Encyclopédie

Infos
Page de couverture de l'Encyclopédie de d'Alembert et Diderot (grand format), publié entre 1751 et 1772 Une encyclopédie est un livre dont le but est de refléter de manière aussi exhaustive que possible l'ensemble de la connaissance ou bien une branche spécifique de la connaissance. On la distingue du dictionnaire qui cherche à définir l'ensemble des mots d'une langue donnée, alors qu'une encyclopédie cherche à décrire toutes les connaissances, qu'elles soient désig
Encyclopédie

Page de couverture de l'Encyclopédie de d'Alembert et Diderot (grand format), publié entre 1751 et 1772 Une encyclopédie est un livre dont le but est de refléter de manière aussi exhaustive que possible l'ensemble de la connaissance ou bien une branche spécifique de la connaissance. On la distingue du dictionnaire qui cherche à définir l'ensemble des mots d'une langue donnée, alors qu'une encyclopédie cherche à décrire toutes les connaissances, qu'elles soient désignées par un mot unique, une expression, voire un mot importé d'une langue étrangère.

Étymologie

Le terme encyclopédie provient de encyclopædia, latinisation de la Renaissance de l'expression grecque de Plutarque enkuklios paideia (εγκύκλιος παιδεία), littéralement « le cercle des connaissances » (enkuklios : circulaire ou global et paideia : éducation), qui désignait une instruction complète, couvrant toutes les sciences connues, et fut fautivement retranscrit enkuklopaideia au cours du Moyen Âge.

Quelques encyclopédies historiques

Si le concept d'encyclopédie n'apparaît véritablement qu'au XVII siècle en Europe, plusieurs ouvrages, dès l'Antiquité, s'efforcent de "rassembler l'ensemble des connaissances humaines", et ce, tout au long du Moyen Âge.

L'encyclopédie de Vincent de Beauvais

Vincent de Beauvais écrivit une encyclopédie, le Speculum Majus, grande compilation de la connaissance du Moyen Âge. Elle intégrait notamment les connaissances géographiques telles qu'on les connaissait au milieu du , à partir des auteurs grecs, latins, arabes et hébraïques. Le Speculum Majus est constitué de trois parties, abondamment rééditées jusqu'à la Renaissance,
- le Speculum Naturale (ou Miroir de la nature) est divisé en 32 livres et 718 chapitres. C'est le résumé des connaissances d'histoire naturelle de son temps, une mosaïque de citations d'auteurs latins, grecs, arabes et même hébraïques dont Vincent donne les sources.
- le Speculum Doctrinale (ou Miroir de la Doctrine) est constitué de 17 livres et 374 chapitres. Il s'agit d'une sorte de manuel pour les étudiants qui traite de choses variées : arts mécaniques, scolastique, tactique militaire, etc. Il ne se limite donc pas à l'histoire naturelle mais traite aussi de logique, de rhétorique, de poésie, de géométrie, d'astronomie, de l'éducation ou des passions humaines, de l'anatomie, de la chirurgie et de la médecine, du droit.
- le Speculum Historiale (ou Miroir de l'Histoire) se compose de 31 livres et 3793 chapitres, où l'auteur fait le récit des évènements historiques depuis la Création jusqu'aux années 1250. S'y trouve également un inventaire biographique de divers poètes.

Al-Muqaddima de Ibn Khaldoun

Les Muqaddima, ou Al-Muqaddima (Introduction à l'histoire universelle), sont une œuvre d'Ibn Khaldoun écrite en 1377 et à caractère encyclopédique qui englobe l'ensemble des connaissances du à partir des sources écrites grecques, byzantines et musulmanes. Elle aborde la géographie, la philosophie, l'histoire, l'économie, la sociologie, la politique, l'urbanisme, la médecine et même le développement durable. Son principe de regrouper, dans un seul document, plusieurs disciplines scientifiques servit de modèle à l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert, lesquels ont également repris une partie de son articulation. Bien que incomplète et moins étendue, Al-Muqaddima peut être considérée comme l'ancêtre de L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

L'Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers en 35 volumes (17 volumes de textes, 11 de planches, 4 de supplément, 2 d'index et 1 supplément de planche) de format in-folio, a été écrite entre 1751 et 1772 à l'initiative de Denis Diderot et de Jean d'Alembert, philosophes du siècle des lumières, sur une idée de Diderot qui s'inspira du concept d' un dictionnaire anglais que le libraire Le Breton lui avait demandé de traduire. Pour mener à bien cette « opération de librairie », Le Breton a dû s'associer avec trois autres libraires : Briasson, David et Laurent Durand. thumb thumb Diderot, tout en réécrivant plusieurs passages selon sa propre pensée, réunit 178 collaborateurs, parmi lesquels les grands esprits de l'époque, afin d'embrasser l'ensemble du champ du savoir. Cette œuvre fit vivre environ 1 000 ouvriers pendant 25 ans, c'est dire son envergure. Parmi la foule d'auteurs, on peut souligner la présence de:
- Voltaire, Montesquieu et Marmontel pour la littérature ;
- Condillac pour la philosophie ;
- et Daubenton pour les sciences naturelles ;
- D'Holbach pour la chimie ;
- D'Alembert et La Condamine pour les sciences ;
- Robert Turgot et François Quesnay pour l'économie ;
- Rousseau pour la musique ;
- Louis de Jaucourt, dans des domaines très variés. Jules Michelet dira : « l'Encyclopédie fut bien plus qu'un livre. Ce fut une faction… l'Europe entière s'y mit. » Elle permit à tous les hommes d'avoir accès à la connaissance, en revisitant l'ensemble du champ du savoir par un inventaire minutieux et réorganisant le connu autour de valeurs proprement humaines. Elle s'affirmait en effet dès le préambule toute entière axée sur une philosophie sensualiste et non plus à partir d'une mystique chrétienne, comme l'étaient les premières compilations du Moyen-Âge. Par ailleurs, il est important de signaler que L'Encyclopédie signe l'apparition des sciences humaines. Il s'agit aussi — et c'est sur cet aspect que notre histoire, et notre compréhension du comme siècle révolutionnaire, insiste surtout — d'une arme polémique qui remit en cause de nombreuses choses du . Sans entrer dans le détail, L'Encyclopédie questionne Dieu, le rapport de l'homme au monde, elle remet en balance l'idée d'une chute du jardin d'Eden et d'une décadence de l'homme, pour affirmer la nécessité de faire une somme pratique et ordonnée des savoirs qui vont toujours s'accumulant. L'Encyclopédie critique plus particulièrement le système social de l'époque (société d'Ancien Régime), les institutions, les inégalités entre les hommes, l'autorité royale de droit divin, la monarchie absolue. Elle entre aussi, si l'on considère l'ambition du texte (savoir universel pour l'ensemble des hommes) et son tirage, en compétition avec la Bible. Pour les auteurs de L'Encyclopédie, la pensée était alors vue comme une liberté. La référence à un terme spécifique était souvent un outil pour faire passer une pensée personnelle de l'auteur en créant un lien entre les passages d'un discours. L'impression et la diffusion des deux premiers volumes L'Encyclopédie fut interdite en 1752 puis condamnée et totalement interdite par le pape Clément XIII en 1759 consulté le 8 septembre 2007. Il y a eu de nombreuses réimpressions et même des éditions pirates. Toutes éditions confondues, l'ouvrage s'est vendu à 25 000 exemplaires entre 1751 et 1782. Catherine II de Russie a d'ailleurs proposé à Diderot de publier L'Encyclopédie dans une optique de gains politiques Source : History of Russian thought from the Enligthenment to Marxism.

Les différents formats

Encyclopédies sur papier

Il existe sur le marché une trentaine d'encyclopédies sur papier. Le nombre de pages peut énormément varier, ainsi que la présentation des savoirs : ainsi, si la plupart des encyclopédies proposent des articles anonymement présentés, Universalis, par exemple, demande à ses rédacteurs de signer leurs articles — ce qui ne fait pas d'Universalis une encyclopédie meilleure ; il s'agit simplement de montrer ici une des problématiques de l'encyclopédie : celle des sources. On distingue traditionnellement les encyclopédies alphabétiques des encyclopédies "thématiques" ou "méthodiques" quant à leur mode de classement (classement par matière ou domaine, comme Encyclopdie française de L. Febvre et Anatole de Monzie, ou les encyclopédies Quillet). thumb Il existe par ailleurs des encyclopédies spécialisées. Parmi les encyclopédies généralistes en papier, on trouve notamment :
- l'Encyclopædia Universalis ;
- l'Encyclopédie Larousse ;
- l'Encyclopædia Britannica. Parmi les encyclopédies spécialisées, on trouve :
- (le lecteur trouvera d'autres tomes de cette encyclopédie en trente-six tomes sur le même site) ;
- en huit tomes (même remarque) ;
- de l'Association Ouvrière des Compagnons du Devoir dont la collection comprend à ce jour sept ouvrages :
- la carrosserie,
- la charpente et la construction en bois,
- l'art du couvreur,
- les verrières,
- la plâtrerie, le staff et le stuc,
- la maçonnerie et la taille de pierre,
- la menuiserie ;
- L' Encyclopédie berbère.

Encyclopédies sur cd-rom

- Encarta éditée par Microsoft
- Encyclopédie Hachette Multimédia
- Encyclopædia Britannica
- Encyclopædia Universalis
- Encyclopédie Universelle Larousse

Encyclopédies sur le Web

- Voir Encyclopédies sur Internet

Citations

« Le but d'une encyclopédie est de rassembler les connaissances éparses sur la surface de la terre, d'en exposer le système général aux hommes avec qui nous vivons, et de les transmettre aux hommes qui viendront après nous. » Denis Diderot (Extrait de l’Encyclopédie) « Nous avons senti, avec l'auteur anglais, que le premier pas que nous avions à faire vers l'exécution raisonnée et bien entendue d'une Encyclopédie, c'était de former un arbre généalogique de toutes les sciences et de tous les arts, qui marquât l'origine de chaque branche de nos connaissances, les liaisons qu'elles ont entre elles et avec la tige commune, et qui nous servit à rappeler les différents articles à leurs chefs. Ce n'était pas une chose facile. Il s'agissait de renfermer en une page le canevas d'un ouvrage qui ne se peut exécuter qu'en plusieurs volumes in-folio, et qui doit contenir un jour toutes les connaissances des hommes. » Denis Diderot (Extrait du Prospectus relatif à L'Encyclopédie, 1750) « C'est de nos facultés que nous avons déduit nos connaissances; l'histoire nous est venue de la mémoire; la philosophie, de la raison; et la poésie, de l'imagination: distribution féconde à laquelle la théologie même se prête; car dans cette science les faits sont de l'histoire, et se rapportent à la mémoire, sans même en excepter les prophéties, qui ne sont qu'une espèce d'histoire où le récit a précédé l'événement : les mystères, les dogmes et les préceptes sont de philosophie éternelle et de raison divine; et les paraboles, sorte de poésie allégorique, sont d'imagination inspirée. Aussitôt nous avons vu nos connaissances découler les unes des autres; l'histoire s'est distribuée en ecclésiastique, civile, naturelle, littéraire, etc. La philosophie, en science de Dieu, de l'homme, de la nature, etc. La poésie, en narrative, dramatique, allégorique, etc. De là, théologie, histoire naturelle, physique, métaphysique, mathématique, etc.; météorologie, hydrologie, etc.; mécanique, astronomie, optique, etc.; en un mot, une multitude innombrable de rameaux et de branches, dont la science des axiomes ou des propositions évidentes par elles-mêmes doit être regardée, dans l'ordre synthétique, comme le tronc commun. » Denis Diderot (Extrait du Prospectus relatif à L'Encyclopédie, 1750)

Notes

===
Sujets connexes
Anatomie   Ancien Régime   Astronomie   Autorité   Bible   Catherine II de Russie   Charles Marie de La Condamine   Chimie   Chirurgie   Clément XIII   Compagnons du Devoir   Connaissance   Denis Diderot   Dictionnaire   Discours   Droit   Encarta   Encyclopædia Britannica   Encyclopædia Universalis   Encyclopédie Hachette Multimédia   Encyclopédie Larousse   Encyclopédie berbère   Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers   François Quesnay   Grec ancien   Géométrie   Ibn Khaldoun   In-folio   Instruction   Jean-François Marmontel   Jean-Jacques Rousseau   Jean le Rond d'Alembert   Jules Michelet   Littérature   Logique   Louis Jean-Marie Daubenton   Louis de Jaucourt   Monarchie   Moyen Âge   Muqaddima   Musique   Médecine   Nature   Pensée   Philosophe   Philosophie   Plutarque   Poésie   Péché originel   Renaissance (période historique)   Rhétorique   Sciences humaines   Sciences naturelles   Scolastique   Sensualisme   Vincent de Beauvais   Voltaire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^