Nestorianisme

Infos
Le nestorianisme est une doctrine chrétienne qui affirme que deux personnes, l'une divine, l'autre humaine, coexistaient en Jésus-Christ. Cette thèse a été à l'origine défendue par Nestorius (né vers 381 - mort en 451), patriarche de Constantinople (428-431). Le nestorianisme devient une variante du christianisme après la condamnation de Nestorius. Les nestoriens ignorent les dogmes promulgués ultérieurement. Aujourd'hui, la plupart des nestoriens sont des fid
Nestorianisme

Le nestorianisme est une doctrine chrétienne qui affirme que deux personnes, l'une divine, l'autre humaine, coexistaient en Jésus-Christ. Cette thèse a été à l'origine défendue par Nestorius (né vers 381 - mort en 451), patriarche de Constantinople (428-431). Le nestorianisme devient une variante du christianisme après la condamnation de Nestorius. Les nestoriens ignorent les dogmes promulgués ultérieurement. Aujourd'hui, la plupart des nestoriens sont des fidèles des Églises des deux conciles, surtout implantées dans le nord de l'Irak.

Origine

Le nestorianisme trouve son origine dans une controverse entre le patriarche de Constantinople, Nestorius et celui d'Alexandrie, Cyrille. Ce dernier chercha et obtint le soutien de Rome. Le concile d'Éphèse de 431 condamne les thèses de Nestorius, qui perdra la même année le patriarcat de Constantinople et finira exilé. D'un point de vue politique, on peut estimer que l'empereur Théodose II s'est finalement rallié au point de vue de Cyrille d'Alexandrie et de Rome parce que l'Égypte, grenier à blé de l'empire lui était indispensable. Le soutien de Rome était également nécessaire à la stabilité de l'empire.

Diffusion du nestorianisme

Ibas, évêque de Nisibe (aujourd'hui Nusaybin en Turquie) de 435 à 457, tout en renouvelant l'anathème jeté sur Nestorius, favorisa indirectement la diffusion de sa doctrine en fondant à Édesse une école dans laquelle étaient enseignés les œuvres de Théodore de Mopsueste, Diodore de Tarse et Théodoret. Nestorius y était lu et étudié. Même avant la destruction de cette école en 489, des étudiants se dispersèrent dans la Perse voisine. En Perse les communautés chrétiennes avaient rompu tout lien avec Antioche et les évêques occidentaux lors d'un concile tenu à Séleucie en 410. Il leur était en effet important de pouvoir ne pas être considérées comme des suppôts de l'Empire romain, principal adversaire de l'Empire perse sassanide. Le chef de l'Église de Perse était l'évêque de Ctésiphon, qui avait pris le titre de catholicos. Au moment de l'arrivée des enseignants nestoriens venus d'Édesse, l'évêque de Ctésiphon était Babaeus (ou Babowai, 457-484), qui semble les avoir reçus à bras ouverts. Cependant Barsauma, devenu évêque de Nisibe, la grande ville la plus proche d'Édesse, rompit avec le faible catholicos qu'il fit déposer lors d'un synode tenu en avril 484. La même année, Babowai fut accusé devant l'empereur de conspiration avec Constantinople et mis à mort, pour un motif politique. L'évêque de Nisibe était en grande faveur auprès de l'empereur Péroz I et il le persuada de l'intérêt qu'il n'y eût en Perse que des chrétiens d'obédience différente de celles de l'Empire romain. Péroz mourut peu de temps après la mort de Babowai et l'évêque de Nisibe eut beaucoup moins d'influence auprès de son successeur, Balash. Bien que Barsauma s'opposât tout d'abord au catholicos Acacius en août 485, il le rencontra et finit par se soumettre, reconnaissant la nécessité de la primauté de Ctésiphon. Il ouvrit une école à Nisibe qui devint encore plus fameuse que celle d'Édesse. Son recteur était Narsès le Lépreux, écrivain très prolifique dont peu d'œuvres ont survécu. Ses règles sont encore conservées, et elle attira jusqu'à huit cents étudiants. La renommée de cet établissement théologique était telle que le pape Agapet I et Cassiodore voulurent fonder l'équivalent en Italie. Ceci ne put se réaliser du fait des troubles politiques de l'époque, mais le monastère fondé par Cassiodore à Vivarium s'inspira de l'exemple de Nisibe. Barsauma mourut entre 492 et 495, puis Acacius en 496 ou 497. Narsès est sans doute mort plus tard. Les missions de leurs étudiants s'étendirent plus loin en Asie. Le nestorianisme fut la première forme sous laquelle le christianisme s'introduisit en Chine, en 635, et à peu près à la même période en Mongolie. Il reste des vestiges de ces premiers établissements dans des villes chinoises telles que Xi'an. Une stèle de pierre érigée en 782 à Zhouzhi, à quelques quatre-vingts kilomètres au sud-ouest de Xi'an, alors capitale de la Chine, décrit l'introduction du christianisme en Chine à partir de la Perse pendant le règne de Tang Taizong. Cependant en 845, Tang Wuzong décida d'éradiquer les religions professant la vie contemplative et donc notamment le bouddhisme. Les nestoriens, également persécutés lors de ce mouvement contre les religions étrangères (dans un retour à un confucianisme comme lien national, ces religions sont déconsidérées, entre autre par leurs systèmes de couvent et de vie contemplative décrits alors comme hors de l'idéal confucéen de participation à la vie sociale), disparurent alors définitivement de Chine. La présence d'un évêché nestorien est attestée dès le VIIe siècle dans la région de Barus, sur la côte occidentale de l'île indonésienne de Sumatra. La religion nestorienne connut encore de beaux jours sous l'Empire mongol autour du ; elle était pratiquée par plusieurs princesses de la famille de Gengis Khan, comme sa belle-fille Sorgaqtani, épouse de Tolui et la belle-fille de ceux-ci, Doqouz Khatoun, épouse de Hülegü. À la suite de la Réforme, des théologiens protestants ont été taxés de nestorianisme parce qu'ils refusaient de parler de Marie comme la Mère de Dieu, lui préférant le titre de Mère de Jésus.

Les nestoriens sous la domination musulmane

Avec l’avènement en 750 de la dynastie abbasside dans les territoires sous domination arabo-musulmane, l’Église nestorienne retrouve le statut qui était auparavant le sien dans l’Empire perse des Sassanides. Les nestoriens gravitent autour du pouvoir califal tant dans l’administration territoriale que dans la culture avec de nombreux savants, médecins et traducteurs. Le règne du calife Al-Mahdî (775-785), troisième calife abbasside, vient confirmer cette prééminence nestorienne dans la société de l’époque et en particulier sur les communautés chrétiennes monophysites et melkites qui commencent à affluer en Mésopotamie. Musulmans et nestoriens se côtoient depuis les premiers temps de la conquête arabo-musulmane. Suite au concile de Florence, Rome parvient à rallier une partie des nestoriens en 1551 : ils formeront désormais l'Église catholique chaldéenne. Le nestorianisme est représenté aujourd'hui au Moyen-Orient dans les Églises des deux conciles.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abbassides   Acacius (patriarche de Constantinople)   Agapet Ier   Al-Mahdi (Abbasside)   Alexandrie   Antioche   Antiquité tardive   Asie   Barus   Bouddhisme   Calife   Cassiodore   Christianisme   Civilisation chinoise   Concile   Concile d'Éphèse   Confucianisme   Constantinople   Ctésiphon   Cyrille d'Alexandrie   Dogme   Dogmes catholiques   Doqouz Khatoun   Empire mongol   Empire romain   Exégèse   Gengis Khan   Histoire du christianisme   Houlagou Khan   Hérésie   Indonésie   Irak   Italie   Jésus de Nazareth   Mongolie   Monophysisme   Mésopotamie   Nestorius   Orthodoxie   Perse   Péroz Ier   Rome   Réforme protestante   Sassanides   Sorgaqtani   Sumatra   Synode   Séleucie   Théodore de Mopsueste   Théodose II   Tolui   Turquie   Vivarium   Xi'an  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^