Louvain-la-Neuve

Infos
Louvain-la-Neuve (en wallon Li Noû Lovén) est une Ville nouvelle francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province du Brabant wallon. Elle doit sa création aux querelles linguistiques qui secouèrent la Belgique dans les années 1960. C'est en effet suite à la volonté de la communauté flamande de voir les étudiants francophones quitter l'université de Louvain (KUL), ville néerlandophone située à trente kilomètres à l'est de Bruxelles, que
Louvain-la-Neuve

Louvain-la-Neuve (en wallon Li Noû Lovén) est une Ville nouvelle francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province du Brabant wallon. Elle doit sa création aux querelles linguistiques qui secouèrent la Belgique dans les années 1960. C'est en effet suite à la volonté de la communauté flamande de voir les étudiants francophones quitter l'université de Louvain (KUL), ville néerlandophone située à trente kilomètres à l'est de Bruxelles, que fut prise la décision de créer une nouvelle cité qui abriterait une université francophone. Louvain-la-Neuve, la Grand-Place et la faculté de théologie (1984)|250 px

Urbanisme

Cinéma et faculté de théologie, sur la Grand-Place (2002) Bibliothèque des sciences exactes, place des Sciences (2006) Après plusieurs hésitations, les autorités universitaires s'accordèrent pour construire leur nouvelle ville sur le territoire d'Ottignies, dans l'actuelle province du Brabant wallon. Le site sur lequel va se construire la cité universitaire est un vaste plateau vallonné situé en bordure de la forêt de Lauzelle. Exposé aux vents, il ne compte à l'époque que deux ou trois fermes et quelques habitations rassemblées dans le hameau de la Baraque. L'essentiel du site est couvert de champs de betteraves. La section francophone de l'UCL y achète avec l'aide de l'État belge une superficie d'environ 900 hectares pour assurer son installation. Les travaux seront alors entamés le 20 janvier 1969. Les nouveaux habitants s'y installent dès 1972. Le nombre de gens fréquentant alors Louvain-la-Neuve est très réduit. En 1973, seules 676 personnes logeaient sur le site. Rejoints en journée par les quelques étudiants et employés de l'Université, ils formaient une petite communauté de 1.500 personnes. Ce caractère restreint s'estompera rapidement. En 1981, ils sont déjà 10.477 à fréquenter la ville en pleine expansion. L'objectif final de ce projet urbanistique est d'atteindre 30.000 résidents permanents sans compter les 10.000 à 15.000 étudiants qui logent en semaine sur le site. Louvain-la-Neuve a été créée par l'université et pour l'université. Celle-ci est sa seule raison d'être, sa seule justification. L'UCL détermina un ensemble de lignes directrices qui allaient guider la construction de Louvain-la-Neuve :
- la ville ne peut être un vase clos, un campus dans lequel ne se retrouveraient que les étudiants et leurs professeurs. Au contraire, toutes les catégories socio-professionnelles doivent être présentes. La mixité doit être maximale.
- La dimension humaine de la ville doit être centrale. Rien ne sert de construire de gigantesques monuments et de grandes avenues. Au contraire, la ville doit être à taille humaine.
- La ville est piétonne. La circulation automobile sera souterraine. Place de l'Université en 2002 C'est en fonction de ces lignes directrices que Louvain-la-Neuve s'est développée. Le centre urbain est construit sur une gigantesque dalle de béton qui supporte bâtiments et rues piétonnes. En dessous de cette dalle se trouvent les parkings et les artères pour automobiles. Quatre quartiers principaux s'articulent autour du centre urbain : le Biéreau, Lauzelle, l'Hocaille et les Bruyères. En outre, un cinquième quartier, non prévu par les autorités universitaires, s'est développé : le quartier de la Baraque. Ce dernier quartier se caractérise par son habitat alternatif et son refus de la programmation urbaine imposée par l'université. Louvain-la-Neuve est aujourd'hui une ville en pleine expansion qui ne cesse de s'étendre d'un projet d'urbanisme à un autre. Sa situation centrale, sa proximité des axes routiers principaux (autoroute E411, nationale 4), le fait de se trouver dans un nœud ferroviaire et sa proximité par rapport à Bruxelles fait de Louvain-la-Neuve une ville similaire aux villes nouvelles qui entourent Paris en France.

La crise linguistique

Louvain-la-Neuve est née suite à la crise de Louvain. À la suite d'élections provoquées par cette querelle, le pouvoir organisateur approuva le 18 septembre 1968 un nouveau plan d'expansion de la section française. Quelques semaines plus tard, un nouveau règlement organique rendait officielle la scission entre la Katholieke Universiteit Leuven (KUL) et l'Université catholique de Louvain (UCL), cette dernière devant s'établir progressivement dans le Brabant wallon ainsi qu'à Woluwé-Saint-Lambert pour la faculté de médecine. C'est dans la douleur et l'urgence que Louvain-la-Neuve est née. Placé sous la direction du professeur Raymond Lemaire, de Jean-Pierre Blondel et de Pierre Laconte, ce projet urbanistique a vu les premiers étudiants arriver sur le site en octobre 1972. Aujourd'hui, cette ville nouvelle compte près de 15 000 habitants et 20 000 étudiants (dont plus de la moitié vivent à Louvain-la-Neuve).

Les 24 Heures Vélo

Cette course est un des événements festifs majeurs de Louvain-la-Neuve. Lancée en 1976 par quatre étudiants, elle se déroule chaque année dans le courant du mois d'octobre et mobilise la ville et la communauté estudiantine toutes entières du mercredi midi au jeudi midi. Plusieurs dizaines d'équipes d'étudiants doivent parcourir à vélo un circuit de quelques kilomètres pendant 24 heures. La victoire est évidemment attribuée à l'équipe ayant parcouru le plus de tours du circuit. Les vélos de course peuvent être de classiques bicyclettes ou des vélos "folkloriques", décorés, assemblements de plusieurs vélos, de bois, de papier mâché... et fruits de l'imagination des participants. Chaque année, la ville est aussi placée sous haute surveillance policière car cet évènement attire des étudiants de toute la Belgique et même de certains pays limitrophes ! Début des années '80, les 24 Heures Vélo étaient devenues le rendez-vous de près de 80.000 personnes. Ce succès de foule comportait un revers de la médaille : la fête n’était plus vraiment contrôlée, de plus en plus occultée par la "guindaille" pure et dure accompagnée d'alcools forts, à tel point qu’une bonne part du public ne savait même plus qu’il y avait des vélos ! De plus, toujours fin des années 90, Louvain-la-Neuve est le triste témoin des décès successifs de jeunes en état d’ébriété. Cependant, les années 2000 ont données lieu à un renforcement de la sécurité de ce rendez-vous, devenu de plus en plus important. Gérée par les étudiants elle assure aujourd'hui le bon déroulement des festivités. Actuellement, les 24 Heures Vélo donnent lieu à des animations en tout genre pour petits et grands : château gonflable le mercredi après-midi, concerts en plein air toute la nuit, feux d'artifice... Les organisateurs, en s'associant les initiatives des cercles et des kots-à-projet, ont réussi à retrouver un véritable sens de la fête. Les 24 Heures Vélo fêtent leur trentième édition en 2006, entre autres par l'édition d'un livre abondamment illustré et l'inauguration d'une sculpture en bas de la rue des Wallons. L'évènement fut néanmoins une nouvelle fois endeuillé et de ce fait stoppé avant son terme.

Autres activités estudiantines

Les associations estudiantines de Louvain-la-Neuve se répartissent en cercles (facultaires) et régionales. Ceux-ci organisent chaque année un "baptême" pour les nouveaux étudiants, série d'activités initiatiques destinées à les faire entrer dans le folklore estudiantin. Pour porter la calotte, couvre-chef des étudiants catholiques de Belgique, un autre rituel estudiantin sera cependant nécessaire, au sein d'une assemblée de calottés, la "corona". En dehors de ces activités internes, cercles et régionales louvanistes sont très actifs sur le site, assurant de façon bénévole l'organisation des soirées étudiantes tout au long de l'année académique.
- Festival Universatil, festival de théâtre et d'art de la scène organisé par le Théâtre Universitaire de Louvain (ASBL TUL).
- Festival Les Midis-Minuits de la Jongle'rue, festival des arts de la rue organisé par le Circokot.
- La fête de la musique, organisé par le Kot-é-rythme.
- Le Bal des bleus, organisé conjointement par le Cercle Industriel et la
- Le Bal des Busés, organisé conjointement par le Cercle Agronomique et la
- Le Bal de la Saint Valentin, organisé par le Cercle Industriel
- " Le bal aux lampions", organisé par le cercle agronomique
- "Le Grand Concert", organisée par le CESEC Il existe actuellement plus de 100 kots à projet à Louvain-la-Neuve, actifs dans de multiples domaines allant de la musique au sport, en passant par le théâtre, l'improvisation, l'humanitaire, le social, les langues, la photographie, la danse, la protection de l'environnement, etc. ...

Le Parc scientifique de Louvain-la-Neuve

Premier du genre en Belgique, le Parc scientifique de Louvain-la-Neuve ( LLN Science Park ) a été créé le 21 janvier 1971. C’est également le plus grand parc scientifique de la Région wallonne : il s’étend sur 231 hectares répartis sur le territoire d’Ottignies-Louvain-la-Neuve et sur celui de Mont-Saint-Guibert. Louvain-la-Neuve Science Park, vue aérienne Dès l’origine, les objectifs poursuivis par la création du parc scientifique ont été de développer la coopération entre les entreprises et l’Université catholique de Louvain (UCL), contribuer au développement économique régional et assurer la diversification du milieu urbain de la ville de Louvain-la-Neuve. En 1972, Monsanto est la première entreprise à s’implanter sur le Parc ; son exemple sera rapidement suivi par d’autres… Néanmoins, toutes les entreprises ne sont pas autorisées à s’installer sur le Parc scientifique. En effet, l'UCL a délimité des critères d’implantation précis. Le candidat doit être une entreprise de:
- recherche
- production faisant appel aux hautes technologies
- services jugés complémentaires ou utiles au bon fonctionnement des activités de recherche et du site ou une spin-off de l’UCL Les entreprises du Parc scientifique (start-ups, spin-offs, PME ou grandes entreprises) sont majoritairement actives dans les domaines:
- des sciences du vivant,
- des technologies de l’information,
- de la chimie fine et
- de l’ingénierie. Aujourd’hui, le LLN Science Park compte quelque 130 entreprises -procurant plus de 4450 emplois-, 1 incubateur et 3 business centres. Il joue un rôle important dans le processus d’innovation en stimulant notamment les interactions entre les entreprises et la recherche universitaire.

Voir aussi

-Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve)
-Université_de_Houte-Si-Plou
-Kots-à-projet ==
Sujets connexes
Baraque (Louvain-la-Neuve)   Belgique   Biologie   Bruxelles   Chimie   Communauté flamande   Communauté française de Belgique   Crise de Louvain   Guindaille   Hectare   Incubateur   Ingénierie   Katholieke Universiteit Leuven   Kot à projet   Louvain   Mont-Saint-Guibert   Ottignies-Louvain-la-Neuve   Paris   Petites et moyennes entreprises   Province du Brabant wallon   Recherche scientifique   Région wallonne   Spin-off   Théâtre   Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve)   Université de Houte-Si-Plou   Urbanisme sur dalle   Ville nouvelle   Wallon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^