Saint-Dié-des-Vosges

Infos
Saint-Dié-des-Vosges est une commune du nord-est de la France, sous-préfecture et chef-lieu d'arrondissement dans le département des Vosges et la région Lorraine. Auparavant dénommée Saint-Dié, elle a pris officiellement son nom actuel à compter du 29 décembre 1999, davantage pour se différencier de Saint-Dizier que de Saint-Dier-d'Auvergne, mais le nom court est largement employé. Les habitants de Saint-Dié-des-Vosges sont appelés les Déodatiens
Saint-Dié-des-Vosges

Saint-Dié-des-Vosges est une commune du nord-est de la France, sous-préfecture et chef-lieu d'arrondissement dans le département des Vosges et la région Lorraine. Auparavant dénommée Saint-Dié, elle a pris officiellement son nom actuel à compter du 29 décembre 1999, davantage pour se différencier de Saint-Dizier que de Saint-Dier-d'Auvergne, mais le nom court est largement employé. Les habitants de Saint-Dié-des-Vosges sont appelés les Déodatiens, Deodatus (Dieudonné) étant le nom latin du moine éponyme.

Géographie

Panorama de la Roche Saint-Martin Saint-Dié-des-Vosges se situe au centre du bassin vosgien de la Meurthe, surnommé Déodatie. La ville s'est développée entre les confluences de cette rivière avec la Fave, venant de Sainte-Marguerite, et avec le Taintroué issu de Taintrux. Elle s'entoure des massifs de grès rose du Kemberg, de Ormont, de la Bure et de la Madeleine. Chaque massif propose son lot de points de vue et de roches sculptées par l'érosion, facilement accessibles aux marcheurs par des sentiers bien balisés. Le plus accueillant des belvédères est celui de la Roche Saint-Martin. Les altitudes s'échelonnent de 310 m à 901 m, culminant à la Roche du Sapin Sec. La topographie est à l'origine d'un microclimat marqué par la rareté des brouillards hivernaux en comparaison avec la vallée en aval. La ville est le point de rencontre de deux axes routiers, de Nancy vers Colmar et d'Épinal vers Strasbourg. L'ouverture du TGV Est en juin 2007 a mis Saint-Dié-des-Vosges à 2h20 de Paris.

Histoire

saint Déodat (B. Prot , 1662) Lieu d'un peuplement celte dispersé comme en témoigne le camp surélevé de la Bure habité par la tribu gauloise des Leuques, dominant l'antique voie de transport du sel (route des Salates), la ville se fixa à partir du autour du monastère fondé par saint Déodat. Sa fondation est réputée, en effet, dater de l'an 669. En 1026, Léon IX fut nommé, avant son élévation au trône pontifical, grand-prévôt du chapitre de Saint-Dié. Il visita la ville après le concile de Mayence et combla de faveurs la collégiale. Pierre d'Ailly, auteur de l'Imago Mundi (qui servit de référence aux voyages de Christophe Colomb) fut grand prévôt de Saint-Dié. En 1507, une assemblée savante nommée Gymnase vosgien réunit autour du chanoine Vautrin Lud son propre neveu Nicolas, le cartographe Martin Waldseemüller, l'humaniste Mathias Ringmann et le latiniste Jean Basin. Ensemble ils éditèrent à Saint-Dié la première carte dénommant "America" — en hommage aux descriptions très minutieuses d'Amerigo Vespucci — le continent nouvellement découvert, ainsi qu'un livret explicatif, la Cosmographiae Introductio. Cette initiative vaut depuis à la ville le surnom de « Marraine de l'Amérique ». Le 27 juillet puis le 6 septembre 1757, la ville fut la proie des flammes : 123 maisons furent détruites. Le duc de Lorraine Stanislas Leczinski reconstruisit la ville de 1758 à 1761 en la dotant d'un plan d'urbanisme cohérent développant les facilités de circulation. À la mort de Stanislas, en 1766, la Lorraine fut réunie à la France. Ainsi, dès 1775, la ville devint siège épiscopal. C'est le premier évêché lorrain, Toul, Metz et Verdun n'ayant jamais été des possessions des ducs de Lorraine. Déjà en 1721, à l'époque de l'indépendance, il avait été question de créer à Saint-Dié un évêché. Le duc Léopold et le pape ayant conclu un accord, la France s'y opposa fermement et le projet fut remis sine die. En 1793, le conseil de district débaptisa la ville au nom trop peu laïc et décréta qu'elle deviendrait Ormont. La silhouette de ce massif voisin remplaça même pendant quelque temps la croix de Lorraine sur le blason de la ville. Proche des frontières, la ville eut souvent à souffrir des luttes armées. La guerre de Trente Ans l'avait déjà vue mise à sac par les Suédois en 1633 et 1639. En 1815, elle fut durement rançonnée . Occupée du 19 octobre 1870 au 2 août 1873, elle vit ses habitants soumis à de nombreuses amendes et réquisitions. De nouveau envahie, du 26 août au 11 septembre 1914 par les Allemands qui fusillèrent plusieurs habitants et incendièrent une partie du quartier de La Bolle, Saint-Dié fut libérée par les combats de la Chipotte et de la bataille du Grand Couronné. Elle devait rester jusqu'à l'armistice, à proximité des lignes (combats de la Fontenelle et du Spitzemberg au cours des années 1914 et 1915) et subir de nombreux bombardements par avions et canons. Elle reçut la Croix de guerre de la part du président Raymond Poincaré. Occupée à partir du 22 août 1940, la ville fut partiellement incendiée et dynamitée par les troupes allemandes engagées dans les combats de la bataille de Bruyères en novembre 1944. Le projet de reconstruction proposé par Le Corbusier ne fut cependant pas suivi d'effet. Seule l'usine Claude et Duval, quai du Torrent, montre ce qu'aurait pu être le nouveau visage de la ville. ; Blasonnement : left :1°) D'azur, à une croix de Lorraine d'or côtoyée d'une S et d'un D de même, liés d'un ruban de gueules brochant sur le tout.(Malte-Brun, la France illustrée, tome V, 1884) :2°) D'azur à une tour crénelée d'or, sommée de trois tourillons d'or.(Malte-Brun, la France illustrée, tome V, 1884)

Démographie

Économie

- Métallurgie
- Textiles et plastiques
- Imprimerie
- Agroalimentaire
- BTP
- Le Toit Vosgien

Transports

La reprise de la STAHV (Société de Transport des Hautes-Vosges) par Connex en 2004 a bouleversé le paysage des réseaux de transport urbain des Vosges. Les réseaux d'Épinal, de Saint-Dié-des-Vosges et de Remiremont ont connu ces derniers mois de nombreuses modifications. À Saint-Dié-des-Vosges, le réseau urbain auparavant dénommé TUD (Transport Urbain Déodatien) est devenu Déobus. Il est exploité par BusEst, une filiale commune de Connex et Piot qui gère de nombreux réseaux dans l'est de la France. De nouvelles lignes ont été créées et le parc d'autobus a été étendu et modernisé avec la mise en service de minibus et autobus à plancher surbaissé (Mercedes Sprinter et Irisbus Agora Line). Les véhicules possèdent la nouvelle livrée DéoBus. La gare SNCF en 2006
- Une déviation de la RN 59 par les contreforts du massif du Kemberg a permis de désengorger le centre-ville.
- Un aérodrome (code OACI : LFGY) situé sur la commune de Remomeix.
- Saint-Dié fait partie des destinations du TGV Est Européen depuis le 10 juin 2007. A cette occasion, la ligne entre Nancy et Saint-Dié-des-Vosges a été électrifiée et la gare a été rénovée (installation d'un système d'information en ligne, quais adaptés, espace de vente SNCF reconstruit, etc.).

Administration

L'ancien Hôtel de ville, reconstruit après l'incendie de 1757, se situait à l'angle de la rue Thiers et de la rue Stanislas. Son ancien fronton est toujours visible dans le parc Jean-Mansuy, près de l'Espace François-Mitterrand. L'Hôtel de ville vu de la Tour de la Liberté Le nouveau bâtiment fait désormais face à la Tour de la Liberté. Le maire de Saint-Dié-des-Vosges est Christian Pierret depuis 1989. Entre 1997 et 2002, ayant exercé des fonctions gouvernementales, il fut remplacé par Robert Bernard (décédé le 20 avril 2002). ; Cantons de Saint-Dié-des-Vosges : Saint-Dié-des-Vosges est divisée en deux cantons dont elle est le chef-lieu :
- le canton de Saint-Dié-des-Vosges-Est est formé d'une partie de Saint-Dié-des-Vosges et des communes de Ban-de-Laveline, Bertrimoutier, Coinches, Combrimont, Frapelle, Gemaingoutte, Lesseux, Nayemont-les-Fosses, Neuvillers-sur-Fave, Pair-et-Grandrupt, Raves, Remomeix, Sainte-Marguerite, Saulcy-sur-Meurthe et Wisembach (19 390 habitants) ;
- le canton de Saint-Dié-des-Vosges-Ouest est formé d'une partie de Saint-Dié-des-Vosges et des communes de La Bourgonce, Saint-Michel-sur-Meurthe, La Salle, Taintrux et La Voivre (17 732 habitants).

Personnages célèbres nés à Saint-Dié-des-Vosges

Statue de Jules Ferry
- Vautrin Lud (1448-1527), chanoine, créateur du Gymnase vosgien
- Jacques Augustin (1759-1832), peintre miniaturiste
- Jules Ferry (1832-1893), avocat et homme politique
- Ferdinand Brunot (1860-1938), grammairien
- Fernand Baldensperger (1871-1958), professeur d'université
- Ivan Goll (1891-1950), poète et romancier
- Jacques Brenner (1922-2001), écrivain et critique
- Julien Lepers (né en 1949), présentateur de Question pour un Champion, y a passé une partie de son enfance, au collège Sainte-Marie.

Patrimoine et tourisme

Camp celtique de la Bure La cathédrale La Tour de la Liberté La ville est classée « station touristique » depuis 1998, et la valorisation de ses atouts patrimoniaux — en complément des attraits naturels du massif vosgien — fait désormais partie de ses priorités.
-Deuxième site archéologique du département des Vosges, le Camp celtique de la Bure domine la cité sur une superficie de 3 ha. Ce castellum fut habité en permanence du avant jusqu'au après J.C. Le fossé, les remparts, les poternes, les bassins, mais aussi les objets aujourd'hui exposés au Musée Pierre-Noël, témoignent de l'activité de ce camp retranché jusqu'à l'arrivée des Alamans en 352.
- L'art médiéval, celui de la Renaissance, puis le classicisme, sont illustrés notamment par un ensemble cathédral en grès rose comprenant l'église Notre-Dame de Galilée, la cathédrale elle-même et son cloître. Éprouvée par plusieurs incendies et surtout par la Seconde Guerre mondiale, la cathédrale, restaurée, bénéficie aussi d'un mobilier et de vitraux contemporains signés des grands noms de la non-figuration française.
- Édifiée à partir du , la chapelle du Petit-Saint-Dié s'élève à l'endroit même où saint Déodat établit son oratoire vers 660. À proximité, deux fontaines d'eau ferrugineuse rappellent l'engouement pour l'hydrothérapie à la fin du .
- Pour accueillir les pestiférés à l'extérieur de la ville, le chanoine Vautrin Lud construisit vers 1500 une ferme ainsi que la chapelle Saint-Roch, qui abrite un retable de l'Assomption, œuvre du peintre vosgien Claude Bassot et datée de 1625.
- Incendiée, puis reconstruite en 1902, l'église Saint-Martin est de style néo-roman. Une série de vitraux, dont plusieurs illustrant la vie de saint Martin, ont bien résisté aux destructions de 1944.
- Le Musée Pierre-Noël est dédié à la vie dans les Hautes-Vosges (faune, flore et traditions populaires). Il présente également une collection archéologique liée au Camp celtique de la Bure. Les beaux-arts et les arts décoratifs y sont bien représentés, et des sections spécifiques sont consacrées à Jules Ferry, à l'aviateur René Fonck, au couple Claire et Yvan Goll, ainsi qu'au projet d'urbanisme que Le Corbusier conçut pour la ville de Saint-Dié après la guerre.
- Jugé trop audacieux, ce projet ne fut pas réalisé, mais l'architecte construisit néanmoins ici son seul bâtiment industriel, 'Usine Claude et Duval', toujours en activité, et que des visiteurs du monde entier viennent contempler.
- C'est sans doute la silhouette blanche de la Tour de la Liberté qui incarne le mieux la ville d'aujourd'hui. Espace de rencontres et d'expositions, elle présente en permanence une importante collection de bijoux que Heger de Loewenfeld créa d'après l'œuvre de Georges Braque.
- Depuis 2005, un complexe touristique de grande envergure a été crée dans la prairie d'Hellieule, Géoparc. Ce centre touristique, ouvert chaque jour et toute l'année, est notamment doté d'un centre de sécurité routière et d'apprentissage de la conduite automobile sur glace.

Enseignement et culture

IUT de Saint-Dié-des-Vosges
- Quatre lycées publics et deux lycées privés
- Lycée Jules-Ferry
- Lycées professionnel et technique Georges Baumont
- Lycée professionnel Jacques-Augustin
- Lycée privé du Beau Jardin
- Lycée professionnel privé Notre-Dame de la Providence
- Trois collèges publics et deux collèges privés
- Collège Jules-Ferry (il partage les locaux avec le lycée)
- Collège Joseph-Souhait
- Collège Vautrin-Lud
- Collège privé Notre Dame de la Providence
- Institution Sainte-Marie
- Une antenne de l'École supérieure des sciences et technologies de l'ingénieur de Nancy : le CIRTES
- Un Institut universitaire de technologie, IUT Saint-Dié des Vosges
- Une école d'ingénieurs, l'Institut supérieur d'ingénierie de la conception (INSIC)
- Un Institut de formation aux soins infirmiers (IFSI)

Festivités et événements

Capitale mondiale de la géographie Chaque année depuis 1990, Saint-Dié-des-Vosges accueille, le 1 week-end d'octobre, le Festival international de géographie (FIG) durant lequel est décerné, le prix "Vautrin Lud", la plus haute distinction internationale en matière de géographie, discipline pour laquelle il n'existe pas de prix Nobel. Tous les ans, du 7 au 13 juillet, a lieu la Semaine de la Liberté articulée autour de plus de 80 manifestations dans les rues de la ville. Pour la deuxième année consécutive, le site de Géoparc accueille, les 1 et 2 juin 2007, le Festival Drop'n Rock. En 2008, se déroulera au GEOPARC, du 21 au 22 Juin, la troisième édition des AEROFOLIES. Manifestation aérienne qui rassemble plus de 13000 personnes.http://www.aerofolies.com]

Sports

Saint-Dié-des-Vosges est une ville où le sport est omniprésent avec une vingtaine d'installations sportives et de multiples manifestations. De plus, de nombreux lieux autorisent la pratique du skateboard. La ville a accueilli la super-finale du Trophée Andros en 2005 et en 2007 sur le circuit du Géoparc (grand complexe sportif et nautique). Dans le cadre d'un partenariat avec la FFVB, la ville héberge régulièrement l'équipe de France féminine de volley-ball pour des matchs et tournois internationaux. La ville a notamment accueilli en 2005 le tournoi de qualification pour le Mondial seniors Féminins de 2006 et a organisé, en partenariat avec la ville de Metz, la phase finale du Championnat d'Europe Junior Féminin 2006. Chaque année, pendant le week-end de Pâques, se déroule un Open International d'Échecs. Le "trail des roches", épreuve de marathon à forts dénivelés, emprunte chaque année en mai un parcours boisé tracé dans les sentiers arpentant les collines de grès ceinturant la ville.

Jumelages

Saint-Dié-des-Vosges est jumelée avec les villes suivantes :
- 20px Arlon (Belgique)
- 21px Cattolica (Italie)
- 21px Crikvenica (Croatie)
- 21px Friedrichshafen (Allemagne)
- 21px Lowell (États-Unis)
- 21px Meckhe (Sénégal)
- 21px Ville de Lorraine (Canada)
- 21px Zakopane (Pologne) Le long de la Meurthe, un parcours boisé et aménagé porte le nom de "Promenade des villes jumelées".

Bibliographie

- America. L’Amérique est née à Saint-Dié-des-Vosges en 1507, catalogue de l’exposition au Musée de Saint-Dié-des-Vosges (9 mai-30 août 1992), Imprimerie municipale de Saint-Dié-des-Vosges, 1992, 99 p.
- Fernand Baldensperger, Images et aperçus du Vieux Saint-Dié, Loos, 1947
- Georges Baumont (photographies de Jean Blaire), Saint-Dié. Terre brûlée (documents pour servir à l’histoire de l’incendie de Saint-Dié par les Allemands, 13-18 novembre 1944, Paris, Le Livre d’histoire, coll. « Des faits et des hommes », 2006 (1 éd. 1946), 123 p.
- Georges Baumont, Saint-Dié des Vosges. Origines et développement, Paris, Le Livre d’histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », 2006 (1 éd. 1961), 460 p.
- Nicolas-François Gravier, Histoire de la ville épiscopale et de l'arrondissement de Saint-Dié, département des Vosges / sous le gouvernement théocratique de quatre monastères en opposition avec les ducs de Lorraine et les princes constitutionnels de Salm, Épinal, Impr. de Gérard, 1836, 400 p.
- François Jodin, Saint-Dié-des-Vosges, une histoire de liberté, Ludres, Une Page à l'autre, 2000, 175 p.
- Albert Ohl des Marais, Histoire chronologique de la ville et du Val de Saint-Dié, Saint-Dié, Loos, 1947, 383 p.
- Albert Ronsin, Saint-Dié-des-Vosges, 13 siècles d'histoire (669-1969), Saint-Dié, Loos, 1969, 173 p.
- Albert Ronsin, Il était une fois Saint-Dié-des-Vosges (sélection de cartes postales anciennes), Paris, Citédis, 1998, 90 p.
- Bulletins de la Société philomatique vosgienne (depuis 1875), en consultation à la médiathèque Victor-Hugo de Saint-Dié-des-Vosges
- Guy Cabourdin, Encyclopédie illustrée de la Lorraine, éd. Serpenoise, Presse Universitaire de Nancy, 1991 ==
Sujets connexes
Alamans   Allemagne   Amerigo Vespucci   Arlon   Arrondissement de Saint-Dié-des-Vosges   Art médiéval   Autobus   Aérodrome   Ban-de-Laveline   Bataille de Bruyères   Bataille du Grand Couronné   Belgique   Bertrimoutier   Camp celtique de la Bure   Canada   Canton de Saint-Dié-des-Vosges-Est   Canton de Saint-Dié-des-Vosges-Ouest   Castellum   Cattolica   Celtes   Christian Pierret   Christophe Colomb   Classicisme   Claude Bassot   Code OACI   Coinches   Col de la Chipotte   Colmar   Combrimont   Commune française   Connex Vosges   Crikvenica   Croatie   Croix de Lorraine   Croix de guerre 1914-1918   Déobus   Fave   Ferdinand Brunot   Festival Drop'n Rock   Festival international de géographie   France   Frapelle   Friedrichshafen   Gare de Saint-Dié-des-Vosges   Gemaingoutte   Gentilé   Georges Braque   Grès (géologie)   Guerre de Trente Ans   Gymnase vosgien   Géoparc   Haut Jacques   Imprimerie   Institut universitaire de technologie   Irisbus   Italie   Jacques Augustin   Jacques Brenner   Jules Ferry   Julien Lepers   LGV Est européenne   La Bourgonce   La Salle (Vosges)   La Voivre (Vosges)   Le Corbusier   Le Toit Vosgien   Lesseux   Leuques   Livrée   Lorraine   Lorraine (Québec)   Lowell (Massachusetts)   Léon IX   Léopold   Martin Waldseemüller   Martin de Tours   Mathias Ringmann   Meckhe   Mercedes   Metz   Meurthe (rivière)   Musée Pierre-Noël de Saint-Dié-des-Vosges   Métallurgie   Nancy   Nayemont-les-Fosses   Neuvillers-sur-Fave   Open   Pair-et-Grandrupt   Pays de la Déodatie   Pierre d'Ailly   Pologne   Prix Nobel   Pâques   Raves   Raymond Poincaré   Remiremont   Remomeix   Renaissance artistique   René Fonck   Route nationale 59   Saint-Dier-d'Auvergne   Saint-Dizier   Saint-Michel-sur-Meurthe   Saint Dié   Sainte-Marguerite (Vosges)   Saulcy-sur-Meurthe   Seconde Guerre mondiale   Skateboard   Société nationale des chemins de fer français   Strasbourg   Système d'information en ligne   Sénégal   Taintrux   Tour de la liberté (Saint-Dié-des-Vosges)   Trophée Andros   Vautrin Lud   Victor Adolphe Malte-Brun   Volley-ball   Vosges (département)   Wisembach   Yvan Goll   Zakopane  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^