Stephen King

Infos
Stephen King est un écrivain américain né le 21 septembre 1947 à Portland, dans le Maine (États-Unis). Il a écrit plus de 200 textes dont plus de 50 nouvelles d'horreur ou fantastiques. Il reçoit en 2003 la médaille de la National Book Foundation pour sa remarquable contribution à la littérature américaine et en 2007 l'association des auteurs de romans policiers américain "Mystery writers of America" lui décerne le titre de "Grand Master". King possède une grande
Stephen King

Stephen King est un écrivain américain né le 21 septembre 1947 à Portland, dans le Maine (États-Unis). Il a écrit plus de 200 textes dont plus de 50 nouvelles d'horreur ou fantastiques. Il reçoit en 2003 la médaille de la National Book Foundation pour sa remarquable contribution à la littérature américaine et en 2007 l'association des auteurs de romans policiers américain "Mystery writers of America" lui décerne le titre de "Grand Master". King possède une grande connaissance de la littérature d'horreur, comme on peut le voir dans son essai Anatomie de l'horreur qui retrace plusieurs décennies d'un intérêt prononcé pour l'épouvante à travers la littérature, le cinéma, la télévision et la radio. Il a aussi écrit des ouvrages appartenant à d'autres genres comme les recueils de nouvelles Différentes Saisons, ou Cœurs perdus en Atlantide, et les romans La ligne verte, Les Yeux du dragon, et son magnum opus, la série La Tour sombre. Dans le passé Stephen King a écrit sous les noms de Richard Bachman et John Swithen (une seule fois sous ce dernier pseudonyme).

Biographie

Jeunesse

Stephen King a deux ans lorsque son père, Donald Edwin King, abandonne le domicile conjugal. Sa mère, Nellie Ruth Pillsbury, élève seule Stephen et son grand frère adopté David, dans des conditions financières souvent très difficiles. La famille s'installe à Durham (Maine), ville d'origine de Ruth, mais passe aussi de courtes périodes à Fort Wayne (Indiana) et Stratford (Connecticut). Enfant, Stephen King a été témoin d'un accident traumatisant - un de ses amis a été heurté par un train sur une voie ferrée. L'hypothèse a été émise que cet accident ait pu inspirer ses créations sombres et dérangeantes, bien que King lui-même ait réfuté cette idée. King est allé à l'école élémentaire de Durham Elementary puis au lycée de Lisbon Falls. Jeune garçon il était un lecteur assidu des bandes dessinées publiées par EC Comics et notamment des Contes de la Crypte qui furent à l'origine de son amour de l'horreur. Son scénario de Creepshow rendra plus tard hommage à ces bandes dessinées. Il auto-publie ses premières nouvelles en 1962 à l'aide d'une machine à ronéotyper que son frère utilisait pour publier un journal Dave's Rag auquel King contribuait. King vendait ses écrits à des amis mais ses professeurs désapprouvèrent et le forcèrent à rembourser ce qu'il avait gagné. Il travaille ensuite sur son premier roman, resté inachevé : The Aftermath (1965). La première histoire qu'il publie est In a Half-World of Terror qui paraît dans un fanzine publié par Mike Garrett de Brimingham, Alabama. De 1966 à 1971, King étudie à l'université du Maine à Orono. Il y écrit des nouvelles dans une rubrique intitulée King's Garbage Truck dans le magazine de l'université Maine Campus, il en écrit trois en 1968 et trois en 1969. Il y rencontre Tabitha Jane Spruce avec qui il se mariera le 2 janvier 1971. Trois enfants naîtront de cette union. Sa vie au campus transparaît de manière évidente dans la deuxième partie de Hearts in Atlantis, et les boulots particuliers qu'il effectue pour payer ses études, dont un dans une laverie industrielle, inspireront plus tard ses écrits comme The Mangler et la nouvelle Chantier (Stephen King) (sous le pseudonyme Richard Bachman). Il achève son roman Marche ou crève dès 1967 mais ses premiers romans ne paraîtront que durant les années 1980 sous le pseudonyme de Richard Bachman. Après avoir décroché sa licence de littérature (baccalauréat en arts) en 1970, King enseigne l'anglais au lycée de Hampden, Maine. Lui et sa famille vivent alors dans une caravane et il écrit des nouvelles fantastiques, qu'il publie principalement dans des magazines masculins. Pour boucler ses fins de mois, il est contraint de retourner travailler à la laverie. Ces problèmes, alliés à ses difficultés à se faire publier, le conduisent à chercher un réconfort dans la boisson, créant une dépendance qui durera plusieurs années. C'est dans ces conditions difficiles qu'il commence à écrire Carrie. Mais, doutant de son talent, il jette bientôt le manuscrit à la poubelle. Par miracle, sa femme le trouve et le lit. Enthousiasmée par sa découverte, elle le pousse à achever le roman.

Début de la célébrité

Maison de Stephen King King présente Carrie à un éditeur en janvier 1973. L'éditeur Doubleday programme la publication du roman en 1974 et cède les droits pour l'édition en livre de poche, générant 200 000 dollars de revenus pour Stephen King dès mai 1973. Ce dernier décide alors d'arrêter sa carrière d'enseignant et de se consacrer uniquement à l'écriture. Carrie est finalement publié le 5 avril 1974. Le roman sera adapté au cinéma en 1976 par Brian De Palma. Peu après la publication de son livre, sa mère meurt d'un cancer de l'utérus. Sa tante Emrine lui fait la lecture du roman avant qu'elle ne meurt. Dans On Writing, King admet qu'à cette époque-là il était souvent ivre, et même sous l'emprise de drogues pour l'oraison funèbre de sa mère. Il raconte également que c'est ce qui l'a inspiré pour le personnage du père alcoolique dans The Shining même s'il ne l'admettait pas à l'époque, même à lui-même. Peu après la sortie de Les Tommyknockers, sa famille et ses amis interviennent pour le faire prendre conscience de son adduction aux drogues en vidant devant lui ses poubelles qui contiennent, des canettes de bière, des mégots de cigarettes, de la cocaïne, du Xanax, du Valium, du Nyquil, du dextromethorphan et de la marijuana. Selon ce que King a relaté dans ses mémoires, il a alors cherché de l'aide et a arrêté toute forme de drogue dans la fin des années 1980 et est resté sobre depuis. King ne dédicacera jamais de photos en personne car à ses yeux c'est quelque chose qui est réservé aux stars de films. Cependant certains de ses fans ont reçu des photos dédicacées rien qu'en le demandant. En jouant sur les peurs primaires des gens, il enchaîne les romans à succès, dont les plus connus sont Ça, Simetierre, The Shining, Le Fléau, Carrie, Christine, Les Tommyknockers. Ses romans sont à classer dans l'horreur et le fantastique, les deux genres se mêlant intimement dans la plupart de ses œuvres. Certaines de ses œuvres n'appartiennent toutefois pas à ce registre ; citons ici Les Évadés ou Stand by Me. Sur le modèle de Carrie, Stephen King a inspiré bon nombre de réalisateurs de cinéma, en particulier Stanley Kubrick (Shining), John Carpenter (Christine), David Cronenberg (Dead Zone), Rob Reiner (Stand by me, Misery) et Frank Darabont (Les Évadés, La Ligne verte). Il aime à créer des interactions entre ses livres où certains faits, certains personnages se croisent (Dolores Claiborne et Jessie sont un exemple flagrant ainsi que le diptyque Désolation et Les Régulateurs). Le cycle de la Tour Sombre constitué de sept volumes est la saga qui lui permet de relier la plupart de ses autres romans à une même intrigue. Ses œuvres ayant beaucoup de personnages et lieux communs (comme la ville de CastleRock), la Tour Sombre est un cycle qui lui permet de lier tout ces romans à une seule réalité, plutôt que de considérer ses crossover comme anecdotiques. L'un des personnages de King qui revient le plus fréquemment est Randall Flagg, qui est une des incarnations du mal dans plusieurs de ses œuvres. Exemples : l'homme en noir dans la Tour Sombre ; le démon dans Black House ; le sorcier maléfique dans les Yeux du dragon ; Flagg est également un personnage central du Fléau. King a également écrit sous le pseudonyme de Richard Bachman. Ce dernier est « tué » en 1985, il serait alors mort d'un cancer. On apprend quelque temps plus tard que Bachman et King ne font qu'un, et les ventes des ouvrages de Bachman explosent. King reprend l'identité de Richard Bachman pour l'ouvrage Les Régulateurs (1996). Le manuscrit est présenté comme découvert par sa veuve en 1994. Cette expérience avec un « double littéraire » a inspiré à King le roman La part des ténèbres (1989) dans lequel le pseudonyme d'un écrivain prend vie. Le samedi 19 juin 1999, Stephen King est victime d'un grave accident survenu à proximité de chez lui, dans le Maine (États-Unis). Il a été renversé par une camionnette alors qu'il marchait sur le bord de la route. Souffrant de nombreuses fractures, il est resté hospitalisé trois semaines durant lesquelles il a subi de nombreuses interventions chirurgicales. Il a racheté le véhicule qui fut à l'origine de cet accident... pour le détruire à coups de masse ! D'ailleurs dans sa saga (la Tour Sombre), il aurait été renversé à cause d'un personnage ! A noter aussi que dans le remake de L'Hôpital et ses fantômes (de Lars von Trier) il scénarise la série Kingdom Hospital (appelée ainsi en souvenir du Royaume, terre sur laquelle est construit l'hôpital) pour la télévision américaine. King ouvre le premier épisode par l'accident d'un artiste (peintre, pas écrivain certes mais bon...) renversé par un camion alors qu'il fait son jogging... Il est propriétaire de deux stations de radio à Bangor. WZON, station d'informations sportives, et WKIT, station de rock classique. Fin 2006, les revenus générés par les redevances de ses différentes œuvres se montent à 40 millions de dollars par an. Atteint d'une dégénérescence de la rétine, il devient progressivement aveugle.

Œuvres

- Carrie (1974)
- Salem (1975, Salem's lot)
- Shining, l'enfant lumière (1977, The Shining)
- Rage (1977, écrit sous le pseudonyme de Richard Bachman)
- Danse macabre (1978, Night Shift) (recueil de nouvelles)
- Le Fléau (1978, The Stand) (première édition, tronquée)
- Marche ou crève (1979, The Long Walk, sous le pseudonyme de Richard Bachman)
- Dead Zone (ou L'accident) (1979, The Dead Zone)
- Charlie (1980, Firestarter)
- Cujo (1981)
- Chantier (1981, Roadwork, sous le pseudonyme de Richard Bachman)
- Anatomie de l'horreur (1981, Danse Macabre) (essai)
- Creepshow (1982, bande dessinée, illustré par Berni Wrightson)
- La Tour Sombre I : Le pistolero (1982, The Dark Tower I: The Gunslinger)
- Différentes Saisons (1982, Different Seasons) (recueil de nouvelles)
- Running man (1982, The running man, sous le pseudonyme de Richard Bachman)
- Christine (1983)
- L'Année du loup-garou ou Peur bleue (1983, Cycle of the Werewolf) (illustré par Berni Wrightson)
- Simetierre (1983, Pet Sematary)
- Les Yeux du dragon (1984, The Eyes of the Dragon)
- La Peau sur les os (1984, Thinner, sous le pseudonyme de Richard Bachman)
- Le Talisman ou Le Talisman des territoires (1984, The Talisman) (écrit avec Peter Straub)
- Brume (1985, Skeleton Crew) (recueil de nouvelles)
- Ça (1986, It)
- Misery (1987)
- La Tour Sombre II : Les trois cartes (1987, The Dark Tower II: The Drawing of the Three)
- Les Tommyknockers (1988, The Tommyknockers)
- Nightmares in the Sky (1988, gargoyle photo book with text by King; photos by f-stop fitzgerald)
- La Part des ténèbres (1989, The Dark Half)
- La Cadillac de Dolan (1989, Dolan's Cadillac, édition limitée; reprise dans le recueil de nouvelles Rêves et cauchemars)
- My Pretty Pony (1989, édition limité)
- Le Fléau (1990, The Stand: The Complete & Uncut Edition) (édition intégrale)
- Minuit 2 & Minuit 4 (1990, Four Past Midnight) (recueil de nouvelles)
- Bazaar (1991, Needful Things)
- La Tour Sombre III : Terres perdues (1991, The Dark Tower III: The Waste Lands)
- Jessie (1992, Gerald's Game)
- Dolores Claiborne (1993)
- Rêves et cauchemars (1993, Nightmares & Dreamscapes) (recueil de nouvelles)
- Insomnie (1994, Insomnia)
- Rose Madder (1995)
- Umney's Last Case (1995)
- La ligne verte (1996, The Green Mile)
- Désolation (1996, Desperation)
- Les Régulateurs (1996, The Regulators, sous le nom Richard Bachman)
- Six Stories (1997, recueil)
- La Tour Sombre IV : Magie et Cristal (1997, The Dark Tower IV: Wizard and Glass)
- Sac d'os (1998, Bag of Bones)
- La Tempête du siècle (1999, Storm of the Century) (scénario publié)
- La Petite Fille qui aimait Tom Gordon (1999, The Girl Who Loved Tom Gordon)
- The New Lieutenant's Rap (1999, édition limitée)
- Cœurs perdus en Atlantide (1999, Hearts in Atlantis)
- Blood and Smoke (1999, livre audio)
- Un tour sur le bolid' (2000, Riding the Bullet, nouvelle publiée électroniquement)
- The Plant (2000, publié électroniquement) Stephen King (Publishing of 'The Plant') (inachevé)
- Secret Window (2000)
- Ecriture: mémoires d'un métier (2000, On Writing: A Memoir of the Craft) (essai et autobiographie)
- Dreamcatcher (2001)
- Territoires (2001, Black House suite de Le Talisman; écrit avec Peter Straub)
- Tout est Fatal (2002, Everything's Eventual: 14 Dark Tales) (recueil de nouvelles)
- Roadmaster (2003, From a Buick 8 roman écrit pendant sa convalescence, très inspiré de son accident)
- La Tour Sombre V: Les loups de la Calla (
The Dark Tower V: Wolves of the Calla 2003)
- La Tour Sombre VI: Le chant de Susannah (
The Dark Tower VI: Song of Susannah 2004)
- La Tour Sombre VII: La Tour Sombre, ISBN 2-290-33251-8 (
The Dark Tower VII: The Dark Tower 2005)
- The Colorado Kid (2005)
-
Cellulaire (2006, Cell)
- Histoire de Lisey (2007, Lisey's Story)
- The Dark Tower mini-série de six bandes dessinées publiée par Marvel (2007)
- Blaze (2007, sous le pseudonyme de Richard Bachman)
- Duma Key (roman) (2008- sortie américaine)

Films adaptés de l'œuvre de Stephen King

Téléfilms et séries télévisées adaptés de l'œuvre de Stephen King

Citations

- " Enfants, la fiction est la vérité de ce que cache le mensonge" (ça)
- « La peur et l’horreur sont des émotions aveuglantes qui démantibulent nos échasses d’adulte et nous laissent dans le noir absolu, aussi désemparés que des enfants incapables de trouver l’interrupteur. » (Anatomie de l’horreur)
- « L’étrange, ça n’existe pas simplement à l’extérieur. C’est en vous, en ce moment, cela grandit dans le noir comme des champignons magiques. Appelez ça la Chose de la Cave. Appelez ça le Facteur de Dégueulis. Appelez ça les Trompettes de la Folie. Moi, j’y pense comme à mon dinosaure personnel, une créature gigantesque, décharnée et stupide qui patauge dans les marais puants de mon inconscient et ne trouve jamais de puits à fossiles assez grands pour s’y réfugier. » (Rage)
- « Chaque langage existant semble avoir été conçu dans certains buts précis ; si les Français ont acquis une telle réputation dans le domaine de l’amour, c’est peut-être parce que la langue française semble particulièrement apte à exprimer les sentiments (il n’existe pas de plus belle déclaration que je t’aime... mais aucune langue ne surpasse le français dans le registre de l’insulte). L’allemand est la langue de la clarification et de l’explication (mais c’est un langage des plus froids ; un groupe d’Allemands en train de discuter évoque un bruit de machines-outils dans une usine). L’anglais est fort apte à exprimer la pensée et modérément apte à exprimer l’image, mais c’est une langue qui n’a rien de séduisant (même si, comme me l’a fait remarquer un de mes amis, l’anglais est capable de petits triomphes ; voir par exemple l’adorable euphonie d’une expression comme proctological examination). Mais l’anglais m’a toujours paru médiocrement doué pour exprimer les sentiments. Ni Why don’t we go to bed together ? ni sa variante plus décontractée Baby, let’s fuck! n’arrivent à la cheville de Voulez-vous coucher avec moi ce soir ?. Mais on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a... et comme peuvent en attester les lecteurs de Shakespeare et de Faulkner, ce qu’on peut faire est parfois remarquable. » (
Pages noires)
- « Le soir, quand je viens de me coucher, je m’assure toujours que mes deux jambes sont bien sous le drap, une fois les lumières éteintes. Je ne suis plus un enfant…, mais je ne supporte pas qu’une de mes jambes pende au-dehors quand je dors. Car, si jamais une main glacée surgissait de dessous le lit pour m’agripper la cheville, j’en pourrais hurler. Oui, je pourrais hurler à réveiller les morts. Bien sûr, comme nous le savons tous, ce genre de choses n’arrive jamais. Dans les histoires qui suivent, vous allez rencontrer toutes sortes de créatures des ténèbres : des vampires, des succubes, une chose qui vit dans les placards, d’innombrables autres terreurs. Aucune d’entre elles n’est réelle. La chose qui, sous mon lit, guette ma cheville, ne l’est pas davantage. Je le sais. Mais je sais aussi que si je prends bien garde à laisser mon pied sous les couvertures, elle ne pourra jamais m’attraper. » (Danse macabre)
- « Un jour je me suis mis à penser au cannibalisme — parce que c’est le genre de choses auxquelles des types comme moi pensent parfois — et ma muse une fois de plus a vidé ses boyaux sur ma tête. (Je sais bien à quel point ça a l’air grossier, mais c’est la meilleure métaphore que je connaisse, toute inélégante qu’elle soit, et croyez-moi quand je vous dis que je lui donnerais volontiers du laxatif si elle en voulait). En tout cas, j’ai commencé à me demander si une personne pouvait se manger elle-même, et si oui, combien de temps pourrait-elle se manger avant que l’inévitable n’arrive. L’idée était si parfaitement révoltante que j'étais trop délicieusement horrifié pour faire autre chose que d’y penser pendant des jours. » (Brume)
- « Le temps efface tout, à la fin il ne reste que les ténèbres » (La ligne verte)
- « On n'écrit pas pour de l'argent, on écrit parce que cela évite de se sentir mal. Un homme ou une femme capable de tourner le dos à une chose pareille n'est qu'un(e) imbécile, voilà tout. L'histoire me paie en me permettant de trouver le sommeil quand j'ai envie de dormir et que je n'y parviens pas. Je paie l'histoire en retour en lui donnant la forme concrète dont elle a besoin. Le reste n'est qu'effets secondaires. » (Brume)
- "Le monde est un endroit étrange. Et dur. Où, parfois, on manque de chance".
(La part des ténèbres)
- "Les véritables monstres ne sont jamais totalement dépourvus de sentiments. Je crois qu'en fin de compte c'est ça, et non pas leur aspect, qui les rend si effrayants." (La part des ténèbres)

Œuvres de fiction mettant en scène Stephen King (ou un écrivain de best-sellers horrifiques lui ressemblant)

- L'Antre de la folie (
In the Mouth of Madness'', 1994), film américain de John Carpenter
- Le Visiteur sans visage, roman de Serge Brussolo (Éditions du Masque, 1994)

Notes et références


- Stephen King, Douglas E. Winter, Starmont Reader's guide 16 (1982)
- Doctor es horror : King Stephen, article de Gilbert Gallerne, Ecume n°4 (1982)
- The art of darkness, Douglas E. Winter, New American Library, (1984)
- Fear Itself, the horror fiction of Stephen King, Tim Underwood & Chuck Miller (ed), New American Library, (1984)
- Kingdom of fear, the world of Stephen King, Tim Underwood & Chuck Miller (ed), Underwood Miller (1986)
- Bare bones, conversations on terror with Stephen King, Tim Underwood & Chuck Miller (ed) McGraw-Hill book company (1988)
- On writing, Stephen King, Scribner (2000) ==
Sujets connexes
Allemand   Anatomie de l'horreur   Anglais   Au-delà du réel   Baccalauréat en arts   Bangor (Maine)   Bazaar (roman)   Blaze (roman)   Brian De Palma   Brume (livre)   Bryan Singer   Cannibalisme   Carrie (roman)   Carrie au bal du diable   Cat's Eye (film, 1985)   Cellulaire (Stephen King)   Chantier (Stephen King)   Charlie (film)   Charlie (roman)   Chris Carter   Christine (fiction)   Christine (film, 1983)   Clive Barker   Creepshow   Crossover   Cujo (film)   Cujo (roman)   Danse macabre   Danse macabre (Stephen King)   David Carson   David Cronenberg   David Koepp   Dead Zone   Dead Zone (film)   Dead Zone (roman)   Différentes Saisons   Dolores Claiborne   Dreamcatcher   Désolation   EC Comics   Euphonie   Fantastique   Fanzine   Fenêtre secrète   Frank Darabont   Français   Fritz Kiersch   Gilbert Gallerne   Grand Prix de l'Imaginaire   Horreur (littérature)   Insomnie (Stephen King)   Jessie   John Carpenter   John Sutherland   L'Antre de la folie   L'Histoire de Lisey   La Cadillac de Dolan   La Créature du cimetière   La Ligne verte   La Ligne verte (film)   La Nuit déchirée   La Part des ténèbres   La Peau sur les os   La Petite Fille qui aimait Tom Gordon   La Quatrième Dimension   La Tempête du siècle   La Tour sombre   Langage   Lars von Trier   Lawrence Kasdan   Le Bazaar de l'épouvante   Le Chant de Susannah   Le Fléau (roman)   Le Talisman   Les Tommyknockers   Les Yeux du dragon   Les Évadés   Lewis Teague   Magie et Cristal   Maine (État)   Marche ou crève (roman)   Mark L. Lester   Mary Lambert   Maximum Overdrive   Mick Garris   Mikael Håfström   Mikael Salomon   Minuit 2 & Minuit 4   Misery   Métaphore   National Book Award   O. Henry Award   Paul Michael Glaser   Peter Straub   Peur bleue   Portland (Maine)   Radio d'informations   Radio rock   Rage (Stephen King)   Ray Bradbury   Richard Matheson   Riding the Bullet   Roadmaster   Rob Reiner   Robert Bloch   Robert Iscove   Running Man   Rêves et cauchemars   Rêves et cauchemars (nouvelles)   Salem (Stephen King)   Samedi   Scott Hicks   Serge Brussolo   Shining, l'enfant lumière   Shining (film)   Simetierre   Stanley Kubrick   Steven Weber   Succube   Taylor Hackford   Terres perdues   The Colorado Kid   The Plant   Tobe Hooper   Tom Holland (réalisateur)   Tommy Lee Wallace   Université du Maine (États-Unis)   Vampire   William Faulkner   William Shakespeare  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^