Privatisations en France

Infos
La France a connu une vague de privatisations d'entreprises publiques à partir de 1986 sous le gouvernement de cohabitation dirigé par Jacques Chirac. Certaines de ces privatisations concernaient des sociétés fraîchement nationalisées, comme Paribas ou Saint-Gobain, à la suite de l'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. Ce mouvement de privatisation était avant tout une réaction à ces nationalisations, une sorte de dénationalisation d'inspiration
Privatisations en France

La France a connu une vague de privatisations d'entreprises publiques à partir de 1986 sous le gouvernement de cohabitation dirigé par Jacques Chirac. Certaines de ces privatisations concernaient des sociétés fraîchement nationalisées, comme Paribas ou Saint-Gobain, à la suite de l'arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. Ce mouvement de privatisation était avant tout une réaction à ces nationalisations, une sorte de dénationalisation d'inspiration idéologique, mais il a perduré au cours des années, notamment sous le gouvernement Lionel Jospin et se poursuit encore. D'autres motifs se sont en effet imposés, principalement la pression de la politique européenne de la concurrence qui empêche le gouvernement de jouer le rôle normal d'un actionnaire en lui interdisant toute recapitalisation de sociétés en difficulté, ou simplement en phase de développement, si cela conduit à interférer dans la situation concurrentielle du secteur, mais aussi le fait que l'État français est fortement endetté et recherche par le biais des recettes de privatisation le moyen de réduire la dette.

Principales privatisations réalisées par les gouvernements successifs

Il s'agit selon le cas de privatisation partielle ou totale. En toute rigueur, on ne devrait parler de privatisation que lorsque la part de l'État dans le capital descend en dessous de 50 %.

Gouvernement Jacques Chirac

Selon l’édition 2001 de L’État de la France (La Découverte), en 1986-1988, le gouvernement Chirac avait vendu pour 100 milliards de francs (valeur 1999) d’actifs publics. D'autres sources avancent le chiffre de 70.5 ou 72 milliards de FF.
- Compagnie générale d'électricité (la CGE devient Alcatel-Alsthom puis Alcatel en 1998) 23 mai 1987, mise en bourse de 100 % du capital, 2, 5 millions de souscripteurs, 5.4 milliards de FF).
- Paribas, 23 janvier 1987, mise en bourse de 100 % du capital (OPV), (12.8 milliards de FF).
- Saint-Gobain, 1986 (8.4 milliards de FF).
- Société générale, 27 juin 1987, mise en bourse de 100 % du capital, (17.2 milliards de FF).
- Suez (groupe) (14.9 milliards de FF).
- Crédit commercial de France, 7 mai 1987, mise en bourse de 100 % du capital, (2.2 milliards de FF).
- TF1, 16 avril 1987, Bouygues devient actionnaire de référence, (4.4 milliards de FF).
- Matra, 1988, (1 milliards de FF).
- Havas, 1987, (2.8 milliards de FF).
- Mutuelle générale française, 1987.
- Banque du bâtiment et des travaux publics, 1987 (0.4 milliards de FF).

Gouvernement Michel Rocard

- Crédit local de France, 5 avril 1991, privatisation partielle

Gouvernement Édouard Balladur

L'ensemble des privatisations sur la période 1993-1995 aurait rapporté 114 milliards de FF en 3 ans.
- Rhône-Poulenc, 1993.
- Elf-Aquitaine, 1994.
- Renault, 1996, ouverture du capital.
- UAP, 1994.
- SEITA, 6 février 1995

Gouvernement Alain Juppé

L'ensemble des privatisations sur la période 1995-1997 aurait rapporté 40 milliards de FF en 18 mois.
- AGF, 1996, mise en bourse de 51 % du capital, l'État ne conservant que 2 %.
- CGM (Compagnie générale maritime), 1996, vente de gré à gré, pour 20 millions de francs, à la Compagnie maritime d'affrètement (CMA) qui devient CMA-CGM.
- Péchiney, 1995.
- Usinor-Sacilor, 1995.
- Compagnie française de navigation rhénane (CFNR), 8 novembre 1996, vente de gré à gré à l'association technique de l'importation charbonnière (ATIC) des 75, 7 % du capital détenus par l'État.
- BFCE, 1996, vente de gré à gré au Crédit national. La fusion de ce dernier avec la BFCE donne naissance à la banque Natexis.
- Bull, 1997.

Gouvernement Lionel Jospin

L'ensemble des privatisations sur la période 1997-2002 aurait rapporté 210 milliards de FF en 5 ans.
- Air France, 1999, ouverture du capital.
- Autoroutes du sud de la France (privatisation partielle)
- Mars 2002 : mise en bourse de 49 % du capital, recette : 1, 8 milliard d'euros.
- Crédit lyonnais, 12 mars 1999 (décret)
- France Télécom, 1997, ouverture du capital, 42 milliards de FF.
- Octobre 1997 : mise en bourse de 21 % du capital
- Novembre 1998 : mise en bourse de 13 % du capital
- Eramet, 1999.
- GAN, 1998.
- Thomson Multimédia
- 1998, ouverture du capital.
- 2000, suite.
- CIC, 1998.
- CNP, 1998.
- Aérospatiale (EADS), 2000, ouverture du capital.

Gouvernement Jean-Pierre Raffarin

L'ensemble des privatisations sur la période 2002-2005 aurait rapporté 13 milliards d'EUR en 3 ans.
- Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (privatisation partielle)
- France Télécom(5.1 milliards EUR)
- Septembre 2004 : mise en bourse de 10, 85 % du capital (part résiduelle de l'État : 42, 25 %)
- SNECMA, (2.2 milliards EUR)
- 18 juin 2004, mise en bourse de 35 % du capital pour une recette de 1, 3 milliards d'euros ;
- 29 octobre 2004, rapprochement avec Sagem dans le cadre d'une OPA/OPE qui achève la privatisation de la Snecma. Après fusion, le nouvel ensemble prend le nom de Safran.
- Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (privatisation partielle)
- Crédit Lyonnais (2.2 milliards EUR)
- Thompson (0.95 milliards EUR)

Gouvernement Dominique de Villepin

- Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France (privatisation totale par cession de gré à gré du solde du capital - 75 % - sur appel d'offres)
- Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (privatisation totale par cession de gré à gré du solde du capital - 70 % - sur appel d'offres)
- Autoroutes du sud de la France (privatisation totale par cession de gré à gré du solde du capital - 51 % - sur appel d'offres)
- Gaz de France, 8 juillet 2005, mise en bourse de 20 % du capital, dont une partie en augmentation de capital. L'opération rapporte environ 2, 5 milliards d'euros à l'État et 2 milliards à l'entreprise.
- SNCM (privatisation partielle)
- Électricité de France (privatisation partielle), novembre 2005
- Aéroports de Paris, (privatisation partielle)
- DCNS, ancienne Direction des constructions navales (privatisation partielle)

Voir aussi

- Entreprise publique (dont liste pour la France)
- Secteur public en France

Lien externe

- Catégorie:Économie française
Sujets connexes
Air France   Alcatel   Altadis   Arcelor   Assurances générales de France   Autoroutes Paris-Rhin-Rhône   Autoroutes du sud de la France   Aéroports de Paris   Aérospatiale   Bouygues   Bull   CMA-CGM   CNP Assurances   Compagnie générale transatlantique   Concurrence économique   Crédit industriel et commercial   Crédit national   DCNS   Dette   Dexia   Entreprise publique   Eramet   France Télécom   Gan (assurances)   Gaz de France   Gouvernement Alain Juppé   Gouvernement Dominique de Villepin   Gouvernement Jacques Chirac (2)   Gouvernement Jean-Pierre Raffarin   Gouvernement Lionel Jospin   Gouvernement Michel Rocard (2)   Gouvernement Édouard Balladur   HSBC   Havas   Jacques Chirac   LCL   Lionel Jospin   Matra (aéronautique)   Nationalisation   Paribas   Privatisation   Renault (Groupe)   Rhône-Poulenc   Sagem   Saint-Gobain   Secteur public en France   Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France   Société générale   Société nationale maritime Corse Méditerranée   Suez (groupe)   TF1   Thompson   UAP   Union européenne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^