Le Fanfaron

Infos
Le Fanfaron (Il Sorpasso) est un film italien de Dino Risi de 1962. Ce film constitue l'une des fresques les plus représentatives de l'Italie du bien-être et du miracle économique italien de cette époque.
Le Fanfaron

Le Fanfaron (Il Sorpasso) est un film italien de Dino Risi de 1962. Ce film constitue l'une des fresques les plus représentatives de l'Italie du bien-être et du miracle économique italien de cette époque.

Le film

La part importante de critique de la société et des mœurs, bien que mêlée à la présentation comique et divertissante de la comédie, font du film un manifeste du genre cinématographique de la comédie à l'italienne. L'appartenance à ce genre est néanmoins discutée par de nombreux critiques cinématographiques, qui identifient dans le chef d'œuvre de Risi quelques aspects formels novateurs et originaux. Si toutefois l'Italie décrite dans le film est mesquine, fainéante, bourgeoise, hypocrite et bigote, comme dans d'autres représentations cinématographiques précédentes que l'on peut définir de comédie à l'italienne, quelques particularités représentatives de lignes nettes de rupture par rapport à ce genre sont en fait présentes dans le film. Par exemple, les deux protagonistes, Bruno Cortona et Roberto Mariani, dépassent largement la représentation simpliste et caricaturale des comédies. Ceux-ci ont une psychologie complète et définie (le réalisateur était diplômé en psychologie), notamment Jean-Louis Trintignant, qui incarne avec une grande intensité un jeune homme timide, perdant mais mûr en ce qui concerne son sentiment d'appartenance sociale, attiré par un schéma social de réussite, mais dans un même temps enfermé dans des types de comportement empruntés à la petite bourgeoisie travailleuse romaine. Le duel psychologique Cortona-Mariani, constamment présent, est un nouvel aspect pour le genre de la comédie. De même, par rapport aux autres films du genre, le recours à la voix off pour exprimer les pensées de Roberto Mariani et la contradiction entre celles-ci et ses actes en compagnie de Bruno Cortona, ainsi que son parcours initiatique, est totalement nouveau. Les protagonistes, du fait de leur différence, s'attirent et se repoussent, et entraînent à leur tour les spectateurs vers deux pôles distincts et contradictoires d'identification sociale, ce qui les distingue fortement des personnages que pourrait créer Alberto Sordi, qui font généralement l'objet d'un léger mépris ou d'une compassion comique. Le Fanfaron marque une différence supplémentaire par rapport aux autres comédies à l'italienne. La personnalité du réalisateur est plus marquée dans ce film, et son rôle ne se limite pas à la seule participation et aux finitions du scénario. La dynamique des scènes et la succession des plans sont extrêmement élaborées et sont le fruit d'un seul esprit créatif. Parfois le film s'éloigne vers le genre documentaire et les détails d'ambiance sont précis au point de ressembler aux informations cinématographiques que l'on pouvait voir à l'époque au cinéma, comme dans la scène de la guinguette au bord de la mer, lorsque les deux protagonistes commentent les attitudes des danseurs. Dino Risi ne se contente pas de filmer, mais il mettait aussi lui-même au point les plans-séquences, préparait à l'avance le rythme des scènes et des répliques, ainsi que du contenu de certaines d'entre elles, laissant ensuite une plus grande place à la créativité des acteurs. Le résultat est léger et amusant dans le style de l'auteur, mais en même temps il se propose comme témoignage, documentaire et satire, s'éloignant beaucoup des limites habituelles de la comédie. A certains moments, par exemple lorsque Roberto Mariani tente de prendre le bus à Civitavecchia, la représentation de la société de l'époque devient ultra-réaliste, presque à la manière de Pasolini. Il en résulte un film rythmé par des séquences rapides et les répliques mémorables de Vittorio Gassman terminent des scènes distinctes qui débutent et se terminent avec une certaine continuité, ce qui constitue un schéma très cinématographique. D'autres éléments formels rendent le film innovant. Le film est en effet considéré par certains comme un véritable road movie, le premier du genre en Italie, puisque le rapport à la route, tout au long de l'histoire, est en fait structurel. C'est la route, dans son rapport actif et passif avec les deux protagonistes, qui signe le déroulement de l'histoire depuis un point de départ précis (la Rome déserte d'un 15 août) jusqu'au tragique virage de Calafuria, peu après la région de Quercianella, sur la côte toscane. Cortona et Mariani s'éloignent parfois brièvement de la route, mais ils y retournent toujours finalement, et la route est le symbole d'une nation qui se dirige rapidement vers la fin d'un rêve de bien-être collectif et généralisé. Le saut de la voiture dans le vide, sous le regard curieux de baigneurs distraits, est symbolique. La vie brisée du jeune homme honnête et naïf et le danger représenté par son alter ego Cortona est aussi symbolique. Ceux-ci représentent les deux faces d'un pays à un carrefour de son histoire. La première, telle que décrite au début, sera séduite et mourra, à la fin d'un rêve, laissant le champ libre à l'autre Italie, rusée, individualiste et sans morale. C'est sans doute cette veine pessimiste, cette profonde méfiance envers l'homme italien, envers ses vraies possibilités, envers l'histoire même du peuple italien et cette dure critique de ses habitudes qui fait de ce film une comédie à l'italienne et un chef d'œuvre du genre selon beaucoup. D'autres éléments du film peuvent être considérés comme des symboles. Ce n'est pas par hasard que les événements se déroulent sur la via Aurelia, l'artère qui sort de Rome et se dirige paresseusement vers les côtes de Fregene et du haut Latium. C'est en effet la route qui, plus que toute autre durant les années soixante, a représenté le mythe collectif et générationnel des vacances, de l'évasion et du bien-être. La via Aurelia est ausi une forme de synthèse sociale. Son tracé, qui part du centre de la ville, traverse d'abord les quartiers bourgeois de la capitale en croissance, près du centre historique, puis traverse brièvement les quartiers populaires, et, passant rapidement par les derniers secteurs agricoles du Latium, rejoint les plages populaires de la côte ou les petits centres aisés de la région de Fregene, Santa Marinella et se termine à Capalbio, après une multitude de constructions illégales. Les personnes que les deux protagonistes rencontrent durant leur voyage sont en fait un aperçu très précis de la société romaine de l'époque. Même l'automobile, une Lancia Aurelia B24 est aussi un symbole (la similitude du nom avec la Via Aurelia n'est pas un hasard). L'automobile, disponible en 1956, a d'abord été le prototype de la voiture élégante et raffinée, mais elle est bien vite devenue représentative de la voiture agressive, imposante, au moteur modifié. Dans de nombreuses scènes du film, on peut apercevoir sa carrosserie. Le flanc droit garde les traces du travail d'un carrossier, les réparations sont encore visibles, ce qui montre les mésaventures de la voiture et de son propriétaire. Dino Risi a choisi ce modèle de voiture puisqu'il représente justement le changement de sens d'une idée, celle de l' Fanfaron, Le Fanfaron, Le Fanfaron, Le Fanfaron, Le Fanfaron, Le Fanfaron en:The Easy Life it:Il sorpasso ja:追い越し野郎
Sujets connexes
Alberto Sordi   Alter ego   Années 1980   Capalbio   Catherine Spaak   Civitavecchia   Comédie à l'italienne   Dennis Hopper   Dino Risi   Domenico Modugno   Easy Rider   Ettore Scola   Giulio Tremonti   Italie   Jean-Louis Trintignant   Jeux Olympiques d'été de 1960   Lancia Aurelia   Latium   Lion d'Or   Plan-séquence   Riz Ortolani   Road movie   Rome   Réalisateur   Santa Marinella   Scène   Scénario   Symbolisme   Toscane   Umberto Bossi   Via Aurelia   Vittorio Gassman   Voix off  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^