Anarcho-sionisme

Infos
L'anarcho-sionisme est un courant anarchiste juif, apparu à la fin du , qui milite en faveur d'un "Foyer National Juif" libertaire, associatif et sans état.
Anarcho-sionisme

L'anarcho-sionisme est un courant anarchiste juif, apparu à la fin du , qui milite en faveur d'un "Foyer National Juif" libertaire, associatif et sans état.

Origines

L'anarcho-sionisme nait en réaction à la montée de l'antisémitisme en Europe à la fin du : grands pogroms russes des années 1880, affaire Dreyfus en France. Des anarchistes, comme des socialistes, en viennent à penser que la question juive ne peut faire l'économie d'un projet de société juive séparée, mais intégrée à un projet révolutionnaire mondial.

Doctrine

Pour les anarcho-sionistes, il s'agissait de fonder un foyer national sans État. Il faut rappeler que si les fondateurs de l'anarchisme étaient hostiles à l'état, ils ne l'étaient pas forcément à l'idée de nation : les communautés humaines, tant qu'elles sont à adhésions volontaires, sont pleinement intégrées dans le projet anarchiste. Au cours du , l'attitude des anarchistes vis à vis de la nation est cependant devenue de plus en plus critique. Les anarcho-sionistes n'adhéreront pas tous au sionisme de Theodor Herzl, trop étatique à leur goût. Les membres connus de cette tendance, pleinement membres de la mouvance anarchiste, sont à la fin du Henri Dorr, Mécislas Golberg ou Bernard Lazare. Joseph Trumpeldor, qui plus tard est devenu un héros de la droite sioniste (voir Betar), était aussi à l'origine un anarchiste et un disciple de Kropotkine. Il a déclaré, "je suis un anarcho-communiste et un Sioniste." Son programme pour un réseau syndicaliste de communautés socialistes, formulé en 1908-1909, a influencé la création des Kibboutzim.

Évolution au cours du XIX siècle

Des groupes anarchistes plus ou moins influencés par le sionisme ont fonctionnés au . Un petit groupe de militants diffusait ainsi à Tel-Aviv peu après la création d'Israël le journal anarchiste américain en Yiddish Freie Arbeiter Stimme (La Voix de l’ouvrier libre). Le groupe anarchiste juif de Paris, Der Fraier Gedank (La Pensée libre), qui n'était pas officiellement sioniste, verra quand même certains de ses membres émigrer vers Israël après la création de l'état. Ils y participeront à la création d'un journal anarchiste israélien : Problemen, publié en Yiddish et en hébreu, et qui ne cessera sa parution qu'en 1993. L'attitude dominante des anarchistes à l'égard du sionisme est resté réservée, mais pas toujours hostile, jusqu’à la grande révolte arabe de 1935-1939. Par la suite, le caractère considéré comme potentiellement oppressif du nationalisme juif, comme de tout nationalisme, sera de plus en plus critiquée : « Seul le rejet de tout nationalisme et l’entente libre et fraternelle des populations travailleuses pourront sauver la Palestine de la barbarie qui va en s’étendant »Gaston, « Juifs et arabes sacrifiés par les "grands" », n° 131 du Libertaire, 28 mai 1948. Gaston, de son vrai nom Armand Schuer est un militant anarchiste d’origine autrichienne, proche du conseillisme.. « En Palestine, l’État apporte l’indiscutable preuve qu’il provoque la guerre du fait même de sa présence ».Eric-Albert, « Palestine terre stratégique », n° 133 du Libertaire, 11 juin 1948. Mais certains courants anarchistes, en particulier chez les militants juifs, conserveront aussi une certaine fascination pour le Kibboutz. On verra même des anarchistes non juifs immigrer en Israël pour s'installer dans les Kibboutzim. C'est ainsi le cas de Joseph Ribas, militant de la CNT espagnole, ancien combattant de la Guerre d'Espagne, qui s'installe avec femme et enfants dans le Kibboutz Hahotrim, au Sud de Haïfa. Au final, l’anarcho-sionisme reste un courant tout à fait marginal, non seulement au sein du sionisme, mais aussi du mouvement anarchiste. Son influence idéologique sur une partie de la gauche sioniste sera par contre assez importante.

Influences

Le courant anarchiste a influencé à l'origine le parti sioniste Hapoel Hatzaïr (jeune ouvrier), un des deux fondateurs (en 1930) du parti travailliste Israélien Mapaï, et plus encore sa dissidence radicale, le Hachomer Hatzaïr (jeune garde), un des fondateurs en 1948 du Mapam (extrême gauche sioniste). Yitzhak Tabenkin, un des dirigeant du Hapoel puis du Mapaï (après 1930), a nettement subit l'influence de l'anarchisme. Ces deux mouvements ne se sont jamais considérés eux-même comme strictement anarchistes. Les Kibboutzim, qu'ils ont largement contribué à créer, sont cependant très marqués par les doctrines anarcho-communistes : pas (ou peu) de pouvoir élu, insistance sur la coopération des membres, collectivisme radical, égalitarisme strict.

Voir aussi

- Kibboutz
- Hapoel Hatzaïr
- Hachomer Hatzaïr

Lien externe

-
-

Bibliographie

- ADAMS Jason, Non-Western Anarchisms : Rethinking the Global Context
- OVED Yaacov, Anarchism in the Kibbutz Movement
- GONCHAROK Moshe, The Yiddish anarchist press in Israel

Notes et références

Catégorie:Histoire du sionisme Catégorie:Organisation sioniste Catégorie:Anarchisme
Sujets connexes
Affaire Dreyfus   Antisémitisme   Bernard Lazare   Betar   Confédération nationale du travail (Espagne)   Hachomer Hatzaïr   Hapoel Hatzaïr   Haïfa   Hébreu   Israël   Joseph Trumpeldor   Kibboutz   Mapam   Mécislas Golberg   Sionisme   Theodor Herzl   Yiddish  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^