Dihydrogène

Infos
Le dihydrogène est un composé moléculaire à l'état gazeux aux conditions normales de pression et de température. Les molécules comportent deux atomes d'hydrogène, sa formule chimique est H2. Il est présent sous forme de traces (0, 5 ppm) dans l'air. Il est également appelé « molécule d'hydrogène » ou « gaz hydrogène » et, dans le langage courant, lorsqu'il n'y a pas d'ambiguïté avec l'élément chimique du même nom, il est très fréquemmen
Dihydrogène

Le dihydrogène est un composé moléculaire à l'état gazeux aux conditions normales de pression et de température. Les molécules comportent deux atomes d'hydrogène, sa formule chimique est H2. Il est présent sous forme de traces (0, 5 ppm) dans l'air. Il est également appelé « molécule d'hydrogène » ou « gaz hydrogène » et, dans le langage courant, lorsqu'il n'y a pas d'ambiguïté avec l'élément chimique du même nom, il est très fréquemment désigné par « hydrogène ». C'est un gaz léger que la gravité terrestre ne peut d'ailleurs retenir. Il fut employé dans les ballons dirigeables de type Zeppelin, utilisant les propriétés de la poussée d'Archimède, avant d'être remplacé par l'hélium moins dangereux car non combustible. Il brûle dans l'air en produisant de l'eau, d'où son nom (hydrogène = qui génère de l'eau). Le dihydrogène possède une température de vaporisation de 20, 27 K et une température de fusion de 14, 02 K. Sous de très fortes pressions, comme celle qui existent au centre des planètes géantes gazeuses, ces molécules se dissocient et l'hydrogène devient un métal liquide. Dans l'espace, les nuages de H2 sont à la base du processus de formation des étoiles.

Production du dihydrogène

Production d'hydrogène par vaporeformage L'hydrogène est produit industriellement par deux procédés : :
- par vaporeformage à partir d'hydrocarbures (en particulier à partir de méthane) :
- par électrolyse de l'eau

Vaporeformage d'hydrocarbures

C'est le procédé qui aujourd'hui est le plus utilisé au niveau industriel. Son principe est basé sur la dissociation de molécules carbonées (méthane, monoxyde de carbone) en présence de vapeur d'eau et de chaleur. Cette technologie est la plus couramment utilisée. On obtient un rendement énergétique de l'ordre de 40 à 45% dans certaines installations. Elle a le gros inconvénient de produire du dioxyde de carbone qui est un gaz à effet de serre.

Électrolyse de l'eau

Cette technologie consiste à faire passer un courant électrique dans l'eau afin d'obtenir la dissociation des molécules d'eau en dihydrogène et dioxygène. Réaction à l'anode : :\begin & \\ 2H_2O (l)& \overrightarrow\qquad & O_2 (g) + 4H^+(aq) + 4e^-\ \\\end Réaction à la cathode : :\begin & \\ 4H_2O (l) + 4e^-\overrightarrow\qquad & 2H_2 (g) + 4OH^-(aq) \ \\\end Globalement, nous avons : :\begin & \\ 2H_2O (l)\overrightarrow\qquad & 2H_2 (g) + O_2(g) \ \\\end Cette technologie nécessite de grandes quantités d'électricité. Elle est aussi aujourd'hui moins efficace d'un point de vue énergétique : l'énergie potentielle du dihydrogène produit ne correspond qu'à environ 20% de l'énergie électrique consommée. Elle est relativement peu utilisée.

Action de l'acide chlorhydrique sur le fer

Au laboratoire de Chimie (collège ou lycée), on produit parfois du dihydrogène par action de l'acide chlorhydrique sur du fer. :\begin & \\ 2 H^+ (aq) + 2 Cl^ (aq) + Fe (s) \overrightarrow\qquad & 2 Cl^ (aq) + Fe^ (aq) + H_2 (g)\ \\\end ou, formule simplifiée : :\begin & \\ 2 H^+ (aq) + Fe (s) \overrightarrow\qquad & Fe^ (aq) + H_2 (g)\ \\\end

Hydrogène renouvelable

Afin d'être une énergie vraiment avantageuse en terme d'environnement, l'hydrogène doit notamment pouvoir être produit à partir d'énergie renouvelable. Il est possible de réaliser l'electrolyse de l'eau à partir d'électricité renouvelable mais le rendement faible de cette étape diminue la quantité d'énergie globale disponible. Une autre voie de production d'hydrogène renouvelable se fait par fermentation de biomasse: on peut alors parler de biohydrogène. Certains travaux de recherche se font sur la fermentation directe d'hydrogène à partir de substrats et microorganismes spécifiques. Une autre voie est la fermentation anaérobie, voie de dégradation de matière organique (déchets notamment) très courante, la production de biogaz et le reformage du méthane contenu dans le biogaz, en hydrogène comme présenté plus haut dans la partie vaporeformage.

Test de reconnaissance du dihydrogène

Afin de tester sa présence, on approche une bûchette enflammée d'un tube à essai contenant du dihydrogène. Il se produit un bruit caractéristique appelé « jappement ».

Stockage

Gaz comprimé

C'est la forme la plus commune de stockage du dihydrogène. Le gaz est stocké à des pressions de 200 à 700 bar. La technologie existe et est couramment utilisée. Son inconvénient réside dans l'énergie nécessaire à la compression et dans la faible efficacité en terme d'encombrement en comparaison aux autres méthodes. Cet encombrement est une des difficultés pour l'utilisation du dihydrogène sous forme de gaz comprimé dans les applications automobiles.

Gaz liquéfié

Le dihydrogène est liquéfié à une température de -253°C sous pression atmosphérique. La technologie est existante. Contrairement au gaz comprimé, elle a une meilleure efficacité en ce qui concerne l'encombrement (70 kg.m-3 contre 10 kg.m-3 à 115 bar et 0 °C). Cependant, cet avantage est modéré par le volume relativement important des enceintes isolantes nécessaire pour éviter l'évaporation. D'autre part, il faut une énergie importante pour passer en phase liquide. La liquéfaction consomme 30 à 40% du contenu énergétique du gaz. Elle a un coût relativement élevé.

Hydrures métalliques

Les atomes d'hydrogène sont stockés dans certains composés métalliques. On récupère le dihydrogène en chauffant ou en diminuant la pression. Cette technique est aujourd'hui mal maîtrisée. Elle a l'inconvénient de demander un dihydrogène extrêmement pur afin d'éviter de détruire la capacité d'absorption des hydrures. Le chauffage pour récupérer le gaz est également un handicap. Ce type de stockage en est au stade de recherche et n'est pas disponible aujourd'hui sur une base industrielle. Capacité de stockage de certains hydrures.

Stockage par adsorption sur du Carbone

Cette technique permet de stocker en surface de certaines structures de carbone telle que du charbon actif ou des nanotubes les molécules de dihydrogène. Elle permet de stocker 0.05 à 2 % en masse de dihydrogène. Ce type de stockage est au stade de recherche.

Propriétés chimiques

Combustion

La combustion du dihydrogène dans le dioxygène, qui produit de l'eau, est particulièrement violente (voir test de reconnaissance) et très exothermique: son pouvoir calorifique est de 141, 79 MJ/Kg contre, par exemple, seulement 49, 51 MJ/Kg pour le butane. Cette propriété en fait un carburant de choix pour les engins spatiaux mais rend son stockage dangereux. La même oxydation plus lente est utilisée pour produire du courant électrique dans les piles à combustible.

Ion

L'ion hydrogène, ion oxonium ou simplement proton H également appelé ion hydronium et noté HO, quand il est dans l'eau, est caractéristique du degré d'acidité des solutions aqueuses, dans les conditons normales l'eau pure en contient à la concentration de 10mol/L (le pH de l'eau est 7), les acides en ont une concentration plus forte (pH 7).

Sécurité

Référence ONU pour le transport de matières dangereuses

- Nom (français) : Hydrogène comprimé :
- Classe : 2 :
- numéro : 1049
- Nom (français) : Hydrogène liquide réfrigéré :
- Classe : 2 :
- numéro : 1966
- Nom (français) : Hydrogène dans un dispositif de stockage à hydrure métallique :
- Classe : 2 :
- numéro : 3468

Voir aussi

-dihydrogène liquide (LH2)
-hydrogène
-biogaz

Histoire

Le premier scientifique connu à avoir décrit la production de dihydrogène est le suisse Paracelse (1493-1541). Il fait cette découverte en versant du vitriol sur de la poudre de fer, mais ne comprend pas la nature exacte du gaz dégagé au cours de l'expérience. Le chimiste anglais Henry Cavendish (1731-1810), recommençant les expériences de Paracelse avec plusieurs métaux différents, découvre que le gaz ainsi produit est différent de l'air, est inflammable et à une faible densité. Il appelle ce gaz « air inflammable » (en anglais : flammable air) et s'aperçoit que sa combustion produit de l'eau. Le dioxygène étant lui nommé « air vital ». Le chimiste français Antoine Lavoisier ayant confirmé les expériences de Cavendish, propose le mot « hydrogène » pour remplacer l'expression « air inflammable ». Ce mot est formé avec le préfixe hydro (du grec ὕδωρ (hudôr), « eau ») et du suffixe gène (du grec γεννᾰν (gennen), « engendrer »). Par la suite, dans le domaine scientifique, le mot « hydrogène » sera utilisé pour nommer l'élément chimique et le mot « dihydrogène » sera utilisé pour la molécule.

Anecdote

Le monoxyde de dihydrogène est bien entendu le corps composé nommé eau : H2O. Catégorie:Composé de l'hydrogène Catégorie:Gaz inorganique Catégorie:Hydrogène es:Hidrógeno diatómico
Sujets connexes
Adsorption   Air   Anode   Antoine Lavoisier   Atome   Ballon dirigeable   Biogaz   Butane   Carbone   Carburant   Cathode   Combustion   Concentration molaire   Courant électrique   Dioxyde de carbone   Dioxygène   Eau   Expérience scientifique   Fer   Feu   Gaz   Gaz à effet de serre   Géante gazeuse   Henry Cavendish   Hydrocarbure   Hydrogène   Hydrure   Hélium   Ion hydronium   Kelvin   LH2 (astronautique)   Molécule   Monoxyde de carbone   Métal   Méthane   Naissance des étoiles   Nanotube   Navette spatiale   Paracelse   Pile à combustible   Potentiel hydrogène   Poussée d'Archimède   Pouvoir calorifique   Pression   Proton   Réaction exothermique   Température de fusion   Température de vaporisation   Transport de matières dangereuses   Zeppelin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^