Jean-François Ducis

Infos
Jean-François Ducis Jean-François Ducis né à Versailles le 22 août 1733 et mort à Versailles le 31 mars 1816, est un écrivain et poète français.
Jean-François Ducis

Jean-François Ducis Jean-François Ducis né à Versailles le 22 août 1733 et mort à Versailles le 31 mars 1816, est un écrivain et poète français.

Biographie

Né d’une famille pauvre, originaire de Hauteluce en Savoie, Ducis reçut une éducation religieuse soignée et fit ses études d’abord dans une petite pension de Clamart puis au collège de Versailles. À dix-huit ans, il entra comme secrétaire chez le maréchal de Belle-Isle qui l’emmena dans ses tournées d’inspection des places fortes, puis le plaça comme expéditionnaire dans les bureaux du ministère de la Guerre lorsqu’il y fût nommé. Mais, peu après, son protecteur l’autorisa à quitter cet emploi tout en en conservant les appointements afin de se consacrer au théâtre. Son oncle Louis Le Dreux de la Châtre, architecte du roi, architecte du château de Compiègne, l’aida également pendant bien des années. En 1768, Ducis fit donner à la Comédie-Française sa tragédie d'Amélise qui, selon Charles Collé, « fut huée depuis un bout jusqu’à l’autre ». Mais il prit sa revanche avec son Hamlet, joué le et approximativement imité de Shakespeare. Il avait trouvé là la veine qui allait le rendre célèbre : mettre au goût du jour et au goût français les pièces du dramaturge anglais. Ducis ne comprenant pas l’anglais, a travaillé à partir des traductions françaises de Pierre-Antoine de La Place ou de Pierre Letourneur, elles-mêmes assez infidèles. Pourtant, même ainsi édulcorées, les pièces de Shakespeare heurtaient plus d’un spectateur, et Lekain refusa le rôle d’Hamlet, que Molé eut en revanche l’heureuse inspiration d’accepter. Dans le droit fil de ce premier succès, Ducis donna en 1772 Roméo et Juliette, en retranchant des scènes parmi les plus célèbres – la scène du balcon, les vers sur le chant de l’alouette et du rossignol... – mais en y ajoutant l’épisode d’Ugolin, repris de Dante. En 1778, il fit jouer Œdipe chez Admète, bizarre assemblage de l' Alceste d’Euripide et de l' Œdipe à Colone de Sophocle mais qui ne manque pas de pathétique. Ce fut un succès et l’auteur fut élu à l’Académie française la même année, au fauteuil de Voltaire. Son discours de réception – que de mauvaises langues ont attribué à son ami intime le poète Antoine-Léonard Thomas – fut très applaudi. Il commençait par cette phrase fameuse : « Messieurs, il est des grands hommes à qui l’on succède et que personne ne remplace. » En 1783, Ducis donna une nouvelle imitation de Shakespeare, Le Roi Lear, dans laquelle on ne reconnaît à peu près rien de la pièce originale, devenue un drame bourgeois et larmoyant bien dans l’esprit d’alors et qui, pour cela, eut un immense succès. Porté en triomphe, l’auteur fut amené sur scène pour y recevoir les ovations du public. En 1784, Macbeth, quoique fort édulcoré, eut moins de succès. Jean sans Terre, en 1791, n’eut aucun succès, mais Othello, en 1792, avec Talma dans le rôle titre, déchaîna à nouveau l’enthousiasme. On applaudissait aux tirades de ce capitaine Maure qui s’impose grâce à ses seules vertus au sein de l’aristocratie et parvenu qui proclame : :Ils n’ont pas, tous ces grands, manqué d’intelligence, :En consacrant entre eux les droits de la naissance : :Comme ils sont tout par elle, elle est tout à leurs yeux. :Que leur resterait-il, s’ils n’avaient pas d’aïeux ? :Mais moi, fils du désert, moi, fils de la nature, :Qui dois tout à moi-même et rien à l’imposture, :Sans crainte, sans remords, avec simplicité, :Je marche dans ma force et dans ma liberté. Dans Talma on peut reconnaître l’influence des origines savoyardes de Jean-François Ducis, à travers l’exemple de Saint Maurice, Saint patron de la Savoie, soldat romain d’origine égyptienne qui fut martyrisé dans l’actuel Valais, mais aussi celle de Jean-Jacques Rousseau. Laissant les imitations de Shakespeare, Ducis composa ensuite une tragédie originale, Abufar, ou la famille arabe, représentée le , tableau des mœurs patriarcales dans lequel, dit Sainte-Beuve, . L’intrigue manque en revanche de force : un frère se croit amoureux de sa sœur et vice-versa, mais on finit par apprendre qu’il ne s’agit que d’une sœur adoptive de sorte que la morale est sauve. Le succès de cette pièce engagea Ducis à composer un pendant situé cette fois sous un climat glacial : Phédor et Waldamir, ou la famille de Sibérie (1801), qui tomba complètement. Ducis renonça alors au théâtre et prit sa retraite à Versailles où il s’occupa à lire la Bible, Horace, Virgile et La Fontaine. Napoléon voulut le faire sénateur mais il refusa en disant : . Cependant, il accepta de Louis XVIII la Légion d'honneur qu’il avait refusée de Napoléon I. Jusqu’à sa mort en 1816, il continua à composer de petites pièces de vers reflétant la simplicité, la bonté et l’amour de la nature.

Son œuvre

Le succès immense remporté avait fait croire à Ducis qu’il touchait au sublime, il écrivit : . En réalité, comme l’écrit Maurice Allem, . Le concept de base de la plupart de ses pièces, l’adaptation au goût de la seconde moitié du des tragédies de Shakespeare, nous est, il est vrai, complètement étranger aujourd’hui que nous sommes capables d’admirer ces pièces pour ce qu’elles sont. Le romantisme triomphant du balaya les pièces édulcorées de Jean-François Ducis qui pourtant par son travail fit découvrir l’œuvre de Shakespeare, mais aussi par la mise en avant de sentiments plus proches de la nature, fut la base de ce même romantisme. Ce sont finalement ses petites poésies fugitives, composées dans la vieillesse, qu’il a le mieux réussies. On peut y voir, note Maurice Allem, . Ses œuvres ont été publiées à Paris, 1813, 3 volumes in-8 ; 1819, 6 volumes in-18 et 3 volumes in-8. Campenon a donné ses Œuvres posthumes précédées d’une notice en 1826.

Bibliographie

- François-Nicolas-Vincent Campenon, Essai de mémoires sur Ducis, 1824.
- Onésime Leroy, Étude sur la personne et les écrits de Ducis, 1832.

Source partielle

, tome I, pp. 664-665. ===
Sujets connexes
Charles Augustin Sainte-Beuve   Charles Collé   Château de Compiègne   Comédie-Française   Euripide   France   Hauteluce   Horace   Jean-Jacques Rousseau   Jean de La Fontaine   Lekain   Louis XVIII de France   Légion d'honneur   Maurice d'Agaune   Napoléon Ier   Paris   Pierre-Antoine de La Place   Poète   Raymond de Sèze   Sophocle   Versailles   Virgile   Voltaire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^