra comme texte

Dans l'hindouisme, sont des sūtra les commentaires des brāhmaṇa. Ils font partie de la smṛti. L'iconographie religieuse a fait du sūtra le symbole de la sagesse ; attribut de divinités comme Brahmā, Sarasvatī et Viṣṇu. On le nomme alors pustaka. Dans le Yoga, le livre de référence de cette technique s'appelle les Yoga Sutras, en 195 sutras il décrit la technique et la voie spirituelle du yoga. Chez les bouddhistes, le terme désigne la mise par écrit des enseignements du Bouddha. En pāli, le terme est sutta. Les sutta — réunis dans le Sutta piṭaka — forment la deuxième partie du Tipitaka, (« triple corbeille »), le recueil complet des enseignements, des commentaires et de la discipline. On le traduit en mandarin par 經/经 jīng, sinogramme composé de la clef du fil, 糸, rappelant le sens originel. En tibétain, c'est Mdo མདོ.

Le sūtra comme type de livre

Image:Soutra_du_diamant.png Voici à titre d'illustration un sūtra chinois : Titre : 《金剛般若波羅蜜經》 Jīngāng Bānruò Bōluómì Jīng (ou, prononciation plus ancienne, Jīngāng Bōrě Bōluómì Jīng), traduction du sanskrit ; titre original : Prajñāpāramitā vajracchedikā sūtra (« Sūtra de la perfection de la sagesse qui est comme le diamant tranchant »). Le titre chinois s'interprète comme suit : 金剛 jīngāng « diamant », 般若 bōrě (caractères phonétiques pour) prajña « sagesse », 波羅蜜 bōluómì (caractères phonétiques pour) pāramitā « perfection » et 經 jīng « sūtra ». Titre habituel : 《金剛經》 Jīngāng Jīng (« Sūtra du diamant »). Dimensions : 3, 6 cm × 7 cm ; c'est une version réduite ; les sūtra chinois sont généralement bien plus grands. Sens de lecture : de droite à gauche par colonnes de haut en bas. Disposition des feuillets : toutes les feuilles ne forment qu'un long accordéon plié. Le texte est écrit sur les deux faces. On lit l'ouvrage posé à plat et ouvert en tournant les pages de gauche à droite ; une fois arrivé à la fin de la première face, on tourne la quatrième de couverture pour lire la seconde face, à la suite. Image:Soutra_du_diamant_ouvert.png Remarque : noter les svastikas utilisés comme décoration ; c'est bien sûr ici la valeur sacrée du symbole qui est utilisée. Rappelons que le svastika chinois est orienté vers la gauche et qu'il symbolise, dans le bouddhisme mahāyāna, la réalisation des dix-mille pāramitā ou « mérites » conduisant au nirvāṇa.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Bouddha   Bouddhisme   Canon bouddhique   Civilisation chinoise   Hindouisme   Kâma   Mandarin (langue)   Métaphore   Métonymie   Pâli   Sanskrit   Sinogramme   Smirti   Svastika   Symbole   Textes du bouddhisme   Tibétain   Tipitaka   Vishnou   Yoga   Yoga Sutras  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^